Imágenes de páginas
PDF
EPUB

R E M A R Q v E S

für le Chapitre premier.
À Messe est ainsi appellée du mot latin

L

ز

a dir, remissa pour remissio; oblata pour oblatio ; ascensa pour ascensio ; confessa pour confessio ; accesa pour accessio ; promisa pour promissio ; consulta pour consultatio ; proclama pour proclamatio ; ulta pour ultio ; secreta pour secretio ; exposita pour ex. pofitio ; prostrata pour profiratio ; offensa pour

offenfio ; repulsa pour repulfio; deducta pour deductio; dimensa pour dimensio; inftituta pour institutio ; affumpta pour assumptio ; & annuntiata pour annuntiatio. Or mifa fait en françois melle, comme milfio fait mission. Ainsi remissa fait remise de dettes, & remissio remission ; confessa confèffe , & confessio confession;collecta collecte , & collectio collection; secreta secrete, & secretio sécrétion ; consulta consulte , & consultatio consultation ; annuntiata Annonciade ; & annuntiatio Annonciation. Tous noms verbaux changez en simples noms, suivant la coutume des Anciens.

Le mot missa est donc un nom verbal,dérivé de mittere. MITTER E OU missum facere aliquer , pour dire , renvoyer quelqu'un, le congédier , luy permettre de se retirer, de sortir, le laisser aller. Legiones missas facere, licentier les troupes. Vxorem fin.Philip.s. misam facere , renvoyer sa femme, la répudier. Calig.c.25. Non missum facitis , dic Alcime-Avit , Evêque de Vienne en Daufiné, au commencement du v 1. siecle,en sa premiere lettre à Gondebaud,Roy des de miga, en Bourguignons, "est la même chose que non di.« usage, non miltitis (c'est-à-dire, Vous ne renvoyez pas). Et « dans l'Egli

Cicer, in

Le terme

[ocr errors]

כו

se, mais au »c'est de la propre fignification de ce terme,qu'ef
Princes , & » venu en usage dans l'Eglise, dans les Palais des
aux Pretoi- » Rois,& dans les lieux où se rend la justice,le mis-
pour congé- » fa-fieri, pour dire , Rompre l'assemblée, donner
dier le peu; » congé au peuple. D'où vient , au rapport de
btože mbiée » Luitprand, que» le signal de ce congé ou ren-
10..... voy, de cette dimision, pour ainfi dire de l'allem-
de Pal.cn. blée,écoit appellé mis, « du mot missa. De là vient
Dato cligno, aussi qu'on dit encore à Rouen, au Quartier du

Palais, la mission , pour marquer le jour que finit
le Parlement, & qu'on renvoye les plaideurs jus-
qu'après la S. Martin ; d'où par extension on ap-
pelle pareillement mession, tout le temps des vac
cations. » Nous ne faisons rien pendant toute la
mession, disent communément les Imprimeurs,les
Libraires & les Aubergistes des environs du Pa-
lais (a).

C'est dans ce sens que le Diacre ou le Prêtre
use encore tous les jours de cette formule, Ite,
missa est , pour congédier l'assemblée & renvoyer
les Fideles, aprés que la Messe est achevée (6).
(a) Je dois cette remarque avec quelques autres,

à Clerc ou Acolythe de l'Eglise de Rouen-même, tréshabile dans la science des Rits & des Cérémonies, ainsi qu'en tout autre genre d'érudition & de littérature Ecclesiastique. Je n'ay garde de mettre icy son nom , aprés que sa modestic le luy a fait supprimer á luy.même, à la tête de la derniere Edition des Ouvrages de S. Paulin & de la Concorde des Livres des Rois & des Paralipomenes dont il est Auteur , aussi bien que des savantes Notes qui accompagnent l'Edition du Liv. des Divins Offices de Jean d'Avranches ; & même en partie, de la composition & de la correction du nouveau Breviere & du nouveau Misfel d'Orleans.

(6) Ausli , lorsqu'on ne les congédie pas , comme aux jours de jeûne, où le peuple est retenu pour l'Office de Nones ou de Vépres, qui sont inhérentes ces jours là, à la Melle : au lieu de ces paroles, Ite, miffa eft ; employe

un

Allez vous-en, leur dit-il, c'est fait , il y'a ren-ić voy, il y a congé ( missa est, pour missioeft,dimissio:e eft; comme on dit copia eft, suppl. eundi ; vous ce avez permission de vous retirer , vous pouvez « vous en aller , il n'y a plus rien qui vous recien-so ne, tout est fait , les Mysteres sont consommez, revertimini ad propria ,,chacun peut s'en retour- « ner chez soy. Ainsi, on disoit chez les Romains, par abbrégé, Illicet , pour ire licet (a), on a liberté

V. Servium de sortir, on peut se retirer ; & chez les Grecs , in lib. 6.ÆLaois aphesis, messe ou mission , dimission , congé Apul. 16.11

. au peuple , populis missio, ou missa: en un mot, ce de Afin.aur. qu'ils appelloient novissima verba. C'est en ce mê & Greg. Gi

rald.Syntag me sens que le Faux-Alcuin (b) dit qu'astanti 17. observanti populo absolutio datur , inclamante Diacono: Ite , missa eft (c). l'on ces autres , Benedicamus Domino , qui ne portent point de congé avec elles. Cette derniere formule étoit pareillement usitée en quelques Eglises, à fa Messe de la nuit de Noel , aprés laquelle, comme cette Messe étoic immédiatement suivie de Laudes, on n'avoit garde de renvoyer les Fideles,tenus d'assister aufli à Laudes. In fine Miße dicitur Benedicamus Domino, quia nondum darur licentia exeundi de.Ecclefia , dit l'ordinaire ou Cérémonial MS. de l'Eglise de Toul.

( a ) De même qu'on dit scilicet pour fcire licet , ou videlicet pour videre licet.

(b) On appelle le Faux · Alcuin , l’Aureur du Livre des Divins-offices , qui est supposé & fausement attribué à Alcuin. Cet Auteur , au sentiment de quelques Savans, écrivoit dans l'onziéme siecle ; & Alcuin mourut au commencement du neuviéme.

(c) il y a quelques années qu'il fut frappé en Hollande , une Medaille, au sujet de la derniere revolution d'Angleterre. C'étoit un Calice renversé, avec ces paroIss :. Ite, missa est , employées par allusion, comme l'on voit, à la formule ordinaire , usitée à la fin de la Melle; par où l'on prétendoit, sans doute, marquer aux Papistes. ou Catholiques-Romains d'Angleterre, qu'ils pouvoient

2. Avant l'action du Sacrifice , on renvoyoit de l'Eglise de l'assemblée , les Catécumenes ) D'oli vient que les Eusébiens ayant accusé S. Athanase

d'avoir envoyé briser le Calice d'un nommé IschyApud Athan. ras , lorsqu'il offroit le faint Sacrifice; & produiApol. 2.

sant

pour témoins de cette violence, des Catécumenes, le saint Pape Jules rejeta une seniblable déposition, & en releva même l'absurdité, sur cela seul que, quand l'heure de l'Oblation étoit venuë, on faisoit sortir les Catécumenes. Intus adhuc

agentibus Catechumenis, tempus Oblationis nondum In epist

. ad esse potuit,dit ce Pape. Or on appelloit Catécumenes,

ceux ou celles qu'on caréchizoit pour les disposer Evangel. au Baptême, d'un nom grec, emprunté de l'Epræf. * 4 cricure, & déja employé au même sens, par S. 10. v. 18. Luc & par S. Paul * ; c'est-à-dire , pour marquer

une instruction de parole & de vive voix (a).Car, Gal 6.6.** dans les premiers temps rien ne s'enseignoit par

écrit, à cause des Infideles , & même des Catécumenes, à qui on écoit soigneux de cacher les Mysteres & jusqu'au Pater & au Symbole : & c'est pour ce sujet qu'on les faisoit sortir avant

Orient.

25:
* Rom. 2.

prendre leur party , & que ç’en étoit fait de la Messe,qu'à ce coup elle étoit à bas & entierement abolie. Mais, n'en déplaise aux Aureurs ou Fabricateurs de cette Medaille , ils prennent icy lourdement le change, puisque le mot missa ne fignifie point du tour dans cette formule , Ite. misa est , ce qu'on appelle communément la Mesle, c'est à dire, le Sacrifice non sanglant du Corps & du Sang du Seigneur ; mais simplement le congé que le Diacre ou le Prêtre donne

au peuple , de se retirer & de sortir de l'Eglise & de l'assemblée , lorsque ce Sacrifice est achevé; en sorte que ce mot, entendu en ce dernier sens, 'n'exprime icy, ni la pensée de ces Messieurs, ni le dessein de la Medaille.

(a) Catechumenos, catéchizé & enseigné de bouche & de vive-voix.

[ocr errors]

di

[ocr errors]

que de commencer le Sacrifice ; c'est à dire , immédiatement aprés la lecture de l'Evangile. C'est qu'on écoit bien aise de les mener comme par

de grez à la connoissance des Mysteres. Il y avoit trois ordres ou degrez de Catécu- . Tertut.

de Pæn.c.6. menes.

Cypr. Ep. 2 Le premier, les Oyans ou Auditeurs , admis Concil. Neo

cæsar, c, s. avec les Pénitens de la seconde classe, à écouter les lectures & les instructions. Le second, les Profternez bu Agenouillez, reçus outre cela,aussi bien

que les Pénitens de la troisiéme classe,à prier en cette posture ( jusqu'à ce qu'on commençar le Sacrifice), avec la troisiéme classe des Catécumenes , & la quatrieme des Pénitens ( c'est-à-dire , avec les Compétens & les Confiftans), & encore avec les Fideles. Le troisieme , ceux qui parfaitement instruits en la foy, & ayant été jugez gnes du Baptême , étoient admis à le demander, & faisoient instance pour le recevoir , de-là appellez Compétens. Toutefois on n'appelloit proprement Catécumenes , que ceux du premier & du Tid.Hifa second degré;savoir, les Auditeurs & les Profter- div. Of. C. nez;le reste étoit nommé Compétent ou Elu. Quoique quelque Auteurs mettent encore cette différence entre les Compétens & les Elus; que,ceux- Raban. ey avoient déja donné leur nom pour le Baptê. Maur.de Intme, & écoient inscrits sur la liste de ceux qui c. 26. Card. devoient les recevoir inceffamment ; ce qui dans Bona, Litur. le sentiment de ces Auteurs, forme un quatrieme degré de Catécumenes. D'autres au contraire, les reduisent à deux claffes, les Auditeurs & les Compétens,rangeant les Auditeurs avec les Prosternez, ou bien les Profternez avec les Competens (a).

la) v. Concil. Neocafar. Can. S. Item , Nican. C. 14. V. aulli M. l'Abbé Fleury,en fon Histoire-Ecclefi ajtás

21.

« AnteriorContinuar »