Imágenes de páginas
PDF
EPUB

.

AJHERBASSI, Gazonné. AJHI. On dit, il agit mal avec moi c'est mal agir; & non, il en agit mal avec moi, ni c'est mal en agir. Quoi qu'on dife très-bien, il en a mal ufé avec moi, il en a bien ufé, &c. AJHINOULIA un gavel; Terme de vigneron couder ou coucher un farment. AJHINOULIOUER, ou adë. nouliadou; Un prie-dieu.

[blocks in formation]

AKI. adverbe démonstratif; Là. = D'aqi-aqui; d'un moment à l'autre, à tout bout de champ. ›

AJHIPOULA; Mettre un habit fur le corps. Dérivé de, jhîpo.

AJHOUATA. Voy. Jhoûgnë. AJHOUC, ajhoucadou. Voy. Jhoucadou.

AJHOUCA; Juché, perché. Les poules fe juchent, les oifeaux perchent, l'alouette ne perche pas.

S'ajhouca; le rafer. Les perdrix fe rafent quand elles apper: çoivent l'oifeau de proie. Ce lievre étoit rafé dans fon gîte. S'ajhouca; s'acroupir, les poules qui pondent s'acroupiffent. Les hommes font de même pouflant une felle. S'ajhouca; S'affoupir, s'endormir à demi.

en

AJHOUCADOU; Le juchoir d'un poulailler, les perchoirs

d'une cage.

AJHOUGNË; Atteindre, attraper, joindre.

AJHUDO, ou ajhut. v. 1. Une aide. Il eft pris en général pour fecours. Mais on dit, un'aide de cérémonies, un'aide de cuifine.

AJHUDO! Cris des manouvriers qui s'animent à tirer tous à la fois un fardeau: tel eft le cris cadencé des matelots qui hiffent une lourde piece de charpente. AJHUS; Troupe, attroupe. ment de perfonnes. Alfemblage de poiffons qui fraient. Ajhus allonge, addition. AJHUSTAR, ou ajustar. v. 1. Affembler, joindre. Ajhuftat; affemblé. So që deu ajustec, hom no foparca: (quod Deus

[ocr errors]

AKISSA atiffa, ou acuffa Haler un chien après quelqu'un, ou après un autre chien, l'exciter à s'y jeter deffus. Les laquais halent les chiens contre les cochons.

AL. disso's dici l'al ; C'est ici le nœud de l'affaire. ALABARDI; (s') Se réjouir prendre fes ébats. Se hazarder, s'aventurer, rifquer.

ALABETS, ou alâro. Voy. Adoun.

ALABRA, ou alâbrë; Goulu, glouton.

ALACA; Arrofer, mouiller, tremper, hume&ter.

ALADER; L'alaterne. Le filaria: deux arbriffeaux de différente efpece & qui fe reffemblent affez. L'alaterne a fes feuilles alternes; le filaria les a conjuguées, ou deux à deux. Le bois de l'un & de l'autre eft employé aux ouvrages du tour. `ALADO; Air de feu. Prênés encaro un'alâdo; chauffez-vous

encore un moment.

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Jes deux battans. — Étaler une marchandise. ➡ Lâcher le trou peau.

ALANDA; Etendu de fon long.

ALANDA lou fio; Faire brû ler le feu.

ALANGHIT; Trifte, abbatu, affoibli par une maladie.

ALÂRI. Sën-t' Alâri, ou sênIglari; St. Ilaire. Le fecond A d'Alari, roi des Goths, eft bref.

ALARMO; Le tocfin. On fonne le tocfin pour un incendie, pour une émeute, &c. On a dit originairement l'approche de l'ennemi, à l'arme, & en Italien alle arme; aux ar

mes.

ALARMO

ALANTI; avancer un ouvrage. Abén alanti foffo cami; nous avons fait bien du chemin. Alan-miration, tis-të dépêche-toi.

ALAOUJHEIRI; Déchargé, dégarni. S'alâoujhêiri, se dégarnir, fe dévêtir, ôter quel que habit, en prendre un plus léger; & non, s'alléger. On allege un vaiffeau en ôtant une partie de fa charge. On allege fa douleur. Une médecine alle ge, &c.

ALAPAS, ou lapas; La bar. dane plante bis-annuelle. Ses larges feuilles fervoient autres. fois de mafque aux comédiens. Les poliçons jettent des têtes de bardane aux habits & aux cheveux des paffans. Voy. Lampoúrdo.

ALAPEDO ; L'afphodele: plante pérenne dont la racine qui reffemble à une botte de navets, a fervi à faire du pain dans des temps de difette. Les anciens Romains femoient, diton, cette plante auprès des tombeaux, pour que leurs morts, ou leurs mânes trouvaffent dans ces racines de quoi fe fubf

tanter.

[ocr errors]

ALAPËN; Un apentis: bâtiment bas & petit, appuyé contre un plus haur & dont la couverture n'a qu'une pente, ou un égout. Un angar elt une grande remife faite de même en apentis pour les charriots les charrettes, &c.

ALARASSAT; Couché à terre; étendu de fon long.

ÅLARGA ; ( ¿) ou s'abour gali; Devenir libéral. = Alarga; écarter entr'ouvrir. Alarga. Voy. Alata.

Interjection d'add'étonnement, de crainte; ah mon Dieu ! ALARO, aleras, alabëts, ou adoun; Alors. O b'alaro; ah c'est alors. O b'alâro fi fo! Oh vraiment nous voilà bien!

ALATA, lata, ou douna low van; Élargir le bêtail, lâcher le troupeau, ouvrir la porte de la bergerie, du toit à cochons, &c. pour mener paître. Laveno sës alatâdo ; la veine s'eft rouverte ; ce qu'on dit d'une faignée dont la bande a lâché. En efpgl. Def latar. On difoit en latin : Ad late deducere.

ALATA, pu alâia, v. 1. Chemin des rondes d'une place de guerre.

ALATEJHA. Voy. Voulaf trëjha...

ALATRA; (s') On le dit des poules qui fe vautrent dans la pouffiere pour fe délivrer des poux, ou pour en faire passer la démangeaifon; elles jettent de la terre avec les pattes fous leurs plumes hériffées pour qu'ellè pénétre jufqu'à la peau. Alatra eft formé de alo, ou ala; aile ! ALBA ou faouse; Saule.

ALBERC. v. Logement. Aparelha a mi l'alberc. (Parate mihi hofpitium.) Si receup 'lalberc; fi elle a exercé l'hofpitalité.

ALBERGA. v. 1. Château, for tereffe. (Caftrum.)

ALBERGAR. v. I. Habiter; (hofpitari.) Albergat ; logé hébergé ; & non, aubergé. ALBERGARIC; Une auber

[blocks in formation]

2

[blocks in formation]

ALBIRË. v. 1. Jugement, décifion. Për l'arbîrë; au fentiment, au jugement, au dire. ALBOUM. v. 1. Le corps d'une lettre.

ALCANTS, ou alquans. v.1. Quelques-uns certains. En v. fr. Aulcuns. Alcants dëls farifeus, quelques pharificns.

ALE; Haleine. Au figuré, liberté, courage, hardieffe. Prene d'alë; s'enhardir, prendre avantage, fe donner l'effor. Dounas tro d'alë à voft' ëfan; vous donnez à votre enfant trop de liberté. On dit auffi, cette dignité l'a enflé; cette louange lui a hauffé le cœur; i-a douna d'alë.

ALEBA; Controuver, inventer une fauffeté pour nuire. ALEDRO, ou alêdo; Le narciffe blanc des prés. Voyez

Coutelo..

ALËDRO; La canne, femelle du canard; oifeau de balfe-cour.

ALEGRARSI. v. 1. Se réjouir. Lo meus cor s'alëgret ; ( lætatum eft cor meum.) Alegrarfi ën alcuns; (congratulari.).

ALEJHIKAR; Treflaillir de

joie.

ALELUIÂSSES ; Embarras de paroles & proprement, ambages. Longueurs, délais. Cerca d'aléluiafsës; barguigner, lanterner chercher comme on dit midi à qua torze heures. La longueur du chant de certains, alleluia fur la même note a bien pu être l'origine du péjoratif, alleluiâfsës.

ALENA; Donner l'évent, ou de l'air à un muid de vin, en tirant le fauffet. Aqêlo boúro alễno, ou ëspiro ; ce muid fuinte.

Ce muid a pris l'évent. ALENADO Halenée ; ou bouffée. Ma douna un' alënâdo; il m'a donné une halenée, ou une bouffée de vin, d'ail, &c. Le terme bouffée a d'autres

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

ALENADOU > ou espiral; Soupiral de cave. = Trou du plus haut fauffet d'un muid qu'on débouche lorfque le vin ne peut fortir par la canelle > & pour donner l'évent au muid.

ALËNGA; Faire le bec à quelqu'un, l'inftruire de ce qu'il a à dire. Alëngat; babillard, langue affilée.

ter.

[ocr errors]

ALESTI; Préparer, apprê

[blocks in formation]

sës.

ALIADO; Une aillade, ou fauffe à l'ail.

ALIBOUFIET; Storax; arbre & la réfine qui en découle, qui eft le vrai encens.

ALIBRE, ou Culiêiro; Aube d'une roue de moulin. Les aubes font en forme de cueiller; les alluchons, qui fervent au mêine ufage, font des bouts d'ais plats & carrés. L'eau par fa chûte, ou par fon impulfion fur les aubes, ou fur les alluchons fait tourner la roue de champ des grands moulins, ou la roue horizontale des moulins à tourille.

ALIË; L'ail, & au pluriel, ails, plus ufité que, aulx. ALIELAR, Voy. Aiéla.

ALIENTA

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors]

ALIGHIE; L'alizies. ALIGO; L'alife: fruit de l'aJifier.

ALIZA; Polir, liffer. On polit le marbre on liffe le papier, on brunit l'or. Ce qui n'est point bruni, ou rendu luifant demeute mat; le mat releve le bruni. Dans ce mot, mat, l'a eft bref; il eft long dans, mât de naviTe. Aliza dë poftës, blanchir des ais, terme de menuifier. Aliza lou linfhi; repaffer le linge.

ALIZA uno parë, Enduire;

& non, induire un mur. Parë alizado mur enduit. On fait un enduit à la chaîne des murs de face avec du badigeon qui imite la pierre de taille. Le badigeon eft un mortier coloré avec des recoupes.

ALİZA; au figuré; Cajoler, flagorner quelqu'un pour le tromper, ou pour gagner fes bonnes graces.

ALIZÂIRË ; Flateur , cajoleur, Erdbaucheur.

ALIZAIRO; Repaffeafe de linge, qui le repassle avec le fer à repaffer ou fur la platine.

ALIZAJHE; Enduit; & non, induit, participe du verbe in

duire.

ALMAI; Plus; c'eft le, quo magis des latins. Almai parlo, almën l'ëfcoûti; plus il parle moins je l'écoute. Voy. Doummái.

ALMËNSOS, Moins du moins, fur-tout. Se n'ës pa richo, almënfos ës bravo; fi elle n'eft pas riche, du moins eft-elle fage.

ALMOINA, ou almôino. v.1. L'aumône. En lat. (Alimonia.) L'almoina no vulhas cornar dë nan tu, enganador; lorfque vous faites l'aumône ne fonnez point la trompette hypocrite.

ALO. v. 1. Domaines, métairies. En âicels locs êro li alo dël princeps de la ilha ; ( im

locis illis erant prædia principis infula.)

ALO; Une halle: place publique couverte. L'H eft afpirée de même que dans le Hâle, terme homonyme de halle. On achette à la halle: les femmes craiguent le hâle. Le halo de la lune est la couronne lumineufe qui paroît entourer cette planette dans un ciel légérement nebuleux.

gle.

ALO DË RAZIN. Voy. Soun

A-LÔGO; Au lieu. A logo dëftudia, jhôgo; il joue au lieu d'étudier.

ALONGHIS; Retards, délais, lenteurs affectées, allongement. Aco më fai un alonghi, cela me renvoie bien loin. Cet homme trouve toujours des allongemens dans les affaires. Acad.

[ocr errors]

Als që fëran condempnats alonghis de 111. mêfës no fia âoutrejhats mes për arbirën dë jhujhë fia donars. Coft. D'al.

ALOS de capel; Les bords d'un chapeau; & non, les aiJes. Quand il pleut on abbat les bords du chapeau; on le met en clabaud. Alos de nogë le zelt d'une noix feuilles ligneufes qui féparent les quartiers de la noix. On dit les ailes d'une lardoire, celles du plomb des vitres, l'aile d'une fiche, &c.

Alo dë rôdo de mouli; Un alluchon.

ALOUNGA, ou apoûndre lou toupi; Remplir le pot, y remettre de l'eau ; & non, l'al、 longer.

En parlant d'un chemin on dit, nous allongeons par-là; & non, nous nous allongeons. Ce verbe eft neutre s'allonger fignifie, s'étendre en longueur ou en hauteur. Alounga ; étendu de fon long.

ALOUNZA "

ou aluda'; Étriller quelqu'un, ou lui donner` une volée de coups de bâton. ALS; Ceux. ALTA IRA. n. pr. qu'on D

croit être d'origine arabe. ALTRESSI. v. 1. Pareillement, de même.

[ocr errors]

ALUCA, ou aruba lou fio; Allumer le feu, le faire brûler, le faire flamber ; & non, éclairer le feu ni le faire éclairer comme on le dit communément en Dauphiné. Au figuré s'aluca, s'animer, parler avec feu. Aluca; envifager, découvrir. En v. fr. Alloucher.

ALUCA, ou alucha; appeller quelqu'un de fort loin. En v. f. hucher. Voy. Cris, fa un cris, cridadis.

ALUDA; (s') së gouluda; S'étendre de fon long, fe rouler à terre. Lou por s'alûdo din la fângo; le pourceau fe vautre dans la boue. En lat. (Lutum ;) boue.

ALUPA; Regarder fixement avec des yeux de concupifcence. Manger des yeux.

ALUPADIS; Regard avide. ALURA ; Éventé. Qui a des graces, un air aifé. Tefo alurado; tête à l'éven..

ALZENO. Voy. Lëzeno. AMACH. Voy. Tirâfo. AMADOR de la frâiria. v. 1. (Fraternitatis amator ;) qui a 'une amitié de frere.

AMADURA; Mûrir. AMAGA, atupa, ou achâoura ; Échauffer " défendre du froid, amaga un efan; choyer un enfant, le mitonner, le ferrer entre les bras, lui prendre les mains pour le rechauffer.

AMAGA; Cacher, couvrir. D'al gran calël dal cél amagabo la meco, dit Gondouli.

S'amaga; le tapir, fe blotir, s'envelopper; pour fe défendre du froid. S'amaga; terme dechaffe, fe rafer. Un amaga, ou un acata; un fournois, un tapinois. AMAGADOU; Trou, cachettc. = A l'amagat; en cachette. AMAGAR. v. 1. Cacher. S'amaghero en las balmas; ils fe cacherent dans les grottes.

AMAI. Adverbe qui a différens

=

fens. Amâi që; pourvu que =Amâi mâi; bien plus. Amâi foughêfsës pa vëngu ; quoique vous ne fuffiez pas venu, ou quand bien même vous ne feriez pas venu. Në mâi ëncâro; ce n'eft pas encore temps. Amâi ël; & lui auffi. = Amâi à vous; Dieu vous gard auffi. Amâi la caffibralio é la caffibralio amâi; pefte de la canaille & de la canaille avec. Amâi fazen; auffi le faisons nous, &c. AMAIET, ou amëlié; Un amandier.

AMAITINA; (s') Se lever matin.,

AMÂIZA, amâouża, ou ra máouza; Appaifer › calmer. L'âouro s'ës amâizâdo; le vent eft calmé. Amâiza un ëfan; faire taire, ou appaifer un enfant. S'amâizé; il fila doux. Amâiza la fan; étourdir la grolle faim. On dit auffi calmer la douleur, &c.

AMÁLAD, amalat, ou malat; Malin. = Irrité, fu

rieux.

AMALU; La hanche & proprement la tête fupérieure de l'os de la cuiffe, ou du fémur, en termes d'anatomie. Amaluc eft felon Mr. Aftruc un mot arabe qui fignifie, le croupion, ou l'os-facrum: enforte que c'eft par extenfion qu'on le dit de la hanche.

Les Sarafins, ou Arabes qui ont régné une quarantaine d'années dans notre province, & qu'on croit avec raison, avoir fondé l'école de médecine de Montpellier, ont introduit probablement dans notre langage les mots, amaluc, amaluga, algalous, aljhélas, altaíra, fubet & bien d'autres.

AMALUGA; Froiffer, brifer " abîmer, meurtrir, amaluga formé d'amaluc, eft proprement déhancher. On le dit des contufions, des chûtes, des coups violens qu'on reçoit dans quelque partie du corps. S'es toug

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
« AnteriorContinuar »