Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Anne'E

DE

ERE D'Eso PAGNE. 4986.

457.

des Gots, voulut porter les Suéves à reprendre les armes,

& les y auroit fans doute déterminés, fi les Gots J. C.

Théo

que
doric avoit laissés à Brague, & qui en furent avertis, ne
l'avoient fait arrêter & mourir dans la Ville de Porto (A).

Sabin informé que la Ville de Séville, dont il étoit Èvé-
que,

étoit rentrée sous la domination de l'Empire Romain, y retourna des Gaules pour reprendre poffeffion de son Siége. L'on ne sçait fi Epiphane, que Rechila l'avant-der-nier Roi des Suéves lui avoit substitué en s'emparant de cette Ville, étoit mort, ou si l'Evêque légitime apporta un ordre pour chasser l'Intrus (B).

Vers ce même tems, Silvain Evêque de Calahorra sacra Evêque un de ses Prêtres pour lui succéder dans son Evêché, sans s'inquiéter du Réglement prescrit par les Saints Canons, & fans en avoir demandé la permission au Métropolitain. Tous les autres Evêques de cette Province. furent très-scandalisés de cette nouveauté, & celui de Saragosse représenta à Silvain combien fa conduite étoit téméraire, afin qu'il s'abstînt de retomber dans cette irrégularité; mais ce fut inutilement, comme on le verra l'année suivante (C)..

L'Empereur Majorien, après avoir arrangé les affaires Les Corts te d'Italie , passa dans les Gaules pour y établir fon autorité, reconnoitre.

& pour s'y faire reconnoître Empereur par la Province de
Lion, & par les Visigots qui avoient refusé jusqu'alors de
le faire, parce qu'Avit étoit né Gaulois, & que l'éleva-
tion de celui-ci à l’Empire étoit l'ouvrage du Roi Théo-
doric. Lorsqu'il y fut arrivé, Lyon & les autres Villes se
foumirent à lui, & fes Généraux remporterent quelques

avantages sur les Gots (D).
Les Suéves Les Suéves voulant avoir à leur tête un Roi de leur Na.
veulent rele- tion, députerent des Evêques au Roi Théodoric pour lui
narchie, & é demander la permission de s'en donner un, & il paroît que
litsent Rois, le Roi Got y confentit. Mais lorsqu'ils procéderent à cet-
te élection, ils ne purent point s'accorder; de sorte

que

les uns reconnurent pour leur Roi Frontan , & d'autres MalFrontao, Ré- dras. Le premier étant mort vers les Fêtes de Pâques, les

458.

496.

Frontan &
Maldras.

Mort de

[merged small][ocr errors][merged small]

ERE D'Es
YAGNE,

496,

J. C.

458. mismond lui succéde.

La Lufta

lice désolées

497

4591

Suéves qui l'avoient choisi, lui donnerent pour Succef-
feur Rémismond * , que Théodoric approuva, comme il Anne's ve
avoit fait sans doute à l'égard de son Prédécesseur.

Les Suéves qui étoient du parti de Maldras entrerent
dans la Lusitanie , & y commirent beaucoup de meurtres
& toutes sortes d'hostilités , au grand préjudice des Sujets nie & la Ga-
de l'Empire Romain. Arrivés à Lisbonne, ils y entrerent

par les Suć. sous prétexte de paix, & il y a lieu de croire qu'ils s'y por- ves. terent aux mêmes excès que dans les autres endroits. Etant ensuite ressortis de cette Ville, ils allerent faccager toute la partie de Galice qui eft baignée par le Duero. Dans le même tems , le Roi Théodoric fit repasser fon Armée en Espagne sous la conduite de Cyrilla qui arriva en Andaloufie dans le mois de Juillet , afin de maintenir ce Païs dans ses intérêts contre les Romains (A).

Silvain Evêque de Calahorra, non-content de ce qu'il
avoit fait l'année précédente, facra encore un Prêtre pour
succéder à un autre Evêque contre le gré de celui-ci , fans
que j'aïe pû sçavoir dans quel Evêché cela arriva (B).

L'année suivante le Roi Théodoric envoïa en Andalou-
fie
pour renforcer son Armée, quelques Troupes fous les

Paix & al

liance entre ordres de Suéneric, qu'il nomma son Généralisfime dans

Majorien & ce Pais, & rappella en Aquitaine Cyrilla , parce qu'il avoit Théodoric. besoin de lui pour la guerre que Majorien & les Généraux de l’Empire lui faisoient. Cependant Egidius battit fi-bien les Gots dans une action, que ceux-ci furent réduits au point de demander la paix ; ce que Majorien fouhaitoit ardemment, afin de pouvoir s'éloigner des Gaules fans inquiétude, & aller faire la guerre à Genséric Roi des Vandales qui avoit usurpé toute l'Afrique sur l’Empire. Romain,

En Espagne les Suéves du parti de Maldras firent une nouvelle incursion dans la Lufitanie, qui éprouva leurs hof- faccagent la tilités ordinaires. Ceux qui tenoient pour Rémismond en Lufitanie & le aïant fait autant en Galice , les Galiciens se réunirent pour la défense de la Patrie, & allerent s'opposer à l'ennemi. (4) IDACE, JORNANDES.

[ocr errors]

sera parlé en l'année 460. le fut de (B) Lettre des Evéques de Tarragone Frontan qu'il aomme Franca; mais au Pape Saint Hilaire.

c'est un renversemerit , que j'ai cru né• Mariana paroit vouloir faire en- ceffaire de relever pour l'exa&itude de tendre que Rémismond fut Succeseur | l'Histoire. de Maldras, & que Frumarius, dont il

Les Suéves

Galice.

ANNE'E

DE J. C. 459.

ERE D'ES PAGNL. 492

Nouvelle

Les uns & les autres en vinrent aux mains, & fe fépare-
rent avec perte égale; de sorte que les Peuples de Galice
persisterent dans la résolution de faire tous leurs efforts
pour conserver leur liberté sous la domination de l'Em-
pire.

Sur ces entrefaites, le Comte Népotien, que l'Empereur
Majorien avoit envoïé en Espagne avec quelques Trou-
pes pour y défendre ses Domaines, & Sueneric Général
Got, informés que Majorien & Théodoric avoient fait en-
semble une étroite ligue, en donnerent avis aux Galiciens
par leurs Envoiés, qui flatterent ces Espagnols d’être bien-
tôt secourus, afin de les encourager à se défendre constam-
ment contre les Suéves. L'on travailla aussi en même tems
par ordre de l'Empereur Majorien, à équipper une grof-
se Flotte sur les Côtes de Carthagêne , pour aller l'année
suivante en Afrique faire la guerre à Genféric Roi des
Vandales.

Les Erules reparurent de nouveau sur les Côtes de Lux
descente des
Erules en Et go, où ils faccagerent plusieurs Places & commirent beau-
pague. coup de cruautés. Ils passerent ensuite aux Côtes d'Anda-

lousie, sans que l'on [cache ce qu'ils y firent. Dans le mê-
me tems, le Roi Maldras tua son frere, & s'empara de la
Ville de Porto (A).

Majorien qui étoit réellement digne du Trône par son
Perfidie de
Ricimer, Ge cæur martial, par son grand génie, &

par

son caractére, néral de l'En• vivement touché de sçavoir l’Afrique en proie à la violenpire d'Occi- ce & aux hostilités des Barbares, mit sur pied une nomdent.

breuse Armée, & se rendit des Gaules en Espagne, dans le
dessein de la mener en Afrique sur la Flotte qu'il avoit or-
donné qu'on lui préparât ; mais. Ricimer qui étoit à Rome,
fit échouer un si noble projet. Ce perfide craignant que
l'Empereur enhardi & glorieux de fe voir à la tête d'une
fi nombreuse Armée ne secouât le joug de fa tyrannie , s'il
avoit d'heureux succès en Afrique, avertit secretement
Genséric de prévenir au plûtôt avec sa Flotte, qui étoit
toujours en état, le péril dont il étoit menacé. Sur cet avis,
Genféric mit promptement à la voile pour les Côtes d'Ef-
pagne, & aïant surpris les Vaisseaux de l'Empereur pro-
che d'Alicant , il les brûla pour la plûpart & il emmena
les autres en Afrique.. Majorien déchû par là de ses ef-
(A) Ivace, Sydoine dans le Panegyrique ; Priscus dans les Extraits,

460.

[ocr errors]

PAGNE. 498.

460.

élu Roi en la

pérances, & forcé de renoncer à l'expédition qu'il avoit Est cEs- méditée avec tant de plaisir , s'en retourna dans les Gau- ANNEE DE

les pour passer en Italie (-A).

Dans le mois de Février, les Suéves qui obéissoient à Maldras tué, Maldras *, tuerent ce Prince, peut-être à la sollicitation & Frumarius de Frumarius qu'ils élurent pour son Successeur. Ceux qui place. étoient attachés à Rémismond, prévenus que les Chrétiens font ordinairement occupés dans le tems de Pâques, pri- Hostilités rent par surprise la Ville de Lugo, & passerent au fil de des Suéves eni l'épée tous les Citoïens & tous les soldats qui y étoient Espagnes avec leur Gouverneur Honestus. Les deux Généraux, Népotien & Suéneric, envoïerent ausi-tôt contre eux un gros Corps de Troupes qui tua tous les Suéves qu'il rencontra dans les environs de Lugo. Mais s'étant malicieusement répandu un certain bruit que les Romains & les Gots avoient en une défaite considérable, ce qui devoit être fans doute le triste fort de la Flotte de Majorien, le Détachement retourna s'incorporer avec les autres Troupes.

Frumarius à la tête d'une grande multitude de Suéves qui le reconnoiffoient pour leur Roi , mal informé par quelques-uns que l'Evêque Idace s'opposoit toujours à ce qu'il souhaitoit, alla à Aquæ Flaviæ où étoit Idace. Etant entré dans cette Ville qui est aujourd'hui Chaves à l'extrêmité du Portugal súr la Frontiére, du côté de Monterrey, il la pilla & la démolit presque entiérement, emmenant prifonnier Idace à qui il rendit la liberté trois mois après.

Rémismond. avec son monde ne sçut pas plûtôt que les Bataille ens Troupes Romaines s'étoient retirées, qu'il se remit en Cam- tre les deux pagne, saccageant les terres maritimes de Lugo & d'Iria, Rois Suéves. & le Territoire d’Orense. Les deux Rois Suéves, Frumarius & Rémismond, s'étant alors rencontrés, il se livra une bataille où la victoire resta apparemment indécife. Cela fic que les Suéves, qui reconnurent d'ailleurs que tous les dél--ordres

que

l'on faifoit dans la Province étoient contraires à leur propre confervation, prirent le parti de mettre bas les armes , & envoïérent leurs Ambassadeurs à Théodoric pour prier ce Prince de régler la paix.

(A) IDACE, MARIOS D'AVENCHE , || Succeffeurs, dit que ce fut Fronton, PROCOPE, Liv. 1. de la Guerre des & met fa mort & l'élection de Frumas Vandales.

rius , son prétendu Successeur, sous * Mariana qui a confondu Fronton || l'année 465. ce qui fait un Parachige wec Maldras, de même que leurs deux loilme de: ciag ans.

Anne'e DE

ERE D'Es. PAGNE 498.

460.

461. Paix con

[ocr errors]

Pendant que les deux Rois Suéves se faisoient la guerre,
J. C.

Suéneric alla avec son Armée faire le siége de Scalabis,
dont les Suéves étoient sans doute en possession, & prit
de force cette Ville, qui est Santaren en Portugal (A).

Genféric Roi des Vandales, persuadé que pour conserclue entre

ver les Conquêtes qu'il avoit faites dans les Mauritanies, Majorien & il n'y avoit pas de meilleur moïen que de faire la paix Genéric.

avec Majorien, & qu il l'obtiendroit d'autant plus facile-
ment, que cet Empereur n'avoit point de forces fur Mer,
crut ne pas devoir laisser échapper une si belle occasion,
c'est pourquoi, il envoïa à Majorien ses Ambassadeurs

pour
la lui demander & pour la conclure. Ceux-ci fe rendi-
rent dans les Gaules où étoit l'Empereur , qui se prêta vo-
lontiers à un accommodement, parce qu'il lui parut qu'un
peu de repos & de tranquillité lui étoient nécessaires,
pour pouvoir vacquer aux affaires de l'Empire , lorsqu'il

feroit en Italie. Trahison de Ricimer toujours inquiet, ne put apprendre sans effroi Ricimer & la conclusion de cette paix. Il lui parut que son pouvoir crifte fort de

étoit Majoriea

peu

assûré avec un Empereur qui sçavoit régner, & il craignit que Majorien débarrassé des inquiétudes que les Vandales pouvoient lui causer, n'ouvrît les yeux sur rannie. Pour prévenir ce malheur, il sollicità Sévére Sénateur Romain de ceindre le Laurier , dans l'espérance que Sévére se contentant du Tître d'Empereur, lui abandonneroit toute l'autorité. Sévére se laissa gagner par ses discours ; de sorte que Majorien passant en Italie , fut tué à Tortonne le 2. d'Août dans une sédition Militaire, à la follicitation du Tyran, lequel trouva encore le moïen de faire proclamer Empereur le 19. de Novembre Sévére, sous le nom de qui ce détestable Arien exécuta tous ses affreux desseins (B).

Le Comte Egidius qui se trouvoit dans les Gaules avec le Commandement des Armes de l'Empire, n'eut pas plûtôt appris la fin tragique de Majorien, que résolu de venger la mort de cet Empereur, il refusa de reconnoître Sévére, & il tâcha de maintenir les Villes des Gaules dans son parti. Sévére & Ricimer crurent que dans cette conjoncture, il leur étoit de la derniére importance de renou. (A) IDACE, S. ISIDORE dans l'Hir- (B) IDACE, MARCELLIN, CASSIO

ll

sur sa ty

DORE, CUSPINIEN.

toire des Gots.

« AnteriorContinuar »