Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

A. GA- ma arce vivitur. Urbs nunc munitiffimá
LATEO. eft di natura di Regum impensa, pribor

oppidanorum finitimorumque populoruna
labore. Libera eft & immunis ab om
nibus ve&tigalibus. Hic Salubri fruimur
Cælo, do lato colliculorum prospectus
mare habemus undique', undique Cæ-
lum

, penitùs à cæteris divisi du commer:
ciis & moribus. Hic ego & cibo es fomno
parciùs utor , valeo athletice. Tertia aut
quarta noctis hora do dormitum ; nona
aut decima surgo ; tego aliquid aut
fcribo. Quid faciam ? Dormire ants
plius nequee in le&tulo pudico do celibe,
& pleno curarum. Reviso annotatio-
nes meas , hoc eft, antiquos labores
meos , qui mihi sunt maxime volup
tati , neduna solatio. Non enim ex hac
mihi famam aut commoda qudro ga
fed cogito quæ mihi proximo die agen-
da sunt. Ante orientem folem si dies
feftus eft aut profeftus , rei divina vaco,
fin ne feftus , domi maneo , Deos oro.
Ad primam tucem circumeo, agros vi-
fito , deinde prandeo fobriè. Post pran-
dium lego aliquid facile, non quod men.
tem agitet, fed quod levet atque de
leitet. Eo tempore veniunt ad me ali-
qui, qui de salute sua confulant , has

[ocr errors]

Ego audio. Vicesima bota agros reviso, A. ĠAafcendo ; defcendo , discurro', Judo , LATEO: quamvis bruma fit prope. Tandem feffus ac defatigatus ad primas faces domum redeo , ubi aliqui non ignavi ina genii viri me expectant , qui me audiant de Philofophia, de Moribus, de Mathematica exoterice, non acroam tice disserentem.

H est mort à Lecce le 12.Novem bre 1517. dans sa foixante-treizième année.

Catalogue de ses Ouvrages.

1. De fitu Japygie. Bafileæ 1558. 10 -8°. C'est le premier Ouvrage qu'on ait imprimé de Galateo , suivant le Marquis d'Oria , qui en procura l'impression. Paul Jove le trouve comparable à ceux de l'Antiquité. It. Bafileæ eodem anno. It. Neapoli 1624. in-4o. Antoine Scorrano-; Àre chiprêtre de Galatina , a joint à cette derniere édition des notes marginales , & Pierre Antoine de Magistris de la même Ville", à mis à la tête an abregé de la vie de Galateo.

2. De fitu elementorum , de fitu ter. farum , de mari de aquis do fluviorum origine, Bafilee 1558. in - 89. Cés

A. GA. Opuscules, que Vossius qualifie de LATEO, nom de Questiones Physica , font

joints à la seconde édition de l'Ouvrage précedent. La Physique étoit trop imparfaite du tems de Galateo, pour que ce qu'il en a écrit merite quelque attention.

3. Descriptio urbis Callipolis, ima primée avec l'Ouvrage De fitu JaPygia.

4. De villa Laurentii-Valla , inษ primé avec le Traité De fitu Japja gia. Il écrivit cette description, qui est fort jolie , lorsqu'il étoit avec Valla à cette maifon de campagne.

5. Successi dell' armata Turchesca nella Citta d'Otranto dell'anno 1480. progressi dell'esercito ed armata coner dottavi da Alfonso Duca di Calabria scritti in Eingua Latina da Antonio de Ferrariis, detto il Galateo, e tradotti in Lingua volgare per l'Abbate Gio Michaele Marziano , d'Otranto. In Cupertino 1583. in-4°. It. in Napoli 1612. in 4. Galateo, qui avoit alsisté à cette expedition d'Otranté, en avoit fait l'Histoire en Latin, & l'avoit intitulée: De bello Hydruntino ; mais elle n'a pas été im

[ocr errors]

primée & l'on n'en a publié que la A: GA-
traduction Italienne. Le Roi de LATEO.
Naples récompensa la peine qu'il
avoit prise de l'écrire , en lui faifant
présent d'une maison de campagne à
Casale di Trepuzzi à quelques milles
de Lecce.

6. De laudibus Venetiarum. Dominique de Angelis l'a fait imprimer après l'Eloge de Galateo dans ses Vies des Sçavans d'Otrante.

Il a composé encore quelques autres Ouvrages qui n'ont pas vû le jour.

V. Paul Jove", Elogia. Vossius de Hift. Latin. Castellanus Vitæ Medic. Le Vite de Letterati Salentini da Do menico de Angelis , tom. 1. Journ.de Venise , tom. 2 3. art. 1.

PIERRE VARIGNON.

IERR E Varignon naquit à P. VAE

Caen l'an 1654. d’un Archi- RIGNON tecte Entrepreneur, dont la fortune étoit fort mediocre. Deux freres qu'il avoit suivirent la profeffon de leur pere , & il étudia pour être Ecclesiastique.

1

1

P. VA- Son goût pour les MathematiAGNON. ques se declara de bonne heure:

Des Cadrans qu'il vir faire à des maçons le frapperent ; il en apprit d'eux la pratique la plus grossiere, qui étoit tout ce qu'ils en Içavoient; mais il foupçonna que tout cela dépendoit de quelque theorie genes rale, soupçon qui ne servit qu'à le tourmenter fans fruit , n'ayant per fonne qui pût lui donner des éclairciffemens sur ce sujet.

Pendant qu'il étudióit én Philo fophie chez les Jesuites de Caen", comme il feuilletoit un jour par amusement differens Livres dans la boutique d'un Libraire, il tomba fur' en Euclide', & en lut les premieres pages , qui le charmerent, non-feuiement

par

l'ordre & l'enchaînement des idées, mais encore par lai facilité qu'il se sentoir à y entrer. H emporta l'Eudide chez lui, & continua à le lire avec un plaifir qui augmentoit à mesure qu'il ávançoit dans la lecture.

L'incertitude & l'obscurité de la Philosophie qu'on lui enseignoit aiz derent encore à lui faire goûter la

« AnteriorContinuar »