Imágenes de páginas
PDF
EPUB

d'être entre les griffes de la Justice, je ne pourrois m'en tirer qu'en finançant.

Dans la chambre prochaine, du même côté, loge un Chirurgien convaincu d'avoir,par jalousie, fait à sa femme une faignée comme celle de Senéque. Il a eu aujour, d'hui la question ; & après avoir confefféle. crime. dont on l'accusoit, il a déclaré que depuis dix ans il s'est servi d'un moïen assez nouveau pour se faire des pratiques. Il bleffoit la nuit les passans avec une baïonette., &. se fauvoit chez jui.

par une petite. porte de derriere. Cependant le blessé poufsoit des cris qui attiroient les vois fins à fon secours. Le Chirur: gįen y accouroit lui-inême comme:les autres, & trouvant un hommenoyé dans son fang, il le faisoit porter dans la boutique, où il le pansoit de la même, main dont il. Bavoit frappé.

[ocr errors]

Quoique ce Chirurgien cruel ait fait cette déclaration & qu'il merite mille morts,

il ne laisse pas de se flatter qu'on lui fera grace; & c'est ce qui pourra-fort bien acriver, parce qu'il est parent de Madame la Remueuse de l'Infant. Outre cela , je vous dirai , qu'il a chez lui une eau merveilleuse que lui seul fçait composer : une eau qui a la vertu de blanchir la peau , & de faire d'un visage décrepit une face enfantine ; & cette eau incomparable sert de fontaine de Jouvence à trois Dames du Palais qui se sont jointes ensemble

pour

le sauver. Il compte li fort sur leur-crédit , ou si vous voulez fur fon eau, qu'il s'est endormi tranquillement, dans l'espérance.qu'à son réveil il recevra l'agréable nouvelle de son élargiffeinent:

J'apperçois sur un grabat dans la même chambre, dit l'écolier,

un autre homme qui dort ce me femble,aufli d'un sommeil paisible. Il faut que fon affaire ne foit pas bien mauvaise. Elle eft fort délicate, répondit le Démon. Ce Cae valier est un Gentilhomme Bifcayen ; qui s'est enrichi d'un coup d'escopete ; & voici comment: 11 y a quinze jours que chaffant dans une forêt avec son frere aîné, qui jouissoit d'un revenu considerable, il le tua pár malheur en tirant fur des perdreaux. L'heureux quiproquo pour un cader , s'écria Don Cleofas en riant ! Qüi , reprit Afmodée, mais les collareraux qui voudroient bien s'approprier la fucceffion du défunt, poursuivent en Justice son meurtrier, qu'ils accusent d'avoir fait le coup pour devenir unique heritier de la famille. Il s'est de lui-même conftitué prisonnier , & il paroît fi affligé de la mort de fon frere qu'on ne fçauroit s’imaginer qu'il

1

ait eu intention de lui ôter la vie. Et n'a t-il effectivement rieni à se reprocher là-dessus que

fon peu d'adresse, repliqua Leandro ? Non, repartit le Boiteux, il n'a pas eu une mauvaise volonté;mais lors qu'un fils aîné possede tout le bien d'une maison, je ne lui conseille

pas

de chaffer avec son cader.

Examinez bien ces deux ados. lescens , qui dans un petit réduit auprès du Gentilhomme de Bifcaye, s'entretiennent auffy gaiement, que s'ils étoient en liberté. Ce font deux verirables Picaros. Il y en a principalement un qui pourra donner quelque jour au Public un détail de les espiéglerie. C'est un nouveau Guzman d'Alfarache: C'est celui qui a un pourpoint de velours brun & un plumet à son chapeau Hn'y a pas trois mois qu'il

étoit dans cette Ville , Page du Com te d'Onate , & il seroit encore au service de ce Seigneur sans une fourberie, qui est la cause de sa prison , & que je veux vous conter.

Ce garçon , nommé Domingo, reçut un jour chez le Comte cent coups de foüet', que l'Ecuïer de falle, autrement le Gouverneur des Pages, lui fit rudement appliquer pour certain tour d'habileté qui le méritoit. Il eut longi temps sur le cæur cette petite correction-là, & il résolut de s'en venger. Il avoit remarqué plus d'une fois, que le Seigneur Don Cô. me, c'est le nom de l'Ecuïer, se la voit les mains avec de l'eau de fleur d'orange, & se frottoit le corps avec des pâtes d'oeillets & de jasmin; qu'il avoit plus de soia de sa personne qu'une vieille coquette; & qu'enfin c'étoit un de ces fats qui s'imaginent qu'une femme ne sçauroit les voir sans les

aimer

« AnteriorContinuar »