Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN. 1156.

pape Eu

insuportable. On se plaint qu'il båtit des palais, tan-
dis que les églises tombent en ruïne , & qu'il mar-
che orné d'or & de pourpre , tandis que les autels
sont negligez. Et vous, dit le pape , qu'en pensez-
vous ? Je luis bien embarassé, répondit Jean de Sa-
risberi. Je crains de passer pour flateur , si je m'op-
pose seul à la voix publique ; & de l'autre côté je
crains de manquer au respect. Toutefois puisque
Gui Clement cardinal de sainte Potentiene parle
comme le public, je n'ose le contredire. Car il sou-
tient qu'il y a dans l'église Romaine un fonds de
duplicité & d'avarice qui est la source de tous les
maux,& ille dit un jour publiquement dans l'assem-
blée des cardinaux, ou présidoir le saint
gene. Je dirai toutefois hardiment & selon ma con-
Icience , que je n'ai vû nulle part des ecclesiastiques
plus vertueux, & plus ennemis de l'avarice que dans
l'église Romaine. Qui n'admirera le mépris des ri-
chesses en Bernard de Rennes, cardinal diacre de
saint Cosme & de saint Damien ? Celui dont il a
reçû quelque present est encore à naître. Qui n'ad-
mirera le scrupule de l'évêque de Preneste, qui
s'abstenoit même de ce qu'on reçoit en commun ?
Plusieurs ont la gravité & la moderation de Fabri-
cius avec l'avantage de la véritable religion.

Puis donc que vous me presscz , je déclare que l'on doit faire ce que vous enseignez , quoi qu'il ne faille pas imiter en tout ce que vous faites. Tout le monde vous applaudit & vous flatte , on vous nomme pere & seigneur. Si vous êtes pere , pourquoi attendez-vous des presens de vos enfans ? Si

An. 1156.

vous êtes seigneur , pourquoi ne vous faites-vous pas craindre des Romains vos sujets ? Mais vous voulez conserver Rome à l'église par vos présens : est-ce ainsi que S. Silvestre la acquise ? vous êtes , S. pere , hors du droit chemin. Donnez gratuitement ce que vous avez reçû gratuitement. Le pape se prit à rire, & loüa Jean de Sarisberi de la liberté avec laquelle il lui parloit : lui ordonnant de lui rapporter aussitôt, ce qu'il entendroit dire de mal de lui. Puis pour justifier les contributions que l'église Romaine recevoit de toute la chrétienté, il allegua la fable de l'estomac & des membres, qui se plaignoicnt qu'il profitoit fcul de leur travail & trouverent par experience qu'ils ne pouvoient subsister sans lui. Mais pour faire l'application juste, il eut fallu que l'église Romaine cut répandu sur toutes les autres des biens de même nature que ceux qu'elle en recevoit.

Jean de Sarisberi n'étoit pas allé à Rome de son seul mouvement : il y avoit été envoyé par le roi 1 Irlande au R. d'Angleterre, & il fut apparemment le porteur

de la lettre que ce prince lui écrivit sur son avenement au pontificat. Il envoyoit Jean demander au pape la permission d'entrer en Irlande , & de s'en rendre le maître pour y rétablir le Christianisme dans sa pureté ; & cette demande étoit fondée sur le prétendu droit de l'église Romaine en toutes les sup. liv. LXIV.» illes,

que l'on suposoit comme nous avons vû dès jo. Sarisb. iv. le tems d’Urbain 11. Le pape Adrien accorda à la Metag.log.co ulti priere de Jean de Sarisberi , ce que le roi d'Angle- EP: 1:10. I. conc. terre demandoit , comme il paroît par sa bulle où 1144 il dit : On ne doute pas, & yous le connoissez vous

Le pape

XVI.

donne

.
Matth. Paris,
An. Ils.
Sup. no ji

.

[ocr errors][ocr errors]

XVII. Biens des évêques decedez.

même , que l'Irlande & toutes les illes qui ont reAn. 1156. çû la foi Chrétienne n'apparticnnent à l'église Ro

maine : or vous nous avez fait entendre, que vous
voulcz entrer dans cette isle , pour en soûmettre le
peuple aux loix & en extirper les vices : faire païec
à S. Pierre un denier par an de chaque maison, &
conserver en leur entier les droits de l'église. Ce que
nous vous accordons avec plaisir pour l'accroisse-
ment de la religion Chrétiennc. Avec cette bulle le
pape envoya au roi d'Angleterre un anneau d'or
orné d'une émeraude en ligne d'investiture , & cet
anneau fut gardé dans les archives.

La même année 1156. le pape Adrien confirma
la renonciation de la vicomteste de Narbone à la

mauvaise coûtume de prendre les biens des évê. 1. vir . c. 18. n, ques morts. C'étoit un ancien abus , & souvent condamné comme nous avons vû

par

les
ciles des Gaules ; & dans la même province Rai-
Add. Baluz. mond comte de Barcelone y avoit déja renoncé

par une charte de l'année 11so. où il disoit : Etant
prêt à faire le voyage d'Almerie , j'ai promis à
Dieu entre les mains de l'archevêque de Tarra-
gone & des évêques de Barcelone , de Girone &
d'Ausone qui étoient presens , d'abolir la détesta-
ble coûtume qui avoit lieu dans les églises cathé-
drales de mes états : savoir qu'à la mort des évê-
ques

les baillifs & les vicomtes de mon pere, &
de mes predecesseurs , pilloient & enlevoient les
biens des prélats, c'est-à-dire ce qu'ils trouvoient
dans leurs palais , leurs châteaux & leurs terres , ce
que je reconois être contraire aux loix divines &
humaines. C'est pourquoi j'y renonce en la meil.

Marca. Concord. ult.

con

Ilid.

leure forme qu'il se peut , voulant que tout ce qui An. 1156 se trouvera dans les maisons & les autres lieux dépendans de l'évêché, soit entierement reservé à l'évêque futur. A cet exemple Ermengarde vicomtesse de Narbone fit une pareille renonciation en faveur de l'archevêque , par acte donné à Montpellier le quinziéme Janvier 1155. Tous le roi Loiiis qui revenoit de S. Jacques. J'entends suivant l'ancien stile l'année 1156.avant Pâques. Et c'est cette renon- Ep. 41 ciation que le pape Andrien confirma par sa bulle adressée à Berenger archevêque de Narbone, & dattée du neuviéme de Decembre à Rome.

Le roi Louis le Jeune entreprit le voyage d'El- v. Pagi an. Iss: pagne sur la fin de l'an 1155. pour aller en peleri- hifi.c.g. nage à S. Jacques : mais Rodrigue de Tolede dit que ce n'étoit qu'un prétexte , & que le vrai motif du voïage étoit de s'éclaircir si la reine Constance qu'il avoit épousée en seconde noces étoit fille legitime d'Alfonse VIII. roi de Castille. Ce prince qui prenoit le titre d'empereur des Espagnes , reçut à Burgos le roi son gendre , & l'accompagna à saint Jacques. Au retour il le mena à Tolede, ou il tint en la presence une cour pleniere de ses vassaux tant Chrétiens qu'Arabes. Le roi Louis admira la magnificence de cette cour , & revint pleinement éclairci de l'illustre naissance de la reine son épouse.

L'an 1156.. la chåpe de nôtre Sauveur fut trou-Rob. an. 1156. vée au monaftere d'Argenteuil près de Paris : elle étoit sans coûture , & de couleur roussatre : les lettres qui furent trouvées avec cet habit mar

AN. 1156.

[ocr errors][merged small]

Xyill. Sainte Elisabeth

[ocr errors]

Trithem. Chr.

tant Spanhem.An.1153.

tyrol.to.s P. 336.

quoient , que la glorieuse mere de J. C.le lui avoit
fait, comme il étoit encore enfant. Ce sont les pa-
roles de Robert abbé du mont S. Michel auteur du
tems ; & le monastere d'Argenteuil conserve pré-
cieusement cette relique.

La même année 1156. on découvrit à Cologne de Schonaugesh plusieurs tombeaux avec leurs inscriptions , por

que

c'étoit de sainte Ursule vierge & martyre vandelberri mar- & de les compagnes, que l'on y honoroit au moins

depuis trois censans. On trouva ensemble les noms
de plusieurs évêques & autres saints personages
que l'on disoit les avoir accompagnécs. Gerlac ab-
bé de Duis envoya les principales & les plus re-
marquables de ces inscriptious à Elisabeth religieu.
se de Schonauge , esperant qu'elle en auroit quel-
que revelation , & qu'elle pourroit l'assurer si on y
devoit croire ou non ; car il avoit quelque soupçon
de ceux qui avoient trouvé ces corps faints, &
craignoit qu'ils n'eussent fait faire ces inscriptions
par Ic desir du gain. C'est ainsi qu'en parle Elisa-
beth elle-même.

Elle étoit née en 1130. & à l'âge de douze ans fun. tom. 21. p.

ou environ ello entra dans le monastere de Scho-
nauge situé au diocese de Treves à seize mille de
Bingue. Il étoit proche d'un monastere d'hommes
fondé en 1125. & dedié à S. Florin confesseur , qui
vivoit à Coblents au commencement du septiéme
siécle, & que l'église honore le dix-septiéme de No-
vembre. Ce monaftere de Benedictins eut pour
premier abbé Hildelin : il prit le nom de Scho-
nauge du lieu de fa situation ainsi nommé à cause

de

ز

Vision lib. iv. 6.2.

Vita.ap. Boll. 18.

604.

« AnteriorContinuar »