Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fait venir DracheralE de Kziri , mot Arabe , giroflier, il n'est

pas recevable. Les pierres suivantes n'ont jamais été publiées. Celle-ci, qui fait la huitiéme, est à Besançon chez M. Dunod, & M. Schapflin m'en a envoyé l'empreinte avec quelques remarques qu'il avoit faites à ce

sujet. Huitiéme pierre. L. SACCI MENANDR. CHELIDONIM. AD. CA.

L.SACCI MENANDR. MELINVM. DELACR
L SACCI MENANDRITHALASSEROS DELAC:
L. SACCI MENAN 21 DIASPHORIC. AD SC

CHELIDONIVM a été expliqué plus haut.
Ad. Ca. ad caliginem.
MELINVM DELACR : melinum delacrymatum distillé.
THALASSEROS DELAC. autre collyre distillé.

21 DIASPHORIC. C'est le diapsoricum du 9o. article mal écrit. Ad sc. c'est l'abbrégé de scabiem , à laquelle convient le diapforicum.

La neuviéme pierre a été trouvée à Mandeurre. C'est

l'empreinte que M. Schopflin m'a envoyée. Neuviéme pierre. C. SVLP. HYPNI STACTVM OPOB, AD C.

HYPNI CROCOD DIALEPID AD ASPRI
HYPNI 22 LISIPONVM AD SVPPVRATIONEM
HYPNI 23 COENON AD CLARITATEM.

StactVM OPOB. AD CL. Stačtum opobalfamatum ad claritudinem.

HYPNI CROCOD. DIÀLEPID. AD ASPRI. C'est-à-dire, ad afpritudinem. Afpritudo , afperitudo , afperitas , est la sécheresse de l'intérieur des paupiéres par l'obstruction des glandes qui tapissent cet intérieur, & qui doivent fournir l'humeur destinée à lubrifier le globe de l'æil, & à faciliter par-là le mouvement.

LįsiponVM, au lieu de LYSIPONVM, collyre, reméde qui procure du calme. Augimovos, lyfiponos , folvens

dolores. Le même peut-être que celui deTrallien, rapuyoenxov, mitigans.

23 COENON, collyre commun, vulgaire, à plusieurs usages. Koivos, communis.

La dixiéme pierre est un fragment conservé au cabinet des antiques du Roi.Elle étoit plus épaisse qu'elles ne le font ordinairement. Sur l'angle qui subliste, on lit ce qui suit

FL A VI A NI
M. 24 L ENEM. AD
VDINEM. O CVLO

:

Dixiéme pierre.

D E C M I. P
A NI COLL
MIXTYM C

:

Le prénom deCMI est pour DECIMI , parce que l'ı eft renfermé dans la lettre M. P. eft l'initiale du nom de famille. Les lettres ponctuées sont celles que j'ai cru devoir rétablir ainsi :

DECMI P. FLAVIANI
COLLYRIVM 24 LENEM. AD
ASPRITVDINEM OCVLO

DECMI. P FLAVI
"ANI COLLYRIVM

MIXT VM C. 24 Lenem , pour LENE. Le même peut-être que le icollyre ásnuté , fine morsu , dpardy, molle, chez les Médecins Grecs.

La onziéme pierre est celle.que je posséde , & que j'ai Onziéme pierré. fait graver sur la Planche. Le nom du Médecin ou du Charlatan ne se trouve sur aucun de ses bords ; peut-être étoit-il dans le milieu d'une des faces, sur laquelle j'ai déja averti qu'on voyoit les traces de quelques lettres. Jerépéte ici l'inscription, pour la commodité du Lecteur.

[ocr errors]
[ocr errors]

LENEM AD IMPE

AD CALIGINEM

POST IMPETVM

AD ASPRITVDINEM. Je n'ai rien à y ajoûter , l'explication des autres appres nant tout ce qui peut regarder celle-ci, & je ne l'ai raps portée que pour épargner la peine de recourir à la Planche.

PL AN CHE XC I. Ces trois lampes de bronze n'ont d'autre mérite que leur forme & leur conservation. On en a donné un si grand nombre åů Public, que je ne rapporte celles-ci que pour remplir cette Planche. Je'les ai choisies dans le nombre de celles qui se trouvent dans mon petit cabinet. Voici leurs dimensions.

N. I. CINQ pouces & demi de longueur , & deux pouces quatre lignes de largeur.

No. II. QUATRE pouces dix lignes de longueur , & dix - huit lignes de largeur, ce que celle-ci a de singulier, c'est son petit couvercle, qui se meut au moyen d'une charniére. Je n'en ai jamais vû de plus entiére, quoiqu'elle soit un peu plus composée que les lampes Romaines ne le song ordinairement.

No. III. LONGUEUR , trois pouces dix lignes : largeur , vinge lignes. Cette lampe est la moins conservée des trois; mais l'idée & l'exécution d'une corde nouée pour former son manche, la rendent singuliére, & de très-bon goût.

NIY

N°. IV.

Ce petit bronze qui n'a que vingt lignes de hauteur, & dix-huit dans sa plus grande largeur, est une preuve du bon goût & de la bonne façon d'orner qui se pratiquoit à Rome en certains siécles. C'est un buste d'enfant aîlé, fortant d'une plante terminée en un pied de gryphon. Cette ingénieuse invention que nous avons vû plus haut exécutée sur un monument Egyptien , a produit d'autres ornemens presque semblables ; & tels sont ceux que l'on voit à la Planche suivante, où une espéce de réchaud se trouve foûtenu par trois têtes d'oiseaux terminés

par d'animaux terrestres. Je ne doute pas que le pied qui donne lieu à cet article, n'ait fervi au même usage.

des pieds

No. v.

Cette sonnette de bronze a deux pouces

dans sa plus grande hauteur , & autant dans son diamétre. Il ne lui manque que son battant. Elle a conservé son timbre.

PLAN CHE XCII.

No. I. Ce réchaud de bronze, dont l'ancien usage m'est inconnu , est d'une très bonne forme, & d'une très belle conservation. Il a sept pouces depuis l'extrémité d'une des trois têtes d'oiseau, jusqu'au bord opposé de la circonférence. Cette espéce de plateau a quinze lignes de creux, & les pieds l’élévent au-dessus de deux pouces du plan.Les trois oies, car elles me paroissent telles, forment les trois appuis qui se terminent par des pieds de bæuf, & leurs ailes éployées avec assez de grace sont d'un bon goût d'ornement. Ces têtes qui se reploient sur leur estomach, & qui forment des espèces d'anses , excédent d'un demipouce la circonférence du plateau.

No. II. Qui voit une face de ce thuribulum qui est triangulaire, voit les deux autres. Les ornemens sont rendus suffisamment par la gravûre, & le coup d'oeil apprend tout ce que l'on en peut Içavoir

. C'est pourquoi je n'ai pas jugé à propos de les développer & de les donner plus en grand. Voici les dimensions de ce bronze très bien conservé.La hauteur totale , en comprenant l'ornement qui termine le couvercle, est de quatre pouces deux lignes. Il y a vingt lignes depuis le plan jusqu'au fond qui forme le coffre. Le couvercle, qui s'emboëte très-juste, a huit lignes de hauteur, & ce qu'il recouvre dans l'intérieur , en a cinq. La boëte étoit destinée à renfermer l'encens.

No. III. Cette lampe de bronze très bien conservée , portoit trois lumignons, & l'on y voit un pareil nombre de béliéres pour attacher les chaînons qui s'y trouvent encore presque complets, & qui se réunissoient à un seul , pour foûtenir & suspendre ce meuble dont les anciens ont toûjours fait usage. Cette lampe a sept pouces moins deux lignes de longueur. Le corps de la lampe a un peu plus de deux pouces, & le feuillage qui renferme l'évent s'éléve du plan à un peu plus de deux pouces. Dans le Traité des lampes antiques de Pietro Santi Bartoli, on voit une lampe qu'il regarde comme ayant été consacrée à Bacchus, à cause de cette même feuille ; & je lui trouve beaucoup de rapport avec la mienne.

I. IV. Ce morceau de bronze terminé par une tête de bélier , ne peut avoir servi

que

de manche à un couteau, destiné, si l'on veut, aux facrifices. Son diamétre est de plus d'un pouce, & sa longueur de quatre pouces sept lignes. Je n'en ai guère vû d'un plus beau travail , soit pour la distribution des cannelures, soit pour l'agencement de la tête

« AnteriorContinuar »