Imágenes de páginas
PDF
EPUB

les droits que l'Espagne s'attribuoit sur leur Païs semblent être passés aux Anglois par cette soumiflion volontaire. Cependant il faut avouer que ce que j'appelle ici soumillion n'a jamais entraîné aucune autre marque de dépendance: Les Muscheros font gouvernés par leurs propres Rois & leurs propres Capitaines , qui préferent seulement la protection des Anglois à celle de toute autre Puilfance de l'Europe.

Ce n'étoit pas la premiere fois qu’on avoit pensé à fe procurer leur secours. En 1720 on leur fit demander deux cens hommes qu'ils accorderent volontiers, contre les Nègres qui s'étoient alors révoltés. On leur envoya des Chaloupes qui transporterent cette Milicé à Port-Roial. Elle fue distribuée en Compagnies sous leurs propres Officiers , & leur païe fut de quarante Schellings par mois avec une paire de souliers. Ils passerent quelques mois dans l'isle & ne se recirerent qu'après avoir rendu de fideles services. M. Rindekly n'eut pas d'éloignement pour la propofition du Gouverneur. Il s'étoit perfuadé depuis longtems , sur divers récits, que le Pais des Muschetos n'étoit

pas
sans

or , quoique de tous les Amériquains du Continent, ils fussent peut-être ceux qui en connoisfoient moins le prix. Nous fîmes marier avant notre départ nos deux amans de Carthagene, & la délicatesse de leur conscience fut fatisfaite par l'occasion qu'ils eurent de recevoir la bénédiction nuptiale d'un Ministre de leur Réligion. Ce fut le Chapellain du Vaisseau Garde - Côte, dont M. Lawes avoir fait

pendre l'Equipage. Comme on avoir fait grace à quelques-uns de ces Pyrates ,

le Capitaine étoit de. meuré en prison avec son Lieutenant, M. Lawes se laissa persuader par mes instances d'en relâcher trois qui étoient de Carthagene le Chapellain qui était de la même Ville, dans la seule vûë de me fervir d'eux pour faire agréer au pere d'Helena fon retour avec son Mari, Je comprois que les prenant dans notre Vaisseau, ils gagneroient aisément, du lieu où nous aborderions, le petit Port de Gracias de Dios , &

& que

avec

>

de-là Carthagene. Mais je fus surpris, en faisant cette proposition aux deux jeunes Espagnols de ne pas leur trouver tout l'empressement que je leur croiois pour retourner dans leur Patrie. Helena me fit entendre avec beaucoup de douceur & de modestie, que si nos Anglois n'avoient pas de repugnance pour son établissement à la Jamaïque, elle préféreroit le sejour de Port-Royal à celui de Carthagene. Outre la confusion qui lui failoit craindre de reparoître dans un lieu qu'elle avoit abandonné avec un peu d'indécence, elle me confeffa que

le conuerce de nos Angloises & cette honnête liberté qu'elle avoit remarquée dans nos usages lui plaisoient beaucoup plus que les formalités gênantes de la Patrie. Ce n'est pas qu'elle renonçâr à se reconcilier avec son pere ni qu'elle perdît l'espérance de la succession : mais elle se fattoit d'obtenir ces deux biens sans quitter la Jamaïque , & elle me pria d’établir ma négociation sur ce fondement. Je la laissai dans une maison particuliere qu'elle ayoit louée immediatement après low mariage. A notre arrivée elle s'étoit mise en pension chez d'honnêtes gens, où sa conduite l'avoit fait estimer de ses Hôtes , tandis que les agrémens de fa figure lui avoient attiré les caresses & les honnêtetés des principales Dames de la Ville. Spallo ayant conçu que la bienséance ne lui permettoit pas de se loger avec elle , s'étoit retiré de son côté dans une famille sans reproche, où il ne s'étoit fait connoître que par des qualités propres à le faire aimer.

Mais avant notre départ il arriva un changement qui nous chagrina , par les sentimens de reconnoissance que nous devions à Sir Nicolas Lawes Gouverneur de la Jamaïque. Quoiqu'il fût né dans l’ille, ou la mere avoit encore son établissement à Spanish Town, & que les Habitans eussent regardé comme un bonheur qu'il eût été nommé pour les commander , il étoit né entre eux quelques différens qui les avoient refroidis pour lui, & qui lui rendoient à lui-même fon administration for ennuieuse. Enfin sur les instances qu'il avoit faites à la Cour de Londres pour être déchargé, elle lui donna pour successeur le Duc de Portland, qui arriva le 22 de Decembre à la Barbade avec la Duchesse son Epouse, & le Colonel du Bourgay son Lieutenant, M. Lawes reçut sans chagrin la nouvelle de leur appro. che, il se disposa même à les receyoir avec toutes les marques de distincțion qui étoient dûes à leur rang, Mais comme il auroit fallu attendre de nouyeaux ordres de M. le Duc de Portland , fi nous n'étions point partis avant son arrivée à Port-Royal, il nous conseilla , pour l'avantage de l'Ile & pour notre propre utilité, de profiter de la Commission que nous avions reçue de lui & de hâter notre départ,

Nous mîmes à la Voile au commencement de Janvier, Quoique la distance ne soit pas grande, de la Jamaïque , jusqu'au Cap de Gracią de Dios, qui est la plus proche partie du Continent, nous eumes à lut, ter pendant quatre jours. contre un vent de terre, qui ne changea qu'au cinquiéme jour : s'étant tourné tour d'un coup en notre faveur , il nous

« AnteriorContinuar »