Imágenes de páginas
PDF
EPUB

autres hommes. Quoique S. Jean Damascene ne parle de cette féparation par la penfée qu'au fujet de la fervitude & de l'ignorance; & non des proprietez naturelles de la chair de J. C. Conftantin n'a pas voulu fuivre la doctrine du quatriéme & du fixiéme concile, & eft ainfi tombé en diverses heresies. 8. Anathême à tous ceux qui font dans les fentimens du même Conftantin, depofez & odieux commc lui. 9. Anathême au très-ignorant & faux moine Jean Irenique, à fes écrits contraires à la saine doctrine; & à ceux qui les embrassent & qui difent, que quand N. S. a dit: Le pere eft plus grand que moi, il ne l'a pas dit en tant que fon humanité eft unie hypoftatiquement à la divinité : mais en tant qu'elle en eft féparée par la pensée, comme fi jamais elle n'y avoit été unie.

Sup. I. XLVII.

Ces canons furent foufcrits par l'empereur, & Cinna.p. 149. D. gravez für des pierres que l'on mit dans l'églife de fainte Sophie à gauche en entrant. Ils furent auffi inferez dans le fynodique que les Grecs lifent à la fête de l'Orthodoxie ou du rétablissement des faintes images, qui fe celebre le premier dimanche de Carême, comme on void dans leur livre nommé Triodion. Theodore Balfamon auteur du tems aIn can. 46. joûte, que ce concile de C. P. qu'il nomma le grand concile, dépofa plufieurs ecclefiaftiques, pour avoir seulement vû les écrits d'Irenique fans les avoir ouvertement condamnez. Quant aux accufations propofées contre le patriarche Luc, elles furent trouvées fi peu confiderables qu'il demeura dans fon fiége.

Apost.

La même

AN. 1166. Damrfe. ill. er. ho. c. 21.

XXXIX. Autres confti

Jus Graco. R.

Theod, Balf

13.p. 186.

La même année 6674.1166. indiction quatorzié- AN. 1166. me, le lundi onzième d'Avril le même patriarche Luc préfida à un concile, où affifterent trente mé- tutions pour l'étropolitains & les officiers de l'empereur. Nicolas life reque. Hagiothcodorite métropolitain d'Athenes s'y plai- lib. 3. p. 217. gnit que l'on abufoit d'un decret fynodique fait environ cent trente ans auparavant par le patriarche Alexis, qui toleroit le mariage du fix au feptic-bid. p. 104. me degré pourvû qu'on n'eût pas demandé permift in Nemen. tis. fion de le contracter: c'eft-à-dire qu'en ce cas il n'étoit pas déclaré nul, mais les parties étoient mifes en penitence, parce qu'on fuppofoit qu'elles l'avoient contracté par ignorance. Sous ce pretexte ceux qui vouloient contracter ces mariages, quoi qu'ils connuffent leur degré de parenté, fegardoient bien d'en demander la permiffion qui leur auroit été refufée & les contractoient librement comme permis. Le patriarche Luc abolit cet abus; & déclara nuls ces mariages, par le decret de ce concile, en conformité duquel l'empereur Manuel donna un édit du même mois d'Avril indiction quatorziéme publié au mois de Mai fuivant.

L'empereur Juftinien aïant bâti l'église de fainte fus Gr. R. lib. Sophie y établit un droit d'afile, dont on abufoit, 2. p. 165. pour le mettre à couvert des plus grands crimes, ce qui obligea l'empereur Conftantin Porphyrogenete d'ordonner, que celui qui auroit commis un homicide de guet-à-pens, feroit tiré de l'afile, pour être rélegué en un lieu éloigné de celui où il auroit commis le crime, enfermé dans un monaftere, rafé & condamné à pratiquer la vie monastiTome XV. I i

AN. 1166. que tout le refte de sa vie. Mais l'empereur Manuel confiderant l'inconvenient de cet engagement forcé de moines fans vocation, ordonna que le criminel feroit condamné à une prifon perpetuelle; & ne seroit admis à la profeflion monaftique, qu'en cas qu'il la défirât & après des épreuves rigoureufes. La conftitution eft du même mois d'Avril indiction quatorziéme l'an 6674. 1166. & on dit qu'ellib. 3. p. 224. le fut faite à cette occafion. Un foldat avoit commis un homicide volontaire & l'évêque lui avoit donné l'abfolution après fort peu de tems, l'empereur en fut indigné, & ordonna que l'affaire fût examinée en un concile, qui condamna le coupable à faire de nouveau la penitence prefcrite par les canons, & fufpendit pour un tems l'évêque de fes fonctions.

Balfam. incan.

623.

On raporte quelques autres conftitutions du patriarche Luc. L'une du dimanche huitiéme Dép. 220. cembre indiction sixiéme, qui eft l'an 1157. la troi16. Carthag. p. fiéme de fon pontificat, par laquelle il défend aux ecclefiaftiqnes de fe charger d'affaires temporelles, comme de curatelles, d'intendance des grandes maifons, de recette de deniers publics, fous peine de dépofition. Il vouloit auffi empêcher un diacre Fus Gr. R. p. de faire la fonction d'avocat, mais le diacre repreBalf. p. 98. fenta que les canons & les loix qui défendoient cette fonction aux clercs, ne regardoient que les avocats infcrits dans les tribunaux feculiers, admis par les magiftrats & recevant penfion de l'empereur ainfi il obtint la liberté de continuer cet exercice. Le même patriarche déclara qu'entre les gains fordides défendus aux clercs, on devoit com

225.

ter les métiers des parfumeurs ou de baigneurs ; & AN. 1166, défendit aux diacres, & aux prêtres d'être médecins de profeffion. Luc Chryfoberge mourut en 1167. après avoir tenu douze ans le fiége de C. P. & eut pour fucceffeur Michel Anchiale diacre, facellaire & le premier des philofophes, qui tint le fiége huit ans.

Gr. R. p. 303. V.
Pagi. an.

catalog. fus.
167. n.

17.

Chr. Orient. Hift. patr.

vie Salad. mf.

En Egypte le foixante-treiziéme patriarche Jacobite d'Alexandric étoit Marc Aboulfarage fils de Zaraa, qui avoit été ordonné le jour de la Pentecôte douzième de Juin 1166. De fon tems l'églife de Alex, Sollerii. S. Mercure & plufieurs autres du vieux Caire furent brûlées dans l'incendie general arrivé le quatorziéme de Novembre 1169. dont le vifir Chauvar fut l'auteur. Ce patriarche tenoit tous les jours une grande table, où venoient les plus nobles d'entre les Chrétiens ; & on y fervoit de la viande, contre la coûtume des patriarches fes predeceffeurs, qui obfervoient toute l'année la vie quadragefimale, s'abstenant de chair, de poisson & de vin, suivant la pratique de tous les moines d'Orient, car ces patriarches étoient ordinairement tirez des monasteres. Le mauvais exemple que donnoit Marc fut une occasion à plusieurs Jacobites de se separer de lui, y étant excitez par les predications d'un prêtre nommé auffi Marc fils d'Elcombar,

Il déclamoit encore contre l'abus groffier qui regnoit dans cette églife, car ils fe confessoient fur un encensoir croïant que cette ceremonie fuffifoit pour effacer leurs pechez. Le prêtre Marc leur foûtenoit, qu'il falloit fe confeffer aux prêtres, & ac

XXXIX. Eglife d'Alc

xandrie.

a

AN. 1166. complir le canon, c'eft-à-dire le penitence, fans quoi il n'y avoit point de falut à efperer pour les pecheurs; & il en ramena plufieurs à cette fainte pratique. Il blâmoit auffi la circoncision observée par la plupart des Chrétiens d'Egypte ; & il parla fur ces deux articles avec tant de force, qu'il en ramena plufieurs à la doctrine catholique & leur fit embraffer la communion des Melquites. C'eft pourquoi le patriarche d'Alexandrie excommunia le prêtre Marc dans un concile d'évêques de fa fecte; & Michel patriarche Jacobite d'Antioche le traita de même dans un concile de foixante évêques. Marc fils de Zaraa occupa le fiége d'Alexandrie près de vingt-trois ans.

XL.
Milan rétabli.

842.

En Italie pendant que l'empereur Frideric affiéAcerb. Mor.f geoit Ancone, les villes de Lombardie ne pouvant plus fouffrir les mauvais traitemens des gouverneurs qu'il leur avoit donnez, tinrent une conference, où elles fe liguerent pour leur défense reciproque, sauf la fidelité dûë à l'empereur qu'elles ne prétendoient pas rompre. En cette conference elles marquerent un terme où les habitans de toutes ces villes devoient aller à Milan, & y rétablir les habitans : c'est-à-dire y demeurer jufques à ce que les foffez fuffent relevez & que les Milanois puffent y être en fûreté & s'y défendre par eux-mêmes. Cette refolution fut exccutée, & les Milanois rentrerent dans leur ville avec une extrême joïe le jeudi vingt-feptiéme d'Avril 1167. & commencerent à la rebâtir.

Lorfqu'elle fut ruinée, c'est-à-dire en 1162. l'archevêque Hubert de Pirovane fe retira auprès du

Vita S. Gald.18. Apr. Boll. to. 18. P. 594.

« AnteriorContinuar »