Imágenes de páginas
PDF
EPUB

que les

Jujet dans les Ecrivains qui l'avoient précedé. Cet article n'est gueres plus certain que le premier : car Callimaque qui a précedé Timagéne de plus de deux cens cinquante ans , dit Gaulois étoient de la race des derniers Titans. Otázáros Toräres. Hymn. in Delum. Vers. 174. & c'est ce qu'on ne lit point dans Timágene; fans doute, parce que cette origine s'accordoit autant avec celle que Cesar nous a fait connoître , qu'elle impliquoit contradi&tion avec les fables, dont Timagéne étoit amoureux. Car enfin, que penser du silence que cet Ecrivain garde sur l'origine, dont les Gaulois se vantoient ? Mais n'approfondissons pas davantage cette question, & contentons-nous de convenir que tout préjugé à part , & eu égard au Paganisme répandu dans tout l'univers, l'origine que Cefar nous a laissée des Gaulois, eft parfaitement conforme au génie de la nation, & servoit de fondement à un usage fingulier, établi de tout tems dans les Gaules , qui la faisoit remonter aux liécles les plus reculés.

E

Timagene avoit découvert, dit-on, des choses jusqu'alors ignorées. Ammien Marcellin, sur la foi duquel on parle se trompe. Timagéne n'a fait des découvertes que dans le païs des fables: encore la plûpart de celles qu'il propose , se trouvent-elles dans Diodore de Sicile , dans Denys d'Halicarnasfe, & dáns quelques autres Auteurs ses contemporains : ce qui leur ôte le mérite de découvertes.

g. 11. Ni les Aborigénes d'Italie , ni les

Aborigenes des Gaules n'étoient point Liguriens d'origine. Notion exacte du terme Abori

géne. Pag. os., Voilà donc sur quelles autori

»tés, & par quelles raisons je me suis » convaincu, que les Aborigenes d’ltalie étoient venus des Liguriens : mais je n'ai pû m'empêcher aussi de "me persuader , que ceux des Gau« les devoient avoir la même origi»ne. Un même nom', les mêmes » moeurs, la même situation par rap,

[ocr errors]

Lib. i.

port aux Liguriens, ne sont pas les seuls motifs qui m'ont déterminé; & j'ai cru en trouver de plus forts encore dans l'histoire des Liguriens ce & des Celtes.

L'Auteur moderne auroit dû s'é pargner la peine d'étudier toutes les combinaisons , qui devoient le convaincre que les Aborigenes d'Italie étoient venus des Liguriens, puisque le fondement de la conviction étoit renversé dès le tems d'Auguste : car on lit dans Denys d'Halicarnasse , qu'il y avoit alors plusieurs Ecri- 8.8. vains assez FABULEUX, pour soûtenir que les Aborigenes étoient'une colonie des Liguriens , peuple limitrophe des Ombriens. ARmor No Arzúar αποίες μυθολογίαν αυτές ενέθαι, των ομοgovt w Oubelrois. Un femblable témoignage de Strabon devoit de même Pempêcher de donner dans le piege où fon érudition l'a entraîné, en lui persuadant que ceux qu'il appelle les Aborigenes des Gaules, avoient la même origine que les Aborigenes d'Italie: Quoique les Liguriens, dit l'excel- strabil. lent Géographe que je viens de citer, 137.

[ocr errors]

conviennent assez pour les maurs avec les Gaulois, ils ont pourtant une origine différente. Ofuro di iroegedreis més din tabla * N tots Blous. Pour ébranler un principe aussi conftant, si ancien, & fi universellement reçu, il faut quelque chose de plus, que des inductions tirées par les cheveux de quelques pals fages, qu'un homme d'esprit tourne du côté qui lui est le plus favorable.

L'Auteur moderne pourroit bien être cet homme d'esprit : car pour pouvoir donner aux Gaulois , aussibien qu'aux Aborigenes d'Italie , une origine Ligurienne , il traduit ainsi ce passage d'Ammien Marcellin : Aborigines primos in his regionibus (Galliæ ) quidam visos esse firmarunt, » Quelques-uns ont assuré, que les » premiers habitans qui parurent dans w les Gaules , étoient des Aborigéw nes; » au lieu de le rendre ainsi dans fon sens propre & naturel; « Certains » Auteurs ont assuré, que les pre» miers habitans qui ont paru dans les „Gaules, étoient Aborigenes : car le terme d'Aborigénes n'est point emploié ici pour marquer l'origine, ou

[ocr errors][merged small]

plutôt la race des Gaulois, mais leur
état, leur qualité, en un mot des Au-
tochtones, des Indigenes semblables
à ceux qu'on plaçoit dans divers païs
fort éloignés les uns des autres, qui
ne se devoient rien, qui ne tenoient
ensemble par aucun lien; & enfin ;
qui n'étoient venus d'aucun endroit
de la terre dans celui où ils ont été
connus pour la premiere fois : tels
que Tacite représente les Germains,
qu'il appelle en conséquence Indigé-
nes, terme qui répond exa&ement à
l'Aborigenes de Timagéne, qui a cru
que les Gaulois étoient dans le cas.
Ipsos Germanos Indigenas crediderim
minimèque aliaruin gentium adventibus
O hofpitiis mixtos , &c. Tacit. de mor.
Germ. C. 1.

S. III.
Les Liguriens se disoient Ambrons

d'origine, és non pas Ombriens.
Vraže étymologie du mot Om-
brien.

Plutarque nous apprend que tous « Pago ss. les Liguriens se donnoient eux-mê-

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »