Imágenes de páginas
PDF
EPUB

stoire sans leur dérober tous les tîtres qu'ils ont rapportez , lesquels composeroient un gros volume fans donner au public ricn de nouveau ? On sçait que les titres font

pour une Histoire particuliere des fondemens plus folides que tous lus rajlonnemens qu'on peut faire, & que ce sont les.orącles ausquels on doit recourir à tous momens pour toutes les difficultez qui ont déja été formées & qui peuvent naître dans la suite.

Comine il ne nous reste que tres-peu d'anciens tîtres, aprés tant de guerres & d'incendics, on ne peut rien décider que par des inductions dans lesquelles on peut

on peut aisément se tromper , ou dont

on peut faire des applications .conformes à ses interefts & à la palfion. Pour moi je ne serai pas surpris si je tombe dans l'erreur voulant penetrer dans des temps aufli obfcurs ; mais ceux qui me connoiffent croiront que je suis autant éloi. gné de la flatterie que je suis dégagé de toute prévention : on ne doit pourtant pas trou ver mauvais que j'aye assez de retenuë pour n'offenser personne ; car outre que je n'ai aucun Patron pour me défendre , j'agirois.contre mon inclination. Si je ne puis me contraindre à écrire contre mes sentimens , j'ay assez de force sur mon esprit pour diffimuler des abus ausquels je ne suis pas en état de donner ordre. Personne ne doit doncapprelender que je veuille critiquer ce qui a été

[ocr errors]
[ocr errors]

inferé dans nos Nobiliaires , par faveur & par presens , ou pour enter les uns sur des familles anciennes, ou pour faire passer les autres pour plus nobles qu'ils ne le sont. Je ne ferai aucune suite de genealogies , & je ne parleray que de ceux qui ont été grands Offi, ciers, Evêques , ou qui ont fait quelque action éclatante , ou qui se sont distinguez par leur merite, en quelquc profellion que ce soit, ne repetant que le moins que je pourrai, de ce qui a été remarqué par nos deux Auto

J'ai crû aulli que ce seroit passer les bors ncs d'une Histoire particuliere, ki je faisois

fi la description des Conciles , des

guerres , & autres ceremonies & actions éclatantes auf, quelles nos Evêques ont affifté.

Je ne dois pas commencer par des fables pour rendre l'origine de la Ville de Beauvais plus auguste; nôere Sparte cft allez illuftre par une antiquité venerable, & par des histoires veritables & importantes , pour negliger les fi&tions qui ne fervent qu'à rendre les Romarys. plus agreables.

On tient pourtant qu'elle fut bâtie par Bellouese neveu d'Ambigat Roy des Gaules, vers l'an 164. de la fondation de Rome , d'on il alla en Provence & y secourut les Phocenfes nouveaux habitans de la ville de Marseille , contre les Salliens , & qu'ensuite il entra en Italie , où il fe rendit maître de la Lombar

[ocr errors]

a

[ocr errors]

die : ce qui lui fit donner le nom de la Gaule Cisalpine , à cause des Gaulois qu'il y fit ve

. nir pour l'habiter , environ 200. ans avant la prise de Rome par les Gaulois.

D'autres disent que cette Ville a été bâtie par Belgius 14. Roy des Gaules, d'où elle a été appellée Belgis ou Belgion, dont parle Cesar , ce qui a pû donner sujer de croire que Bratuspance étoit Breteuil , parce que és environs on voit des fondemens mastifs , & des restes de puits & de caves : mais il est cerrain que Breteuil n'a pû être cette ville fi considerable qui étoit la Capitale des Beauvaisins , dautant que Cesar, aprés les avoir reduits, alla sur les frontieres du pais d'Amiens, où il se fut trouvé tout d'un coup fans mouvement , li Brereuil eût été la grande Ville du Beauvaisis. Il paroit aufli par ses Commentaires liv. 5. que cette Ville étoit plus éloignée du païs des Nerviens qui est Tournay, que n'étoit Amiens, & qu'elle étoit plus proche de Chartres , que n'étoit la Ville d'Amiens, suivant les ordres qu'il donna pour faire venir ses Legions qui y étoient en garnifon. Les Beauvaisins n'eussent pas retiré leurs effets dans Breteüil.qui étoit éloigné du Mont-Cefar où ils étoient campez, & Cefar n'cît

' pas manqué de l'aflieger avant que d'avancer; parce que Breteuil étoit plus proche du ches in de Soissons par où il étoit vetu: ce qui détruit encore davantage l'opinion de ceux

qui veulent que Bavais en Hainaut ait été l'ancienne Bratuspance Capitale des Belges : ce qu'en marque Prolomée & Anconin , leve encore toute les difficultez qu'on peut faire ; & il suffic de voir ce qu'ont dit Jules Cesar liv. 2. & 6. Hircius Pansa liv. S. Strabon liv. 4. Ptolomée liv. 2. c. 9. & Divæus dans ses. Antiquitez de la Gaule Belgique c. 7. de Belgivagis pour être convaincus que les Beauvaisins ont été les plus considerables de toutes les Gaules. Ils refifterent aux Cimbres & aux Teutons qui entrerent dans les Gaules 108. ans avant J. C. & les chafferent de leurs pays.

Ce feroit une temerité de vouloir nicr que nôtre Ville n'ait été reduite comme les a.tres sous la domination des Romains par Jules Cesar depuis l'an 694. jusqu'en l'an 703. de la fondation de Rome : Les Beauvaisins avec leurs alliez ayant voulu aller au devant de Cesar à Breine 54. ans avant J. C. & ayant appris que Divitiacus avec ceux d'Autun , lors du parti de Celar, entroicnt dans leur pays, ils y recournerent pour le défendre; mais Cefar ayant pris Noyon,& étant venu allieger Bratuspance , où ceux du pays avoient retiré tous leurs effers, ils se rendirent par compofition, & donncrent 600. Otages,

Trois ou quatre ans aprés , ceux d'Autun & les autres peuples des Gaules s'étant soulevez reglerant ce que chaque Ville devoit four-

[ocr errors]

nir d'hommes , & les Beauvaisins ayant été tottisez à dix mille; ils déclarerent qu'ils vouloient faite la guerre en leur particulier fans fc mêler avec les autres, & neanmoins ils ne laifferent pas d'envoyer 2009. hommes & la priere du Commius Capitaine d'Arras, a Gause de l'ancienne liaison avec les Artefients : mais cette armée confederée fut défaite en bataille rangée l'année suivante , qui étoit ha cinquième aprés que Bratuspance se fut fendue à Cesar. Les Beauvaisins avec plusieurs de leurs voisins aflëmblerent une armée fous la conduite de Corrée leur Capitaine, & de Com nius : Cesar en ayant eu avis par ceux de Reims fit approcher ses troupes, & les trouva campez sur une hauteur ou il y avoit de bons retranchemens , dont il reste encore les vestiges proche l'Abbaye de Froidmont au lieu nommé le Camp de Cesar, à trois pecites lieuës de Beauvais, où il y a és enyirons un marais , la forest d'un côté & la ria viere de l'aurre; Cesar les y serra de fi prés. qu'il les obligea de se retirer dans un autre camp vers Villers S. Sepulchre , & de là ils: révinrent à trois mille ou vers la montagne

à de S. Symphorien qui se trouve à la même distance, où on a trouvé plusieurs vestiges d'un ancien camp. Les Beauvaisins barrirent d'abord une partie de la cavalerie de ceux de Reims joints avec Cesar, tuerent Vertisque leur Capitaine , & deffirent la septiéme

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »