Imágenes de páginas
PDF
EPUB

l'an 1209, ce Prince qui entra pour la premiere fois dans LE TIBET. la Chine, réfolut de prendre Ning-hia capitale de ce Royau

me, mais Li-gan-tçiuen confentit à lui payer un tribut, & lui donna une de fes filles en mariage. En conféquence de cette paix, le Roi de Hia déclara la guerre aux Tartares Kin, qui étoient les ennemis des Mogols, & leur prit quelques places. Mais dans la fuite Gengiz-khan recommença la guerre contre les Princes de Hia; la ville d'Etfina fut prife; enfuite Kia-yu-koan, Kan-tcheou, So tcheou & plufieurs autres places. Le Roi de Hia mourut de chagrin l'an 1226. Li-hien qui lui fuccéda, affiégé dans la capitale de Ning-hia, fe rendit à difcrétion. En fortant de cette ville pour aller trouver Gengiz-khan, il fut massacré ; la plus grande partie de fes fujets furent égorgés: & cet Empire, qui avoit fubfifté pendant 346 ans, fut détruit par la faute de Li-hien qui avoit fourni des fecours aux ennemis de Gengiz-khan.

L'INDE.

L'Hiftoire de l'Inde nous a été jufqu'à préfent entiere L'INDE. ment inconnue. Il y avoit lieu d'efpérer que les Chinois nous fourniroient fur ce pays quelques lumieres, mais ils ne nous laiffent entrevoir que des foibles lueurs; trop remplis de mépris pour toutes les nations étrangeres en général, ils n'en font mention que pour fatisfaire leur orgueil, c'est-à-dire, pour indiquer que ces nations venoient apporter leur tribut. Je divife l'Inde en trois parties principales. La premiere qui confine à la Perse & s'étend jufqu'au Ganges. Toute cette partie qui forme les Etats du Mogol, paroît avoir fait quelquefois un Empire confidérable, qui a été réuni fous un feul Prince, & dans d'autres tems, divifé en cinq Royaumes différens. La feconde partie contient les pays voifins du Ganges & ce qui eft au Midi de la Chine. La troifieme, les ifles des Indes.

Ven-hien

L'Inde proprement dite felon les Chinois, qu'ils appellent Chin to, ou Sind, ou In-to, ou Tien-tço, a été encore nommée Po-lo-muen-koue, ou le Royaume des Brahmes, ou Mo-kia-to. Elle est située au Midi des montagnes Tçong

ling qui font vers Khoten. On la divife en cinq parties. La premiere, Tchong-tien-tço, ou Tien-tço du milieu; la fe- L'INDE. conde, Tong-tien-tço, ou Tien-tço d'Orient, qui comprend la côte de Coromandel; la troifieme, Nan-tien-tço, le Tien-tço du Midi ou les environs du cap Comorin; la quatrieme, Si-tien-tço, ou le Tien-tço d'Occident, la côte de Malabar & le pays voifin de l'Indus. Et enfin Pe-tien-tço, ou le Tien-tço du Nord, qui confine aux montagnes de neige ou du Tibet. La capitale de ce pays étoit fituée sur le bord d'une riviere appellée Heng-ho, autrement Kia-pi-li.

On fçait qu'Alexandre étendit fes conquêtes jufques dans cette contrée. Après fa mort fes fucceffeurs regnerent dans la Bactriane & fur les pays qui font le long de l'Indus. Ils ont été détruits l'an 134 avant J. C. par des peuples Tartares, venus des environs de la Chine, & nommés Yue-chi. Ces Scythes porterent enfuite la guerre dans l'Inde, tuerent le Prince qui y regnoit, & qui étoit apparemment un Grec, & s'y établirent. Ce font eux que l'on appelle les Indo-fcythes. On ignore combien de tems ils y regnerent. Vers l'an 428 le Roi de Kia-pi-li étoit appellé Yue-gnai, & il enyoya des Ambaffadeurs à la Chine. Kiu-to, Roi du Tientço du milieu, en envoya l'an 503. Ces peuples étoient en commerce avec les Romains, les Perfes & les Chinois. Il est fait mention de quelques autres Rois de l'Inde, mais on ne peut en faire aucune fuite. Après l'établiffement du Mahométifme, les Arabes firent quelques conquêtes dans ce pays. Les Princes de la Dynaftie des Ghaznevides penetrerent encore plus loin. Après eux regnerent les Sultans Gaurides, quelques Princes Mogols, & enfin les defcendans de Tamerlan, qui font appellés les grands Mogols. On verra ces Princes dans l'article de la Tartarie.

Le Kaschmir eft auffi compris dans les pays de l'Inde. Il avoit fes Rois particuliers qui ne nous font pas connus, de même que ceux de Necbal & de Pourout.

XV I.

Royaume de K1A0-TCHI, ou de TUM-KIM.
A l'Orient du Ganges on trouve plufieurs Royaumes
confidérables: mais les Hiftoriens Chinois ne parlent que
Introd. Tome I. Part. I.

Y

Lie-tai-ki

fu.

tum-kao.

L'INDE.

le

de ceux qui font voifins de la Chine. Je commence par pays de Kiao-tchi,qui comprend ce que nous appellons aujour d'hui Tum-kim ou Tonquin, & une partie de la Cochinchine. Les habitans de Kiao-tchi furent long-tems barbares. Ils furent foumis l'an 184 de J. C. par les Empereurs des Han, & leur pays réduit en neuf provinces, dont Kiao-tchi étoit une. Ceux qui avoient été chargés de gouverner ces provinces, indifpoferent tellement les peuples par leur mauvaise conduite, que ce pays devint la proie de différens Officiers. Les troubles de la Chine ne permirent pas qu'on fongeât à les réduire. Mais lorfque les Empereurs des Ou, Dynastie du San-koue, furent parvenus à l'Empire, ils foumirent ces peuples qui pafferent fucceffivement fous la domination des Tçin, des Song, & des autres Dynafties Chinoises. Sur la fin de la petite Dynaftie des Leam qui avoit fuccédé aux Tam, un brave de ce pays, nommé Tching-moei, à la faveur des troubles qui étoient dans la Chine, s'empara de tout le Kiao-tchi, mais il fut fait prifonnier par les Chinois. L'Empereur de la Chine y remit des Gouverneurs.. Quelques-uns fe difputerent encore l'autorité. Un Officier nommé Ting-pou-ling, prit le titre de Roi. Alors ce pays. n'appartint plus aux Chinois.

[blocks in formation]

Tim-pou-ling.

Famille de TING.

Lien, fils de Tim-pou-ling. Il eft reconnu Roi de
Kiao-tchi par les Chinois.

Siuen, fils de Tim-pou-ling.Li-huon eft régent du

Royaume pendant la minorité de ce Prince qu'il
avoit fait enfermer.

L'an 980 les Chinois font battus par Li-huon.
Famille de LI.

Li-huon. L'an 986 Li-huon eft reconnu Roi par
les Chinois, & la famille Ting eft détruite.
L'an 993 Li- huon eft confirmé dans fon
Royaume, & il prend le titre de Roi de Nanpim.
Long-yue, fils de Li-huon, auffi-tôt dépofé, &tué 62
par Long-yen.

[blocks in formation]
[blocks in formation]

Li-kum-yun. L'an 1028 ce Prince va ravager la 63
Chine.

[blocks in formation]
[blocks in formation]

Royaume le nom de Ta-yue.

Li-kien-te. L'an 1075 & 1076 il fait la guerre 64

[blocks in formation]
[blocks in formation]
[blocks in formation]

66

[blocks in formation]

aux Chinois.

L'an 1079 on lui remet fes places.

Li-yam-kuon, fils de Li-kien-te, regne 8 ans.

Li-tien-tço, fils d'Yam-kuon. Il envoie plufieurs 65
fois des Ambaffadeurs aux Chinois, qui lui don-
nent fucceffivement le titre de Roi de Kiao-
tchi, de Nan-pim & de Gan-nan.
Li long-han, fils de Li-tien-tço.
Hao-tçie, fils de Li-long-han.Ce Prince en mourant

ne laiffa qu'une fille, nommée Tchao-tching,
qui fut déclarée Reine, mais fon mari Tchin-
ge-tchao s'empara du Royaume de Tonquin;
& cette Famille qui avoit fubfifté sous huit
Princes pendant 220 ans, fut détruite.

Famille de TCHIN.

Tchin-ge-tchao. L'an 1236 il eft reconnu Roi de
Gan-nan par les Chinois.

L'an 1257 la capitale du Gan-nan eft pil-
lée par les Mogols, & le Roi fe fauve dans une
ifle.
Tchin-goei-hoam, ou Kuam-pim. L'an 1262 après 67
les Mogols fe furent retirés, les peuples

du Tonquin lui donnerent le titre de Roi. Il

[blocks in formation]

L'INDE.

Lie-tai-ki

Ju.
Ven-hien-
tum-keo.

[blocks in formation]

eft reconnu en cette qualité par l'Empereur
des Song, mais dans la fuite il paie un tribut
aux Mogols.

Tchin-ge-hoei, fils de Tchin-goei-hoam.

L'an 1284 il fait la guerre dans le pays de
Tchen-tching.

Tchin-ge-tçun, fils de Tchin-ge-tan.

Tchin-ye-tfi. L'an 1312 il va à la cour des Mo- 68

[blocks in formation]
[blocks in formation]

Les Historiens Chinois ne nous apprennent plus rien des Rois de ce pays, & il eft difficile d'en faire la liaison avec ce que nous trouvons dans nos Voyageurs. On fçait qu'en 1596 il s'éleva une nouvelle Famille appellée Tring. Au refte, les noms de ces Princes font mis ici fuivant la prononciation Chinoife qui differe un peu de celle du Tonquin. Cette derniere ne m'eft pas connue.

XVII.

Royaume de TCHEN-TCHING, ou de COCHINCHINE. La partie méridionale du Tonquin étoit appellée anciennement par les Chinois Tchen-tching. Ce nom est encore un de ceux que porte la capitale de la Cochinchine. Les peuples de Tchen-tching ont eu rarement commerce avec les Chinois. Auffi ces derniers ont-ils peu de connoiffance des Rois de ce pays, ils indiquent feulement quelques ambassades, & ils nomment plufieurs Rois. Voici ceux dont les Hiftoriens, que j'ai confultés, parlent.

Che-li-in-to-puen, l'an 961 envoie des préfens à l'Empereur Tai-tçong des Song.

Sie-li-in-to-puen, l'an 966 envoie des préfens au même Empereur.

Je pense que ce n'eft que le même Prince. Ces deux noms ont trop de reffemblance.

Po-moei yue-ho-hin-nai, l'an 972 envoie des préfens aux Chinois.
Yam-to-pai, l'an 992 envoie des préfens à Tai-tçong, Empereur de
la Chine.

Yam-po-chi-li-liu-to-puen-mo-ti-po, l'an 1008 envoie des préfens aux

Chinois.

« AnteriorContinuar »