Imágenes de páginas
PDF
EPUB

nécessairement avec ses écoliers ; le reste, il l'employoit à une lecture affidue des meilleurs Auteurs Grecs & Latins, & la rapidité de ses progrès en tout genre, alloit jusqu'à étonner ces deux illustres amis, qui par le charme ou la profondeur de leur érudition, étoient eux-mêmes l'ornement de leur siécle.

Dans la lecture d'Homére, qu'il avoit bien recommencée cinq ou six fois, en moins de quatre ans, il lui arriva une chose , qui quoique probablement arrivée à la plûpart de ceux qui en ont fait de même leur principale étude , ne laissera

pas aujourd'hui de paroître fort singuliére. Pour mieux retenir , ou pour reconnoître plus facilement les beaux endroits de ce Poëte , il les foulignoit d'un coup de crayon dans son exemplaire à mesure qu'il lę lisoit. A la fes.

و

[ocr errors]

conde lecture, il fut surpris de retrouver des beautés qu'il n'avoit pas apperçûes dans la premiére, & qui plus vives encore , sembloient lui reprocher une injuste préférence, Ce spectacle fe renouvellạ à la troisieme, à la quatrieme lecture; & de surprise en surprise, de remarques en remarques, l'Ouvrage se trouvą presque souligné d'un bout à l'autre. Ce n'étoit, selon lui, qu'après avoir éprouvé quelque chose de semblable, qu'on pouvoit parler dignement du Prince des Poëtes ; on ne voit pas ce qu'il auroit exigé, pour être en droit d'en faire la criz tique.

La douceur de ces occupations finit avec le tems destiné à régen; ter en Province, & dés le coms mencement de la cinquiéme année, il fut rappellé à Paris pour y

و

érudier en Théologie. Son esprit, naturellement vif & brillant , se trouva tout-à-coup comme tranfporté dans un pays inconnu, à l'air duquel il ne s'accoûtumoit point, & dont la langue lui paroissoit tous jours étrangere. L'amour du devoir, qui seul le soutenoit , n'empêchoit pas qu'en son particulier il n'y mêlât quelques études moins auftères ; & c'est à cette forte de délassement que nous devons entre autres, plusieurs Epigrammes Latines dans le goût de Catulle, dont M. Despréaux fit grand usage dans la dispute qui s'éleva de fon tems sur la préférence des anciens & des modernes: dispute, que nous avons vûe depuis se renouveller avec une ardeur presque égale , & qu'il est à souhaiter que nos descendans yoyent de même renaître souvent, sans qu'ils puissent, ou qu'ils ofent jamais la terminer.

On compte encore entre les Poëfies, qui de tems à autre échapoient au nouveau Théologien, une Ode magnifique sur l'exaltation d'Innocent XII. quelques Fables allégoriques adressées à un fameux Journaliste, qu'il croyoit n'avoir pas

affez ménagé le P. Bouhours , & un ingénieux Apologue écrit en Vers Grecs & Latins de diferentes mesures, où pour venger ce même ami d'un autre genre de critique, il le représente sous la forme d'un Cygne , dont mille oiseaux jaloux efsayent de ternir la blancheur, en le couvrant de toute la fange & de toute l'ordure qu'ils ont ramassée avec leurs propres ailes , mais , qui sans jamais rien perdre de son chant mélodieux, ne fait que se plonger un

[ocr errors]

Instant dans l'onde

pure

du Caystre ou du Méandre, pour reprendre à leurs yeux le premier éclat de son plumage.

Sa veine étoit une espéce de Protée, qui prenoit sur le champ toutes les formes convenables aux sujets qu'elle avoit à traiter ; qui se paroit des beautés antiques , non en imitant fervilement les anciens, en copiant leurs expressions, en leur arrachant des Vers entiers , mais en se revêtant, pour ainsi dire, du caractére de perfection propre à chaque espéce de Poësie, dans laquelle quelqu'un de ces anciens avoit excellé.

L'applaudissement que ces productions recevoient dans le monde, n'étoit pas un titre pour leur faire trouver grace devant des Supérieurs attentifs à régler les occupations &

« AnteriorContinuar »