Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DES

ELÉMENS

DE :
MATHEMATIQUES:
Eminique, frangues
Par M. RIVARD, Professeur de Philosophie

en l'Université de Paris,
TROISIÉME ÉDITION,
Revue & augmentée par l'Auteur.

Le prix eft de trois liv. dix fols relió.

A PARIS,

Chez

JEAN DESSAINT,& CHARLES SAILLANT,

rue S. Jean de Beauvais, vis-à-vis le College,
ET LE PRIEUR, rue S. Jacques, à la Croix d'Or.

M. DCC. LII.
Avec Approbacion & Privilege du Roi.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Ceft dans l'Université dont vous êtes le Chef, que j'ai puisé quelques connoissances des Mathématiques. A qui puis-je mieux offrir les Elémens que j'en ai recueillis , qu'à cetté Mere commune des Sciences, de qui e tiens le pen que j'en ai. C'ef

* ij

un tribut que je lui dois, ou plutôt c'est le juste hommage d’un bien qui lui appartient tout entier : car je reconnois sans peine , que mon Livre ne contient que les principes répandus dans les

cayers

de quelques Profejjeurs de Philosophie, auxquels j'ai tâché de donner l'ordre de l'étendue que demande l'impression.

Témoin des peines & des dégoûts que causent aux jeunes gens qui étudient la Philosophie , des cayers écrits peu correctement sur des matieres embarrassan- , tes, j'ai cru que ce seroit leur rendre service que de leur donner imprimé en un seul volume , tout ce que le tems leur permet d'apprendre de Mathématiques pendant leurs cours. Rien ne peut être plus efficace pour les porter à le lire c d en profiter, que de le voir paroître sous le nome sous les auspices d'une Compagnie celébre , qui depuis plusieurs siécles est en poljefion de réunir dans son sein toutes les Sciences e qui passe, à juste titre, pour la premiere Ecole de l'Univers. Si ce fut autrefois un grand bonheur pour

moi de recevoir de ses leçons, c'est aujourd'hui un honneur dont je connois tout le prix , qu'Elle veuille bien me permettre de lui en présenter les fruits. Trouvez bon, MONSEIGNEUR, que je vous supplie d'être le Dépositaire & le Garant de la reconnoissance du profond respect avec lequel je serai toute ma vie ,

MONSEIGNEUR,

1732.

Son très-humble, très-fidéle & très-dévoué Serviteur, RIV ARD.

[ocr errors][ocr errors]

PREFACE. L'Mathematiques, a introduit depuis quels ques

années dans l'Université de Paris l'usage d'en expliquer les Elémens dans la plûpart des Classes de Philosophie. Les Professeurs les mieux inftruits de cette Science & de les avantages, ont reconnu sans peine que cette partie de la Philosophie ne méritoit pas moins leur attention que la Logique & la Physique : ils ont yû que les Mathématiques étoient une véritable Logique-pratique, qui ne consiste pas à donner une connoillance séchę des regles qui conduisent à la vérité, mais qui les fait observer sans cesle, & qui, à force d'exercer l'esprit à former des jugemens & des raisonnemens certains, clairs & méthodiques, l'habitue à une grande justesse. En effet , rien n'est plus propre que

l'étude de cette Science, pour fixer l'attention des jeunes Etudians, pour leur donner de l'étendue d'esprit, pour leur faire gouter la vérité, pour mettre de l'ordre & de la netteté dans leurs

pensées , ce qui est le but de la Logique. S'il у avoit encore quelqu'un qui n'en fût pas persuadé, il pourroit s'en convaincre par ces courtes réfléxions. Les signes que les Mathématiques emploient, les lignes surtout, & les figures

« AnteriorContinuar »