Les œuvres de François de Malherbe: avec les observations de Mr Ménage, et les remarques de Mr Chevreau sur les poesies

Portada
Chez les freres Barbou, 1723

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 18 - Un malheur inconnu glisse parmi les hommes, Qui les rend ennemis du repos où nous sommes : La plupart de leurs vœux tendent au changement, Et comme s'ils vivaient...
Página 50 - Richelieu, ce prélat de qui toute l'envie Est de voir ta grandeur aux Indes se borner, Et qui visiblement ne fait cas de sa vie Que pour te la donner. Rien que ton intérêt n'occupe sa pensée; Nuls divertissements ne l'appellent ailleurs, Et de quelques bons yeux qu'on ait vanté Lyncée, II en a de meilleurs. Son...
Página 69 - Apollon à portes ouvertes Laisse indifféremment cueillir Les belles feuilles toujours vertes Qui gardent les noms de vieillir ; Mais l'art d'en faire des couronnes N'est pas su de toutes personnes , Et trois ou quatre seulement, Au nombre desquels on me range, Peuvent donner une louange Qui demeure éternellement.
Página 6 - Que je porte d'envie à la troupe innocente De ceux qui, massacrés d'une main violente, Virent dès le matin leur beau jour accourci ; Le fer qui les tua leur donna cette grâce, Que si de faire bien ils n'eurent pas l'espace, Ils n'eurent pas le temps de faire mal aussi.
Página 32 - O soleil, ô grand luminaire! Si jadis l'horreur d'un festin Fit que de ta route ordinaire Tu reculas vers le matin, Et d'un émerveillable change Te couchas aux rives du Gange, D'où vient que, ta sévérité, Moindre qu'en la faute d'Atrée, Ne punit point cette contrée D'une éternelle obscurité? Non, non, tu luis sur le coupable Comme tu fais...
Página 53 - De quel péril extrême est la guerre suivie, Où je ne fisse voir que tout l'or du Levant N'a rien que je compare aux honneurs d'une vie Perdue en te servant...
Página 51 - C'est bien la foy la plus commode, Pour ceux que le Monde a charmez : Les Femmes y sont vos Idoles : Mais à grand tort vous les aimez, Vous qui n'avez que des paroles.
Página 54 - Je les possédai jeune, et les possède encore A la fin de mes jours. Ce que j'en ai reçu, je veux te le produire; Tu verras mon adresse, et ton front cette fois Sera ceint de rayons qu'on ne vit jamais luire Sur la tête des rois. Soit que de tes lauriers ma lyre s'entretienne...
Página 55 - Sagesse éternelle, en merveilles féconde, Mon Dieu, mon créateur, Que ta magnificence étonne tout le monde...
Página 22 - Cependant son Dauphin d'une vitesse prompte Des ans de sa jeunesse accomplira le compte ; Et, suivant de l'honneur les aimables appas, De faits si renommés ourdira son histoire, Que ceux qui dedans l'ombre éternellement noire Ignorent le soleil ne l'ignoreront pas.

Información bibliográfica