Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

nombre de Soldats, commandés par un Amiral , qui a sous lui plusieurs Officiers.

Les Armées Françoises, fous la premiere & seconde Race de nos Rois. comme je dirai à l’Article de l'arrangement des Troupes dans les armées , à l'exemple des Romains, ayoient plus d'Infanterie , que de Cavalerie ; mais sous les Regnes des anciens Rois de la troisiéme Race il y avoit dans les Armées plus de Cavalerie, que d'Infanterie.

La Cavalerie étoit divisée en Gendarme. rie , & Cavalerie-Légére. Dans la Cavalerie étoient les Chevaliers Bannerets, les Chevaliers Bacheliers , & les Ecuyers , qui tous amenoient avec eux beaucoup d'hommes d'armes , qui grofliffoient la Gendarmerie. Il y avoit outre celà des Compagnies particulieres de Gendarmes : Même avant Charles VII.Le reste des Troupes à Cheval étoit de la Cavalerie-Légére. L'Infanterie étoit presque toute composée d'Archers & d'Arbalêrriers.

ARME’E: on dir entrer à main armés dans un Pays ; c'est-à-dire y entrer par force avec des gens de guerre.

ARMES. C'est ce qui sert à combattre son ennemi , où à se deffendre; les armes, dont on se sert aujourd'hui sont pour l'Infanterie , le fusil, la bayonette, & l'épée, & pour la Cavalcrie, le fabre, le pistolet, & le mousquet. Les armes à feu sont appellées armes noires, & les autres, armes blanches. Les premiers François , qui étoient des hommes d'une haute taille, & vêtus d'habits fort courts, avoient , selon

>

[ocr errors]

2

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

Sidoine Apollinaire, pour armes, l'épée, la hache, & le bouclier. Agatias avec Apollinaire, contre ce que dit Procope, donne aussi des javelots à l'Infanterie : ce qui prouve que leur maniere de combattre n'étoit pas toujours la même. Gregoire de Tours s'accorde avec ces Auteurs,& ne leur donne point d'autres armes ; mais dans quelques endroits il marque que les premiers François portoient un poignard pendant à leur ceinture. L'usage des casques , & des cuirasses s'établit aussi parmi eux; mais ce ne fur que sous la seconde Race. C'étoit l'armure des Gaulois, à qui Varron en attribue l'invention. Dans les fiéges ils se seryoient comme les autres Peuples des fleches & des frondes. La Cavalerie autrefois étoit pesamment armée; de toutes les anciennes armes deffen

; fives , il n'y a que la cuirasse qui soit en ufage , & le pot en tête. L'Infanterie, quoique moins estimée avoit aussi des armes défensives , mais beaucoup moins pesantes, & beaucoup moins fortes, que celles de la Cavalerie.

Les armes offensives en usage sous la leconde & troisiéme Race, jusqu'à l'invention des armes à feu , étoient l'arc, l'arbalêre , la fleche , le poignard, l'épée, la lance, l'espieu, le bâcon ferré, la hache d'armes, la massuë, le mailler, la fronde, la pique. La lance fut abolie en France sous Henri IV. On en faisoit encore usage en Efpagne du tems de Louis XIII. De notre tems on a armé quelques Soldats de la hache, pour s'en servir dans les sorties , ou pour repousser l'assaut que les ennemis

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

donnoient à quelques dehors ; mais la hache est encore une des principales armes des Soldats sur les vaifleaux. On a commencé à fe servir en France des armes à feu , sous Philippe de Valois , & non au. paravant. La plus ancienne arme à feu portative, est l'arquebuse, à laquelle a succedé le mousquet, & à celui-ci le fusil. Voyez Arquebuse , Mousquet.

ÁRMES-DOUBLES. Ce n'est pas d'aujourd'hui qu'on fait des are me s- doubles ; on en voit dans des ca. binets d'armes gardés par curiosité, comme des pistolets ajustés avec une épée, d'autres avec un sabre , d'autres avec une hache d'armes ; à la hache d'armes le manche creux fait le canon du pistolet , & à l'épée , ou au plat de la lame eft appli. qué le canon du pistolet vers la garde.

ARMISTICE(mot nouveau) qui fignie fie suspension d'armes.

ARQUEBUSE, est une arme qui a suc. cedé à l'arc des anciens. Cette arme à feu est de la longueur du fusil , ou du moula quer , & se bande ordinairement avec un rouet. Elle a quarante calibres de long &tire une once & sept huitiémes de plomb avec autant de poudre. On commença à s'en servir sur la fin du regne de Louis XII. c'est la plus ancienne des armes montée fur un fût. Il y a des arquebuses à crocq , avec lesquelles on deffend les Places , & qu'on appuie quelque part pour tirer. La premiere fois qu'on ait vû des arquebufes fut dans l'armée Imperiale de Bourbon, qui chaffa Bonivet de l'Erar de Milan.

Il y a aussi des arquebuses à vent, chara

[ocr errors]
[ocr errors]

gées avec du vent comprimé , & qui ne laissent pas de faire un fort grand effet. Un nommé Marin de Lisieux les a inventées ; il en présenta une à Henri IV. En plusieurs Villes on tire le prix de l'arquebuse pour exercer les Bourgeois , & on continue de l'appeller ainsi, quoique l'on ne se serve plus que de fusils. Les meilleures arquebuses se faisoient à Milan.

ARRANGEMENT des Troupes dans les Armées. Les Romains, sur tout dans les tems de la République, mettoient leurs armées sur trois lignes; la premiére étoit formée de jeunes gens vigoureux , nommés Hastati, parce qu'ils portoient de longues lances , ou piques; la seconde étoit composée de ceux qu'on appelloit Principes. Ils étoient d'un age un peu plus avancé que les Hastati; dans la troisiéme ligne étoient les Triarii, ou Ferciarii , ainfi nommés, parce qu'ils étoient au troisième rang. Les Légions Romaines étoient au centre de ces trois lignes. Les Troupes auxiliaires de pied, tirées des Provinces de l'Empire Romain, ou des Pays de leurs Alliés, Aanquoient ces Légions. La Cavalerie étoit sur les aîles. La Romaine à la droite , & l'Auxiliaire à la gauche.

Nous ne lisons pas dans nos Histoires que cette inéthode ait été observée par les François. Les trois lignes des Armées Romaines n'étoient que d'Infanterie , couvertes aux flancs par la Cavalerie; mais fupposé queles armées Françoises sous la premiere, & fecondeRace de nos Rcis se soient conformées sur celles des Romains, fous les premiers Rois de la troisième Race, clles

ont

[ocr errors]

ont eû un ordre tout différent. La Cavalerie y tenoit le premier rang , & l'Infanterie, qui n'étoit composée que de Paysans mal armés , & mal disciplines, étoit méprisée , & presque comptée pour rien. Elle ne fervoit dans les Batailles qu'à faire la même chose , que faisoient les Velites chez les Romains , c'est-à-dire, à escarmoucher. Sous Philippe Auguste l'Infanterie

étoit composée des Clientes , ou Cliens; des Satellites, Satellites, des Ribauds. Sous Charles VII. il y eût des changemens dans l'Infanterie Françoife. Il s'en fit aussi sous Louis XI. Charles VIII.& Louis XII. François I. institua les Légions. Cet établisseiment ne dura pas long-tems. Le même Prince remit sur pied les Bandes qu'il avoit créées auparavant,& qui étoient chacune de 300. ou 400. hommes. Ce fut sous François I. que l'Infanterie augmentée de beaucoup commença à devenir la principale force des Armées Françoises. Sous les regnes suivans elle a toujours augmenté; & Louis XIV.l'a mise dans l'état où nous

la voyons.

A en juger par la Bataille de Bovines, l'arfangement des Armées Françoises, sous la troisiéme Race de nos Rois,étoit en ligne linealiter, & avoit plusieurs lignes, une aile droite, & une aile gauche; mais il y avoit beaucoup de confufion. Les Armées Françoises ont commencé à être rangées plus regulierement sous Charles VIII.comme à la bataille de Fornoüe : fous Louis XII à celles d'Ainaigdel & de Ravennes: sous François I. à celles de Marignan, & de Pavie : fous

B

« AnteriorContinuar »