Imágenes de páginas
PDF
EPUB

29.

nature du Verbe incarné. Theorien dit: S. Cyrille AN. 1170. n'a pas dit : Une nature en Jesus-Christ , ni une

nature de Jesus-Christ ; mais une nature du Verbe, & a ajoûté , incarnéc: & vôtre sainteté dir une nature en Jesus-Christ. C'est la même chose , dit Norfefis : Non pas , reprit Theorien : le nom de Christ signifie proprement l'un & l'autre , Dieu & homme tout enlemble, c'est pourquoi nous disons: Le Verbe s'est fait chair & non pas: Le Christ s'est fait chair . Aussi aucun des peres n'a dit : une nature du Christ, mais S. Athanase a dit avant saint Cyrillc , une nature du Verbe , c'est-à-dire la na

ture divine du Fils ; & en ajoûtant, incarnée , comSup.liv. xxvi.n. me S. Cyrille dans la seconde lettre à Successus , Cyrill. epift. p. on exprime tout le mistere de l'Incarnation. Nor

felis : Et qui d'entre les peres en a ainsi parlé expressément après l’union? Theorien : Tous ceux que vous avez nommez. Norsesis: Un seul me sufit ; car ce que dit un des peres tous le disent: comme étant cous inspirez par l'esprit de Dieu qui est le même.

Mais avant que de raporter les passages des peres , Thcorien jugea necessaire de déßnir les

quatre termes de substance , nature , hypoftafe & pera sonne : ce qu'il fit tant selon les philosophes païens que selon les theologiens Chrétiens , dont il montra la difference , quant à l'usage de ces termes. Or

dans la philosophie il suivoit les principes d'Arisp. 444. tote. Il établit les définitions theologiques de ces

quatre termes , par l'autorité des peres , savoir de S. Basile qu'il qualifie très-philosophe , & de saint

24.' to.s.

[ocr errors]

Gregoire de Nazianze. Ensuite il vient aux peres An. 1170. qui ont reconnu deux natures en Jesus-Christ après l'union ; & commence par S. Athanase , dont il P. 447. raporte un passage de la lettre à Epictetc : contre sur. liv. xvi. n. ceux qui disoient que le corps de Jesus-Christ étoit Aihan. to. 2. consubstantiel au Verbe. Sur quoi Theorien rai-904. A ca. 1698. sonne ainsi : Substance & nature sont le même chez les Theologiens. Or selon S. Athanase le corps de Jesus-Christ n'est pas de même substance que lc Verbe : donc il n'est pas de même nature : donc il y a deux natures en Jesus-Christ. Theorien cite ensuite S. Cyrille même , sur lequel les Armeniens s'appuroient le plus, S. Gregoire de Nazianze, faint Gregoire de Nyse , S. Basile , S. Ambroise le seul des peres Latins qu'il cite , & enfin S. Chrysostome ; & montre que l'église' tient le milieu entre l'erreur de Nestorius & celle d'Eutyches. Alors un p. 453. évêque Armenien nommé Gregoire , qui étoit présent à la dispute , s'écria : Je suis Romain : anathême à qui ne reconnoît pas deux natures en Jesus-Christ.

Le lendemain arriva Pierre évêque de Sappirion, à qui le catholique communiqua ce que Theorien lui avoit dit, & lui montra combien il avoit de passages des peres , qui reconnoissoient deux natures en Jesus-Christ. Mais l'évêque, qui. étoit instruit , les détournoit à fon sens. Le catho-i lique voïant donc qu'il résistoit vivement fic ve-s nir Thcoricn , & lui dit: Cet évêque desire de conferer avec nous sur notre question. Mais Theorien, lui ferma bien-tôt la bouche ; & l'évêque Gregoirci

déclara une feconde fois qu'il étoit du sentiment

An. 1170. des Romains.

XX.
Autre conference.

Deux jours après le catholique Norsesis eut encore une conference avec Theorien , où il lui dit : Il n'y a point de difficulté d'admettre deux natures en Jesus-Christ, pourvû qu'on les reconnoisse inseparablement unies en une seule hypoftafe, & ce ne seroit pas agir en Chrétien de combattre une verité manifeste. Mais qui empêche de reconnoître en Jesus-Christ une nature composée de deux, comme la nature de l'homme est composée de l'ame & du corps qui sont deux natures differentes ? & c’est la comparaison qu'aporte S. Cyrille. Pour répondre à cette objection, Theorien cita premierement un passage de S. Gregoire de Nazianze : mais Norselis dit , qu'il ne se trouvoit point dans la traduction Armenienne. Elle est donc fautive, die Theorien, & il lui donna le même passage en Syriaque. Norsesis appella un de ceux qui favoient lire en cette langue, & il trouva le passage rel que l'avoit cité Theorien. Il y avoit long-tems que les peres Grecs étoient traduits en Syriaque & en Armenien.

Thcoricn continua : Saint Cyrille n'emploïc l'exemple de la composition qui est en nous, que pour montrer qu'il est poflible que de deux natu

res differentes il fe fasse un fuppôt , comme Pierre *. 456. ou Paul d'une ame & d'un corps ; car c'est ce que

nioit Neftorius: mais il y auroit contradiction à dire en même tems qu'en Jefus-Christ il y a deux natures & unc scule nature: ce qu'il démontra geo

metriquements

AN. 1170.

[ocr errors]

mètriquement. Et comme Norsesis en revenoit toûjours à cette expression de S. Cyrille : Une nature du Verbe incarnée , Theorien dit qu'elle est de S. Athanase même contre l'erreur d'Arius, qui admettoit deux Verbes de natures differentes : l'une incréée qui avoit toûjours été en Dieu, l'autre créée dans le tems qu'il s'étoit incarné. C'est donc de là, dit-il, que S. Cyrille a tiré cette expression. Or encore qu'elle soit vraïe , nous ne devons pas nous en servir à cause du mauvais sens qu'on lui donne: comme nous n'apellons

n'apellons pas Marie mere de Chrift; quoi qu'elle le soit en effet , parce que Nestorius abusoit de cette expression. A la fin de cette conference Norselis demanda à Theorien la définition de foi du concile de Calcedoine , qu'il lui donna.

Le lendemain arriva Jean Syrien évêque de p. 46: Cessounion:& il aprit que le Catholique des Armeniens avoir eu plusieurs conferences avec des Grecs, & étoit entré dans leurs fentimens. Car, disoit le Catholique , ils prouvent tout ce qu'ils disent par l'écriture , & par les peres que nous honorons com me eux. L'évêque Jean alla donc le trouver & lui dit ? Qu'est-ce que j'aprens feigneur ? on dit que vous suivez le sentiment des Romains , qui sont Nestoriens. Norsesis répondit: Je ne me serois rendu ni à l'autorité du patriarche de Constantinople,ni à celle de l'empereur , si je n'avois reconnu la verité par moi-même : mais je ne puis la désavouer ni resister aux peres. L'évêque Jean reprit :: J'ai oüi dire que vous avez confeffé deux natures en Jesus-Christ. Or vous savez que si nous confessons Tome XV.

Ss

AN. 1170.

deux natures nous serons Ncstoriens , & nous admertons une quaternité au lieu de la Trinité. Norsesis répondit: Hier & avant hier & presque toute la semaine nous avons beaucoup travaillé en conferant tous les jours ; & nous voulons nous reposer aujourd'hui & demain. Après demain si vous voulez, vous assisterez à notre conference, où vous direz ce qu'il vous plaira , & nous vous écouterons volontiers.

Le soir un docteur nommé Bartan vint trouver Theorien à l'insçu du Catholique & lui dit : L'évêque Syrien & nôtre Catholique ont conferé tour aujourd'hui sur l'une & les deux natures. Je voudrois savoir , dit Theorien, quelles preuves l'évêque

de son opinion. Bartan répondit : Il n'emploïc ni passages ni raisonnemens , & ne fait que crier fans ordre & sans rien écouter , pour faire paroître à ses prêtres qu'il dit quelque chose. Quelques jours aprés Theorien étant appellé, monta à la chambre où ils avoient déja conferé. Il va l'évêque Syrien assis à la droite du Catholique, & à la gauche les évêques Armeniens , au dessus desquels il fit mettere Theorien , car ils lui ccdoient la place la plus honorable. Après que l'on eut gardé long-tems le silence , Theorien dit : J'ai apris qu'il y en a qui disent, que si nous confeffons deux natures en Jesus-Christ, nous serons Nestoriens & nous admettrons une quaternité, & je m'étonne qu'ils n'aïent pas compris , que Neftorius n'a poine été condamné , parce qu'il solltenoit deux naturcs, puisque les peres l'enseignent nettement : mais

aporte

y trou.

« AnteriorContinuar »