Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pas

[ocr errors]

Le Diacre André ne me trouvant pas à Lariffe, lut le monitoire au clergé, & à tous ceux qu'il put assembler, avec les lettres d'Epiphane, qui leur étoient adressées. On fit un inventaire p. 1694. des vases facrez , & des biens de l'Eglise ; & quelques personnes furent éloignées de l'administration de ces biens , par l'econome Antoine , qui étoit d'accord en tout avec le Diacre André. Le même André vint à Thessalonique, où j'étois avec les Evêques Elpide & Etienne , & nous signifia sa commission. Alors je declarai par acte public, que si je devois être jugé sur mon ordi

fi nation, je ne devois pas l'être à C.P., mais devant vous & le faint Siege. On ne laissa de me mener à C. P. malgré moi; & on m'auroit mis en prison , fi des personnes charitables n'avoient promis de me representer. C'est pour- p. 1696. quoi j'implore vôtre secours : vous qui devez maintenir les canons , & les decrets de vôtre faint Siege dans toutes les Eglises : mais principalement dans votre province d'Illyrie.

Abundantius Evêque de Demetriade, un des quatre Evêques qui affistoient au concile de Rome, se leva alors , & dit : Ce Probien dont il s'agit, est celui qui a usurpé mon Eglise, prenant avantage de mon absence , quand je suis venu vers vôtre Sainteté. Suivant les saints canons, il ne doit pas être nommé Evêque, & je demande justice au faint Siege contre lui. Theodose d'Echine presenta une seconde requête d'Etienne de Larisse, où il disoit : L'Archevêque de C. P. a assemblé les Evêques qui s'y trouvoient. J'ai encore declaré que je ne devois être p.1696.B. jugé que par le faint Siege, suivant l'ancienne coûtume de notre province : mais il ne m'a point écouté, pretendant être Juge des Eglises de Thessalie. je vous ai donc envoié ma requête : mais pour prevenir votre réponse, ils

N 2

ont

[ocr errors]

ont donné leur fentence, & m'ont suspendu des
fonctions du Sacerdoce. Je les priois de ne rien
prononcer contre moi, que vous ne fussiez in-
formé de l'affaire ; mais cette remontrance n'a
fait

que les aigrir, comme fi je diminuois les
droits de l'Eglise de C. P. en ofant nommer le
faint Siege. Après la lecture de la sentence, j'ai
encore appellé à vous : ils m'ont mis à la garde

à
8.1697. des défenseurs de l'Eglise. Mais des gens crai-

gnans Dieu, ont répondu de moi, promettant
fous une grosse amende , que je ne sortirois
point de C. P.; car ceux qui me persecutent,
ont grand soin d'empêcher que je n'aille me
jetter aux pieds de vôtre Sainteté. C'est ce qui
se passa en la premiere session du concile de

Rome.
XXIV. La seconde se tint deux jours après; Theodofe

Vicariat d'Echine y presenta une troisiéme requête au
de Theffa-
Ionique.

nom d'Elpide, Etienne &Timothée, Evêques de P.1698. la même province de Thessalie , qui se plai

gnoient de la sentence prononcée à C.P. contre
leur Metropolitain, au préjudice de la jurisdi-
ction du faint Siege, dont ils imploroient le fe-
cours. Après la lecture de cette requête, Theo-

dose d'Echine dit : Vous voiez ce qui a été fait 2.1699. contre les canons. Car il est certain, qu'enco

re que le faint Siege s'attribuë à bon droit la pri-
mauté de toutes les Eglises du monde, il a un
droit particulier pour gouverner les Eglises d'Il-
lyrie. Et quoique vous connoissiez les lettres de
vos predecesseurs, je produis les copies de quel-
ques lettres, que je demande qui soient verifiées

sur vos archives. Le Pape Boniface l'ordonna Sup.liv. ainsi & elles furent luës par le Notaire Menas. xvill. n. Il y en a deux du Pape Damase à Acholius, ou

plutôt Ascole Evêque de Theffalonique : une de

Sirice à Anisius : deux d'Innocent, une à AniLiv.XXIV fius, une à Rufus : cinq de Boniface, trois à n. 31.

Rufus,

[ocr errors]

a

Rufus, deux aux Evêques de Thessalie. La lettre d'Honorius à Theodofe le jeune avec la réponse. Une lettre du Pape Saint Celestin, aux Evêques d'Illyrie : trois de Sixte III., la lettre Liv. XXVI

m. 39. de Marcien à Saint Leon sur la dignité de l’Eglise de C.P., & sept lettres de saint Leon. On en lut encoré d'autres ; mais nous n'avons pas le reste des actes de ce concile de Rome, & j'ai fait mention en leur tems des pieces qui y sont rapportées.

Le Pape Boniface mourut peu de tems après, XXV. dans le même mois de Decembre, & on elut à Mort de

Boniface fa place Jean, surnommé Mercure , Romain de

II jean II. naissance, auparavant Prêtre du titre de faint Pape. Clement : il fut ordonné le 21. de Janvier, la Lib. Ponfeconde année après le consulat d'Oreste & de tif: in, Lampade : c'est-à-dire, en 532.

feript.apudo

Holf Peu de tems après un défenseur de l'Eglise Romaine se plaignoit au-Roi Athalaric, que pendant la vacance du faint Siege, quelques-uns faifant des brigues pour l'élection, avoient extorqué des promesses sur les biens de l'Eglise , pour lesquelles on avoit exposé publiquement en vente, jusques aux vases facrez. Pour remedier à cet abus, le Roi écrivit au Pape Jean & à tous les Patriarches, & les Eglises metropolitaines : 10.4. consi

to qu'il vouloit qu'on observât un decret du Senat , p. 1748. ap. fait du tems du Pape Boniface, & portant : que

Caffiod. IX. quiconque auroit promis quelque chose, par soi, ou par personne interposée , pour obtenir un évêché, le contrat seroit declaré nul, avec reftitution de ce qui auroit été donné.

Le Roi permet toutefois aux Officiers de son Palais, de prendre jusques à trois mille fous d'or, compris l'expedition des lettres, lors qu'il y aura un differend touchant l'élection du Pape : à la charge que les Officiers riches, n'en prendront rien, puisque c'est du bien des pauvres. N 3

Pour

VAT IS

[ocr errors]

Pour les autres Patriarches, c'est-à-dire, les Are chevêques, on poura prendre jusques à deux mille lous;& pour les simples Evêques, on poura distribuer au petit peuple, jusques à cinq cens fous. Le Roi ordonna au Prefet de Rome, de

faire graver cet édit en des tables de marbre, Ibit: IX.16. qui seroient mises à l'entrée du parvis de saint

Pierre. XXVI. L'Empereur Justinien témoignoit un grand

Conver- zele pour la conversion des infidéles, & des hefons de Barbares.

retiques. Dès le commencement de son regne, Theoph. p.

il attira à son alliance les Herules ou Elures: car 149.

on les nommoit aussi de ce nom, à cause des Evagri

. IV. marais qu'ils habitoient. Il leur donna des ter6.20.461. Vales.

res, leur fit de grands presens, & leur persuada d'embrasser la Religion chrétienne: car ils étoient encore Paiens. Leur Roi Graitis vint à C.P. & fut baptisé à l'Epiphanie, la premiere année de Justinien : c'est-à-dire, en 528. & avec lui douze de son conseil, & de ses parens. L'Empereur

le leva, des fonts ; & le renvoia très-content. Procop. Mais bien que les Herules fiffent profession du Goth. II. Christianisme, & qu'ils eussent un peu adouci leurs meurs : ils ne laissoient

pas

d'être encore fort corrompus, & rompoient souvent leurs traitez. Ce qui fait craindre, que Justinien n'eût trop hâté leur conversion, par le defir de leur

alliance. Theoph. p.

La même année Gordas Roi des Huns, les plus volins de Bofphore, s'allia aussi avec les Romains, se fit Chrétien, reçut le Baptême, & fut levé des fonts par l'Empereur : qui lui fit de grands presens, & le renvoia chez lui pour garder la frontiere de l'Empire. Gordas étant de retour, raconta à fon frere Mouagere, l'honnêteté & la liberalité de l'Empereur ; & prenant les idoles des Huns, qui étoient d'argent & d'autre métail précieux, 'il les fondit. De quoi les Huns

6.14

irritez,

349:

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

iritez, égorgerent Gordas , de concert avec Mouagere, qu'ils firent Roi, & se revolterent contre les Romains. On rapporte aussi à ces commencemens la conversion des Zanes, peuple d'Armenie, que Justinien aiant vaincus par Procop. III. un de ses Capitaines, adoucit leurs mæurs fa- edif.c.6. rouches, leur fit embrasser la Religion chrétienne, & leur bâtit une Eglise.

En Ethiopie sur la frontiere d'Egypte, les Blemyens & les Nobates, tributaires des Romains, adoroient entre autres dieux , Isis, Ofi- Id. I. Perfor ris, & Priape ; & les Blemyens facrificient des 6.19. hommes au Soleil. Mais Narfés y commandant des troupes , abbatit les temples par ordre de Justinien, mit les facrificateurs en prison, & envoia les idoles à C. P.

Quant aux heretiques, Justinien leur ôta tou- XXVII. tes les Eglises qu'ils poffedoient, & les rendit Heretiques aux Catholiques. La troisiéme année de son re- poursuivis. gne , indiction huitiéme, c'est-à-dire, l'an 530. 1.p.150.c.

Theoph an. il fit une grande recherche des païens , & des id. p.153. heretiques , & confisqua leurs biens. On accufa Macedonius, qui avoit été referendaire; & Asclepiodoté auparavant Prefet. Ce dernier, de crainte se fit chrétien , & mourut peu de tems après. On fit le procès à Pegase d'Heliopolis avec ses

à enfans. Le Patrice Cratere, le quêteur Thomas & d'autres furent arrêtez; & la terreur fut grande. L'Empereur ordonna que les Catholiques feuls entreroient dans les charges publiques, à l'exclusion des païens & des heretiques, à qui il donna trois mois pour se convertir.

On accusoit ce zele de Justinien d'être mêlé. Procopi d’interêt, parce qu'il profitoit des confiscations Anecd.cille des particuliers. Car pour celles des Eglises heretiques , il les donnoit aux Catholiques. Or ces Pelag, epiß. Eglises heretiques étoient très-riches , particu- 10.20.5 lierement celles des Ariens. Elles avoient de

conc. P 798, grands

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

.

[ocr errors]

NA

« AnteriorContinuar »