Imágenes de páginas
PDF
EPUB

BIBLIOTHEQUE

UNIVERSELLE
DES HISTORIENS;

CON TEN ANT
LEURS VIES; L'ABR E G E';

là Chronologie , la Geographie , & la
Critique de leurs Histoires ; un Juge-
ment sur leur Style, & leur Caractere;
& le dénombrement des differentes Edi-
tions de leurs Oeuvres,

AVEC

Des Tables Chronologiques & Geographiques:
L I VRE PRE M I E R:

,

TOME PREMIER

A

A PARIS,
Chez PIERRE GIFFARI, Libraire & Graveur

du Roi, ruë S. Jacques, à l'Image de Ste Therese:

M. D C C V I I.
Avec Approbation ; e Privilege die Roi

[ocr errors]
[ocr errors]

(PATRIE

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

A MESSIRE JEAN PAUL

BIGNON, ABBE DE S. QUENTIN,

CONSEILLER ORDINAIRE DU ROY

EN SON CONSEIL D'ETAT

M

ONSEIGNEUR, De toutes les Sciences ausquelles vous faites gloire d'accorder votre

[ocr errors]

protection, il n'y en a point qui en ait plus besoin que l'ancienne Histoia re, parce que quelque excellente, es quelque necessaire qu'elle foit , il n'y en a peut-être point qui

soit presentement moins en credit dans le monde. La Poësie , l' Eloquence, la Phyfia que, les Mathematiques Ela Theologie même font l'application Es les délices des beaux esprits de ce fiecle. La necessité fait étudier l'Histoire Ecclesiastique, es la curiosité fait rechercher les Histoires modernes. L'ancienne Histoire prophane est la seule que l'on néglige: on fe contente de la sçavoir superficiellement ; on n'a point de recours aux fources!, presque personne ne se met en peine 'den éclaircir les difficultez. Il est surprenant que dans un siécle ausi Lumineux que le nôtre , le goût que

1

:

que ce

Pon avoit pour l'Histoire Grecque dans le siécle d'Auguste, ne se soit pas réveillé: que les Histoires d'Hea rodote, de Thucydide , de Xenophon 9 foient à peine litës, qu'on peut sçavoir des Antiquitex des Orientaux des Grecs, foit presque mis au rang des Fables. Le Public étant ainsi prévenu contrel'ancienne Histoire, je n'aurois pas. osé entreprendre de lui donner une Bibliotheque des anciens Historiens, si je ne m'étois flatté, MONSEIGNEUR, que vous voudriez bien la favoriser de vôtre agrément; dans la perfuafion je fuis que vôtre suffrage enlevera celui du Bua blic. Il suffit que vous témoigniez; approuver un deffein, pour lui attirer un applaudissement general Vône jugement est une loi fouve

á iij,

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »