Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

ne ,

boulet sort du canon , il creve & fait dans la terre le même cffet qu'un petit fourneau.

BOULET à chaîne, font deux boulets joints ensemble par une chaîne , qui a trois ou quatre pieds de longueur, on en charge un canon ; quand on le tire , l'effet de ces deux boulets est d'autant plus grand, surtout dans un combat , que la chaîne em. braffe & fepare tout ce qu'elle rencontre.

BOULET à branche , font deux boulets joints ensemble par une barre de fer , longue de s.à 6. pouces seulement.

BOULET à deux têtes , autrement appellé ange font deux moitiés de boulet jointes par une barre de fer , ou par une chaî

comme la balle ramée d'un mousquet. Ces deux moitiés se séparent fi-tôt qu'elles sont hors du canon , & font presque le même effet , que les boulets à chaîne. On se sert sur mer de ces sortes de boulets pour couper les cables , les mars, & les voiles.

BOULEVART, fignifioit autrefois un bastion. On ne s'en fert plus en terme de guerre ; mais il se dit encore des places fortes , qui couvrent tout un pays, & qui en défendent l'entrée aux ennemis.

BOULINER , terme de gens de guerre. Bouliner dans un Camp, c'est voler , furari , & un Soldat Boulineur est un voleur.

BOUTTE-FEU, est un Officier d'artille. rie, qui met le feu au canon.

BOURRER, c'est mettre de la bourre ou pareille chose sur la charge dans le canon d'une arme à feu.

BOUTTE-SELLE, est e signal qu'on

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

donne auxCavaliers pour seller les chevaux,

BOUTON, petit corps rond , qu'on met au bout d'une arme à feu , pour tirer plus droit.

Il y a le BOUTON d'un canon , & le bouton de la culasse d'un canon, qui est à son extrêmité.

BOYAU, est un fofle couvert de son parapet , qui sert de communication à deux tranchées , quand on fait deux attaques , qui font proches. Comme un boyau a toujours fon parapet du côté de la Place, il fert de lignes de contrevallation, pour empêcher les sorties,& affurer les Travailleurs.

Un BOYAU , est aussi une ligne tirée pour envelopper différens terrains, ou attaquer quelque ouvrage.

BRESCHE , est le débris de quelque partie d'une enceinte, ou autrement l'ouverture qu'on fait aux inurailles d'une Vil. le assiegée. On dit chasser l'ennemi de la bréche , réparer la brêche en la fortifiant de deux chevaux de frise. Se loger à moitié hauteur de la breche , élargir la breche , en applanir la montée.

Voir en brêche, c'est découvrir la breche en telle sorte , qu'on puisse faire feu deffus pour la deffendre. On deffend une brèche avec des barils remplis d'eau , ou de pierres, que l'on fait rouler du haut de la brecche, avec des chevaux de frise, des chauffestrapes , que l'on met dans le passage de la brèche, des fascines gaudronnées & allumees, qui offusquent les Aficgeans, & qui éclairent les Affiegés,quand c'est la nuit avec de la chaux', sur laquelle on fait

couler de l'eau, qui produit beaucoup de fumée , le

[ocr errors]
[ocr errors]

canon, qui est derrière les retranchemens, les fourneaux & les fougastes ralentissent le courage du Soldat ; quand même cela nc produiroit pas tout son effet d'ailleurs.

BRIGADE, est une division de Troupe de gens de guerre, soit de Cavalerie, foir d'Infanterie, composée de plusieurs Bataillons ou Escadrons , & l'Armée est composée de plusieurs Brigades.

BRIGADIER:Un Brigadier des Armées du Roi est un Officier, qui commande une Brigade, ou d'Infanterie, ou de Cavalerie cetOfficier est considérable,& marche après le Maréchal-de-Camp. Quand deux Brigadiers de Cavalerie, & d'Infanterie se trouvent ensemble avec lettres de service, il a été réglé que, si c'est dans une Ville ou Place fermée, le Brigadier d'Infanterie com. mandera préférablement à celui de Cavalerie ; si c'est à la campagne, ou dans un lieu ouvert, celui de Cavalerie commandera à l'exclusion de l'autre. Louis XIV. a créé en 1667. les Brigadiers des Armées ; leur fonction est de conduire leur Brigade partout où le Général l'ordonne , & d'être attentifs qu'aucun Soldat , ou Cavalier ne s'écarte sans permission.

Les Brigadiers roulent comme les autres Officiers Généraux, & se relevent à la tranchée. Avant l'établissement des Brigadiers à Brevet,chaque Brigade étoit commandée par un Mestre-de-Camp du plus ancien Regiment,& cet emploi avant 1667: n'étoit point un Grade dans la Milice, ni uneCharge , mais une simple Commiflion.

Brigadier dans les Compagnies de Cavavalerie commande sur les Cavaliers après

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

le Maréchal des Logis. Quand chaque Compagnie étoit de cent Maîtres,elle avoir fxBrigadiers;quand elle étoit de cinquante, elle en avoit trois,aujourd'hui que lesCompagnies ne sont que de vingt-cing Maîtres elle n'a que deux Brigadiers. Les Brigades de Cavalerie répondent aux Escouades d'Infanterie. La fonction des Brigadiers de Cavalerie est de distribuer les vivres & les fourages qu'ils ont reçûs du Maréchal-desLogis, de poser des vederes dans les lieux qui leur ont été ordonnés par le Major, d'avoir foin de n'y mettre que des Cavaliers capables, afin qu'ils ne donnent pas de fausses allarmes. Ils doivent les visiter souvent, de peur qu'ils ne s'endorment, & les relever de deux heures en deux heures; leur devoir est d'empêcher les querelles entre les Cavaliers , soit

qu'ils soient en garde ou de chambrée. Enfin ils doivent avertir le Capitaine de tout ce qui se passe dans la Compagnie ; leur poste est au premier rang:

BRISURE, est une ligne de 4. à 5.toises qu'on donne à la courtine & à l'orillon pour faire la tour creuse , ou pour couvrir le Aanc caché.

BUTIN, dans les victoires que les François remportoient, tous étoient obligés dans le commencement de la Monarchic, & bien long-tems après, d'apporter dans un endroit defigné par le Prince , ou le Général', tout le butin qu'ils avoient fait,&il se partageoit,non selon la volonté du Prince, ou du Général ; mais on faisoit divers lots , qu'on tiroit au fort. Quand la Monarchie fut établie dans les Gaules, les Princes abandono

[ocr errors]
[ocr errors]

nerent tout le butin aux Soldats, & ne se reservoient que les choses précieuses , qui leur convenoient par leur beauté, ou par leur rareté,

Les prisonniers de guerre étoient une des meilleures parties du butin. Sous la premiere Race on les faisoit esclaves , & la tançon étoit au profit de ceux qui les avoicnt pris , ou ausquels ils étoient échus par le sort dans le partage du butin. Ils les gardoient faute de rançon ; ils les vendoient, & les faisoient travailler au profit de leur famille, & leur posterité en héria toit comme d'un meuble, de même que cela le pratique encore aujourd'hui chez les Nations où il y a des esclaves.

Ce n'est gueres que sous la premiere & la seconde Race , que les prisonniers de guerre éroient faits esclaves; sous la troilieme, on les échangepit contre d'autres ou on en tiroit une rançon conlidérable, Aujourd'hui parmiles Puisances de l'Europe les prisonniers de guerre, Officiers & Soldats sont benignement traités; on se les rend les uns aux autres en échange, ou après que la guerse est finie sans rançon; ce n'est que quand une place, ou un certain pays est livré au pillage , qu'il est permis au Soldat de butiner. Excepté ces occasions , qui sont aujourd'hui fort rares, on défend aux Troupes sous des peines très-sévéres de faire du dégat.

С

qui met volontaire dans les Troupes fans prendre de paye, qui sert pour apprendre

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »