Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

fonne ne l'a connu qui ne l'ait regreté. Je n'ai point vú d'Eloge funebre, fait par le Public , plus net, plus exemt de restrictions & de modifications que le fien. Aufli les qualités qui plaisoient en lui étoient précisément celles qui plaifent le plus généralement, des meurs douces, une gayeté fort égale; unc grande envie de servir & d'obliger ; & tout cela n'étoit mêlé de rien qui déplût, d'aucun air de vanité, d'aucun étalage de sçavoir, d'aucune malignité ni déclarée ni envelopée. On ne pouvoit pas regarder fon extrême activité comme l'inquiétude d'un homme qui ne cherchoit qu'à se fuir lui-même par les mouvemens qu'il se donnoit au-dehors, on en voyoit trop les principes honorables pour lui, & les effets souvent avantageux aux autres..

L'Académie a été plus touchée de fa mort que le reste du Public. Quoiqu’occupée des Sciences les plus élevées au-dessus de la portée ordinaire des hommes, elle ne laille pas d'avoir des befoins & des intérêts, pour ainsi . dire , temporels , qui l'obligent à négocier avec des hommes, & fi elle n'y employoit que des Agens qui ne fçussent que la Langue qu'elle parle, elle ne seroit pas si bien servie par eux, que par d'autres qui parleroient & fa Langue & celle du monde. M. du Fay étoit une espece d'Amphibie , propre à vivre dans l'un & l'autre Element, & à les faire communiquer ensemble. Jamais il n'a manqué l'occasion de parler ou d'agir pour l'Académie , & comme il étoit

par-tout, elle étoit sure d'avoir par-tout un Agent habile & zelé, sans même qu'il eût été chargé de rien. Mais ce qu'elle fent le plus, c'est d'avoir perdu un Sujet déja distingué par ses talens, destiné naturellement à aller fort loin, & arrêté au milieu de la course.

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

673

TABLE DES ELOGES

.34*35?.7.; st I Contenus dans.ce VIe Volume.

page 1

27

34

[ocr errors]

47 54 74 87 I 22 135 141 159 1.68

Loge de Monsieur de la Hire.
Eloge de M. de la Fayer in:
Eloge de M. Fagon.
Eloge de M. l'Abbé de Louvoisa
Eloge de M. de Montmort.
Eloge de M. Rolle.
Eloge de M. Renau.
Eloge de M. le Marquis de Dangeau,
Eloge de M. des Billettes.
Eloge de M. d'Argenson.
Eloge de M. Couplet.
Eloge de M. Mery. :
Eloge de M. Varignon.
Eloge du Czar Pierre I.
Eloge de M. Littre.
Eloge de M. Hartfoëker,
Eloge de M. Delisle.
Eloge de M. de Malézieu.

Elogie de M. Neutôn.
Eloge du P. Reyneau.
Eloge de M. le Maréchal de Tallard.
Eloge du P. Sebastien Truchet, Carme,
Eloge de M. Bianchini.
Eloge de M. Maraldi.
Eloge de M. de Valincourt.
Eloge de M. du Verney.
Eloge de M. le Comte de Marsigli.
Eloge de M. Geoffray.
Eloge de, M. Ruysch.
Tome VI.

LII

[ocr errors]

$

182 203 248 3 262 294 314 3 27 368 376 384 401 428 437 448 465 487 SOR

674 TABLE DES ELOGES,&c.
Eloge de M. le President de Maisons.

519
Eloge de M. Chirac.

f14
Eloge de M. te Chevalier de Louville. 545
Eloge de M. de Lagny... THE
Eloge de M. de Reffons.

572
Eloge de M. Saurin.

579
Eloge de M. Boerhaave, i el

601
Eloge de M. Manfredi.

624
Eloge de M. du Fay

652
Fin de la Table.

[ocr errors]

Α Ρ Ρ R Ο Β Α Τ Ι Ο Ν.
•A1 lů par l'ordre de Monseigneur le Chancelier, le
Oeuvres de Monsieur de Fontenelle ; & je ne doure point
que le Public ne reçoive avec un nouveau plaisir de Re-
cueil complet des Ouvrages d'un Auteur qui écrit avec
autant de politesse que d'esprit, & qui embellit le sça-

1 voir par l'enjouement des Gracés. A Paris, ce 29 Août

739.

Signé, DANCHET,

ET DE NAVARRE : A nos amés & féaux Conseillers,

les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres des Re-

quêtes ordinaires de notre Hôtel , Grand-Conseil , Prevôt

de Paris, Baillifs , Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils,

& aucres nos Justiciers qu'il appartiendra , S A L U T.

Notre très-cher & bien amé le sieur DE FONTENELLE,

L'un des Quarante, tant de notre Académie Françoise,

que de notre Académic Royale des Infcriprions, & de la

Societé Royale de Londres, & Secretaire de notre Acadé-

mie Royale des Sciences ,

fait

remontrer

qu'il auroit ci-devant donné au Public, en vertu de
nos Lettres de Privilege que nous lui avons ci-devant ac-
cordées pour l'impresion de divers Ouvrages de fa.com-
position, lesquels ont été bien röçüs , & dont il delire-

roit donner une nouvelle Editions mais comme le tems
porté par lesdites Lettres est prêt d'expirer , il nous auto

Nous ayant

و

toit très-humblement fait supplier de lui en accorder la continuation sur ce nécessaire ; offrant pour cet effet de les faire imprimer en bon papier & beaux cara&teres, suivant la feuille imprimée & attachée pour modele sous le Contie-Scel des Présentes. A CES CAUSES, voulant donner audit Sicut DE FONTENELLE les marques d'estime que méritent ses talens & son fçavoir , & le récompenfer du zele qu'il nous témoigne avoir pour l'utilité publique à nous procurer des Livres dont les éditions & la lecture ne peuvent être que très-utiles pour l'avancement des Sciences & des Belles-Lettres, Nous lui avons permis & permettons par ces Présentes, de faire réimprimer toutes les oeuvres de sa composition, en un ou plusieurs Volumes , conjointement ou séparément, & autant de fois que bon lui semblera y & de les faire vendre & débiter par tout notre Royaume, Pais, Terres & Seigneuries de notre obéissance, pendant le tems & espace de vingt années consécutives, à conter du jour de l'expiration du précédent Privilege. Faisons défenses à toutes sortes de perfonnes , de quelque qualité & condition qu'elles soient , d'en introduire d'impreffion étrangere, dans aucun licu de notre obéissance ; comme aussi à tous Libraires, Imprimeurs, & autres, d'imprimer , faire imprimer , vendre, faire vendre , débiter ni contrefaire lesdits Ouvrages de fadite composition, ci-dessus fpécifiés, en tout ni en partie , ni d'en faire aucuns extraits sous quelque prétexte que ce soit , d'augmentation, corre&ion, changement de titre, même d'impression étrangere ou autrement, sans le consentement par écrit dudit Sieur Expofant ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confiscation des Exemplaires contrefaits, de dix mille livres d'amende contre chacun des Contrevenans, dont un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, l'autre tiers audit Exposant , & de tous dépens, dommages

& interêts. A la charge que ces Présentes seront enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris, dans trois mois de la date d'icelles; que l'impression desdits Ouvrages sera faite dans notre Royaume, & non ailleurs ; & quc l'Impétrant fe conformera en tout aux Reglemens de la Librairie , & notamment à celui du 10 Avril 1725 1 & qu'avant que de les exposer en vente , les Manuscrits ou Imprimés qui auront servi de Copie à l'impresión defdits Ouvrages, seront remis dans le même état où les Approbations y auront été données, ès mains de notre très-cher & féal Chevalier le Sicur Daguesseau , Chan

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »