Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Pag. 8.

» Il ne fera

pas
hors de

propos de » rapporter ici en entier un passage » de Diodore au sujet des Peuples, » dont nous parlons, que l'on a critiqué, peut-être sans fondement. «

Le passage de Diodore de Sicile a été critiqué avec fondement; & rien n'est plus aisé que de faire voir, ou que le texte de Diodore de Sicile eft corrompu, ou que Diodore n'a pas eu la moindre teinture de l'Hiftoire des Celtes, ou Galates. Je ne perdrai point de tems à prouver la premiere partie de mon dilemme: J'ay été prévenu par Cluvier &

par quelques autres sçavans , qui l'ont mise en évidence. Je viens donc tout d'un coup à la seconde; parce qu'outre qu'elle seule tranche la difficul. té, elle renferme encore la preuve de la premiére , ou du moins l'équi. valant.

Diodore dit, que la premiére année de la cent quatorziéme Olympiade, qui est la quatre cent trentié. me de la fondation de Rome, fut cé. lébre

par

le grand nombre de peuples de presque tout le monde connu,

[ocr errors][merged small]

"

qui envoïerent des Ambassadeurs à Alexandre. Les Illyriens en étoient ajoûte-t'il, les Adriatiques aussi, de même que les Thraces, & les Galates leurs voisins: & c'est pour la premiére fois que ces derniers fe firent connoître aux Grecs. Diod. Sic. l. xvij, p. 579Il deux fautes énormes dans ce peu de paroles ; l'une regarde le nomr de Galates; l'autre attaque le fond de l'Hiftoire des Grecs & des Celtes.

Pour mettre la premiere dans tout fon jour, il fuffit de rapprocher deux époques différentes : l'une eft celle de la députation même, dont parle Diodore; l'autre eft celle qui a donné naissance au nom de Galate. Tous les Auteurs, anciens & modernes, conviennent que c'eft l'année même que Diodore a marquée, qu'Alexandre reçut le grand nombre de députés dont il s'agit. D'autre part il eft certain, que le terme de Galate n'a été emploïé que depuis le paffage des Celtes ou Gaulois dans l'Afie. Ce paffage eft fixé à l'an 475 de Rome. Donc ce ne font point les Galates,

>

ainfi que le dit Diodore, qui ont envoïé rendre hommage à Alexandre. Les Galates n'exiftoient point encore. On auroit beau dire que les Galates, depuis leur exiftence avoient une même origine que les Celtes. Le terme de Galates fuppofe néceffairement le paffage de la nation en Afie: & ainfi il n'eft point permis de confondre le terme de Galate avec celui de Celte, ni de s'en fervir au lieu de l'autre.

Il n'eft pas moins certain, que les Celtes, ou Gaulois, ont été connus de tout tems des Grecs.

Les Rhodiens font venus dans les Gaules, & ont bâti Rhode à l'embouchure du Rhône, plufieurs années avant l'établissement des Olympia des. Strab. l. 14, p. 654.

Les Phocéens, peuple de l'Afie mineure, abordent dans la Ligurie Tranfalpine, font alliance avec les Liguriens, & fondent Marfeille cent vingt ans avant la bataille de Salamine, c'est-à-dire, l'an 154 de Rome. Scymus Chiu. in Peripfo, vers 102. Scylax ibid. p. 4. Tit. Liv. l. v. c. 34*

[merged small][ocr errors]

'Justin l. xliij, c. 3. Steph. Byf. &c.
D'autres Phocéens viennent cin-
quante-deux ans après se joindre aux
premiers. Au moïen de ce renfort,
les Marseillois envoient des colo-
nies en plufieurs endroits des Gaules
& d'Elpagne. Herodot. l. 1, c. 164.
Ammian. Marcel. l. xv, c. 9. Aulus
Gell. l. x, c. 16. &c.

L'an 225 de Rome les Senonois
paffent le Pô, s'établiffent en di-
vers endroits d'Italie, principale-
ment dans la grande Gréce. Appian.
Annibal. p. 318. Diod. Sic. l. xiv,
p. 321. Juftin. l. xx, c. 5.

Cinq ans après, Pythagore vint fe rendre difciple des Druides des Gaules. Clement. Alexandr. Stromat. l. 1. p. 304. B.

L'an 273 de Rome, les Gaulois entrent au service des Carthaginois, pour faire la guerre aux Grecs de la grande Gréce. Diod. Sic. I.. xj. p. 1 & 16.

[ocr errors]

L'an 363 de Rome, les Gaulois de la grande Gréce font alliance avec Denys l'ancien, Tyran de Syracufe, qui étoit une Colonie de

[ocr errors]

Corinthe. Juftin. l. xx. c. 5.

L'an 385, Denys l'ancien envoie au fecours des Lacédémoniens cinq mille cinq ceus hommes, tant Gaulois qu'Espagnols, qui font lever le fiége de Corinthe, attaquée par Béotiens. Xenoph. 1. viij, p. 617. Diod. Sic. l. xv. p. 381.

les

L'année fuivante, Ciffidas conduit, par ordre de Denys encore, un autre renfort dans la Gréce, comTM pofé de feuls Gaulois, qui aide à la prise de plufieurs villes, & fur-tout au gain de la Bataille fans larmes. Xenoph. 1. vij. p. 619. & alii.

L'an 412 de Rome, les Gaulois fe mettent à la folde des Carthaginois, & vont faire la guerre en Sicile contre les Colonies Grecques. Timoléon envoïé par les Corinthiens au fecours de Syracufe qu'ils avoient fondée, les défait. Diod. Sic. I. xvj, P. 466. Plutarc. Timol. t. 1, p. 247, & feq.

Quelque cinq ans après, fur la fin de l'expédition qu'Alexandre fit dans la Thrace, avant que d'entreprendre la conquête de l'Afie, des députés

!

« AnteriorContinuar »