Imágenes de páginas
PDF
EPUB

)

3 € 34 E38: € 368 36 * 3*

CHAPITRE VI.
JESUS-CHRIST crucifié est

le fondement de notre espé-
Fánce par rapport à la véri-
table justice ; & au véritable
bonheur,

[ocr errors]

TO

Out ce qui a été dit juf

qu'ici prouve que notre Seigneur J E SU's, crucifié pour nous, est le fondement de notre espérance , & que c'est de lui , & par lui , que nous devons attendre la justice & le bonheur , qui sont les deux grands objets de l'espérance chrétienne. Ceux qui ne sont pas

éclairés

par

la foi, ou qui ne suivent pas sa lumie. re , séparent ces deux choses, en defrant le bonheur, fants desirer la justice, qui est le seul moyen d'y parvenir. Mais ces deux choses sont inféparablement unies. Sans la justice véritable, on sera toujours malheureux: & avec elle on ne peut l'être:

L'affliction & le désespoir , * dit S. *sereyalla Paul, accableront tout homme qui » Rom. 2. %

[ocr errors]

fait le mal, le Juif premierement , » & puis le Gentil. Et au contraire,

l'honneur, la gloire , & la paix se» ront le partage de tout homme qui w fait le bien,

du Juif premierement, » & puis du Gentil. » La Loi éternelle l'ordonne ainsi, & il ne faut espérer aucune exception.

2. C'est donc également par rapport

à la justice véritable, & par rapport au véritable bonheur qui ne peut être qu'éternel, que je regarde en ce chapitre Jesus - CHRIST comme le fondement de notre espérance, dont j'établirai les motifs , & dont je marquerai par une suite nécessaire les grands caracteres & les effets.

[ocr errors]

CH AP. VÌ.

§. I.

Les motifs de l'espérance font renfermés dans un passage de s. Paul , qui les fonde sur la charité du Pere qui a livré fon Fils pour nous , & fur celle du Fils qui a donné sa vie pour nous rendre la justice. JesusCHRIST fait encore dans le Ciel la fonction de victime de Prêtre.

J. SAINI PAUL réunit , dans le huitiéme chapitre aux Romains, les principaux motifs de l'espérance chrétienne , dont il fait voir que J Esus-CHRIST est l'unique fondement. « Si Dieu, dit-il, est pour ce Rom. 8.37.34 nous , qui sera contre nous ? S'il se n'a pas épargné son propre Fils , « & s'il l'a livré à la mort pour nous « tous, que ne nous donnera-t-il point après nous l'avoir donné „ ? C'est Dieu

que nous avons offensé: c'est lui

qui nous avoit exclus du ciel : c'est la justice inéxorable, que nous

CHAP. VI. devions satisfaire, sans le pouvoir

jamais : c'est lui seul que nous devions craindre. Et c'est lui au contraire qui fe déclare pour nous , & qui prend en main notre défense. Quelle puissance peut combattre la sienne ? Quelle malignité & quelle envie peuvent s'opposer à la bonté ? Qui peut rendre sa misericorde inutile, ou en suspendre l'effer?

2. Mais quelle preuve avons - nous de sa miséricorde & de sa bomé ? Comment la justice & sa sainteté ontelles été satisfaites ? Qui a pu révoquer sa malédiction prononcée conrre nous ? Comment des decrets immuables contre des pecheurs incapables par eux-mêmes de pénitence & d'un amour sincere pour la juftiont-ils été abolis ? C'est

que

Dieu n'a pas épargné pour nous son propre Fils , & qu'il l'a livré à la mort pour nous nous. Etiam Filin suo non pepercit. Il s'est porté jusqu'à cet excès inoui, que de sacrifier son propre Fils , son unique Fils, son Fils égal à lui-, vême, vour nous sauver , fans que nous l'on priallions, fins que nous le squilions, sans que nous

fullions

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

fusions ni moins rebelles, ni moins CHAP. VI.
ingrats , ni moins impénitens. Il nous
a mis en parallele avec lui , & il nous
a préférés. Il a vû ce qu'il en devoit
couter à ce Fils uniquement aimé,
& ce qu'il devoit lui en couter à
lui-même en l'immolant pour nous:
& nous lui avons été plus chers. Il
avoit emploié tous les autres moyens
pour nous rappeller à lui : bienfaits ,
chatimens, instructions , miracles.
Mais il lui restoit un unique Fils , &
il ne se l'est pas réservé.
3.

Il l'a livré à la mort pour nous
tous, & il a noié dans son sang tou-
tes nos iniquités. Il a mis sur ce Fils
attaché au bois, nos malédictions &
nos anathêmes, avec nos péchés. Il
la chargé de tout ce que nous de-
vions à la justice. Il a exigé de lui à
la rigueur tout ce que son inéxorable
sainteté eût éternellement & inutile.
ment exigé de nous. Il l'a brisé com-
me s'il avoit été coupable , parce
qu'il tenoit la place de ceux qui l'é-
toient. Il l'a rafsafié des opprobres
dont nous étions dignes. Il a rem-
pli le calice qu'il lui a fait boire, de
tout le fiel & de toute l'amertume
Partie I.

N

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
« AnteriorContinuar »