Les fables égyptiennes et grecques dévoilées & réduites au même principe, Volumen1

Portada
Chez Delalain l'aîné, 1786 - 632 páginas

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 538 - ... d'Or commença. On obfervoit alors les règles de la bonne - foi & de la Juftice , fans y être contraint par les Loix. La crainte n'étoit point le motif qui faifoit agir les Hommes , on ive connoiflbit point encore les fupplices.
Página 274 - Typhon, °fdit-il , l'ayant invité à un fuperbe feftin , propofa après le repas aux Conviés > de fe mefurer dans un coffre d'un travail exquis, promettant de le donner à celui qui feroit de même grandeur. Ofiris...
Página 275 - Enfin , après avoir répandu bien des larmes , elle le fit enterrer à Abyde , ville fituée à l'occident du Nil. Que fi les Anciens placent le tombeau...
Página 138 - Car quoique d'eux foit l'entrée de notre œuvre, dit le bon Trévifan , & que notre matière , par tous les dits des Philofophes , doit être compofée de vif-argent, & vifargent n'eft en autres chofes qu'es métaux Toutefois ne font -ils pas notre pierre tandis qu'ils demeurent en forme métallique ; car il eft impoflible qu'une matière ait deux formes.
Página 275 - Enfin après des peines infinies elle le trouva , & fit de fi grandes lamentations , que le fils du Roi de Byblos en mourut de regret ; ce qui toucha fi fort le Roi fon père , qu'il permit à Ifis d'enlever ce corps , & de fe retirer en Egypte.
Página 480 - Libyques , ce n'étoit point des pommes , c'étoit des brebis , qu'on appelloit brt.bls d'or , à caufe de leur beauté furprenante. Et le berger qui en avoit la garde , n'étoit point un dragon , mais un homme ainfi nommé, parce qu il avoir la vigilance & la férocité de cet animal.
Página 477 - On pourroit dire feulement que toutes ces Fables ne font qu'un pur jeu de l'imagination des Poètes , qui contraires en cela aux Hiftoriens, ne racontent jamais fans machine les faits qui font le fondement de leurs Poèmes.
Página 275 - Typhon l'ayant invité un jour à un grand feftin , propofa , après le repas , aux conviés de fe mefurer dans un coffre d'un travail exquis, promettant de le donner à celui qui feroit de même grandeur.
Página 306 - En un mot dans toutes les montagnes & tous les autres lieux où il y avoit des exhalaifons...
Página 539 - Le printems regnoit pendant toute l'année. Les doux zéphirs animoient de leur chaleur , les fleurs qui naifloient de la terre.

Información bibliográfica