Imágenes de páginas
PDF
EPUB

le déclarer lui-même. Eh! quel eft cet heureux époux, répliqua Don Pedre, avec précipitation? Nommez-le moi, Madame, je vais dans mon défefpoir.... Je ne fçai point encore fon nom, interrompit l'inconnuë; mon frere n'a pas voulu m'en inftruire.Il m'a dit feulement, qu'il fouhaitoit que je viffe le Cavalier auparavant.

Mais, Madame, dit Don Pedre, vous foumettez-vous fans réfiftance aux volontés d'un frere? Vous laifferez-vous entraîner à l'autel fans vous plaindre d'un fi cruel facrifice? Ne ferez-vous rien en ma faveur? Helas! je n'ai pas craint de m'expofer à la colére de mon pere, pour me conferver à vous. Ses menaces n'ont pû ébranler ma fidélité, & avec quelque rigueur qu'il puiffe me traiter, je n'épouferai point la Dame qu'on me propofe, quoique ce foit un parti très-considérable. Et qui est

ĉette Dame, dit l'inconnuë? C'est la foeur du Comte de Belflor, répondit l'écolier. Ah! Don Pedre, répliqua l'inconnuë, en faifant paroître une extrême furprise, vous vous méprenez fans doute; vous n'êtes point für de ce que vous dites. Eft-ce en effet Eugenie, la fœur de Belflor, que l'on vous a propofée?

Qüi, Madame, repartit Don Pedre, le Comte lui-même m'a offert fa main. Hé quoi ! s'écriat'elle, il feroit poffible que vous fuffiez ce Cavalier à qui mon fre re me deftine ? Qu'entens-je ! s'écria l'écolier à fon tour, la foeur du Comte de Belflor feroit mon inconnuë! Qüi, Don Pedre, repartit Eugenie ; mais peu s'en faut que je ne croye plus l'être en ce moment, tant j'ai de peine à me perfuader du bonheur dont vous m'affurez.

A ces mots, Don Pedre lui em

braffa les genoux. Enfuite il lui pris une de fes mains qu'il baifa avec tous les tranfports que peut fentir un Amant, qui paffe fubitement d'une extrême douleur à un excès de joye. Pendant qu'il s'abandonnoit aux mouvemens de fon amour, Eugenie de fon côté lui fair foit mille careffes, qu'elle accompagnoit de mille paroles tendres & flatteufes: Que mon frere, difoit-elle, m'eût épargné de peines, s'il m'eût nommé l'époux qu'il me deftine.! Que j'avois déja conçû d'averfion pour cet époux ! Ah! mon cher Don Pedre, que je vous ai hai! Belle Eugenie répondoit-il, que cette haine a de charme pour moi! Je veux la mériter en vous adorant toute ma vie.

S

Après que ces deux amans se furent donnés toutes les marques les plus touchantes d'une tendref fe mutuelle, Eugenie voulut fça

+

voir comment l'écolier avoit pû gagner l'amitié de fon frere. Don Pedre ne lui cacha point les amours du Comte & de fa foeur, & lui raconta tout ce qui s'étoit paffé la nuit derniere. Ce fut pour elle un furcroît de plaifir d'apprendre que fon frere devoit époufer la fœur de fon amant. Dona Juana prenoit trop de part au fort de fon amie , pour n'être pas fenfible à cet heureux évenement. Elle lui en témoigna fa joie auffi-bien qu'à Don Pedre, qui fe fépara enfin d'Eugenie, après être convenu avec elle, qu'ils ne feroient pas femblant tous deux de fe connoître quand ils fe verroient devant le Comte.

Don Pedre s'en retourna chez fon pere, qui le trouvant difpofé à lui obéïr, en fut d'autant plus réjoui, qu'il attribua fon obéiffance à la maniere ferme dont il lui avoit parlé la nuit. Ils atten

f

doient des nouvelles de Belflor; lorfqu'ils reçurent un billet de fa part. Il leur mandoit, qu'il venoit d'obtenir l'agrément du Roi pour fon mariage & pour celui de fa foeur, avec une Charge confiderable pour Don Pedre: Que dès le lendemain ces deux mariages fe pourroient faire, parce que les ordres qu'il avoit donnés pour cela s'exécutoient avec tant de diligence que les préparatifs étoient déja fort avancés. Il vint l'après- dînée confirmer ce qu'il leur avoit écrit, & leur préfenter Eugenie.

Don Luis fit à cette Dame toutes les careffes imaginables, & Léonor ne fe laffoit point de l'embraffer. Pour Don Pedre, de quelques mouvemens d'amour & de joye qu'il fût agité, il fe contraignit affez pour ne pas donner au Comte le moindre foupçon de leur intelligence.

« AnteriorContinuar »