Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

d'hui le Major Général de la Gendarmerie. Certe Charge de Major a été rétablie par l'Ordonnance du 1. Janvier 1735. & raffemble cous les détails de l'inspection. Les autres Officiers font un Ayde-Major , un lous Ayde-Major , quatre Commissaires emploiés à la conduite des 16. Compagnies, up Chirurgien Major, un Trésorier Provincial, qui travaille pour les Tresoriers-Généraux des Troupes de la Maison du Roi, & de la Gendarmerie. Voyez Gen. darmerie,

COMPAGNIES des Marechauflées de France : Il y a trente & une Compagnies à Cheval de Marechauffée, établies dans les Généralités, & Provinces du Royaume pour la fureté publique, composées de Prévộts Généraux , & Particuliers , de Lieutenans , Exempts , Brigadiers, SousBrigadiers & Cavaliers. Les Maréchaussécs furent créées fous Philippe I. en 1060. elles furent supprimées, & ont été rétablies par l'Edit du inois de Mars 1720. sur le pied, & du Corps de la Gendarmerie de France. Les Prévôts Généraux , Prévôts Particuliers, & Lieutenans des Marechauffées font en Charge & en titre d'Office, & choisis entre les anciens Officiers des Troupes du Roi, comme personnes capables & experimentées au fait des armes. Ils sont fous le commandement de nos Seigneurs les Maréchaux de France. Ces Compagnies ont les Invalides après 20. ans de service de chaque Cavalier, coinme faisant Corps de la Gendarmerie de France , par l'Edit de Mars

> 1720. COMPAGNIES DE LA CONNETA

[ocr errors]

boutons

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

BLIE de France: Elle est soumise aux ordres de nos Seigneurs les Maréchaux , & composée de 48. Gardes à cheval , portans hocton pour le service du Roi, d'un Prévật Général , de quatre Lieutenans, & de quatre Exempts. Leur uniforme est l'habit bleu, paremens rouges , boutons & agrémens d'argent.

COMPAGNIE de la Prévôté Générale des Monnoyes, & Maréchauffée de France. Elle est sur le pied de Militaire , porte habit & paremens rouges & éguillettes d'argent , bandoulieres de velours rouge , & d'or. Elle a un Prévộc Général , fix Lieutenans , dix Exempts.

COMPLEMENT de la ligne de défenfe , eft le reste de la ligne de défense après avoir óré l'angle du flanc.

COMPLEMENT de la courtine est le reste de la courcine , après avoir ôté son Aanc jusqu'à l'angle de la gorge.

CONNET ÅBLE : A la Charge de Grand-Sénéchal de France, qui fut fuprimée en 1191. succeda celle de Connerable, qui devint la premiere Charge du Royaume. Elle fut instituée par Henri I. en 1060. commença à Alberic de Monmorency , & finit au Duc de Leldiguiere en 1627. sous Louis XIII. Voyez Maréchal de France, & commandant des Armées,

CONSEIL-DE - GUERRE, font des Conseils secrets , que le Roi tient avec ses Ministres pour délibérer des affaires de la guerre, tant par mer, que par terre. On appelle aussi Confeil-de-guerre, l'affembléc des Chefs d'une Armée, ou d'une flotte

[ocr errors]
[ocr errors]

pour délibérer des affaires qui se presentent, selon les occasions comme entreprises de fiége, rétraite , batailles, &c. Et encore l'affemblée des Officiers d'un Regiment , ou d'un vaisseau , pour y juger les affaires des Soldats , ou des Matelots, qui ont fait quelques crimes, & dont le procès a été inftruit par les Prévôts.

CONTRE-APPROCHE : Ce sont des lignes, ou des

travaux faits par des Affiegés, quand ils viennent par tranchées rencontrer les lignes d'attaque des Affiegeans.

CONTRE-BATTERIE, est une batterie, que l'on oppose à une autre pour la démonter.

CONTREFORTS, font de certains pilliers, & partie des murailles, distans de 15. à 20. pieds les uns des autres , qui s'avancent le plus qu'on peut dans le terrain; qui fe joignent à la hauteur du Cordon, pour soutenir le chemin des rondes,& partie du rempart, pour fortifier la muraille.

CONTRE-GARDE, est une enveloppe, ou perit rempart bordé de son parapet avec un fossé pour couvrir quelques endroits du corps de la place.

Les CONTRE-GARDES font placées à la pointe du bastion, dont elles couvrent les forces , & les flancs. Il y a des Contre-Gardes de diverses figures , & de différentes fituations. Les contre-Gardes , que l'on fait deVant l'angle flanqué, font composées des deux faces , qui forment un angle faillant, & qui sont paralleles aux faces du bastion. Celles qui couvrent une des faces du base

[ocr errors]

1

tion, ont la figure d'un demi bastion , qui eft bordé d'un parapet vers la Capitale , & vers sa face, & non vers son flanc, qui doit être découvert , & expofé au feu de la place. Le mot de contre-Garde aujourd'hui n'est que très peu connu de nos Ingenieurs, qui fe fervent de celui d'EnveLoppe. CONTRE-LIGNE , ou contre-vallation,

est un forte bordé d'un parapet , dont les Alliégeans fe couvrent du côté de la place, pour arrêter les forties de la garnison, en forte que les Troupes,qui font un fiége, sont poftées entre la ligne de circonvallation & celle de contre-vallation. Si la garnison eft forte, l’Affiégeant remüe d'abord les terres par la contre-vallation, & la circonvallation se fait enfuire.

CONTRE-MARCHE, eft un changement de la face d'un bataillon, quand elle le fait par files, & elle est un changement des ailes du bataillon, quand elle se fait par rang. La contre-marche par files, se fait en metrant les hommes de la tête du batail. lon à la queue du même bataillon; ce qui est utile, quand le bataillon est chargé en queiic, & qu'on veut que les chefs de files, qui sont ordinairement des gens choisis prennent le terrein des serre-files. La contremarche par rang fe fait en faisant passer un des flancs du bataillon, sur le terrein de l'autre flanc.

CONTRE-MINE, est un puits , ou un enfoncement sous terre, d'où sort une galerie, ou un rameau , qui est aussi conduit fous terre pour aller chercher la Mine de l'ennemi, & l'éventer.

[ocr errors]
[ocr errors]

Une contre-Mine à l'antique étoit une voute , pratiquée, & préparée dans le dedans des terres d'une enceinte , derriére la muraille d'une place. On rejette aujourd'hui ces contre-Mines, parce que le Mic neur y trouve une commodité pour faire fa Mine.

La contre-mine jointe par plufieurs petits Rameaux traverse les terres d'un bastion, en telle sorte que de quelque côté que

le Mineur ouvre les terres , ou le mur, il voit par tour des fentes, & des cheminées capables d'éventer sa poudre , & d'en empêcher les effets : c'est far ces fentes, qui vont jusqu'aux fondements, & qui ont par tout des iffuës en arriére, & des foupiraux, que l'on tue fouVent le Mineur , & que l'on moüille avec de l'eau tout ce qu'il a mis de poudre dans

On nomme encore contre-Mine les Foue gades, ou Fourneaux, qu'on pratique dans les terres d'un bastion. Celles qui se pratiquent sous un glacis ont souvent jusqu'à 12. logemens. Les Rameaux, qui font faits pour y aller, ont des figures différentes, suivant la nécessité. Les uns les forment en Trefle, les autres en forme d'un T. la Trefle simple n'a que deux logemens. Le T. fimple a 4. logemens; c'est--dire deux fur la droite, & 2. fur. la gauche. La double Trefle à quatre logemens; & le double T.en a huit. La triple Trefle a fix logemens. Le triple T.en a 12. Ces fortes de contre-Mines, font plûrôt des Mines mêmes , que des contre-Mines.

fa Mine.

a

زL iii

« AnteriorContinuar »