Imágenes de páginas
PDF
EPUB

MŮDO , ou dësmůdo ; Le MURDRIR. v. 1. Tuer ,

égor maillot : terme colle&if qui fe ger. dit du lange , de la couche, de MỘRGO. Voy. Mirgo. la bande , &c. = Múdo ; le MÛRTRO, ou êrbo d'ãou . temps pendant lequel l'enfant est ghi; le Mirthe , arbrisseau qu'on au maillor. A prës aqël ëndéco cultive dans les jardins , & dont à la múdo ; cet enfant a pris de les feuilles font aromatiques : mal au maillot. = Múdo: Yoy. il étoit consacré à Vénus , il fut Bourasso.

pour cette raison le symbole de MUGAN ; Le ciste à feuille l'amour & du mariage, suivi le cotonneure & à Acur couleur plus souvent de chagrins & toude rose : sous-arbrisseau dont les jours de soucis ; ce que fignifie feuilles prises en 'fumée, font le erbe d'ãou låghi : Il fervoit à même effet que le tabac en cór. couronner nos nouvelles mariées ; 'de, ou rabac à fumer.

le luxe a substitué depuis peu

á MUGHË ; La Jacinthe ; & cette couronne une cocarde de non, le Muguer. La Jacinthe eft rubans d'or & d'argent. une plante bulbeuse dont on orne Les mæurs des Romains , qui les parterres ; à cause de la Aleur habiterent long temps cette Problanche , bleue , & couleur de vince, s'y retrouvent dans les rose.

plus petites choses. Le Muguer en fr. qu'on appelle MUS. Nous connoissons deux auffi , Lis des vallées, eft fort endroits dans la Province qui peu connu en Languedoc : il portent ce nom ; la paroille de donne une fleur blanche en Mus, au Diocese de Nîmes ; & grelor.

ce qu'on appelle la Ville de Mus, MÛGO , ou moûjhës ; Le Ciste dans la paroisse de Durfort , au femelle à feuille étroite & à Diocese d’Alais, feur blanche. Il y a un grand Cette Ville de Mus paroît n'aCifte dans nos Landes qui est le voir été qu'une maison de cammême que celui sur lequel on pagne, (Villa) appartenant à recueille dans le Levant la résine quelque grand Seigneur: elle étoic appelée Labdanum , drogue de dans un endroit aride, élevé & Pharmacie.

resserré par des rochers d’un asMUJHÔLO. Voy. Dôrghë. pect affreux. L'on ne conjecture

MUJHÔOU, mujhol, majhôou. la situation ; & cet endroit n'est Voy. Roussë.

remarquable que par un aqueduc MULAR. v. 1. Mouiller. Mu. de bonne conftru&tion , qui aboulec; il mouilla. Mulat; mouillé. tit à un petit espace susceptible Lo pa mulai , (intectus panis. ) de culture.

MÛLTO. v. 1. Punition, amen- Cet aqueduc dont il y a de de, du lat. mul&ta.

beaux restes , amenoit par

de MURALIA ; Clorre de murs. longs circuirs, au milieu de ces

MURALIE ; Une Cabliere : rochers, l'eau d'une fontaine appiece de charpente de sept à huit pelée, fon das Sarazis. pouces de gros, ou d'épailleur, Mus, seroit-il le même nom soutenue quelquefois par des que celui d'un Général des Saracorbeaux, & qui étant appliquée zins appelé Musa? Ces infideles contre un mur, sert à soutenir avoient fait d'allez longs séjours les Colives d'un plaucher : c'est dans la Septimanie, pour y avoit une sorte de deni-poutre. construit ce monument peu con

Lorsqu'on n'est pas à portée du nu , quoique digce des Romains : sable des rivieres, on appelle fa- & le nom du général abrégé bliere , un lieu de l'intérieur des dans celui de Mus , seroic terres d'ou l'on tirs du fable. en même temps resté au licu

[ocr errors]

de son habitacion.

vement; & dont le bout ef. un MUSCARDINS ; Des Musca• tendon. Il y a des muscles qui dins : petites pastilles sucrées ont la forme de nos Musclës. où il entroit autrefois du murc. MUSCLËS. v. l. Épaules. Li = Muscardins nom qu'on Fariseus aman los primers seris donne aux vers á foie morts de ëls maniars ; ¢ las primeiras la maladie appelée muscardine cadièiras ë las Sinagogas. Lian qui les deffèche & les rend los gran fåissës no portablës , blancs.

els pãouzan sobr’ëls musclës dës MÛSCLË ; La Moule : co. homës ; & les chargent sur les quillage de mer, & de riviere épaules des hommes ; (& impodont il y a différentes especes : nunt in humeros hominum.). les principales sont la Moule de MUT. v. 1. Muet. Li mut Magellan , recherchée par les parlan. Amateurs de coquillage pour la MUTUS ; Motus : expreflon belle couleur pourpre : la Pinnefamiliere par laquelle on avertic marine ; espece de grande Mou. quelqu'un de ne rien dire. le , qui porte une touffe de MÚZÂ; S'arrêter en chemin , Soie rousse & très-fine , qu'on être oilif. croit être le Bilsus des Anciens. MUZÂIRË ; Musard , faiToutes les Moules ont de pareils néant. fils qui servent à les amarrer MÛZO ; Délai , retardement. contre les secousses des vagues de la mer. Un muscle , en fr. est une

Prẽnghêrên loa cam do Ales:

E d'Alés san paouzo, ni mûzo , partic charnue des animaux dertince à être l'organe du mou

Galoupêrën dëvés Andüzo.

Lou Saghë dë Mounpelić.

[ocr errors][merged small]

97

manne

ou

N
N

NA
N, fubftantif féminin. Une

ces portent cette n

liquide dans grande éne ; & non, enno. les mots fr. tels que , bon, an

Lorsque dans an mot françois cien, matin , importun, bâton, il y a deux n, comme dans, &c. qu'ils prononcent comme

mannequin, bannir, s'ils étoient écrits, boue, ananne, Susanne , année , &c. On ciene, bâtone , &c. au lieu que n'en prononce qu'une, ou comme l'n finale doic y être prononcée s'il y avoit, mane , manequin, lourdement ; à quoi les Garcons &c. C'est en quoi péchent les manquent le plus souvent. Languedociens qui sont si enclins Dans l'ancienne orthographe à doubler certe lettre , qu'ils en languedocienne , l'n suivie d'une mettent quelquefois deux dans h , avoient la valeur du gr les mots où elle est simple ; com- mouillé françois. Ainsi on prome dans , dîner , qu'ils pronon- nonçoit , anhel , pënhora ,

&c. cent dans bien des endroits din- comme agnel , pëgnora , &c. ner, eu din-ner,

Voyez le commenceinent de la Certe consonne a deux pro. letere G. nonciation en françois , une li. NA. v. I. eft le sigle, ou les quide ; comme dans , ânerie ; lecrres abrégées de Domina , Pautre muette

comme dans Dona, en usage dans le XII, fieancien. L'n eft liquide , lorf- cle. C'est ainsi qu'on voit dans qu'elle modifie la voyelle qui la les anciens actes, Na Rigãouda ; fuit, & qu'elles forment ensem. Dona , ou Domina Rigauda. ble une fyllabe : telle eft la fyl

Le Traducteur du N. T. Vaulabe , ne d'ânerie : elle est muette dois , ne donne le Na qu'aux lorsqu'elle modifie la voyelle qui femmes les plus qualifiées , la précéde , avec laquelle elle ne qu'il croit telles : de même qu'il fait qu'une fyllabe ; comme la donne l'En aux hommes & ne fyllabe , an du mot , ancien. met quelquefois qu'une n pour

Cette derniere sorte de fylla- les femmes : c'est ainsi qu'il fait bes font du nombre de celles dire à Sr. Paul. Saludars Na qu'on appelle voyelles nazales. Prisca, la mâifo de N. Esiivena , On en compte cinq; savoir d'En Aquila, d'En Fortunat ;

in, on, un ; auxquelles saluez Madame Prisque, la maion peut ajouter , am , er, im, sou ou la famille de Madame om, um ; qu'on prononce four- Etienne & MM. Aquila & Fordement, quelque place qu'elles cunat. occupent dans le mot ; comme On y voit aussi, Na Sara ; dans, enfant, tendre, patente, Madame Sara , ét sërpens ëngamanteau, enfin, infini, once , ec Na Eva ab fua guiscosia ; mouton , un, amphigouri , em

Madame Éve fut féduite par les barras , importun, &c.

artifices du serpent. Intrec Maria Ces sortes de voyelles sont in- ë la mâiso Zacarias é saludec connues dans les finales des mots Na Elisabet ; & falua Madame languedociens où l'on fait l'n Élisabeth. liquide ; & par une suite naru- NA, nap, ou nabë; Un na. relle les habitans de nos Provia- vet : racine potagere. =Nabë; Tome II.

N

ou

[ocr errors]

an

en ,

[ocr errors]

le pivot de certaines plantes qui fer en carré-long dont les deux pivotent , ou dont la racine s'en. bouts sont en queue d'aronde. fonce à plomb à la différence de L'anille , ou l'anil est encastré celles qui tracent, ou qui s'éten., dans la partie inférieure & au dent horizontalement.

centre de la meule tournante d'un NADADO, terme de nageur. moulin à farine , laquelle est sou. Voy. Arcado.

tenue par l'auille qui porte elleNADADOU , ou bagnadou ; même sur l'axe vertical, qui fait Un baignoir : endroit d'une ri- tourner cette ineule. viere propre à nager & à s'y bai. NADÍUEL ; L'Orvai ; petit gner. = Bagnadou ; une bai. serpent de couleur de fer poli : gnoire, ou un cuvier pour pren- il est court , tardif, ferme & lille dre des bains domestiques. au toucher. Le bout de la queue

L'art de nager devroit entrer n'est point amenuisé en pointe dans le plan d'éducation des jeu. comme dans les autres serpens. nes gens; plutôt que d'autres arts Le peuple croit l'Orvai aveu. frivoles, dans lesquels on les gle & 6 méchant , que c'est un exerce avec beaucoup de dépense dicton vulgaire , que li l'Orvai & peu qu point de profit. voyoit clair, il seroit capable de NADÂIKË; Un nageur , un

démonter un cavalier. Deux babaigneur : ce dernier terme s'ap. lourdises ; ce reptile a de fort plique également à celui qui bons yeux, quoique petits ; & prend le bain & à celui qui le d'ailleurs jamais animal ne fuc doone ; ou au maître des bains, plus doux, plus pacifique & plus établis dans les grandes villes & Itupide. de ceux des eaux Thermales. Il ne faut pas confondre l'Or

On donne fort improprement vai, ou Nadiuel , dont nous le nom de, baigneur, aux per- parlons avec celui qu'on trouve ruquiers des petites villes , qui aux environs de Montpellier qui n'ont point chez eux de baignoire est le Seps, ou Calcides des Na & qui n'ayant d'autre talent que turalistes : vrai lézard sous l'ap. de friser & de poudrer , ne la parence d'un petit serpent; il a veot ce que c'est que de baigner quatre pattes qu'on n'apperçoit leurs pratiques.,

qu'en y regardant de près; ces NÅ DÅ LË, Les huit jours membres font à la vérité , fi qui précédent la fête de Noël. foibles & fi coure , qu'ils ne

NADALËN; De Noël. Souc semblent lui servir que de paraNadalën; bûche de Noël. de ; & il n'en est pas moins

NADÃOU ; Noël. en v. fr. obligé de ramper sur le ventre. Nolet. Nadaou; n. pr. francisé On voit par l'exemple du mos dans Nadal, du lat. Natalis , N'-a-d'iuel que le languedocien qu'on donne pour nom de bap. ne le cede point au grec pour la fême ; comme si c'étoit celui de facilité de faire des noms & des quelque Saint qu'on pûc invo- noms énergiques. quer. Souc Nadãou, ou Na. NÂDO, particule négative; dalën ; la bûche de Noël. C'eft point , pas. Nour m'ën dounei un gasconisme de dire , à la nâdo ; il ne m'en donna point. Noël ; au lieu de', à Noël. Le en espgl. nada. proverbe dit, à Nadãou , áou NAFO. Voy. aigo nafo. fio; a Pásco , âou ro. Voy, Ca. NAFRAR. v. I. Blesler , stafiléndos.

lader, balafrer. NADÊLO; La sardine fraîche: NÂFRO, & en v. I. nafra ; poisson de la méditerranée. balafje , stafilade.

NADÎLIO, ou anílio : terme NÂISSE , ou brulia , en parlant de meûnier ; l'anillc : plaque de des semences mises en terre ;

>

ou nous

nu 12.

, trogne. Li

Lover, ou poindre. Lou bla ës naf- qu'il commence aux premiers cu; le bled a levé. Ës nascu jours de Février : il semble qu'il coum'un boulë ; il est venu com- faudroit dire tout le contraire. me un champignon.

NÂOUCADO, ou nãoucai ; NÂISSË; Naître. On dit , natif Une augée, ou plein une auge. d'un tel endroit ; & non,

né-
NÂOUKË,

diminutif de nãou; natif d'un tel endroit : terme du une petite auge. bas peuple de Paris.

NÂOUT. y. I. Haut, élevé. NAISSË DÛRO; Mal d'avan- pui gran é nãout ; une large 8 ture : espece de panaris le moins haute montagne. dangereux ; il vient à la main , NÂOUTOU; Hauteur. Ës & lorsqu'il se forme au bout ma nãoulou ; il est de ma caille ,

de des doigts il n'occupe que les ou de ma hauteur ; & non régumens.

mon hauteur. Il y a de l'eau de ma NÂISSËMËN, ou naissénso; hauteur. v. I. Naissance. = Pays. Baros

NÂOUTRËS nanires de tot naissöinen. Hommes de nous âous; nous ; & non, quelque pays que vous soyez. autres : imité de l'espgl. nos i Viri ex omni natione. )' Li Orros. maior për naissëmën ; les Séna- NAP. v. 1. Écuelle ; (caria teurs ; ( majores natu.) NẤISSÊNSO. Ë fan de naissén

NARIDOS. Voy. Rambal. so; enfant nouveau-né ; & non,

NARÍLIOS, ou nazilios ; Les

les naenfant de naissance ; ce qui signi- narines des personnes ; fie , illu de parens nobles. Ës seaux des animaux quadrupedes. inoucën coum'un ëfan naissën.

NARO; Le nez. au figuré ; so; il est innocent comme l'en

mureau groin fant qui vient de naître.

bailer un co poun su la nåro. NANËT, ou nët; Un nain ,

NÁRO; Odórar. Sëntı naro;

avoir bon nez. A bono naro ; il perit nabot. Lou Diou nanët ;

a l'odorat fin ; ce qui se prend Cupidon. NANOUN. n. pr. Nanette ,

ausli pour sagacité. dit pour Aquette.

NARSOUS; Humide. NANTI ; Avancer , expédier.

NARUT ; Fin, ruré, pénéNÂOU, nãouco ; Auge à pour

trant, lubril, adroit.

NARUT ; Méchant, vicieux. ceaux NÂOU; Terme de canneur

NAS. Aco n'a pa jhës nas ;

cela n'a ni têre , ni une fosse-au-tan, dans laquelle

cela

queue, on tanne , ou l'on prépare avec

ne signifie ricn. le tan ; soit les peaux des em

NĂSSO; Prairie qui enfonce

sous les pieds. peignes, soit le cuir fort des remelles. en b. br. neaw. = Naou;

Ces prairies sont une espece de auge de moulin à foulon. plancher , qui porte sur l'eau

d'un lac souterrain : il est prin. NÂOU, nau, ou naif ; v. l. Vaisseau , navire. en v. fr. nauf, ment des racines du grand sou

cipalement formé de l'enlace. du lac, navis.

chet à l'épaisseur d'environ un NÂOU, nãouto ; Haut , hau- pied, & si bien liées entr'elles re. la cadièiro ën nãou ; du qu'elles ne le séparent que difhaut de la chaire. Festo-nãou ; ficilement. fête solemnelle.

On voit tout près de Tivoli un On dit que le Carême est haut, pré de cette espece : une grosse lorsqu'il arrive card ou qu'il source qui passoit par-deflous a commence vers le neuf ou le dix creusé & emporté une grande dc Mars ; & qu'il est bas, lorfa partie du pré ; il s'en est détaché

« AnteriorContinuar »