Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ANNE'E J. C. 688.

Felix Archiprêtre de Toléde, Wifande Archidiacre & DI Mufance Primicier : les Abbés Abfale, Géronce, Gabriel Caftor, Sifebert, Eulale, Involat & Adéodat ; & des Illuftres Seigneurs Palatins, Oftulphe, Wimare, Vitul Tranfemond, Valdéric, Nauste, Cixila, Gisclamond, Sifalde, Teudila, Séverin, Sona, Ara, Traferic, Erga, Suniemire & Audemond.

Le Roi y

rés.

Ils s'affemblerent tous le onzième jour de Mai dans l'Epropofe quel- glife Prétorienne des Apôtres Saint Pierre & Saint Paul. ques difficul- Le Roi entra dans le Concile, & après les avoir falués, il leur dit qu'ils verroient dans un Mémoire qu'il leur apportoit & qu'il leur recommendoit d'examiner avec soin, les motifs de leur convocation. Il leur remit enfuite fon Ecrit, & il fe retira. Tout le contenu de cette Piéce se réduifoit à demander confeil fur deux Sermens qu'il avoit faits au Roi Ervige; l'un en époufant fa fille Cixilone, par lequel il lui avoit promis de protéger & de foutenir en tout fa Femme, fes Enfans, fes Gendres, & fes Brus ; & l'autre au tems de fon élection, s'engageant de rendre justice à tous fes Sujets. Egiza repréfentoit qu'également lié par ces deux Sermens, il fe trouveroit extrêmement embarraffé fur la conduite qu'il devroit tenir, fi quelqu'un formoit quelque jufte demande contre fa belle-mere, ou contre fes beaux-freres : il ajoûtoit qu'un autre fujet d'inquiétude pour lui, étoit qu'il y avoit quelques perfonnes, qui du tems de fon Prédéceffeur, avoient été injuftement dégradés de Nobleffe & dépouillés de leurs biens, & qu'il lui paroiffoit, qu'après avoir juré de foutenir les intérêts de la Famille d'Ervige, on ne pouvoit revenir contre ces injuftices. Enfin, il prioit le Concile de l'éclairer sur la conduite qu'il devoit tenir dans ces fortes d'occafions, pour ne point violer aucun de fes Sermens, où de lui marquer auquel des deux il devoit dans le besoin donner la préfé

rence.

Le Concile, après avoir lû le Mémoire du Roi, commença, fuivant la coutume, par la Confeffion de Foi. On traita enfuite les Points dont Saint Benoît II. avoit demandé la correction, dans l'Apologie qui avoit été envoïée à Rome.

ERE D'ES PAGNE, 726.

On y expli- D'abord l'on déclara, que s'il étoit dit dans cette Apoque l'Apolo-logie, que la Volonté avoit engendré la Volonté, cela

E&E D'ES

PAGNE.

726.

727.

ANNE E
J. C.
688.

s'entendoit dans le fens que les Théologiens appellent Iden-
tique; parce qu'en Dieu la Volonté est la même chofe que
la Nature, & que le Saint Efprit qui eft l'Amour rational
du Pere & du Fils, s'appelle Volonté des deux Perfonnes. gie de la Foi,
En fecond lieu, on expliqua dans quel fens l'on peut Julien de To-
faite Saint
dire que Jefus - Christ a trois Subftances, & l'on obferva, léde.
que c'eft en tant qu'il eft compofé de la Divinité, de l'Ame &
du Corps, parce que les deux derniéres parties font deux
Identicités réellement diftinctes, & par conféquent deux
Substances. Ces décisions furent appuïées de bonnes raifons
& des autorités des Peres de l'Eglife. A l'égard d'un troifié-
me Point qui avoit encore été marqué pour être corrigé, &
que j'ignore, l'on y fatisfit, en difant que c'étoit les paro¬
les expreffes de Saint Ambroise & de Saint Fulgence.

Les Peres du Concile pafferent enfuite aux deux Sermens
d'Egiza, & déclarerent que le premier ne pouvoit obliger,
qu'autant qu'il n'étoit point contraire à la juftice, qui de
droit doit être rendue à tout le monde, & qu'ainfi Egiza
n'étoit engagé de foutenir fa belle-mere & fes beau-freres,
que contre ceux qui formeroient quelques demandes ou
quelques entreprises injuftes. Ils ajoûterent auffi que pour
le ferment qu'Egiza avoit fait en faveur de fes Sujets, il
n'obligeoit point dans ce qui feroit contraire à la juftice, &
que dans ce cas les Juges & les autres perfonnes n'étoient
point tenus de le garder. Après qu'ils eurent ainsi levé les
doutes du Roi, ils terminerent le Concile en la maniére or-
dinaire (A).

(4) A&tes de ce Concile.
(B) FELIX dans l'Appendice de Saint

DE

Cependant Saint Julien compofa une feconde Apologie, pour mieux fatisfaire aux observations que l'on avoit faites fur la premiére, & l'envoïa à Rome. Saint Serge, qui avoit été élu Pontife le 20. d'Octobre & exalté le 2 z. de Novembre, l'aïant reçue & l'aïant lue, en fut très-fatisfait, tant pour fa Doctrine, que pour la pureté de la Foi qu'il reconnut en Espagne (B).

689.

l'E

La perfonne ou les perfonnes qui avoient été à Rome avec la feconde Apologie de Saint Julien, revinrent en Espagne Le Pape t dans cette année. Ils apporterent une Lettre de Saint Ser- glife d'Efpa ge, par laquelle ce Pontife louoit beaucoup le zéle de Saint gne fon com Julien, & le foin qu'il prenoit de remplir fes obligations, &

tentement

|| ILDEFONSE; ISIDORE de Badajoz,

Doutes da Roi levés.

Autre Apo logie de la Foi, écrite par

Saint Julien.

ANNE'E DE

J. C. 690.

Mort de S.

Julien de Toléde.

Ouvrages de ce Saint.

de contenter, le Siége Apoftolique fur ce qui avoit été ob-
fervé au fujet de fa premiére Apologie de la Foi (A).

Saint Julien Métropolitain de Toléde mourut en cette an-
née 690. le huitiéme jour de Mars, au grand regret de tou-
te l'Espagne, & fut enterré dans l'Eglife de Sainte Léoca-
die. Son nom est écrit dans le Martyrologe Romain au mê-
me jour, à caufe de toutes les vertus dont ce Saint étoit orné.
En effet, toujours adonné au Saint exercice de l'Oraison
exact à affifter aux Offices Divins, fi grand aumônier, qu'il
lui fuffifoit de fçavoir une perfonne dans le befoin, pour
qu'il cherchât à la foulager, & extrêmement compatiffant
avec les affligés ; il n'étoit pas moins jufte & équitable, dif-
cret, propre pour le maniement de toutes fortes d'affaires, &
doué d'une douceur admirable, qui le fit cherir de Dieu &
des Hommes. Ennemi déclaré du vice, il lui fit une guerre
continuelle, travaillant avec foin à le déraciner. Rigide ob-
fervateur des Saints Canons, il s'appliqua à contenir dans la
Discipline Eccléfiaftique toutes les perfonnes dont il eut la
direction, & à leur faire mener une vie exemplaire. Son zéle
pour l'Immunité Eccléfiaftique & pour celle des Eglifes, &
fon attention à faire célébrer les Offices Divins avec toute la
décence convenable, fe font auffi faits connoître d'une ma-
niére éclatante. A tant de vertus qui fuffifent pour ren-
dre un Prélat parfait, il joignoit encore une humilité pro-
fonde.

ERE D'ES

PAGNE. 728.

Il poffédoit auffi beaucoup de fcience, & il a compofé les Ecrits qui fuivent. Trois Livres fous le Tître de Pronostic du Siécle Futur, lefquels font adreffés à Idale Evêque de Barcelone, & font inférés dans la Bibliothéque des Peres : trois Livres du Sixième Age du Monde, pour défiller les yeux aux Juifs : ils font dédiés au Roi Ervige, & ils fe trouvent pareillement dans la Bibliothèque des Peres: Une Apologie de la Fui, que le Saint envoïa à Saint Benoît Pontife de Rome: Une autre Apologie fur les trois Chapitres obfervés dans la premiére Un Livre encore adreffé à Idale Evêque de Barcelone, en faveur des Canons & des Loix qui défendent que les Chrétiens foient Efclaves des Juifs : Un autre à l'Abbé Adrien, des Remédes contre le Blafphême : Un autre des Contraires ; c'est-à-dire des Passages de l'Ancien & du Nouveau Teftament, qui paroiffent avoir quelque contrariété : (A) ISIDORE de Badajoz.

ENE D'ESPAGNE. 728.

729

:

il eft auffi dans la Bibliothèque des Peres de Cologne & dans
celle imprimée à Lyon par Aniffon: Un autre des Jugemens
de Dieu, dédié à Ervige, dans le tems que celui-ci n'étoit
encore que Comte : Un autre contre les Perfecuteurs des per-
Jonnes qui fe mettent fous la protection des Eglifes: Un autre de
Sentences de Saint Augustin, tirées du Commentaire que fit
le Saint fur les cinquante premiers Pfeaumes: Un autre de
Sentences ou d'Extraits du même Saint dans les Livres qu'il
écrivit contre Julien : Différentes Piéces de Poëfies, telles que
des Hymnes, des Epitaphes & des Epigrammes: Beaucoup de
Lettres; des Sermons, avec un petit Traité du Zéle & du soin
que l'on doit avoir pour la Maifon de Dieu Des Meffes pour
tout le cours de l'année, dont les unes étoient des anciennes
qu'il avoit corrigées, & les autres des nouvelles qu'il avoit
faites: Des Oraifons pour toutes les Fêtes (que l'on célébre
pendant l'année dans l'Eglife de Toléde, le Saint aïant cor-
rigé les défauts des anciennes, & ajoûté celles qui man-
quoient : L'Hiftoire de la guerre de Wamba contre Paul dans
la Gaule Narbonnoife, imprimée dans le Tome I. des Ecri-
vains de France: Une chronique des Rois Gots, que les Espa-
gnols ont citée fous le nom de Vulfa, faute d'avoir entendu
la fignification du chiffre Julfe, qui veut dire, Juliani San-
éti Epifcopi : L'on voit par fon contenu qu'elle eft de ce Saint,
& tous les Sçavans du premier Ordre en conviennent, parce
qu'il ne va que jufqu'au Couronnement d'Egiza, qu'il ap-
pelle fon Seigneur Domini noftri, & que pour tous les Prin-
ces fous lefquels il a vécu, il marque les années, les mois &
les jours de leurs Morts, de leurs Elections, & de leurs Sa-
cres. Le Cardinal d'Aguirre a mis au jour cette Chronique
dans le Tom. II. des Conciles. De tant d'Ouvrages, nous
n'avons que ceux que j'ai marqués avoir été imprimés : les
autres font, ou péris, ou abandonnés à la pouffiére (A).

remplace.

Saint Julien eut pour Succeffeur dans le Siége Métropo- Siebert le litain de Toléde, Sifebert, le même, à ce que je m'imagine, que l'Abbé de ce nom qui foufcrivit aux Conciles précédens, Homme d'une grande naiffance parmi les Gots, comme l'on peut en juger par ce que je dirai dans la fuite.

Les Evêques de la Métropole de Tarragone, célébrerent, avec l'agrément du Roi, un Concile à Saragoffe* le pre- Saragode.

691: Concile de

(4) FELIX dans l'Appendice de S. ILDEFONSE.

Tome II.

* Il n'eft point fait mention de ce Concile par Mariana.

Eec

ANNE'E DE

J. C.

690€

De la Métropole de Séville, Felix Métropolitain, & de ANNE'E DE fes Suffragans Zachée, Evêque de Cordoue, Honorius de 693. Malaga, Arvide d'Ezija, Papul d'Ilipa, Arafind de Cabra, Cuniulde d'Italique, Sifebalde de Martos, Géronce d'Affidonia & Centure d'Ilibéri, aujourd'hui Grenade.

De la Métropole de Brague, Fauftin fon Métropolitain, & de fes Suffragans Felix, Evêque de Porto, Fructueux d'Orenfe, Adelphe de Tuy, Potentius de Lugo & Aurele d'Aftorga.

De la Métropole de Mérida, Maxime Métropolitain, &
de fes Suffragans, Boniface Evêque de Coria, Arcontius
d'Evora, Holemond de Salamanque, Jean d'Avila, Emila
de Coimbre, Fionce de Lamego, Landeric de Lisbonne
Jean de Badajoz, Theudefred de Visée & Agrippius d'Of-
fonoba
par fon Vicaire.

De la Métropole de Tarragone, Vera fon Métropolitain,
& de fes Suffragans Gaudila Evêque d'Ampurias, Aured de
Lérida, Felix de Calahorra, Conftantin d'Auca, Audeberɛ
de Huefca, Népotien de Tarrazone, Jean d'Egara, Walde-
red de Saragoffe, Involat de Tortofe, Wifefred d'Aufone,
Laulphe de Barcelone, Leuberic d'Urgel, Mire de Giro-
ne & Martien de Pampelune par fon Vicaire.

De la Métropole de Narbonne, il n'y affifta au Concile, à
ce qu'il paroît, qu'Ervige Evêque de Béziers & Sunegifid de
Lodéve. Les autres ne s'y rendirent point à cause d'une ma-
ladie Epidémique, dont cette Province étoit affligée, & qui
fit mourir beaucoup de monde : c'étoit des glandes qui ve-
noient dans les aînes, & qui fortoient en dehors. Il
y eut
encore un autre Evêque, dont je n'ai pû lire le nom, ni ce-
lui de fon Evêché dans les anciens Exemplaires des Con-
ciles.

Il s'y trouva auffi cinq Abbés, Gabriel, Eulale, Nerbace,
Braulion & Eugêne; & des Illuftres Palatins, Vitul, Wimar,
Théodulphe, Paul, Théodefred, David, Réchifind, Sife-
mond, Ella, Théodehit, Régéfuind, Ega, [Afrila, Danila,
Audemond & Théodemond.

On fit le deuxième jour de Mai l'ouverture du Concile, où le Roi étant entré, préfenta par écrit les affaires qui devoient s'y traiter; après quoi il fe retira. Lorfqu'on eut lû fon Mémoire, on commença par une ample Confeffion de Foi, & l'on fit enfuite treize Canons.

ERE D'ES

PAGNE 731

« AnteriorContinuar »