Imágenes de páginas
PDF
EPUB

TIN,

XVI.

dans Rome.

6. 39•

.

Paron, an.

d'une pique pour la montrer aux RoConstan- mains.

Ce spectacle donna un libre cours An. 312. à la joie publique , & fit ouvrir au

Entrée de vainqueur toutes les portes de la ville. Constantin

Laissant à gauche la voie Flaminia , Euf. vit. l. 1.

il traversa les prés de Néron , paf

sa près du tombeau de faint Pierre Incer. pan. au Vatican & entra par la porte triomNazar, pan. phale. Il étoit monté sur un char. 6. 30 & feq. Tous les ordres de l'état, sénateurs 312. 5.750 chevaliers, peuple , avec leurs fem

mes, leurs enfans, leurs esclaves, accouroient au-devant de lui : leurs transports ne connoissoient aucun rang : tout retentifloit d'acclamations ; c'étoit leur sauveur , leur libérateur , leur pere: on eût dit que Rome entiere n'eût été auparavant qu’une vaste prison , dont Constantin ouvroit les portes. Chacun s'efforçoit d'approcher de son char , qui avoit peine à fendre la foule. Jamais triomphe n'avoit été si éclatant. On n'y voyoit pas, dit un orateur de ce tems-là, des dépouilles des vaincus, des représentations de villes prises de force; mais la noblesse délivrée d'af

TIN.

[ocr errors]
[ocr errors]

fronts & d'allarmes, le peuple affranchi des vexations les plus cruelles, ConstanRome devenue libre , & qui fe recouvroit elle-même, faisoient au vain- An. 312* queur un plus beau cortege, où l'allégresse étoit pure & od la compalfion ne déroboit rien à la joie. Et fi pour rendre un triomphe complet, il y falloit voir des captifs chargés de fers, on se représentoit l'avarice , la tyrannie, la cruauté, la débauche enchaînées à son char. Toutes ces horreurs sembloient respirer encore sur le visage de Maxence, dont la tête, haut élevée derriere le vainqueur, étoit l'objet de toutes les insultes du peuple. C'étoit la coutume que la pompe du triomphe montât au Capitole , pour rendre graces à Jupiter & pour lui immoler des victimes : Constantin qui connoissoit mieux l'auteur de sa victoire , se difpensa de cette cérémonie Payenne. Il alla droit au mont Palatin, où il choisit sa demeure dans le palais que Maxence avoit trois jours auparavant abandonné. Il envoya aussi-tôt la tête du tyran en Afrique ; & cette pro

TIN.

XVII. Fêtes, ré

honneurs rendus à Constantin.

[ocr errors]

Nazar. pan.

32.

€.40

vince, dont les plaies faignoient encoConstan- re, reçut avec la même joye queRome

ce gage de fa délivrance; elle se soumit An. 3124 de bon cæur à un prince de qui elle

espéroit des traitemens plus humains.

Ce ne fut dans Rome pendant sept jouissances, jours que fêtes &

fêtes & que fpectacles, dans lesquels la présence du prince, auteur

de la felicité publique, occupoit prefIncert. pan. que seule les yeux de tous les spec€. 19 S 25.

tateurs. On accouroit de toutes les

villes de l'Italie pour le voir & pour Euf. vit. l. 1.

prendre part à la joie universelle. Aurel

. Vid. Prudence dit qu'à l'arrivée de Conf Prudin Sym.

tantin les sénateurs fortis des cachots, Theoph. chr. & encore chargés de leurs chaînes, Hist. Misc. embrassoient ses genoux en pleurant, Grut.incript.

qu'ils se profternoient devant les CCLXXx11.' étendars, & adoroient la croix & le

nom de Jefus-Christ. Si ce fait n'est pas embelli par les couleurs de la poësie, il faut dire que ces hommes encore payens ne rendoient cet hommage qu'aux enseignes du prince, qu'on avoit coutume d'adorer. Ce qu'il y a de certain, c'est

que

la

nouvelle conquête s'efforça de combler Constantin de toutes sortes d'hon

1. 1. V. 491.

[ocr errors]

1.11.

TIN,

neurs. L'Italie lui consacra un bou- * clier & une couronne d'or : l’Afrique Constanpar une flatterie payenne, que le prin. ce rejetta sans doute , établit des An. 312, prêtres pour le culte de la famille Flavia : le sénat Romain après lui avoir élevé une ftatue d'or, dédia sous son nom plusieurs édifices magnifiques que Maxence avoit fait faire; entre autres une basilique & le temple de la ville de Rome, bâti par Hadrien & rétabli par Maxence. Mais le monument le plus considérable construit en son honneur fut l'arc de triomphe, qui porte encore son nom. Il ne fut achevé qu'en 315 ou 316. On le voit au pied du mont Palatin, près de l'amphithéatre de Vespasien, à l'occident. Il fut bâti en grande partie des débris d'anciens ouvrages & fur - tout de l'arc de Trajan , dont on y transporta plusieurs bas reliefs & plusieurs ftatues. La comparaison qu'on y peut faire des figures enlevées des anciens monumens avec celles qui furent alors travaillées, fait connoître combien le gout des arts avoit déja dégénéré. L'inscription annonce auffi par son

[ocr errors]

TIN,

emphase le déclin des lettres; elle porConstan- te: Que le sénat & le peuple Romain

ont consacré cet arc de triomphe d An. 312. l'honneur de Constantin, qui par l'ins

piration de la Divinité & par lagrandeur de son génie , à la tête de son armée, a su, par une jufte vengeance, délivrer la république & du tyran & de toute sa fačtion. Il est à remarquer que le paganisme employe ici le terme général & équivoque de Divinité, pour accorder les sentimens du prince avec ses propres idées ; car Constantin ne masquoit pas son attachement à la religion qu'il venoit d'embrasser : il déclara même par un monument public à quel Dieu il se croyoit redevable de ses succès. Dès qu'il se vit maître de Rome , comme on lui eut érigé une ftatue dans la place publique, ce prince qui n'étoit pas enivré de tant d'illustres témoignages de la force & de fa valeur , fit mettre une longue croix dans la main de fa figure avec cette inscription : C'est par ce figne salutaire, vrai Symbole de force & de courage , que j'ai délivré votre ville du joug des

tyrans,

que j'ai

« AnteriorContinuar »