Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

quelque canton, & dans un lieu ferré, & de défense.

CAPITAINE , en mariére de guerre, a toujours fignifié un Commandant ou un Chef de Troupes, & de Soldats. La qualité de Capitaine a été autrefois beaucoup plus honorable , qu'elle n'est aujourd'hui. Depuis Louis XII. jufqu'à Henri IV. les personnes les plus distinguées, par leur valeur dans les Armées Francoises étoient nommées Capitaines. On disoit le Capitaine Montluc , le Capitaine Charris le Capitaine Lancques, &c. Ce nom n'é. toit donné qu'à ceux qui commandoient , ou qui avoient commandé des Bandes d'Infanterie. Dans les Légions de fix mille hommes, que François I. institua , chaque Capitaine commandoit mille hommes : Ces mille hommes étoient partagés en dix Bandes, commandées chacune par un OFficier , qui n'avoit pas le titre de Capitaine ; mais celui de Centenier.

Dans les tems les plus réculés de notre ancienne Milice Françoise, le titre de Capitaine n'étoit point donné aux Officiers d'Armée. Ceux qui commandoient fous les Comtes , & sous les Ducs , au temas de la premiere & seconde Race de nos Rois étoient les Viguiers & les Centeniers. Depuis l'institution de la Chevalerie avantPhi. lippe Auguste , les Chevaliers Bannerets avec le titre de Bannerets commandoient les diverses Brigades de la Gendarmerie. Mais quand nos Rois , outre les Troupes de leurs Vaffaux, donnerent des Commissions à quelques Seigneurs pour

[ocr errors]

lever des Compagnies de Gendarmes, ces Seigneurs prirent alors le titre de Capitaines dans le sens qu'on lui donne aujourd'hui.

Charles VII. dans la reforme , qu'il fit de la Milice Françoise ; en instituant quinze Compagnies d'Ordonnance , fit prendre le titre de Capitaine à ceux qui les commandoient. Ce titre dans la suite a été donné à tous ceux , qui commandent diverses especes de Milices; tant dans la Gendarmerie ; la Garde de nos Rois, la Cavalerie Légére , que dans l'Infanterie , & dans les Dragons. Il y a au. jourd'hui des Capitaines dans tous les Corps de Troupes.

Il y avoit dans l'ancienne Milice Françoise un Capitaine Général , dont l'auto, rité étoit celle de Général d'Armée. Le Cardinal de Mazarin ressuscita ce titre en 1656. en faveur de M. de Castelnau, non avec le inême pouvoir, mais seulement pour lui donner le droit de comman. der d'autres Lieutenans Généraux,sans rouler avec eux, érant cependant sous les ordres du Général. Il y en eut d'autres du nombre defquels furent Messieurs de Crequi, d'Humieres , de Bellefons, & de Gadagne. Cette nouvelle qualité n'a pas duré long-tems. M le Comte de Tefle a eu aufli le titre de Capitaine Général dans les Troupes d'Italie en 1702., où il commanda d'autres Lieutenans Généraux. On trouve encore le Duc de Navaille & le feu Duc de Noaille , qui ont eu ce titre.

[ocr errors]
[ocr errors]

CAPITAINE , fe dit aujourd'hui d'un moindre Officier d'Armée qui commande ane Compagnie, soit de Cavalerie, foit d'Infanterie. Il est le premier Officier de la Compagnie , les autres Officiers ne sont qualifiés que d'Officiers subalternes.Le pof. te du Capitaine, quand il marche, ou qu'il combat, est à la tête de la Compagnie. Le rang, & le commandement, entre les Capitaines de differens Regimens dans la Cava. terie,est réglé par l'ancienneté de leur Commission,& dans l'Infanterie par l'ancienneté des Regimens.

Un Capitaine d'Infanterie doit mieux sçavoir le maniement des armes & la dė. fense des Places, qu'un Capitaine de Cavalerie, parce que c'est toujours à un OFficier , qui a commandé l'Infanterie, que l'on confie la défense des Places de conféquence. CAPITAINE-LIEUTENANT, eft un

NE-I Commandant d'une Compagnie de Gendarmes, de Chevaux-Legers, ou de quelque autre Troupe de la Maifon du Roi , appellé Capitaine-Lieutenant , parce que le Roi en eft lui-même le Capitaine. Ces Capitaines-Lieutenans tiennent rang , & font garde de premiers Mestres-de-Camp de Cavalerie, & commandent à tous les Mestre-de-Camp de Cavalerie. Le titre de Capitaine-Lieutenant n'est pas plus ancien que le regne de Henri IV.On voit par un Acte de Louis XIII. de 1615. que Henri IV. institua la Compagnie des Gendarmes, & que M.de Souvré en fur Capitaine-Lieutenant. C'est le premier à qui ce titre aie été donné.

را

[ocr errors]

CAPITAINE-EN-PIED , est un Officier conservé, entretenu , & continué dans le service.

CAPITAINE reformé, est un Officier , dont la Place, & la Charge ont été reformés.

CAPITAINE en fecond, est un Officier, dont la Compagnie a été licentiée; mais qui sert dans une autre.

CAPITAINE d'Armes, est un Officier établi dans les Compagnies Suiffes. Il a l'oeil sur les Armes de la Compagnie , donne ordre qu'elles soient en bon état , & en distribue dans les occasions : Il y a aussi des Capitaines d'Armes fur les Vaistaux du Roi.

CAPITAINE des Guides , est un Officier , dont la fonction est d'avoir auprès de lui un nombre suffisant de perfonnes sufes , qui connoiffent les chemins, pour les distribuer selon les besoins, afin de guider les convois, les partis, les bagages, l'Artillerie , & les détachemens , qui vont sur les ailes de l'Armée. Pour fe pourvoir de Guides, un Capitaine des Guides, quand if est arrivé au campement,

demande réchal-de-Camp de Cavalerie la permission d'aller dans les lieux voisins fommer les habitans, de lui donner un nombre de Guides , dont la Communauté répond. Il les fait garder à yuë , jusqu'à ce qu'il en ait d'autres. Un Capitaine des Guides doit fçavoir les Langues à cause du commerce qu'il est obligé d'avoir avec les gens du pays , où l'on fait la guerre. Il a douze cens livres d'appointemens ; l’Emploi d Capitaine des Guides , fut en titre de charge dès le tems d'Henri IV. Il y a de

es

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

au Ma

1

j

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Capitaines de Mineurs , qui ont foin d'infTruire , & de fournir les Mineurs. Un Ca. pitaine de Charrois , qui fournit les atteJages, les chariots, les charettes, & les autres voitures, pour la conduire de l'Arcillerie , & des vivres. Un Capitaine d'Ouvriers , qui commande aux Charpentiers , aux Charrons , &c. Un Capitaine des Portes qui est un Officier dans les Places de guerre , uniquement employé à aller prendre le matin les clefschez le Gouverneur , & le soir à les y porter. A l'heure de fermer les portes on fonne le befroi pour faire rentrer les Troupes qui sont des hors , après quoi le Capitaine des portes y accompagné de quelques Fufiliers vient fermer les portes. Enfin le titre de Capitaine se donne ceux qui ont quelque commandement dans les Troupes.

CAPITALE: La Capitale d'un bastion est une ligne, tirée depuis la pointe du bar. tion, jusqu'au milieu de la gorge , ou des puis l'angle de la figure, jusqu'à l'angle flanqué. On dit le bastion de ce pentagone a trente-huit toises de capitale , c'est-à-dire, qu'il y a trente-huit toises,depuis la pointe du bastion, jusqu'à l'endroit,où les deux demies gorges se rencontrent.

CAPITULATION, est un Traité fait avec la Garnison, ou les Bourgeois d'une Place assiégée , par lequel ils le rendent, moyennant certaines conditions,& articles qu'on leur accorde. Il y a deux sortes de capitulation ; la premiere quand la Garnison est prisonniere de guerre ; la seconde , quand elle fort tambour battant, mêche allumée , Enseigne déployée, & que l'on

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »