Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Vous pourrez connoître quel il a été, comment
il a usurpé le Sacerdoce aiant à peine un ordina-
teur : comment il a été compté depuis long-
tems entre les condamnez, même chez vous :
Vous le pourrez, dis-je, connoître par les let-
tres qu'Acace, maintenant son protecteur , a
écrites à mon prédeceffeur, & dont je vous en-
voic les copies. Il lui déclare ensuite la condam-
nation d'Acace , & l'exhorte à

у

obéïr comme à une ordonnance du Ciel : parce qu'il est plus utile à l'Empereur de suivre l'autorité de l'Egli

se, que de lui vouloir donner la loi. Dans la letEpiß.10. tre au Clergé & au peuple de C. P. le Pape de

clare la condamnation de Vital & de Misene,
pour lever le scandale de leur prevarication. Il
declare aussi la condamnation d’Acace , dont il
leur envoie la copie, & ajoûte : Vous devez par
vôtre jugement conserver en son rang le Prêtre
Salomon, qu'Acace a deposé pour plaire aux He-
-retiques, & tous ceux qu'il peut avoir traitez de
même. Enfin il avertit, que tous ceux qui yeu-
lent demeurer Catholiques doivent se retirer de
la communion d'Acace.

Le défenseur Tutus étant arrivé en Orient,
paffa malgré ceux qui l'attendoient à Abyde, &

vint à C. P. au Monastere de Dius de l'ordre des Liberat. Acemétes. Ne pouvant obliger Acace à recevoir brev. c. 18. la lettre du Pape, qui portoit fa condamnation, P: 770 6. Theoph. il fut contraint de la faire attacher

par

les Moip. 114. Nic nes de ce Monastere au manteau d'Acace , le ceph. XVI. dimanche, comme il entroit dans l'Eglise pour

celebrer l'Office. On fit mourir quelques-uns des
Moines qui avoient attaché fa sentence , & on
mit d'autres en prison, après les avoir maltrai-
tez. Mais Tutus, après s'être fi bien acquité de
fa commission , se laissa lui-même gagner par
argent, & communiqua avec Acace. Le Pape
en fut averti, par les lettres de Rufin & de Tha-

latsius

6017

laffius Prêtres & Abbez à C.P. apportées par un nommé Basile. C'est pourquoi Tutus étant de retour, & convaincu en plein Concile, par ses lettres & par sa propre confession, fut privé de la charge de défenseur , qu'il n'avoit que pour un tems , & excommunié. Le Pape en donna avis à Rufin, à Thalassius & aux autres Moines

Epiß. 117 de C. P. & de Bithynic : les avertiffant de separer de leur communion les Moines qui se seroient laifié feduire par les Heretiques : en distinguant toutefois ceux qui n'auroient cedé qu'à la violence des tourmens, & les traitant plus humainement.

Acace appuié de la protection de l'Empereur, xvII. ne compta pour rien la deposition prononcée con

Pierre le

Foulon rétre lui par le Pape, & continua jusques à la mort

tabli. à offrir le faint Sacrifice. Il ôta même des dip- Gehas.epi tyques le nom du Pape : & fit déposer par tout ad Dard. l'Orient grand nombre d'Evêques catholiques, 1906. B. ausquels il en fit substituer d'heretiques, ou com- Gefia de muniqua avec ceux qui l'étoient. Il fit chasser nom. aa. d'Antioche l'Evêque legitime Calendion, qu'il in fi. avoit lui-même ordonné. Le pretexte de la dé

Literat.

brev. c. 18. position fut d'avoir favorisé le parti d'Illus maî- Gelaf.ad tre des offices, qui s'étoit revolté en Orient avec Dard. p. Leonce & Pamprepius. Mais en effet, ce fut 1209 4

Evag. III. parce que Calendion demeuroit dans la commu

6.16.Theopis nion du

pape

Felix & de Jean Talaïa Patriarche p.115. d'Alexandrie. Calendion fut donc relegué dans l'Oasis, & Pierre le Foulon rétabli à Antioche, du consentement d’Acace, qui l'avoit condamné tant de fois. Plusieurs autres Evêques

furent chassez en même tems; fçavoir, Nestor, Romain de Calcedoine, Julien de Mopsueste, Paul de Constantine , Manus d'Emeric ; tous fous le même pretexte d'avoir favorisé la revolte; mais en effet, pour avoir refusé l'henotique de Zenon, Pierre le Foulon y souscrivit , & envoia

des

B 5

des lettres fynodales à Pierre Monge d'Alexantdrie. Quelques-uns des Evêques challez souffri

rent à C. P. une rude persecution. XVIII, Pierre le Foulon chaffa entre autres Cyrus

Xenaias d'Hieraple, & mit à sa place un Perfan nommé Iconoclafte. Xenaias ou Philoxene, que le Patriarche Calen

Conc. Nic. dion avoit chaffé du païs : voiant qu'il alteroit 2. nel s. les dogmes de la foi, & qu'il soulevoit le peuple. P:3673Peu de tems après qu'il fut établi à Hieraple', & Foan. quelques Evêques venus de Perse prouverent que Dirac, c'étoit un esclave fugitif, & qu'il n'étoit pas bap

tisé ; mais Pierre ne s'en mit pas en peine, & dit

que l'ordination Episcopale lui tenoit lieu de baptême. Ce Xenaïas est le premier , que

l'on fçache, qui ait attaqué les faintes images. Il di. soit, que les Anges étant incorporels, il n'étoit pas permis de leur donner des corps, ni de les peindre en figure humaine. Que ce n'étoit point honorer JESUS-Christ que de dépeindre son image, & qu'il n'y avoit que l'adoration en efprit & en verité qui lui fût agréable. Que c'étoit une imagination puerile, de faire des colombes de relief, pour representer le Saint-Esprit. Car, disoit-il, il ne s'est pas fait colombe , il a seulement paru en ceite forme une seule fois, fans en prendre la substance. Sa pratique étoit conforme à sa doctrine. Il effaça en plusieurs endroits les images des Anges , & cacha celles de

JESUS-Christ dans les lieux fecrets. XIX. Anthemius Evêque de Salamine en Chipre, Reliques fut aufli inquiété par Pierre le Foulon : qui preBarnabé tendoit l'assujettir à son Patriarcat.. Anthemius

Sup. liv. se défendoit par le decret du concile d'Ephese, XX/57: qui avoit declaré son siege exempt : & fa pre

Theull: 8, 2.2. art.

tention fut foûtenue par la découverte des Reliques

de saint Barnabé, dont le corps fut trouvé

sous un arbre, à un quart de lieuë de Salamine. Fileteapo Il avoit sur la poitrine l'Evangile de S. Mathieu Jun.

écrit

2.

Sermo

écrit de fa main. Anthemius pretendit montrer par-là que son liege aiant été fondé par un Apôtre, étoit Apoftolique, aussi bien que celui d'Antioche , & fut maintenu dans son exemption. L'Empereur fit apporter à C. P. l'Evangile écrit de la main de faint Barnabé, & le mit au palais dans l'Eglise de faint Estienne. Il fit auffi bâtir à Salamine une Eglife magnifique accompagnée de plusieurs logemens, au lieu où les Reliques furent transferées.

Il y avoit alors en Syrie deux Prêtres celebres par leurs écrits , Theodule & Jean. Theodule

Genn. étoit dans la Celesyrie , & écrivit entre autres

feriptorag. un livre sur la conformité de l'ancien & du nou

90. veau Testament contre les anciens Heretiques, qui les attribuoient à differens auteurs ; c'est-àdire, les Marcionites & les Manichéens. Il mou- *.91.. rut sous le regne de Zenon. Jean étoit du diocese d'Antioche & avoit été grammairien. Il.. écrivit contre ceux qui níoient les deux natures en JESUS-CH'RIST, c'est-à-dire, les Eutyquiens : & il attaqua quelques paroles de faint Cyrille comme favorisant cette erreur. Il ne nous reste rien de ces deux auteurs. Peut-être Jean étoit-il Theod.lelt. Neftorien : car il y en avoit beaucoup en Orient, Lib. ili po & ils avoient une Ecole à Edeffe , où ils ensei- 558.6. gnoient en Persan : ce qui répandit cette erreur

Vita S.

Sup. 19, dans la Perse. Martyrius Patriarche de Jerusalem mourut vers ce même tems en 485. après avoir tenu le fiege huit ans, & Salluste lui fucceda.

En Egypte Pierre Monge attira à la commu. Evag.1 II. nion quelques Evêques & quelques Abbez , en anathematisant de nouveau la lettre de faint Leon & le concile de Calcedoine, & ceux qui ne recevoient pas les écrits de Dioscore & de Timothée Elure'; mais ne pouvant persuader les autres, il les chassa la plậpart de leurs Monasteres :

faire,

[ocr errors]

Pape Felix

ce qui obligea l'Abbé Nephalius d'aller à Con-
ftantinople & de porter ces nouvelles à l'Empe-
reur Zenon. Il en fut irrité, & envoia Cosme
un de ses gardes avec de grandes menaces con-
tre Pierre Monge , s'il ne cessoit d'exciter des
troubles par sa dureté. Cosme revint sans rien
sinon
que

les Moines chaffez furent rétablis dans leurs maisons. L'Empereur envoia ensuite Arsene qu'il avoit fait Gouverneur d’Egypte, & qui étant arrivé à Alexandrie avec Nephalius traita de la réunion, mais sans persuader ceux qui étoient separez de Pierre Monge. Il en envoia quelques-uns à C. P. où l'Empereur leur parla beaucoup du concile de Calcedoine : mais sans rien conclure non plus, parce qu'en effet il n'approuvoit pas ce concile.

L'Eglise d'Afrique respiroit cependant sous Lettre du Gontamond, successeur d'Huneric, qui rappelpour l'E la d'exil faint Eugene Evêque de Carthage ; & glise d'A- la troisiéme année de son

regne,

c'est-à-dire en frique.

487. rendit aux Catholiques de la même ville le App chtcimetiere de faint Agilée. Cette même année sous Prose. 10.1. Canis,

le Consulat de Boëce, il se tint à Rome un con7o. 4. conc. cile le 13. de Mars dans la Basilique de ConstanP1149.

tin , composé de quarante Evêques d'Italie, le Pape Felix à la tête , quatre Evêques d'Afrique, & soixante & feize Prêtres, qui font tous nommez. Là le Pape fit lire par le Diacre Anastase une lettre adressée à tous les Evêques des diverses provinces : où après avoir marqué la

persecution d'Afrique, & la chute de plusieurs, Epif. 7. qui s'étoient laissé rebaptiser, même d'entre les

Prêtres & les Evêques; on leur prescrit differens 1075.

remedes. Les Evêques, les Prêtres & les Diacres feront en penitence toute leur vie , fans assister même aux prieres, non seulement des fideles, mais encore des catechumenes; & recevront seulement à la mort la communion laïque. Pour

les

Felic po

« AnteriorContinuar »