Imágenes de páginas
PDF
EPUB

sexprime S. Paul, fuivant les paroles mêmes de ce Poëte, fumus genus Dei, in ipfo vivimus, movemur, & fumus (1), (1) A&. 17, reft-il pas évident qu'il a voulu parler de l'immensité de Dieu ?

A ces verités fpeculatives, les Auteurs dont je parle joignent celles qui font de pratique ; & trouvent établis dans les Poëtes, non feulement les devoirs envers Dieu, mais ceux des hommes entre eux, ainfi que les autres préceptes · d'une morale pure. Leur Enfer, & leurs Champs Elysées, font propres à reprimer la cupidité, & porter à la pratique de la vertu. Ces Juges, qui examinent avec tant de feverité les actions des hommes ; & les Furies, qui châtient fi rigoureusement les coupables, tout cela peut-il avoir été imaginé fans un grand fond de morale? Enfin, pour expofer le fentiment de ces Auteurs en peu de mots, il fuffit de dire, qu'ils font à tout propos des paralleles recherchés entre les verités qu'ils trouvent dans les Poëtes, avec celles de l'Ecriture Sainte.

J'avoue, pour moi, que la lecture des Poëtes m'a donné une toute autre idée de leur Theologie. Il eft vrai qu'ils parlent quelquefois de la Divinité d'une maniere fublime,mais ils ne fe foutiennent nullement fur ce fujet ; & après avoir donné à leurs Dieux les épithetes magnifiques d'Immortels, de Tout-puiffants, &c. ils les repréfentent avec des foibleffes, qui ne conviennent, comme nous venons de ledire, qu'aux derniers des hommes, & aux plus corrompus. Enforte que je fuis étonné que de fçavans hommes ayent fi fort exalté leur Theologie, pendant que Platon, pour cette même Theologie qui lui paroiffoit fi monftrueufe: les ban-niffoit de fa République. Ciceron ne penfoit pas auffi favorablement des Poëtes que les Auteurs dont je parle, il les blâme au-contraire de nous avoir appris les débauches des Dieux, leurs querelles, leurs combats, leurs diffentions: Nec multò abfurdiora funt ea quæ Poëtarum vocibus fufa, ipfâ fuavi-· tate nocuerunt, qui & irá inflammatos, & libidine furentes induxerunt Deos, feceruntque ut eorum bella, pugnas, prælia; vulnera videremus, odia præterea, diffidia, difcordias, ortus interitus, querelas, &c. (2) Ce même Auteur dit ailleurs, que (2) De Nac.-

Deor. L. I.

S iij

[ocr errors]

ces mêmes Poëtes avoient décrit les débauches des Dieux;
leurs adulteres, &c.

Il eft vrai qu'ils les nomment Immortels, ces Dieux fabuleux, mais en même temps il n'y en a pas un dont ils ne nous apprennent la genealogie; ils nomment leurs peres, leurs meres, le lieu de leur naiffance, & toutes les circonftances de leur vie, depuis leur enfance. Ce font eux qui nous apprennent que Jupiter, le plus grand des Dieux, étoit fils de Saturne, & que Saturne étoit fils d'Uranus, ainsi des autres. Ils parlent même quelquefois de leurs tombeaux. Dans Homere, le plus grand de leurs Poëtes, on voit les Dieux fe quereller, fe battre, être bleffés par des hommes, & pouffer des cris & des plaintes en voyant couler leur fang. Ils fe difent à tout propos des injures groffieres. Jupiter & Junon y paroiffent toujours dans une mefintelligence fcandaleuse entre deux époux. Euripide voulant excufer Phedre, qui avoit conçu pour le fils de fon mari une violente pasfion, en met la faute fur le compte de Venus, qui vouloit fe venger du mepris qu'Hyppolite faifoit de fon culte & de fes adorateurs. Une autre tradition, celle qu'a fuivi Raci(1) Tragedie ne (1), non moins deshonorable pour Venus, portoit qu'elle se vengeoit ainfi de ce que le Soleil, bifayeul de Phedre, avoit découvert fon intrigue avec le Dieu Mars; & c'est par le même motif de vengence, que cette Déeffe avoit infpiré à Pafiphaé, mere de Phedre, cette paffion honteuse qui fit tant de bruit.

de Phedre.

Dans la même piece, Euripide fait intervenir Diane, &
cette Déeffe pour confoler Hyppolite mourant, lui dit qu'elle
ne sçauroit à la verité changer l'ordre du Deftin, mais que
pour
le venger, elle tuera de fa propre main un des Amans
de Venus. Voilà donc ces Dieux fi puiffans, foumis au
Deftin, & qui ne pouvant faire tout le mal qu'ils fouhaite-
roient, font celui qu'ils peuvent faire. Que peut-on pen-
fer d'une Theologie, dont le but a été d'élever l'homme juf-
qu'aux Dieux, & d'abaiffer ces mêmes Dieux, je ne dis pas
feulement à la condition des hommes, mais jusqu'à leurs plus
grandes foibleffes.

Peut-on concevoir rien de plus bizarre que l'idée que les

[ocr errors][ocr errors]

Poëtes donnent de leurs Dieux ? Que dire de ce mêlange de puiffance & de foibleffe, d'éternité & de mort, de felicité & de douleur, de tranquillité & de trouble? Que penferonsnous des railleries que fait de ces Dieux Ariftophane, dans quelques-unes de fes Comedies, & des blafphêmes que vomit contre eux Eschyle, dans fon Promethée?

Mais, dit-on, les Poëtes parlent fouvent de la providence des Dieux, & du foin qu'ils prennent des hommes? Quelle providence! Choififfons un des évenemens de la fable, où elle brille davantage, & celui que les plus grands Poëtes ont décrit avec plus de foin; je veux dire la guerre de Troye. Cette guerre fit perir une infinité de gens, & ruina un beau Royaume: elle fut fuivie de miferes fans nombre, de tempêtes, d'incendies, & de tout ce qui accompagne les grandes défolations. Tous les Dieux y prirent parti, l'Olympe fe trouva divifé en deux factions: il n'y eut point d'intrigue, de refforts, de fineffes que chacun des Dieux n'employât; on ne peut pas affurément les accufer de negligence pendant toute cette guerre; leur providence ne manqua pas d'emploi. Homere décrit tous leurs mouvemens avec des détails infinis; les autres Poëtes ont fuivi fon exemple. C'eft donc-là un point de vûë très-propre pour nous convaincre de leur fentiment Theologique fur la providence: voyons donc quel fut le motif de cette guerre; remontons à la fource.

S'agiffoit-il de châtier une nation impie, de venger l'innocent opprimé, ou les Dieux eux-mêmes méprifés; ou de donner à l'univers un exemple fignalé de juftice & d'équité? Rien moins que cela. Il s'agiffoit de venger une Déesse du mépris qu'on avoit fait de fa beauté.

Au mariage de Thetis & de Pelée, la Discorde jette une pomme pour la plus belle de la compagnie. Les Dieux qui n'ofent fe rendre arbitres du differend qui n'aît à ce fujet entre trois Déeffes, les envoyent en Phrygie fubir le jugement d'un jeune Berger qui étoit en réputation d'équité. Le Berger, que chacune des trois Déeffes veut feduire par des promeffes magnifiques, juge en faveur de Venus; elle étoit effectivement la plus belle, ainfi il n'y avoit rien à dire à ce jugement. Cependant en voilà affez pour irriter les deux

(1) En, L. 2.

(2) Id. Ib.

autres. Junon, la fage Junon refout dans ce moment la
perte, non pas de Paris, ce qui auroit même été une ven-
geance fort injufte; mais celle de tout l'Empire de Priam
fon pere, & de toute la Phrygie. L'enlevement d'Helene, fem-
me promise à Paris, devint le fignal d'une fanglante guerre.
La Grece arme de toutes parts, pendant que Junon par
toutes fortes de moyens tâche de mettre la troupe celefte
dans fon parti. Elle ufe de mille ftratagêmes pour gagner les
autres Dieux, & leur fait les promeffes les plus touchantes;
elle
parcourt toutes les Villes de la Grece pour les animer
à la guerre. On affiege la Ville de Troye, & pendant dix
ans la Reine des Dieux fait le manége d'une femme force-
née, tâche d'endormir fon mari pour l'empêcher de voir la
deroute des Troyens, & le refte. Minerve donne l'inven-
tion du Cheval de bois: Junon paroît armée, & ouvre elle-
même les portes de la Ville, appellant les Grecs, trop lents
pour fa vengeance:

[merged small][ocr errors]

pendant que Neptune fon allié abbat les murailles à coups de
Trident. Les Grecs entrent dans la ville, on y commet mille
defordres, qu'il n'eft pas néceffaire de décrire; mais il ne faut
pas
oublier que Virgile a grand foin de nous faire remarquer
qu'il faut les attribuer à la colere & à la vengeance des Dieux.

Verum inclementia Divům
Has evertit opes, fternitque à culmine Trojam (2). ́

La ville de Troye eft donc réduite en cendres; Paris, Priam & fes autres enfans maffacrés ou faits efclaves; ainsi la colere de Junon devoit être appaisée.

Mais chez les Poëtes une Déeffe outragée au fujet de fa beauté, ne s'appaise pas fi facilement. On la représente pourfuivant avec une rage extrême le refte des Troyens fugitifs; elle veut les empêcher de chercher dans l'Italie la retraite que les Deftins leur promettoient

Troas

[ocr errors][ocr errors]

Troas relliquias Danaûm........ arcebat longè Latio, &c. (1)
Ici elle fupplie d'une maniere indigne Eole, Divinité fubal-
terne, pour le porter à exciter une tempête contre les or-
dres de Neptune qui avoit changé de parti, & dont la Pro-
vidence s'intereffoit alors pour les Troyens. Tantôt elle tâ-
che d'arrêter Enée en Afrique par les charmes de la volupté.
Là elle fait paroître Iris fous la figure de Beroé, pour obliger
les Dames Troyennes à brûler leur Flotte. Lorfqu'Enée
est arrivé en Italie, elle envoye les Furies chez Turnus &
Amate, pour les exciter à le chaffer de fon pays, & allume
une guerre fanglante; & ne pouvant pas abfolument empê-
cher l'execution des ordres du Deftin, elle tâche du moins
de la retarder par toutes fortes de moyens. Comme l'arrêt du
Deftin portoit que Lavinie feroit la femme du Heros Troyen,
elle veut que le fang d'une infinité de Phrygiens foit la dot
avec laquelle ce Prince achette cette alliance.

Non dabitur regnis, efto, prohibere Latinis;
At trahere, atque moras tantis licet addere rebus:
At licet amborum populos exfcindere Regum.
Hác Gener atque Socer coëant mercede fuorum.
Sanguine Trojano & Rutule dotabere, Virgo. (2)

Perfonne n'ignore tout ce que fit cette Déeffe pour favorifer
le parti de Turnus, & tout le manége que Virgile lui fait
jouer pendant toute cette guerre. Enfin voyant que le Destin
étoit le maître, elle tâche pour dernier trait de vengeance,
d'obtenir de Jupiter que les Latins ne prendront point le nom
des Troyens leurs vainqueurs, afin que Troye & fa memoi-
re fuffent plus facilement abolies:

[ocr errors]

Ne vetus Indigenas nomen mutare Latinos,
Neu Troas fieri jubeas, Teucrofque vocari.
Occidit, occideritque finas cum nomine Troja. (3)

Peut-on concevoir une vengeange plus complette? & a-t-on
jamais pouffé plus loin le reffentiment? Peut on en avoir un
fujet plus frivole?

Tome I.

T

(1) Id. b.

(2) Eneid.

L. 7.

(3) Eneid.

L. 12.

« AnteriorContinuar »