Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pas une humble & ferme confiance CH. VII. que Dieu, qui nous a déja fait §. VI. tant de biens, nous donnera encore ce qui nous manque, & achevera fon œuvre en nous. Demandons à Dieu avec toute l'Eglife qu'il nous faffe connoître quelle eft l'étendue de fa miféricorde

[ocr errors]

afin que par les dons que nous en avons déja reçûs, nous apprenions à attendre avec une ferme efpérance ceux qu'il nous refte à recevoir. Da nobis intelligere mifericordiam tuam, ut ex perceptione præfentium munerum, firma fit expectatio futurorum. (Oraison après la feptiéme Prophétie du Samedi faint.)

CH, VII. §. VII.

VII.

L'Espérance ne trompe perfonne. 1. Dplus excellent & le plus né

E tous les dons de Dieu le

ceffaire, c'eft le don de la perfévérance, qui nous fait vivre jusqu'à la mort dans l'accompliffement de tous les devoirs de la juftice chrétienne. Or ce grand don fans lequel tous les autres deviennent inutiles au falut, eft encore promis à l'efpérance. Car l'efpérance ne trompe point, dit l'Apotre (7), Confiderez, mes enfans, tout ce qu'il y a eu d'hommes parmi les nations, feachez que jamais personne qui a espéré au Seigneur, n'a été confondu (m). Je fuis le Seigneur, nous dit Dieu lui-même, je fuis le Seigneur, tous ceux qui m'attendent, ne feront point confondus dans leur espérance (n). Ecoutez-moi, maison de Jacob, vous que je porte dans mon fein, que je ren

(1) Spes autem non confundit. Rom. 9.5. (m) Refpicite, filii, nationes hominum: & fcitore quia nullus fperavit in Domino & confufus eft. Eccl. 2. 11.

(2) Et fcies quia ego Dominus, fuper quo

ferme dans mes entrailles (0), Les CH. VII. meres ne portent leurs enfans dans . VII, leurs entrailles que durant quelques mois; mais moi, je vous porterai dans mon fein & dans mes entrailles jufqu'à la vieilleffe, je vous porterai jufqu'à l'âge le plus avancé. Je vous ai créés, je vous ai rachetés, je vous fou tiendrai; je vous porterai je vous fauverai. C'eft le Seigneur qui a parlé (P); fon peuple dira alors, C'eft-là vraiment celui qui eft notre Dieu : nous l'avons entendu, il nous fauvera. C'est lui qui eft le Seigneur ; nous l'avons attendu long-tems, & nous ferons dans l'allegreffe, nous ferons ravis de joie dans le falut qu'il nous donnera. Il précipitera la mort pour janon confundentur qui expectant eum. Ifai.

49.23.

(0) Audite me, domus Jacob, & omne refiduum domus Ifraël, qui portamini à meo utero, qui geftamini à mea vulva. Ufque ad fenectam ego ipfe, & ufque ad canos ego portabo ego feci, & ego feram : ego portabo, & falvabo. ¡sai. 46. 3,4.

(p) Dominus locutus eft. Et dicet in die illa: Ecce Deus nofter ifte, expectavimus eum, & falvabit nos: ifte Dominus, fuftinuimus cum, exultabimur & lætabimur in falutari ejus. Ifaï, 25. 9. Præcipitabit mortem in fempiternum; & auferet Dominus Deus lacrymam ab omni facie. Ibid, 8.

CH. VI. mais,

le Seigneur notre Dieu féchera §. VII. les larmes de tous les yeux. Vous nous conferverez la véritable paix, Seigneur, vous nous la conferverez, parce que nous avons espéré en vous, parce que nous avons mis pour jamais notre confiance dans le Seigneur notre Dieu, dans le fort toujours invincible (q) C'eft le Seigneur qui a parlé, & il fera ce qu'il a dit; Car il eft fidéle dans toutes les paroles (r). Il a dit que tous ceux qui efperent en lui, ne feront point trompés dans leur espérance (f). Et le Seigneur qui ne peut point mentir, accomplira éternellement ce qu'il a promis.

II. Il est vrai que plufieurs ne perféverent point jufqu'à la mort dans la juftice chrétienne. Ceux-là fans doute, feront trompés & confondus ; mais ce font eux-mêmes qui fe font trompés, & non pas le Seigneur qui les a trompés. Car

(1) Servabis pacem: pacem, quia in te fperavimus. Speraftis in Domino in feculis æternis in Domino Deo forti in perpetuum. Ifaï, 26. 1, 4.

(r) Fidelis Dominus in omnibus verbis fuis. Pf. 144. 14..

(f) Univerfi qui fuftinent te, non confun. dentur, P. 24. 2.

il

mer,

il eft auffi incapable de tromper CH. VILS que de fe tromper. Ils ne fe trou- . VII. vent confondus, que parce qu'ils ont ceffé d'éfpérer. Comme ce n'eft point affez de croire, ni d'aimer durant quelque tems; mais qu'il eft abfolument néceffaire de continuer toujours à croire & à aice n'eft point auffi affez d'efpérer durant un certain tems; il faut continuer jusqu'à la mort à efpérer. Nous entrerons dans la maifon de notre Pere célefte & nous ferons nous-mêmes parties de cet édifice érernel, pourvû, dit faint Paul, que nous confervions jufqu'à la fin une confiance ferme, & une attente pleine de joie, des biens que nous espérons (t). S'ils l'avoient confervée; leur falut étoit affuré. Mais ils fe font laffés d'attendre, d'espérer & de prier; & ils font tombés dans la confufion & la malédiction dont Dieu lui-même avoit eu la bonté de les avertir, afin qu'ils l'évitaffent. Malbeur à ceux qui manquent de cœur, qui ne se confient point en Dieu, que Dien (t) Si fiduciam & gloriam fpei ufque ad nem firmam retineamus. Helr. 3, 6.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »