Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fai cria cent fois de se rendre, & aux siens de l'épargner. Enfin accablé de blessures & de lassitude, ce jeune Heros fut contraint de ceder. Les Maures quicraignoient la venuë du jour, assurés de leur perte, s'ils ne le prevenoient, satisfaits du butin & du massacre qu'ils avoient fait dans la ville, en fortirent aussi-tôt qu'ils se virent maîtres de Dom Alvare. La nouvelle de cette action arriva avec l'aurore à Medina del Campo, où le Roi Ferdinand étoit alors: Quelques fuyars publierent l'extraordinaire valeur de Dom Alyare, & quelques-uns assurerene le Duc de l'Infantade de la mort. Ferdinand se plaignit de la rupturre de la Tréve ; mais le Roi de Grenade répondit, que pendant ee temsil étoit permis de surprendre des Villes, pourvû qu'on n'en fît pas le siege. Cette réponse fit

recommencer la guerre avec plus de vigueur,& Ferdinand répara fa

perte par la prise des plus confiderables Villes des Maures, qui se virent presque reduits à n'avoir que Grenade

azile. Qui pourroit cependant décrire l'extrême douleur du Duc de l'Infantade, lorsqu'ayant envoyé à Grenade pour sçavoir fi Dom Alvare n'étoit point de ceux qu'on avoit pris à Zahara, ne l'ayant pas trouvé parmi les morts, il eut pour toute réponse qu'il n'y avoit point de prisonniers de cette importance, & qu'il faloit absolument qu'il eût été tué, & tellement défiguré par la quantité de ses blessures, que l'on ne l'eût point reconnu. Ces funestes nou. velles mirent la désolation dans cette maison : on n'y voyoit plus que des pleurs, on y entendoit que des gémissemens, & jamais afflie

pour

âion ne fut plus vive & plus generale ; mais celle de la Ducheffe furpassoit en quelque forte cout ce que fentoient de douloureux le Duc son époux & Dona Elvire fa fille. La conformité qu'elle trouvoit de cette perte à celle qu'Isabelle de Portugal sa mere avoit faite d'un fils, dont depuis l'âge de de dix ans on ignoroit le fort, lui faisoit faire les plus cruelles réflexions sur la fatalité de la destinée , qui lui avoit ôté un frere qui devoit foûtenir les restes d'une famille infortunée, & qui lui arra choit un fils qui faisoit toute son esperance. En effer la Duchesse de l'Infantade avoit eu deux freres qui furent mis comme elle fous la protection des Rois de Cam stille, qui voulant suivre en tout les intentions de la malheureuse Duchesse de Bragance, avoient fait élever Jacques de Portugal , Paîné de ses fils, dans l'éclat qu'éx. xigeoit sa naissance, & Alonze fon frere dans l'ignorance de la noblesse de son fang, afin que si le Prince Jacques n'eût pû éviter le courroux du Roi de Portugali, Alonze son cadet ne fût point exposé à de pareils dangers, en vivant dans une condition mediocre; & c'étoit de ce même Alonze, dont la Duchesse de l'Infantade comparoit la perte à celle de Dom Alvare son fils.

Mais tandis qu'Eleonor s’aban. donnoit à la douleur, que Dona Elvire la secondoit par ses larmesy & que le Duc de l'Infantade cachoit une partie de la fienne par grandeur d'ame, le fort préparoit à Grenade des avantures à Dom Alvare, qui auroient sans doute fait cesser les regrets des illustres personnes ausquelles il étoit - fi cher, si elles en avoient pû être instruites

[ocr errors][ocr errors][merged small]

zs, la

ublic

lattu

lara darai

pas plûtôt

Il est donctems de retourner à ce jeune Heros, & de faire voir par quels détours l'amour le conduisit aux pieds de la charmante Princesse de Grenade.

Hali d'Aoub ne fut de retour à Grenade, qu'il vendit comme esclave le

peli

de prisonniers qu'il avoit fait. Dom Alvare écant le seul, qui par fa personne & sa valeur lui fit soupçonner la grandeur de la naissance, & sachant la recherche

que

l'on fais foit du fils du Duc de l'Infantade; la crainte qu'on ne lui demandât pour en faire un échange, & de perdre parlà le prix qu'il en esperoit en le vendant comme les aut tres, lui fit profiter de l'état où ses blessures l'avoient réduit, pour publier que

celui qui avoit combattu avec tant de courage à Zahara étoit mort sur le champ de bataille;. comme le combat s'étoit.

« AnteriorContinuar »