Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DL

ERE D'Es-
PAGNE...

691.

ANNE'E

J. C.

sentir à tout ce que les Evêques ordonneroient , & de l'exé-
cuter soigneusement. Enfin le Roi les consultoit sur ce qu'il
falloit faire aux Juifs , qui après avoir été baptisés, aposta-

653•
fioient la Religion Chrétienne. Les Evêques asant conféré
sur ces matiéres, firent les Canons suivans.

I. Une Profesion de Foi dans laquelle les Hérésies d’A- Ses Canons,
rius, de Macedonius, de Nestorius & d’Eutichés, font con-
damnées.

II. On déclare, que le serment qui ne regarde point le Ser-
vice de Dieu, mais seulement les intérêts publics , n'oblige
point pourtoujours ; qu'ainsi celui par lequel on s'étoit engagé
que les Rébelles au Roi, & les personnes qui prendroient les
Armes contre la Monarchie, seroient à jamais excommuniés,
dépouillés de leurs biens, & déclarés inhabiles pour tous les
emplois du Roiaume, ne lioit point dans la conjoncture
présente, parce que, pour le bien & la tranquillité de l'Etat,
il falloit user d'indulgence à l'égard de ceux qui avoient pris
les Armes contre le Roi, & soutenu le parti de Froïa.
III. Ceux qui chercheront à entrer dans les Ordres

par
la porte de la Simonie, seront excommuniés , interdits, &
enfermés dans des Monastéres

pour y

faire pénitence. IV. Tous les Evêques observeront inviolablement la

pureté, & la chasteté , sous peine d'être déposés.

V. Les Prêtres & les autres Ministres seront aussi tenus sous
la même peine, de vivre dans la continence, & les Evêques
les fépareront des femmes avec lesquelles ils entretiennent
un commerce impur, & enfermeront celles-ci dans des Mo-
nastéres. S'ils persistent dans le libertinage, on les mettra
pour toujours dans des Monastéres, où ils feront pénitence.

VI. Il en sera de même à l'égard des Sou-Diacres.
VII. Ceux qui aïant été ordonnés

par

force ou par né-
cessité, voudront se marier ou rentrer dans l'Etat des Sé-
culiers, sous prétexte qu'ils ont reçû les Ordres malgré eux,
seront privés du Ministére , traités comme Apostats,& ren-
fermés pour toute leur vie dans quelque Monastére.

VIII. Qui que ce soit ne pourra être admis aux Ordres,
qu'après avoir été pleinement instruit de tout ce qui concer-
ne le Ministére de l'Eglise , parce que les ignorans ne peu-
vent point enseigner les autres , & que ce droit ne peut ap-
partenir qu'à ceux qui sont recommendables par leurs vertus
&
par leur science. [ Qu'il seroit à souhaiter que les Prélats
Tome II.

Vu

ANNE'E DE

J. C. 653

ERE D'ES PAGNE 691

eussent toujours ce Canon devant les yeux, afin que tous
les Ecclésiastiques fussent plus respectables ! ]

IX. Tous ceux qui auront mangé de la chair pendant le
Carême sans une évidente nécessité, n'en mangeront point
pendant toute l'année , & ne communieront point à Pâques.
Si l'on a de fortes raisons pour en manger, on en deman-
dera la permission à l'Evêque.

X. Désormais, on élira le Roi dans le lieu où son Prédécesseur sera mort, & l'élection se fera par les Evêques & par les Grands du Palais. Les Rois protégeront toujours la Foi Catholique, & veilleront avec soin à arrêter la méchanceté des Juifs, fans jamais sortir des bornes de la modération & de l'équité, & sans rien négliger de ce qui peut contribuer au bien de la Monarchie. Tout ce qui appartient à la Couronne, passera au Successeur, & les héritiers du défunt ne pourront succéder qu'aux biens qu'il avoit avant que de monter sur le Trône. Qui que ce soit ne sera couronné, qu'après avoir fait ferment d'observer tout ce qui est porté par ce Décret.

XI. Défense de contrevenir aux décisions des Conciles , fous peine d'excommunication.

XII. A l'égard des Juifs, on observera les Décrets du Concile de Toléde, tenu sous le Roi Sisenand. On termina ainsi le Concile qui fut souscrit par tous ceux que j'ai marqués , après que l'on eut rendu des actions de graces à Dieu

& au Roi (A).
Justice ad- Le jour fuivant, le Roi expédia, du consentement de tous
Récéfuinthe.

les Evêques & Palatins , un Edit par lequel il ordonna, que
tout ce que les Monarques auroient acquis sous le Titre de
Roi, soit meubles, soit immeubles, appartiendroit pour tou-
jours à la Couronne & aux Successeurs ; mais que les biens
que le Roi Chindafuinthe possédoit avant que d'avoir été
élevé à la Souveraineté, devoient passer à son fils Récéfuinthe
ou à ses autres enfans. Par le même Edit, il déclara auli, que
fi quelqu'un avoit à se plaindre qu'on lui eût injustement
ravi fes biens , on pouvoit l’en informer, & qu'il seroit tou-
jours prêt à faire justice & à donner satisfaction. Il fit encore
pour le bien de la Monarchie beaucoup d'autres Loix très-

l'on trouve dans le Fuero Juzgo, qui est le Livre,
ou la Compilation des loix des Rois Gots.

(4) Ades du Concile dans LOAYSA, & le Cardinal d'AGUIRRE.

mirable de

utiles, que

PAGNE. 691.

J. C.

i

Ce Concile est le premier, où l'on voit souscrire les Abbés, les personnes élevées dans les Dignités Ecclésiastiques & ANNE'E DE les Grands du Palais ; d'où il suit qu'ils étoint déja en

653. grande considération.

Il y a apparence, qu'après la tenue du Concile & la célébration de la Fête de Pâques, * Oronce Métropolitain de Mérida se plaignit au Roi, de ce que la Jurisdiction de sa Métropole étoit extrêmement diminuée & reserrée , & le pria de la rétablir dans toute son ancienne étendue. Le sujet de cette détérioration, vint selon moi, de ce que les Rois Suéves,à mesure qu'ils faisoient des conquêtes dans la Lusitanie, avoient rendu Suffragans de Brague les Evêchés dont ils s'étoient emparés, & tout étoit resté en cet état, même depuis que Léovigilde avoit réuni le Roïaume des Suéves à la Couronne des Gots. Récésuinthe ordonna en Prince équitable, que l'on examinât cette affaire, & rendit à la Métropole de Mérida tous les Diocèses qui relevoient d'elle anciennement, après avoir pris à ce sujet toutes les informations nécessaires (A).

Saint Fructueux,qui étoit pour lors dans son Monastére de None , résolut de passer en Palestine, par envie de véné

S. Frucrer les Lieux Saints de notre Rédemption, & de fuir les ap- paffer en Paplaudissemens & les marques de vénération qu'il recevoit lestine & nc par tout. Il communiqua en grand secret son dessein à quelques-uns de ses Disciples en qui il avoit le plus de confiance, faisant en même tems des préparatifs pour le vorage & pour son embarquement. Un des Disciples ausquels il s'étoit ouvert sur son projet, considérant la perte que l'Espagne alloit faire dans un homme qui avoit tant de Sainteté, donna sécréttement avis au Roi de fon départ, afin qu'il l'empêchât. Sur cette nouvelle, le Roi expédia aussi-tôt un ordre pour le Gouverneur de ces quartiers , lui enjoignant d'arrêter le Saint Abbé, & de le lui envoïer avec toute la décence possible. Le Gouverneur obéit, & fit conduire le Saint à Toléde, où l'on doit croire sur la haute renommée de ses vertus, il fut reçu du Roi & des Grands avec toutes sortes de démonstrations de joie & d'estime (B).

[ocr errors]

6546

tueux veut

le peut.

. que

(4) Concile de Mérida, Can. VIII. pellent Pascua de Natividad, parce qu'au

(B) S. VALERE Abbé de S. Pierre des trement FERRERAS, qui s'est tant attaché Monts, dans la Vie de S. Fru&ueux. à l'exa&itude de la Chronologie , auroit * Il y a lieu de croire qu'il s'agit ici | placé les plaintes ou remontrances de la fête de Noël, que les Epagnols ap- Il d'Oroace au Roi en 654.

614.

692

Récéluinthe

leur converfion,

Depuis que le Concile avoit été terminé, le Roi RécéANNE'S. DE suinthe s'étoit attaché à punir sévérement tous les Juifs d'Ef. ERRORES J. C.

pagne , qui après avoir reçu le Baptême , devenoient ApofRigueur de tats. Ce procédé fit que tous ceux qui étoient baptisés, précontreles Juifs

senterent au Roi le 18. de Février un Mémoire* dans lequel, baptisės Apo- après lui avoir demandé pardon pour le passé, ils prometkats, utile à mettoient de n'avoir aucun commerce, ni aucune communi

cation avec les Juifs qui n'avoient point été régénérés par le
Baptême; de ne point se marier, ni commettre fornications
avec leurs parentes jusqu'au fixiéme degré ; de ne point
contracter mariage, ni eux, ni leurs enfans avec les Juives ;
de ne point observer la Circoncision, ni les Pâques ou Sa-
bats , suivant le Rit Juif, & de ne point suivre l'usage des
Juifs dans le manger. Ils protestoient au contraire d'agir en
tout conformément à la Loi Evangélique , & à la Tradition
des Apôtres, tant pour ce qui regarde les Fêtes , les maria-
ges, les nourritures, que pour tout ce qu'observe l'Eglife. A
P'égard de la chair de Porc,ils promirent que s'ils avoient lieu
de craindre qu'elle ne les incommodât, à cause de l'aver-
fion & du dégoût naturel qu'ils avoient pour cette nour-
riture, ils mangeroient au moins ce que l'on auroit fait cuire
avec elle. Enfin ils juroient par le Mistére Sacré de la Sainte
Trinité d'observer inviolablement tout le contenu de leur
Mémoire , & ils déclaroient, que chacun d'eux se soumet-
toit en son particulier , à être brûlé & lapidé, s'il y con-
trevenoit en la moindre chose , & qu'en cas qu'il plût à
la clémence du Roi de faire grace de la vie au Coupable,
l'on confisqueroit tous les biens de celui - ci , qui devien-
droit Esclave de la personne à qui le Roi jugeroit à propos
de le donner. ( A ) il y a apparence que Récésuinthe con-
tent de cette soumission, se calma , & fe délista de son en-
treprise.

Richimire ** Evêque de Dume, étant mort en cette année, tueux lacré

le Roi forma le dessein de faire élire en la place Saint FrucEvêque de

tueux ; persuadé qu'il ne pouvoit y avoir personne plus di-
gne que lui de l'Episcopai, & que ce seroit un moïen de le

S. Fruc

Dume.

(4) FI'ERO - Juzg0 , Liv, 12. Tit. 2. avoit été diffous dans le même mois qu'il Loi 16.

avoit été afieinblé, la date seule du Mé * Il fut présenté au Roi, fuivant Ma- | moire fuffit pour détruire cette opinion, riana, pendant la tenuë du Concile VIII. ** M. Fleury le comme Ricimes. de Toléde ;, mais comme le Concile

PAGNE. 692.

Anne'E DS

J. C. 654.

655. Concile Íx

693•

retenir en Espagne. C'est pourquoi, à la sollicitation & à la
réquisition de Récésuinthe, Saint Fructueux fut sacré Evê-
que de l'Eglise de Dume (A).

Le Roi Récésuinthe toûjours animé du désir de voir finir
les désordres qu'il y avoit dans les affaires Ecclésiastiques , de Tolede.
convoqua en cette année 655. un autre Concile , qui fut
célébré à Toléde le 2. de Novembre dans l'Eglise de Notre-
Dame , qui est la Métropole. Il y aslista Saint Eugêne Mé-
tropolitain de Toléde , lequel y présida ; Tajon Evêque de
Saragosse , Marc de Cazlona, Winibalde d'Elche, Wide-
ric de Siguença, Maurice d'Oret, Davila d'Alcalà de Hé-
nares,

Félix de Valence, Valduigius d'Arcobriga , Mauréle d'Urgel, Eusique de Ségorbe , Athanafe de Xativa , Gibére de Bigastre, Waldefroid de Mentése, Magnarius de Guadix, & Estienne de Valérie.

Aucun des autres Métropolitains, ni aucun des Evêques des Métropoles de Séville , de Mérida, de Brague & de Narbonne n'y concourut ; de sorte qu'excepté les Suffragans de Tarragone, tous les Peres du Concile étoient de la Métropole de Toléde. Il s'y trouva aussi Marcel Evêque d'Urci, par Daniel fon Vicaire ; fix Abbés, qui étoient Fugitif, Saint Ildefonse, Eumerius, Morarius, Jean & Jean; Marcellin , Archiprêtre de Toléde , & Silicole Primicier ; des Grands & Palatins, Paul Comte des Notaires, ou premier Sécretaire du Roi, Emeterius Comte des Cubiculaires ou Grand-Chambellan , Ella Comte & Duc ou Gouverneur d'une Province, & Recilla Comte du Patrimoine ou Sur-Intendant des Finances. L'on y fit les dix - fept Canons qui suivent. 1. Personne ne s'emparera, ni ne détournera rien des biens Ses Conte

titutions. les Fondateurs auront donnés aux Eglises. Si les Evêques que le font, l'on s'en plaindra au Métropolitain, & fi celui-ci néglige de réprimer cette licence, on en informera le Roi. L'on aura foin ausfi d'empêcher , que les héritiers des Fondateurs ne s'approprient ces biens en tout ou en partie.

II. Les Fondateurs prendront soin pendant toute leur vie des Eglises qu'ils auront fondées, & présenteront à l'Evêque, pour les deffervir, des Ecclésiastiques capables ; ( Kectores idoneos, dit ce Canon,) afin que les Collateurs des Béné

[merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »