Imágenes de páginas
PDF
EPUB

D U

THEATRE ANGLOIS,

Depuis l'origine des Spectacles , jusqu'à

nos jours.
Traduit par Cornélie Wouters baronne de Vasové et .

Maria Wouters
TO ME PREMIER

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Origine & progrès du Théatre Anglois , avec des notes sur l'origine du Théatre François.

TOUTE

OUTES les Nations policées ont encouragé les Spectacles, comme une institution utile à la prospérité de l'état. Foible dans son principe, le Théatre ne servit d'abord qu'au divertissement des gens oisifs ; il fallut du temps & le secours des plus grands génies pour le rendre digne des Muses ; cette gloire étoit réservée à la Grèce. Sophocles, Echyle, Menander & Euripide l'arracherent du sein de l'ignorance ; & c'est à leur exemple que Plaute, Térence , Séneque & Varrius chez les Romains; Shakespear, Fletcher, Beaument & Ben-Johnson chez les Anglois; Corneille & Moliere chez les François , firent de la scène une école des moeurs & de la morale , où la vertu représentée sous un aspe&t attrayant , inspire au guerrier & au citoyen l'amour de la patrie , montre à la

*

[blocks in formation]

BAR 231514 309533

911

V. 1-2

que l'habitude

jeunesse le danger des passions, & cor-
rige la vieillesse des défauts
lui a rendus familiers. Voilà pourquoi les
Athéniens décernoient les plus grands hon-
neurs aux Auteurs dramatiques, & dépen-
soient des sommes immenses pour l'en-
tretien de leurs Théatres (1). Les plus
grands Philosophes ne se contentoient pas
de fréquenter les Spectacles, mais se plai-
soient dans la société des Auteurs dra-
matiques, Socrate corrigeoit les ouvrages
d'Euripide, & le

sage

Solon recommandoit en mourant l'usage des Théatres. Les Romains, à l'exemple des Grecs, encouragerent la scène ; Lælius & Scipion se délassoient avec Terence; Cesár étoit aussi jaloux d'être bon Poëté, qu’orateur éloquent ; Auguste, le vainqueur du monde, essayä vainement de faire une bonne tragédie ( 2); lé vertueux Brutus, oubliant

[merged small][ocr errors]

(1) Ils dépensèrent la valeur de 100,000 livres à une seule décoration dans une tragédie de Sophocles. (*) Il commença Ajax, mais né put

l'achever,

les maux où le meurtre de César plongeoit sa patrie, ne rougit pas d'aller à Naples pour y voir une bonne troupe de Comédiens (1); & Cicéron ne craignit pas de faire l'éloge des talens de Rofcius dans son plaidoyer pour le Poëte Archias. .

Après la décadence de l'Empire Romain, les Muses se virent négligées, & les divisions qui déchirèrent les différens états de l'Europe , les firent languir dans l'oubli. Cependant l'attrait du plaisir fit inventer des amusemens dignes à la vérité de ces siècles barbares. La France & l'Angleterre rivales en ambition, le furent aussi dans leurs spectacles: la premiere fixe l'origine de ses Théatres avant Charlemagne (2);

(1) Il en fut si content qu'il l'engagea d'aller à Rome, & la recommanda à son ami Cicéron.

(2) On fait mention en France de Batteleurs, d'Histrions & de Farceurs , long-temps avant Charlemagne. Une ordonnance de cet Empereur en 789 supprima leurs jeux à cause des obscènités qu'ils représentoient. On n'en parle plus sous la deuxième race: cependant il subsista toujours une fête qu'on appelloit la Fête des Foux , reste d'une superstition payenne : elle se célébroit dans les Eglises; on

« AnteriorContinuar »