Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Il descendoit de Phatime,fille de Mahomet,ce qui a fait done Après J. C.

ner à cette Dynastie le nom de Phathimite. L'an 301. de l’Hegire de J. C. 913. après l'extin&tion des Thoulounides & pendant que l'Egypte étoit gouvernée par des Officiers que les Khalifs y envoyoient, Nahadi y entra avec quarante mille Barbaresques, s'approcha de Mesr, alla à Alexandrie, où il fit quelques ravages & s'en retourna ensuite. Les troupes du Khalif Moctader le poursuivirent jusques dans le pays de Barca où elles en vinrent aux mains plusieurs fois. Dans la suite Mahadi revint en Egypte & fe rendit maître d'Alexandrie & du pays appellé Phioum. Son fils & fon successeur Caïm s'empara de la plus grande partie de la Thebaïde. Il s'approcha de Phosthat , & livra plusieurs combats aux habitans. Sous le regne de Kafour, Moez-eddin

allah , qui prenoit le titre de Khalif de ces Phathimites , Aboulfedha instruit qu'il y avoit alors des troubles , envoya un de ses

Généraux nommé Dgiauhar, Grec d'origine. Il défit les troupes Egyptiennes , & fit faire la priere publique au nom (a) de son Prince dans la principale Mosquée de Mefr, ce qui étoit prendre possession du pays. Il commença à bâtir la ville que nous connoissons aujourd'hui sous le nom de Caïre & qui est formé des villes de Mesr, de Phosthat & de ce que fit construire Dgiauhar. Il avoit envoyé en même-tems dans la Syrie un de ses Lieutenans, nommé Dgiafar, qui marcha droit à Ramla , où commandoit Houssaïn de la famille d'Ikhschid. Il y eut quelques combats , mais Houssain fut fait fait prisonnier & envoyé à Moeż-eddin. Damas fut soumise, & avec cette place une grande partie de la Syrie. C'est ainsi que la Dynastie des Ikhschidites fut entierenient détruite, &

que

les Phathimites s'établirent en Egypte.

Elmacin.
Aboulma-
balen
L'an 969.

(m) L'an de l'Hegire 358 dans le mois de Ramadhan.

ΙΙ Ι.

LES TURCS GHAZNEVIDES.

L

[ocr errors]

.

Dherbelor,

Es Turcs dont je vais rapporter l'Histoire , ne sont

Après J.C. 1point une Nation entiere venue du Turkestan , mais des esclaves achettés par des Princes Mahométans , introduits dans leurs Sérails , de-là dans les Conseils , & par

& venus ensuite aux plus grandes dignités. Tels furent les Thoulounides & les Ikhschidites ; tels sont encore les Ghaznevides , ainsi nommés de la ville de Ghazna capitale de leur Empire.

La Dynastie des Samanides avoit enlevé aux Khalifs les pro- Alp-teghin vinces voisines de la mer Cespienne, telles que le Khorasan Novairi;

Dgiaferi. & le Maouarennahar; elle y regnoit depuis environ l'an 874

;
de J. C. Alp - teghin qui étoit un Turc originaire des en-
virons , & par conséquent de la nation des Hoei-ke avoit
été esclave d’Ismail, second Prince de cette Dynastie. On
prétend que son occupation étoit de faire des tours de fou-
plesse ; mais ayant été affranchi , il prit le parti des armes,
& de simple fóldat qu'il étoit, il monta insensiblement aux
plus grandes charges de l'Empire, & enfin jusqu'à celle de
Général des armées,& de Gouverneur du Khorasan. Alors il
eut beaucoup

de

part dans le Gouvernement. Après la mort L'an 961. (a) d’Abdolmelek Roi des Samanides , les' sentimens Novairi. étoient partagés sur le choix d'un successeur : on s'adressa halen. à Alpteghin ; il s'opposa à l'élévation de Mansour frere d'Abdolmelek , sous prétexte qu'il étoit trop jeune & jetta les yeux sur l'oncle de ce Prince.

Mais pendant que les Emirs délibéroient ainsi, les habitans de Bokhara choisirent d'eux-mêmes Mansour qu'ils proclamerent Roi. Alpteghin arrivé à la Cour témoigna du mécontentement. Alors ne pouvant être agréable au nous

Aboulm

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

Après J. C.

veau Roi , il fut obligé de fuir avec environ sept cens chez Alp-teghin vaux. Mansour le traita en rebelle & envoya quinze mille

hommes contre lui. Alp-teghin qui avoit acquis une gran- . de expérience dans l'art militaire

dans l'art militaire , & qui connoissoit le pays, se posta dans le fond d'un vallon, dont tous les issus n'étoient que de longs défilés très-dangereux. Il mit deux cens hommes en ambuscade, & à la tête des cinq cens autres il se plaça sur une colline , les rangeant tous sur une ligne afin que ses ennemis crussent que son armée étoit plus nombreuse. On n'eut pas plutôt commencé le combat qu’Alp-teghin se battant en retraite , dans le dessein d'engager les troupes de Mansour dans les défilés & de les faire tomber dans l'ambuscade, les investit de tous côtés, en tua un très-grand nombre & fit prisonniers tous ceux qui resterent.

Avant que d'en venir aux mains, Alp-teghin qui connoissoit la supériorité que ses ennemis avoient sur lui, sonda ses troupes ; il leur fit entendre qu'avec un si petit nombre de soldats ne pouvant esperer de remporter la victoire , il leur conseilloit de songer à eux & de quitter son parti oŭ il n'y avoit que la mort à attendre, & de traiter avec le Général de Mansour. Tous lui répondirent qu'ayant eu part à sa bonne fortune, ils avoient resolu de le suivre dans fon malheur & de courir les mêmes dangers que

lui Alp-teghin après cette victoire fut le maître de la campagne & marcha droit à Ghazna dont il se faisit. Il y fut regardé comme un Souverain & retira de cette ville des

forces qui le mirent en état de battre en plusieurs renAboulfedha contres les troupes de Mansour. Il mourut à Ghazna (7)

c qui devint la capitale de son Empire , après avoir regné 16

ans, laissant sa couronne à Sebek-teghin son gendre. Sebek-teg- Ce nouveau Roi étoit aussi un esclave Turc attaché au

service d'Alp-teghin. Son nom Mahometan étoit Nasireddin. Son mérite personnel, ses talens & ses grandes qualités le firent sortir de l'esclavage. Alp-teghin lui donna les premieres charges dans la Milice , ensuite sa fille en ma

[ocr errors]

L'an 975

Dherbelot.

hin.

(*) L'an 365 de l'Hegire,

[ocr errors]

par tout la

riage & enfin le laissa l'héritier de ses grands biens , de ses charges & même de ses projets. Alp-teghin n'avoit pas en ses k-reg

Apres J. C. core osé prendre le titre de Roi. Quoique maître dans hin. Ghaznal, il n'y étoit regardé que comme un Gouverneur pour les Samanides. Sebk-teghin fut confirmé dans ce gouvernement par Nouh , Prince des Samanides, qui ne pouvoit le lui enlever.

La discipline exa&e qu'il fit observer aux troupes , sa libéralité envers les Officiers, lui gagnerent les cœurs de tous les Peuples & de la Milice. ; & par-là il devint maître absolu dans son gouvernement. Il contraignit plusieurs places de le reconnoître & après avoir rétabli paix & le bon ordre , il porta fa guerre dans l'Inde (a), battit

& plusieurs Rayas, qu'il força d'embrasser le Musulmanisme & détruisit les temples des Pagodes. Il prit la ville de Boft L'an 977. & celle de Kozdar assez voisine de l'Indus , après quoi il Aboulfedha

Dherbelos, revint à Ghazna couvert de lauriers.

Cependant il n'étoit encore regardé que comme un gouverneur établi dans ces Provinces par les Samanides; Mais Nouh qui regnoit alors , n'étoit pas en état de le déposer; il fut même obligé d'avoir recours à lui & le traita plûtôt comme un allié que comme un sujet. Les Turcs Hoei-ke étoient puissans dans les Provinces qui confinoient aux états des Samanides (b): ils faisoient souvent des cour- Aboulfedha

: ses jusques dans le Khorasan, & paroissoient avoir dessein L'an 993. de s'en emparer. Bograkhan qui poffedoit tout le

depuis Kaschgar jusqu'à la Chine entra dans le Maouarennahar, battit le Roi des Samanides , le chassa de Bokhara, sa capitale & le contraignit de se retirer vers Amoul. Nouh implora le secours d'Abou - aly fils de Semdgiour; celui-ci quoique sujet & gouverneur du Khorasan pour les Samanides, ne voulut point marcher contre les Turcs; mais heureusement le Khan étant tombé malade, il reprit le chemin de ses étas , mourut en route & Nouh rentra dans Bokhara. Le refus de secours de la part d'Abou - aly oca

pays

(a) L'an 367 de l'Hegire.
{b) L'an 383 de l'Hegire,

1

Sebek teg

hin,

Novgiri.

casionna la

guerre entre ce Prince & son Gouverneur qui Après J.C. prit aulli-tót les armes avec un autre Officier appellé

Phaiq. Ils marcherent tous les deux contre le Roi des Sa

manides, & le battirent. Nouh s'adressa à Sebek-teghin, Aboulfedha le follicita vivement de venir à son secours & lui donna

le gouvernement du Khorasan. Sebek - teghin avec peu de monde se rendit auprès de Nouh, confera avec lui sur toutes les opérations de la guerre, & revint à Ghazna pour y lever une armée. Lorsque tout fut en état il partit de cette ville, accompagné de son fils Mahmoud & pric sa route vers le Khorasan. Nouh de son côté sortit de Bokhara ; Abouali & Phaiq secourus d'un Prince des Bevides nominé Phakhr-eddoulet se mirent également en campagne. Les deux arınées se trouverent en présence dans les environs d'Herat capitale du Khorasan. Dans le tems qu’elles en étoient aux prises , Dara Prince du Dilêm avec ses soldats , abandonna le parti d'Abouali & se tourna du côté des Samanides, qui par - là devinrent assez puissans pour remporter la victoire. Sebek - teghin poursuivit les rebelles qui se disperferent en plusieurs endroits du Khorasan. Ensuite accompagné de Nouh il alla prendre Nisabour. Abouali & Phaiq s'étoient retirés vers le Dgiordgian à l'ouest du Khorasan, proche la mer Caspienne. Pour les services que Sebek-teghin venoit de rendre , Nouh donna à son fils Mahmoud le gouvernement de Nisabour & le commandement des troupes du Khorasan, avec le titre de Seifeddoulet , c'est-à-dire l'épée de l'état , & Sebekteghin fon pere eut celui de Nasir-eddoulet , c'est-à-dire le defen

Jeur de l'étar. L'an 995:

L'année suivante (a) Abou - aly & Phaïq quitterent le Aboulfedha Dgiordgian & prirent la route de Nisabour. Mahmoud en

donna avis à son pere, & sans attendre le secours qui ne pouvoit arriver assez à tems , il marcha avec le petit nombre de troupes qu'il avoit. Il livra battaille aux ennemis ; mais il fut vaincu, &les rebelles rentrerent dans Nisabour. Sebekteghin pendant ce tems-là avoit rassemblé ses armées,

[ocr errors]

1

(*) L'an 385 de l'Hegirç.

« AnteriorContinuar »