Imágenes de páginas
PDF
EPUB

PAGNE 676.

63 8.

II. Ils confirmerent ensuite ce qui avoit été réglé par le ANNEE DE Concile précédent, au sujet des Litanies ou Rogations du ERE DE

mois de Décembre.

III. Après avoir remercié le Roi Chintila.des Edits ren-
dus contre les Juifs, ils ordonnerent avec son consentement
& celui des Grands de la Monarchie , qu'à l'avenir, aucun
Roi élu, ne montera sur le Trône, qu'il n'ait auparavant
promis d'observer inviolablement tout ce qui a été décidé
contre eux ,

sous peine d'excommunication pour celui qui
entreprendra de le faire, sans avoir prêté ce ferment. On
ratifia ensuite tout ce qui avoit été réglé dans le Concile
précédent contre cette Nation maudite.
IV. Ceux qui seront entrés dans les Ordres Sacrés

par
la porte de la simonie, seront déposés, & tous leurs biens
leur seront confisqués, de même qu'à ceux qui les y au-
ront admis.

V. Les Ecclésiastiques, ausquels les Evêques accorde-
ront l'usufruit des biens de l'Eglise , feront, pour y être
maintenus, une déclaration juridique de tous leurs biens
propres,

afin
que

l'Eglise ne soit point exposée à perdre
rien de ce qui lui appartient : celui qui refusera de le faire,
en sera privé.

V I. On contraindra les hommes & les femmes, qui après avoir pris l'habit de Religion, quitteront la Vie Monastique,

de rentrer dans l'Etat qu'ils auront embrassé : on excommuniera ceux qui ne voudront pas se soumettre. Il en sera de même à l'égard des Veuves qui se feront consacrées à Dieu, conformément à ce qui a été ordonné par le Concile précédent.

VII. Ceux, qui après avoir fait profesion de la vie pénitente entre les mains de l'Evêque, quitteront leur Etat, laissant croître leurs cheveux, & reprenant l'habit séculier, seront arrêtés par l'Evêque, soumis malgré eux aux Loix de la pénitence, & enfermés dans des Monastéres. Si l'exécution en est difficile , à cause de quelque empêchement, ils seront excommuniés, de même que ceux qui communiqueront avec eux. La même peine est prononcée contre les Evêques qui négligeront de tenir la main à l'observation de ce Canon.

VIII. Les hommes, qui étant en danger de mort, auront reçu la pénitence, pourront retourner habiter avec leurs femmes, s'ils sont jeunes, mariés & incapables de garder

ANNE'E DE

PAGNE, 676.

J. C. 638.

l'on sça

que,

la continence, jusqu'à ce que l'âge les ait tempérés : ce qui Exs s'Es doit s'entendre aufli à l'égard des femmes. Cependant, si

des deux conjoints, celui qui ne s'est point engagé à la péni-
tence , vient à mourir , l'autre qui s'y sera obligé, ne pourra
point fe remarier ; mais fi le survivant elt celui qui n'a point
contracté l'obligation de faire pénitence, il pourra se re-
marier, comme il le jugera à propos. Il est toutefois dé-
fendu en général de ne rien faire fans le consentement de
l'Evêque.

IX. Tous les Affranchis des Eglises feront une déclara-
tion publique de leur affranchissement, afin

que
che toujours qu'ils sont de la Famille de l'Eglise , & obli-
gés de la servir : ils seront tenus à toutes les mutations
d'Evêques, de porter leurs Lettres d'Affranchissement au
Succeffeur du défunt, afin que l'on connoisse publiquement
leur obligation, & de renouveller leur déclaration, pour
qu'ils jouiffent sûrement de la liberté , & que l'Eglise re-
connoisse leur obédience. Ceux qui ne le feront pas

dans
l'espace d'une année, à compter du jour du Sacre de l'Evê-

leurs Lettres d'Affranchissement feront de nulle valeur,

X. Les Eglises seules seront chargées de l'éducation des enfans de leurs Affranchis, & les Evêques prendront de ces enfans un soin particulier, afin d'empêcher qu'on ne leur fasse aucun tort dans leur jeunesse. On contraindra même par force , s'il le faut, les peres & meres Affranchis de remettre leurs enfans à l'Eglise, pour y être élevés & inftruits, & on fera subir à ceux qui refuseront d'obéir, les peines portées contre les Affranchis ingrats.

X I. Personne ne sera condamné en jugement, avant que
l'on ait oüi l’Accusateur, & fi celui-ci n'est point suivant
les Ordonnances, l'Accusé sera absous, à moins que ce ne
soit en matiére, où la vie du Roi foit intéressée.

XII. Quiconque passera chez les Ennemis , & aura re-
cours à
eux pour

susciter quelques troubles au préjudice de
la Monarchie, ou de la Patrie, fera excommunié. L'on ren-
fermera dans des Monastéres pour y faire pénitence , ceux
de ces méchans Sujets qui tomberont entre les mains du Roi;
mais s'ils reclament la protection de l'Eglise , le Roi usera
de clémence à leur égard, en considération de l’azile Sa-
cré où ils se seront réfugiés.

Tome II.

Rr

ANNE'E DE

J. C. 638.

ERE D'Es. PAGNE, 676)

XIII. On aura beaucoup de vénération & de respect pour tous les Grands , qui occupent quelque place dans le Palais du Roi, & qui se montreront affables, doux & bienfaisans envers leurs inférieurs.

XIV. Tous ceux qui ont servi les Rois fidélement, joui ront en toute sûreté de ce qu'on leur aura donné en récom. pense de leurs services, & pourront en dispofer à leur gré, ainsi qu'il a été réglé par le Concile précédent ; mais si quelqu'un est coupable de trahison envers le Roi, il sera privé de tout, & tous ses biens lui seront confisqués, même après la mort du Prince.

XV. Les Eglises jouiront perpétuellement de tout ce qui leur aura été accordé, ou par donation du Roi, ou par

deyotion d'autres Fidéles.

XVI. En considération des bienfaits, dont le Roi Chintila prend plaisir de combler ses Sujets, il est ordonné de conferver toujours beaucoup d'amour pour ses enfans & pour

sa postérité, & à la Juitice de veiller avec soin à empêcher qu'on ne leur fasse aucun tort, soit dans leurs personnes, soit dans leurs biens ; parce qu'il est juste d'avoir cet égard pour les Descendans des Rois, qui ont toujours travaillé à la sûreté & au bien de la Monarchie.

XVII. Aucun de ceux qui sont revêtus de quelque Dignité Ecclésiastique ou Séculiere, ne traitera en aucune maniére, du vivant du Roi, de l'élection future, ni ne fera des cabales à ce sujet: celui qui le fera de fon plein gré & de son propre mouvement, sera excommunié. Après la mort du Roi, il ne fera permis à personne d'usurper la Couronne tyranniquement, & l'on ne pourra point élire Roi, celui qui aura pris l'habit de Religion, s'étant fait couper les cheveux, ou qui aura été rasé par forme d'affront, ou qui sera descendant d'Esclaves, ou Ecranger : il faudra pour être élu, sortir de l’Illustre Sang des Gots, & avoir la prudence & les qualités nécessaires pour le Gouvernement. Quiconque contreviendra à ce Décret , encourera l'excommunication.

XVIII, L'on confirme tout ce qui a été décidé dans le Concile précédent, au sujet de la sûreté de la vie & de l'auguste Personne des Rois , prononçant une excommunication terrible en présence de Dieu, de ses Anges, des Saints, de l'Eglise & des Fidéles, contre quiconque ofera attenter à la vie du Roi , entreprendre de le détrôner, & allembler

PAGNE. 676.

ANNE'E DE

J. C. *638.

à

des Troupes pour lui faire la guerre: ' Le Successeur, s'il ERE d'Es

veut se laver de cette tache, punira la mort du Roi, com-
me si c'étoit celle de son pere , & toute la Noblesse des Gots
y contribuera de toutes ses forces, fans que personne puiffe
s'exempter de le faire, sous quelque prétexte que ce puisse
être, à moins

que

de vouloir s'exposer au mépris de toute la Nation.

Enfin les Evêques assemblés, après avoir rendu graces
Dieu, & ratifié tous les Décrets précédens, firent au Roi
Chintila leurs remercimens, priant la Majesté Divine de le
combler d'années & de félicités. Aïant ensuite tous souscris,
on fit la clôture du Concile (A).

Il paroît que le principal but de ce Concile, fut d'arrêter
les désordres, & les troubles que les élections des Monar-
ques occasionnoient parmi les Gors, & qui devoient être
très-considérables, à en juger par les peines & par les Cen-
sures prononcées contre ceux qui en feroient les Auteurs.
Mais qui pourra jamais parvenir à forcer l'ambition de se
contenir dans les justes bornes de la modération ?
Saint Conantius Evêque de Palence termina sa vie en

639.
cette année 639. après avoir gouverné cette Eglise pendant Conancius
plus de trente ans, avec une grande réputation de sainteté. Evéque de
C'étoit un homme extrêmement tranquille, fort éloquent,
& grave dans son extérieur. Il s'appliqua à régler les Offi-
ces Ecclésiastiques & à perfectionner le Chant de l'Eglise,
& il composa un petit Livre d'Oraisons pour les Pfeaumes.
Habile Maître dans la Vie spirituelle, il y eut pour Difciple
le Glorieux Saint Fructueux, dont j'aurai occasion de par-
ler dans la suite (B).

Au commencement de cette année 640. mourut le Roi Chintila*, au grand regret de toute la Nation, à cause de ses grandes vertus qui le mettent au-dessus de tout éloge, ga élu Roi. comme le dirent les Peres du Concile de Toléde en 638,

677.

Mort de S.

Paleoce.

678.

640. Celle de Chintila.Tul

(4) A&tes de ce Concile, dignes 11639. Suivant néanmoins le propre cal.
d'être lus, dans LOAYSA , le Cardinal cul de cet Historien pour la durée du
d'AGUIRRE , BARONIUS, LaBee & Régoe de Chiotila , dont le commence
plusieurs autres.

ment se trouve fixé par Ferreias en Avril
,
Illuftres, chap. 11. S. VALERE dans laikannées, neuf mois & huic jours qu'il lui
Vie de S. Fructueux, Don NICOLAS donne, que ce Prince a dû mourir en
ANTONIO dans la Bibliothèque, & plu- || 640. année dans laquelle on doit met-
Gieurs aut res.

tre par conséquent l'éle&tion de Tulga
* Sa mort et placée par Mariana en à la Couronne.

ERE DE PAGNE 678.

6406

641.

642.

6100

En considération de toutes les obligations qu'on lui avoit ,
ANNE'E. DE les Gots élurent pour Roi son fils Tulga, qui étoit encore

jeune, mais qui paroissoit promettre beaucoup par son
bon naturel & par les autres belles qualités qu'il poslé-
doit (A).

Parmi les Gots, plusieurs enhardis par la jeunesse & par
Troubles en le caractére doux du Roi, commirent quelques excès très-
Espagne.

préjudiciables, à ce qu'il paroît, au bien public, ce qui
causa de grandes altérations & de grands troubles. Le peu
de soin que l'on apportoit pour réprimer cette licence, fit
que les crimes augmenterent de jour en jour, tant il est
nécessaire de se servir de l'épée, en tems de

en tems de guerre con-
tre les Ennemis, & en tems de paix contre ceux qui s'écar-
tent de leur devoir (B).

Cependant le désordre croissoit tous les jours, parce que Chindasuin- chacun faisoit impunément tout ce qu'il vouloit. Quelquesthe usurpe la

uns des Principaux Gots, qui prévirent que les suites Couronne.

pourroient en être funestes à l'Etat, consulterent entre eux sur les moïens d'y remédier. Faisant attention que Tulga n’avoit point assés de résolution, ni d'autorité, à cause de sa grande jeunesse & de la douceur, pour appliquer à ce mal les remédes nécessaires, ils convinrent de le faire defcendre du Trône, & d'y faire monter en la place, un Homme d'un âge mûr, qui fût capable de se faire craindre & respecter, en montrant toute la fermeté & toute la rigueur que demandoit la conjoncture présente. Ils jetterent les yeux pour cet effet sur un d'entre eux, nommé Chindafuinthe, qui étoit d’un âge très-avancé, comme je le marquerai au tems de fa mort, mais qui avoit encore beaucoup de vigueur , & qui possédoit toutes les qualités nécessaires pour la fin qu'ils fe proposoient dans le changement de Maître. Après avoir donc conféré entre eux sur cette matiére, ils firent la proposition à Chindafuinthe qui ne hésita point à l'accepter ; la Couronne & le droit de commander aïant des charmes séduisans, pour les personnes mêmes qui sont aux portes de la mort. Enfin Chindafuinthe seconde des Gots qui lui offroient la Couronne, détrôna Tulga & s'empara du Sceptre. Il fit aufli-tôt couper les cheveux à ce jeune Prince,

[ocr errors]
[ocr errors]

2

(A) S. ISIDORE de Badajoz, dans la Chronique, FREDEGAIRE le Scholaftique, nom. 82.

(B) FREDEGAIRE le Scholastique, oom, 82.

« AnteriorContinuar »