Imágenes de páginas
PDF
EPUB

PAGNE.

650.

à Cabr 110 Eulalie & Paul.

Saint Grégoire. Le Pere Mabillon a promis dans ses Ana-
ANNEE DE lectes de mettre au jour cette Collection Théologique des Ess, des
J. C.

Sentences des Peres, qui est la premiere que l'on ait faite
en ce genre, dans lequel d'autres ont travaillé par la sui-

te (A).
Eglise bâtie À Čabra , Bacaula qui occupoit le Siege Episcopal de

cette Ville , consacra sous l'invocation de Notre-Dame une
Eglise, qu'Eulalie & Paul son fils qui étoit Moine, avoient

fait bâtir à leurs dépens (B). 651.

Quoique Récésuinthe eût détruit & disipé l'Armée de
Prudence & Froïa, il y avoit encore quelques-uns des Principaux Mé-
clémence de
Récélpinthe.

contens & Rébelles qui étoient à redouter. Ils étoient foûte-
nus & animés par quelques Villes & par quelques Peuples,
qui se dégoûtoient du Gouvernement, parce qu'ils étoient
surchargés d'impôts, & que Chindasuinthe avoit ôté à plu-
sieurs les Priviléges & les Droits que ses Prédécesseurs leur
avoient accordés en récompense de leurs services. Récésuin-
the, qui n'ignoroit point ce qui se passoit , fe persuada qu'il
valloit mieux ramener par la douceur les esprits aigris, que
de les réprimer par la voie des Armes, dont les Rois ne doi-
vent point faire usage contre leurs Sujets, que quand ceux-
ci ont l'infolence de refuser de se rendre à l'équité & à la
raifon. Suivant son projet, il tâcha de les attirer tous à son
service , offrant aux Rébelles une Amnistie générale, aux
Peuples une modération dans les impôts, &à

ceux qui pré-
tendoient qu'on leur avoit fait quelque injustice, la restitu-
tion de ce dont ils avoient été privés, & il s'engagea même
de donner pour tout ceci toutes les sûretés qu'on lui deman-
deroit. Par-là, il eut la fatifaction de gagner le cæur de ses
Sujets, & de voir tous les troubles se changer en une paix
ftable (C).

Le Roi Chindafuinthe accablé par le poids de ses années
Mort de & attaqué des infirmités qui le précipiterent au tombeau,

fongea à se préparer à la mort en bon. Chrétien. Il fit faire
pour cet effet de grandes aumônes, & il demanda d'être ad-
mis à la Pénitence, c'est-à-dire, d'être revêtu de l'habit de
Pénitent, qui étoit en usage alors, & dont il est parlé dans
le Concile ĪV. de Toléde, Canon 55.. Ce Prince mourut en-
fin le premier jour d'Octobre, aïant régné seul, & avec fon
(A) TAJon dans la méme Lettre. LA & par plusieurs autres.
(B) Inscription rapportée par PADIL- (C) Concile VIII. de Toléde.

[ocr errors]

655

Chindafuinthe,

[ocr errors]

PAGNE.

ogo,

ANNE'E DL

J. C. 652.

fils , dix ans, quatre mois & dix - huit jours. Saint EuERE d'Es.

gene Métropolitain de Toléde lui fit une Épitaphe (A).

Tajon Evêque de Sarragosse, aiant achevé ses cinq Livres des Sentences des Peres, tirés des Ouvrages de Saint Grégoire & de ceux de Saint Augustin, les envoïa à Saint Eugene Métropolitain de Toléde, afin qu'il les examinât. En même-tems,il lui écrivit une Lettre, dans laquelle il lui marquoit ce qu'il avoit appris à Rome, de la sainteté, des vertus & de la profondeur de la science du même Saint Gré

goire (B). 091, Le 20. d'Octobre de cette année fut le jour du martyre de

653

Martyre de la Glorieuse Sainte Iréne, native de Portugal,laquelle souffrit Sainte Tréne. dans un endroit appellé Nabantium, proche de Scalabis, qui se nomme présentement à cause de cette Sainte, Sancta Irene, & par corruption Sanitaren. Elle étoit fille de pere & mere Nobles, qui l'élevérent dès son enfance dans la crainte de Dieu. Sa beauté & sa discrétion lui gagnérent le coeur de Britalde, homme de considération dans le même lieu. Celui-ci aveuglé par fa passion, mit tout en oeuvre pour obtenir ses faveurs. Irrité de la trouver inébranlable & incorruptible, (B)il cessa toutes ses sollicitations, mais ce ne fut

que pour lui faire sentir tout l'effet de sa fureur & de sa rage. Son amour s'étant en effet tourné en haine, il donna ordre à un homme de lui ôter la vie. Le Barbare qui se chargea de cette commission, épia une occasion favorable pour s'en acquitter, & l'aiant trouvée, il en profita. Après l'avoir poignardée , il la jetta dans la Riviére d'Habanis, afin que son crime ne fût point connu. Le courant entraîna fon Saint Corps dans le Tage,où la Riviére alloit se jetter , & le Tage le porta jusqu'auprès de Scalabis. Dieu, qui vouloit honorer son Epouse, révela à l'Abbé Sellius, qui étoit son oncle, à ce que.

l'on prétend, la maniére dont elle avoit été tuée, à cause de son attachement à la chasteté, & l'endroit où étoit fon précieux Corps.. On alla aussi-tôt à la recherche de ce riche trésor , & les eaux s'étant retirées miraculeusement, on apperçut dans le milieu du Fleuve un Sépulcre magnifique, fait par les Anges mêmes, où tous ceux qui accompagnoient Sellius, le virent & le vénérerent. Les aslistans fe mirent eni

(A) S. JULIEN de Toléde dans la (B) Lettre de Tavon au même Sainc Chronique des Visigots. FREDEGAIRE , Eugene, jointe à les ouvrages dans le dans la Chronique, nom. 82.

Manuscrit de la laipte Eglise de Toléden

[ocr errors]

ERE D'ES

ANNE'E DE

J. C. 653 .

691.

nom,

Concile VIII. de Toléde.

devoir de l'en tirer , afin de le placer dans un lieu convena-
ble, mais le Corps & le Sépulcre résisterent à tous leurs pieux FRACRES
efforts. Reconnoissant par-là que la volonté de Dieu étoit
que l'un & l'autre restassent dans cet endroit , ils emporte-
rent pour leur consolation quelques Reliques de la Sainte,
par lesquelles Dieu a opéré dans la suite plusieurs miracles.
Dès qu'ils s'en retournerent , les eaux du Tage reprirent
leur cours ordinaire. La Sainte a été depuis en si grande vé-
nération à Scalabis , que cette Ville a changé peu-à-peu son

& s'appelle aujourd'hui, comme je l'ai déja dit, Sanc-
taren , c'est-à-dire , Sancta Irene , Sainte Iréne (A). Truxillo,
Mariette, Morales , Padilla & d'autres ont décrit sa Vie fort
au long, où ils racontent certaines choses qui me paroissent
susceptibles de quelque Critique.

Récésuinthe, pour prouver à ses Sujets qu'il avoit réelle-
ment en vûe leurs propres intérêts, & qu'il vouloit leur te-
nir ses promesses , convoqua à Toléde un Concile, & les
Etats généraux du Roraume *, afin que les Evêques & les
principaux Seigneurs de la Monarchie, se trouvant dans cette
Ville , les uns & les autres travaillassent de concert à termi-
ner tous les différends qu'il y avoit entre lui & le Peuple.
L'on fit le 17. de Décenibre s'ouverture du Concile, ** qui
fut célébré dans la Basilique des Apôtres Saint Pierre & Saint
Paul , située dans le lieu où est à présent l'Hôpital fondé par
le Cardinal Don Pedro Gonçalez de Mendoza, afin d'être
plus proche du Palais Roial, qui étoit sans doute l’Alca-
çar , quoique quelques-uns jugent le contraire. Il y concou-
rut les Evêques qui suivent.

Oronce Métropolitain de Mérida , & de ses Suffragans,
Jean Evêque de Coria , Silva d'Idagna, Egered de Salaman-
que, Abience d'Evora , Filimire de Lamego, Widila de
Visée, Amaturus d'Avila, Adeodat de Badajoz , Célédoine

(A) Le Martyrologe Romain au 20. en particulier étoient comme les Etats d'Octobre.

Généraux du Royaume , aing qu'on le * C'est ainsi qu'il m'a paru, que l'on voit par plusieurs de leurs Décrecs. devoir entendre le partage Espagnol con

** MARIANA la met au 16. de Novemçu en ces termes : Ordena que le junia se bre; mais la faufferé de cette datie se un Concilio, Sefizlando à Toledo fue Cor- prouve par l'écrit même que le Roi préie, para que concurriessen à ella los Pre- senta aux Peres du même Concile dans la lados, con quienes avian de assistir los premiére Séance , & qui étoit du 16. de principales señores, para &c. parce que Décembre , comme il est observé par M. la plupart de ces Conciles, & celui-ci | Fleury dans l'Histoire Eccléfiastique.

ERE D'ES-
PAGNE.

691.

Anne'E DE

J. C. 6530

de Calabria , Sisebert de Coimbre & Saturnin d'Oflonoba
par Sugarelle Diacre.

Antoine Métropolitain de Séville, & de ses Suffragans,
Eparce Evêque d'Italique, Dunila de Malaga, Estienne
d'Ecija , Vincent de Martos, Servand d'Ilipa aujourd'hui
Pegnaflor, Ala d’Ilibéri, Bacauda de Cabra & Euphorus
de Cordouë.

Saint Eugene Métropolitain de Toléde , & de fes Suffra-
gans, Anféric Evêque de Ségovie, Tagonius de Valérie,
Winibalde d'Elche, Floridius de Ségorbe, Marc de Caslona,
Widéric de Siguença , Davila de Complute, Athanase de
Xativa , Maurice d’Orer, Félix de Valence, Froda de Men-
tése, Giberius de Bigastre, Ascarius de Palence, Julien de
Guadix , Servus - Dei de Baza , Balduigius d'Arcobriga,
Egila d’Osma par Godeschalcus, Marcel de Denia par lon
Vicaire Conantius , & Marcel d'Urci par Daniel son
Vicaire.

Potame Métropolitain de Brague, & de ses Suffragans,
Candidat Evêque d’Astorga, Hermenfroid de Lugo, Sona
d'Orense, Richimire de Dume par son Vicaire Oldulphe,
Sofan đe Britonia par son Vicaire Materic, Beat de Tuy
par son Vicaire Victorin, & Vincibil d'Iria par son Vicai-
re Sindigis.

Le Métropolitain de Tarragone manqua , mais de ses Suffragans il y eut Gabinius Evêque de Calahorra, Talus de Gironne, Donum-Dei d'Ampurias, Guéric d'Ausone, Afrila de Tortose, Maurel d'Urgel, Litaurius d'Auca , Tajon de Saragosse , Eusébe de Huesca, Vincent d'Egara par son Vicaire Servand , & Gaudiolan de Lérida par Suteric fon . Vicaire.

Le Métropolitain de Narbonne ne s'y rendit pas non plus, & il n'y eut de ses Suffragans que George Evêque d’Agde,& Silvestre de Carcassonne qui y aslistérent. Outre ces Evèques, il y concourut dix Abbés qui étoient Fugitif, Anatole, Eu-fichius, Saint Ildephonse , Simpronius, Eumerius, Quirice , Morarius, Jean & Secondin; Marcellin Archiprêtre de Toléde, & Siliconius Primicier.

Des Grands, qui occupoient les principaux emplois dans la Maison du Roi & dans le Roïaume; il y aslista Odoacre & Ofilon, Comtes Cubiculaires & Ducs, qui faisoient les mês. mes fonctions

que font aujourd'hui le Grand-Maître d'Hô

ANNE'E

DE

ERE D'Es.
PAGNE

653

Le Roi Ré

Mémoire.

el, le Grand-Chambellan ou le Grand-Echanson: Adulphe

Duc, Wenderius Duc, Frandila Duc, Evaric & Afrila , tous
J. C.

cinq Comtes de l'Echansonnerie , dont l'office étoit de païer 691.
les Rations , que le Roi donnoit à toutes sortes de personnes
du Palais, soit Ministres , soit Militaires ; Atanéphe & Ella
Comtes & Ducs, c'est-à-dire Couverneurs de quelques Pro-
vinces : Davila & Eured Comtes, ou Gros-Seigneurs : c'é-
toit le Tître de la premiére Noblesse des Gots, comme celui
de Grand d'Espagne l'est aujourd'hui de la premiére No-
blesse des Espagnols : Paul Comte des Notaires , c'est-à-
dire , le premier Sécretaire du Roi ; Richila Comte du Pa-
trimoine, ou Sur-Intendant des Finances, étant chargé d'a-
voir soin des biens & du Patrimoine de la Couronne, & Cu-
nefride Comte des Spathaires , ou Capitaine des Gardes du
Roi.

Le premier jour , après que les Evêques, & tous ceux que césuinthe y j'ai nommés, se furent assemblés, le Roi entra dans le Conprésenta un cile, où il leut fit une courte harangue, dans laquelle il leur

déclara qu'il les avoit tous appellés à Toléde , afin qu'ils
donnassent quelques ordres nécessaires pour le bien de l’E-
glise, & pour celui de la Monarchie. Il ajoûta qu'ayant plu-
lieurs choses à leur proposer, il les leur apportoit par écrit

,
pour ne les point fatiguer par un trop long discours, &
qu'il les prioit de les éxaminer & de les résoudre. Leur aïant
donc remis le papier , il sortit du Concile, tous ceux qui le
compofoient, rendant graces à Dieu d'avoir eu des témoigna-
ges du zéle Catholique & Chrétien du Roi Récésuinthe. Dès
qu'il se fut retiré, on fit la lecture du papier, dont tout le
contenu se réduisoit à cinq articles. Dans le premier, étoit
une Confession de la Foi Catholique. Le second tendoit à
sçavoir l'avis des Peres du Concile , sur la conduite qu'on
devoit tenir à l'égard de ceux qui s'étoient révoltés contre
le Roi & qui avoient armé contre l'Etat, à cause du ferment
que toute la Nation avoit fait de condamner sans espérance
de pardon tous les Criminels de cette espéce ; parce que le
bien & la tranquillité du Roiaume sembloient exiger qu'il y
eût à ce sujet quelque dispense. Par le troisiéme, Récésuinthe
demandoit, que dans toutes les occasions de plaintes contre
le Roi, il y eût des Arbitres qui jugeassent avec équité ce
qui devoit se faire. Le quatriéme étoit une exhortation
à tous les Grands, qui étoient présens au Concile, de con-

sentir

« AnteriorContinuar »