Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Vita S. Bern. lib. 2. c. 2.

tième de Juin. L'antipape cependant fe tenoit à couvert dans les hauteurs & les tours, d'où il incommodoit par fes ma- AN. 1133. chines les gens de Lothaire, fans permettre aux fiens d'en venir aux mains avec eux. Il refufa opiniâtrément toute con- Order.lib. 13. férence avec ce prince, & ne voulut écouter aucun confeil fur p. 897. fon état, ne révoquant point en doute son droit. Ainfi Lothaire fut contraint de fe retirer après fept femaines de féjour n'ayant pas affez de forces pour prendre le château S. Ange & les autres fortereffes de l'antipape, bien loin de pouvoir attaquer le roi Roger fon protecteur.Lothaire n'avoit pas même de quoi faire fubfifter fa petite armée. Il fut donc réduit à retourner en Allemagne, & célébra à Virsbourg la nativité de la Vierge. Le pape Innocent, ne fe trouvant plus en fureté à Rome après fon départ, revint à Pife. Sur quoi S. epist. 130. Bernard écrivit à cette ville pour la féliciter du secours & de la retraite qu'elle donnoit au pape ; ce qui l'élevoit en quel que manière à la dignité de Rome.

Saint Norbert qui fuivoit l'empereur, étant revenu à Magdebourg, tomba malade peu de temps après. Son corps étoit depuis long-temps affoibli par les auftérités de la pénitence; mais il acheva de fuccomber à la fatigue du voyage, au changement d'air & au mouvement continuel. Il fut quatre mois malade, & mourut le mercredi de la Pentecôte, fixième de Juin 1134, ayant gouverné l'églife de Magdebourg pendant huit ans, & en ayant vécu environ cinquante. L'églife honore fa mémoire le jour de fa mort; mais il n'a été canonifé qu'en 1582, par le pape Gregoire XIII.

Vita are Boll. c. 18.

En France le couronnement du jeune roi Louis avoit irrité quelques feigneurs, qui prétendoient augmenter leur pou. voir après la mort du père; & quelques prélats, qui vouloient s'attribuer l'élection & le couronnement du roi. Louis-le-Gros voyant ces entreprifes, qui tendoient à ôter la couronne de fa famille, en voulut prendre vengeance ; & l'on attribua à fon indignation deux meurtres fameux, qui furent commis affez près l'un de l'autre. Jean IH évêque d'Orléans, qui étoit fort âgé, ayant quitté son évêché, Hugues doyen de la mème église fut élu pour lui fuccéder: mais comme il revenoit de la cour du roi, il fut tué en chemin, & le fiége d'Orléans demeura long-temps fans évêque.

epit. in not. fufior.al ep.

Etienne évêque de Paris étoit allé à Chelle, du confente- 158. S. Bern. ment du roi, & même à fa prière, pour corriger & régler

XXIII.

S.

Thomas de
Victor tue.

Order. lib.

13. p. 895.

& tom. X.

conc. p. 975.

les religieufes. Il avoit pris avec lui l'abbé de faint Victor, AN. 1133. celui de faint Magloire, le fous-prieur de faint Martin, & plufieurs autres, moines, chanoines & clercs. En revenant comme ils paffoient près du château de Gournai, ils furent attaqués par les neveux de Thibaud archidiacre de Paris, vaffaux du feigneur de Gournai, qui avoit dreffé à l'évêque une embufcade fur le chemin. Ils vinrent fondre l'épée à la main fur, cette troupe défarmée: & fans refpecter ni la fainteté du jour qui étoit un dimanche, ni la qualité des perfonnes confacrées à Dieu, ils maffacrèrent Thomas prieur de faint Victor entre les mains de l'évêque, le menaçant lui-même de mort s'il ne fe retiroit promptement. Mais il fe jeta courageufement au milieu de leurs épéès, & retira de leurs mains le prieur demi-mort, & horriblement déchiré, l'exhortant à fe confeffer & à pardonner à fes meurtriers. Il le fit de bon cœur, demanda la rémiffion de ses péchés avec grande componction, reçut le viatique, protesta devant tout le monde qu'il mourroit pour la juftice, & rendit ainfi l'efprit. Ce meurtre fut commis le vingtième d'Août 1133.

L'évêque de Paris publia un mandement adreffé à fes archiprêtres, par lequel il excommunia les auteurs de ce meurtre, leurs complices, ceux qui leur donneroient retraite, ou qui communiqueroient avec eux, s'en réfervant à lui feul l'abfolution. Enfuite frappé de l'horreur de cet attentat, & ne fe croyant pas lui-même en fureté, il fe retira à Clairvaux, d'où il écrivit à Geoffroi évêque de Chartres, légat du faint fiége, une lettre où il lui raconte ce funefte accident, le priant de se rendre à Clairvaux, pour délibérer ensemble fur les moyens d'en prévenir les fuites. Geoffroi vint à Clairvaux fuivant cette lettre ; & par fon autorité de légat, manda aux archevêques de Reims, de Rouen, de Tours & de Sens, & à leurs fuffragans, de fe rendre à Jouare dans le diocèfe de Meaux, pour y tenir un concile. Comme les prélats y étoient af femblés, ils reçurent une lettre de Hugues évêque de Grenoble, fucceffeur de S. Hugues & de Guigue prieur de la Chartreufe, qui les exhortoient à faire juftice du meurtre de Thomas; ce qu'ils firent & frappèrent d'excommunication les coupables.

Saint Bernard étoit alors à Clairvaux au retour d'Allemagne, où il étoit allé faire la paix entre l'empereur Lothaire & les neveux de fon prédéceffeur, Conrad & Frederic. Comme

on

on eut avis que l'archidiacre de Paris s'étoit adreffé au pape, prétendant fe juftifier de ce meurtre; le faint abbé AN. 1133. lui écrivit, de peur qu'il ne fe laifsat furprendre. Et parce Epift. 158. que l'archidiacre difoit, pour fa défenfe, qu'il n'avoit pas tué le prieur : faint Bernard foutient que c'eft lui qui l'a fait tuer par fes neveux. Il le haïffoit, dit-il, & le menaçoit de mort, à cause des exactions illicites fur les prêtres, qu'il ne pouvoit plus exercer à son ordinaire à l'occasion de fon archidiaconé, parce que Thomas s'y oppofoit avec zèle & induftrie. Plufieurs perfonnes dignes de foi témoignent maintenant avoir oui fes menaces. Enfin qu'il dife, s'il le peut, quel aurre sujet ont eu fes neveux de porter leurs mains facriléges fur ce faint prêtre. S'il demeure donc impuni, comme il a l'infolence de te le promettre par votre autorité, lui qui eft la caufe, & comme prefque tous le foupçonnent, l'ordonnateur de ce crime: combien cette impunité produira-t-elle dans l'églife d'actions puniffables? L'un des deux arrivera néceffairement: ou que l'on n'admettra plus aux dignités eccléfiaftiques aucun des nobles ou des puiffans du fiècle, ou que les clercs abuferont de Jeur ministère pour toutes fortes de crimes, parce que, fi quelqu'un eft affez zélé pour s'y oppofer, il s'expofera à étre auffitôt maffacré. Saint Bernard écrivit auffi au pape, Epift. 157. au nom de l'évêque de Paris, une lettre fort pathétique, où il lui représente la perte qu'il a faite en la perfonne du prieur Thomas, qui lui aidoit à porter le poids de l'épifcopat; & finit en difant : fi Thibaud Norier, c'eft l'archidiacre, a recours à vous, n'ayez point d'égard à fes paroles, jufques à l'arrivée de celui que nous devons envoyer, qui vous inftruira plus amplement de la vérité.

153. &c. note

A Orléans Jean intrus dans la dignité d'archidiacre, fai- Epift. tom. foit auffi des vexations auxquelles s'oppofoit le fous-doyen 3. Spicil p Archembaud & quelques autres du clergé. Archembaud en Suf. ad epift. porta fes plaintes à Henri, archevêque de Sens, le fiége so. S. Bern. d'Orléans étant vacant, & au pape Innocent; mais enfin l'archidiacre Jean le fit tuer, vers le même temps du meur

tre de Thomas de S. Victor; & S. Bernard en écrivit au Epift. 161. pape, l'excitant à faire une juftice févère de ces meurtres redoublés. Il feroit très-utile, dit-il, & très-jufte, à ce que plufieurs penfent, que les coupables fuffent privés par votre autorité de toute dignité eccléfiaftique, fans efpérance d'ètre jamais élevés à aucune autre. Pierre, abbé de Clugni, écrivit 1. p. 17.

Tome X.

D

auffi au pape au fujet de ces deux meurtres d'Archembaud AN. 1134. & de Thomas: l'exhortant à les venger par les peines canoniques, & à confirmer la fentence que les évêques avoient prononcée contre eux dans leur concile. C'est ce que fit le pape Innocent par fa conftitution adreffée à Rainal, archevêque de Reims, Hugues de Rouen, Hugues de Tours & Tom. x.conc. leurs fuffragans: où il fait mention des deux meurtres de P. 977 & in Thomas & d'Archembaud, confirme ce que les prélats not. ad epift. S. Bern. 158. avoient ordonné dans le concile de Jouare, & ajoute: mais parce que votre fentence nous paroît trop modérée, nous voulons de plus que, par-tout où les meurtriers feront préfens, on ne célèbre point l'office divin; & que fi quelqu'un les maintient & les favorife, il foit excommunié. Nous ordonnons encore que Thibaud Notier & les autres foient privés des bénéfices qu'ils ont acquis ou confervés par les crimes de leurs parens.

XXIV.

Pife.

Le pape avoit convoqué un concile à Pife, & S. Bernard Concile de y étant appelé, fut obligé de faire un fecond voyage en Italie l'an 1134. Les Milanois avoient fuivi le parti de l'antipape Anaclet & de Conrad, qui s'étoit fait reconnoître roi d'Italic mais voyant que ce prince avoit fait fa paix avec Ep.132.133. l'empereur Lothaire par la médiation de faint Bernard, ils prièrent le faint abbé de les réconcilier auffi avec l'empereur & avec le pape Innocent, qui les avoit excommuniés, & ôté à leur ville la dignité de métropole. Saint Bernard leur écrivit pour les féliciter de leur retour à l'unité de l'églife, & du défir qu'ils témoignoient de rétablir la paix dans le pays: s'excufant de ne pas aller chez eux, parce qu'il étoit preflé de fe trouver au concile, & promettant de les fatisfaire au retour.

Chr. Bern,

Etant arrivé à Pife il affifta au concile, qui fut grand, comme étant compofé de tous les évêques d'Occident. Le faint abbé affiftoit à toutes les délibérations & à tous les jugemens: il étoit respecté de tout le monde, & on voyoit les évêques attendre à fa porte; mais ce n'étoit pas le fafte qui le rendoit de difficile accès, c'étoit la multitude de ceux qui vouloient lui parler: enforte que, malgré fon humilité, il fembloit avoir toute l'autorité du pape. En ce concile on excommunia de nouveau Pierre de Léon, & on dépofa fes Tom.x.conc. fauteurs fans efpérance de rétabliffement. Alexandre, ufurpateur de l'évêché de Liège, y fut dépofé, & mourut de chagrin peu de temps après qu'il en cut appris la nouvelle.

F. 90.

Vita S. Bern.

II. C.

[ocr errors]

AN. 1134.

On rapporte auffi à ce concile la canonifation de S. Hugues de Grenoble, faite à Pife par le pape Innocent, de l'avis Epift. ult. des évêques & des cardinaux : comme il paroît par fa lettre du vingt-deuxième d'Avril, adreffée à Guigue, prieur de la Chartreuse, à qui il ordonne d'écrire la vie du faint, comme en ayant une connoiffance particulière, & Guigue

l'exécuta.

Petr. Clun. 1.

Au retour du concile plufieurs prélats étant encore en Tofcane, furent attaqués en chemin & maltraités. Leur troupe étoit grande, compofée d'archevêques, d'évêques, ep. 27. d'archidiacres, & d'autres clercs diftingués, d'abbés & de moines. Ils furent difperfès, pillés, bleffès, pourfuivis l'épée à la main, quelques-uns pris & enfermés dans les châteaux voifins. L'archevêque de Reims, après avoir été infulté & bleffe, fans refpect pour fon âge & fa dignité, fut mis en prifon: l'évêque de Périgueux fut traité de même. L'archevêque de Bourges & celui de Sens, ayant perdu prefque tout ce qu'ils avoient, arrivèrent à grande peine à Pontremoli: mais ils y furent arrêtés pour la feconde fois avec l'archevêque d'Embrun, l'évêque de Troyes bleffé d'un coup de lance, qui l'avoit fait tomber de fon cheval, les évêques de Limoges, d'Arras, de Bellai, de Rennes, & d'autres; les abbés de S. Martial de Limoges, de Vezelai, de faint Germain de Paris, de Corbie, de Bourgueil, plufieurs autres : la ville de Pontremoli étoit remplie de ces prélats. Pierre, abbé de Clugni, qui étoit de leur troupe, s'y rendit avec eux, & à leur prière il écrivit au pape Innocent cette lamentable hiftoire, le priant d'exercer en cette occafion la févérité de fa juftice; & d'étendre la punition non-feulement fur les auteurs du crime, mais fur tout le diocèfe de Lune, dont l'évêque, au lieu de les accompagner toute une journée, n'avoit pas fait avec eux une lieue. Mais les cenfures eccléfiaftiques étoient de foibles armes contre de tels ennemis.

Après le concile de Pife le pape envoya faint Bernard à Milan où il étoit tant défiré, & avec lui deux cardinaux, Gui, évêque de Pife, & Matthieu, évêque d'Albane, pour réconcilier à l'églife les Milanois, & les abfoudre du fchifme où leur archevêque Anfelme les avoit engagés. Saint Bernard fit trouver bon aux deux cardinaux de mener avec eux Geoffroi, évêque de Chartres, dont il avoit reconnu le mérite en plufieurs occafions. Les Milanois vinrent à grandes

XXV.

S. Bernard

à Milan.

Vita lib. 11. c. 2. n. 9.

« AnteriorContinuar »