Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors]

T A BLES CHRONOLOGIQUES

DES PRINCES QUI ONT REGNÉ DANS L’ASIE.

LIVRE SEPTIEME.

L ES

PERSANS,

ET LES AUTRES NATIONS VOISINES,

'HISTOIRE des anciens Persans nous seroit presque
entierement inconnue, si les Ecrivai

LA PERSE, l'avoient conservée. Ce n'est pas cependant que les Perfans aient négligé de l'écrire , mais ils y ont ajouté tant de fables , & ils ont mis une si grande confusion dans les listes de leurs Princes , qu'il est impossible de concilier ce qu'ils rapportent des anciens Rois de Perle avec ce que les Grecs , qui étoient contemporains de cet Empire , en ont écrit. Il est visible que les Persans ont confondu les Rois des Chaldéens , des Assyriens, des Medes, des Babyloniens avec ceux de Perse ; qu'ils en ont drellé une liste pưu exacte & tronquée. Les détails historiques sont incertains , & ne nous ont été transmis que par des Ecrivains qui ont vécu depuis

le Mahométisme. Il devoit cependant rester d'anciens moLA PERSE. numens, mais l'ignorance des premiers Musulmans & leur

zele indiscret les ont fait détruire , & après l'établissement du Mahometime il s'est trouvé peu de Sçavans qui entendissent & scullent lire l'ancienne langue des Persans , qui avoit un caractère différent de celle d'aujourd'hui. Les Ghebres seuis en avoient conservé la connoissance, mais ils ne com

muniquoient point avec les Musulmans leurs persécuteurs. Hadgi

Un Ecrivain moderne prétend que l'inventeur des ancienkhalfa. nes lettres Perfannes étoit Dzohak. D'autres les attribuent

à Pheridoun , l'un & l'autre Rois de Perse. Ben abadous remarque qu'avant le regne de Ghuschtasp , c'est apparemment Darius , fils d'Hyftaspe, les anciens Persans avoient peu de livres , parce qu'il ne leur étoit pas perinis d'en composer , & qu'ils ne commencerent à s'adonner aux Sciences que

fous Zerdascht, ou Zoroastre , que quelques-uns regardent comme le fondateur de la religion des Mages ou des Adorateurs du Feu ; & d'autres, comme le restaurateur ou le réformateur.

Les anciens Persans avoient plusieurs langues qui avoient cours dans leur Empire. La premiere étoit le Pehlevi, ainsi nommée du mot Pehla, par lequel on désignoit anciennement cinq villes capitales , sçavoir

, Ispahan, Reï, Hamadan, Nehavend , & Adherbidgiane. On la parloit dans ces villes. La seconde étoit le Deri , c'est-à-dire , la langue de la Cour. On la parloit à Madain , dans le Khorasan & à Balkh. La troisieme étoit le Farsi , ulitée dans la province de Perse appellée Fars. Elle étoit encore la langue des Sçavans & des Maubed ou Prêtres. La quatrieme étoit le Khouzi, dont les Rois & les Grands se servoient dans leur particulier, avec les Officiers de leur maison. Enfin la cinquieme étoit le Souriani, c'est-à-dire, le Syrien. Elle étoit en usage parmi les habitans de la Chaldée ; les lettres mislives étoient écrites dans une langue composée de Syriaque & de Persan. On prétend que les anciens Persans ont été fort adonnés à la Médecine & à l’Astronomie ; qu'ils avoient fait des observations , & composé des syftêmes sur les révolutions célestes ; mais il y a beaucoup d'apparence que ces connois,

sances VII. LES PERSA NS

. 397 sances dans l'Astronomie doivent être attribuées aux Chal

LA PERSE déens , que les Orientaux confondent ici avec les Perfans.

Le plus ancien Roi de Perse est appellé Kaïoumarreth , les Persans lui donnent encore le nom de Ghil-schah , c'està-dire , le Roi de la terre, ou de la boue , & ils croient qu'il est le même qu'Adam. Jusqu'au regne de Thamourasp ils adorerent un seul Dieu , & n'eurent d'autre religion que celle des Patriarches. Ce Prince introduisit dans les Etats le Sabiisme , qui y sublista pendant l'espace de mille ans. Ensuite Zoroastre parut , prêcha le culte du Feu , & cette nouvelle religion devint la dominante. Toutes ces traditions peuvent avoir quelque fondement , mais il est du devoir d'un Historien d'avertir que les sources dont elles sont tirées, ne portent pas avec elles un caractère de certitude qui les puisse faire adopter sans examen. C'est aux Sçavans qui s'appliquent à éclaircir l'histoire & l'antiquité de ces peuples , à examiner si l'on peut les concilier avec les recherches qu'ils ont faites dans les Ecrivains des autres nations. Il en est de même des listes des Rois de Perse que nous transcrivons ici.

I.
Dynastie des PiscHDADIENS.
Kaïoumarreth , fondateur de cet Empire , demeuroit , sui-
vant les Historiens Orientaux , dans l’Adherbidgiane. Nous
avons remarqué que quelques-uns le regardoient comme
Adam. D'autres pensent qu'il est le même que

Noé. Beida vi
le fait fils de Velad, fils de Sem , fils de Noé.
Kaïoumarreth.
Siamek, fils de Kaïoumarieth.
Houschenk.
Thamourath , surnommé Diwbend.
Dgiamschid.
Dzohak, surnommé Alvani. Le nom de Dzohak a beaucoup de ressem-

blance avec celui de Dejocès.
Pheridoun.
Iradge.
Kouschenk.
Manoucheher.
Naoudar.
Aphrasiab , Roi du Turkestan, entre en Perse, & s'en empare.
Introd, Tom. 1. Part. I,

Dad

JA PERSE. Zab, frere de Naouadar.

Ghourschafp, fils de Ghuschtasp.

On prétend que le Roi du Turkestan s'empara de la plus grande partie de ses Etats.

I I.

3

Dynastie des KAIANIENS.
Cette Dynastie doit être celle que les Ecrivains Grecs
ont connue, mais on ne peut pas concilier cette liste avec
celle qu'ils donnent. Kai-kobad, descendu de Manouche-
her , en est le fondateur. Il chassa de la Perse Aphrasiab
Roi du Turkestan.
Kai-kobad. Kai signifie un géant, un brave.
Kai-kaous , fils , ou petit-fils de Kai-kobad.
Kai-khosrou, fils de Šiavesch, fils de Kai-kaous.
Lohorasp , fils d'Orond-schah, fils de Kai, fils de Kai-kobad.
Ghuschtasp, fils de Lohoralph. Ce nom répond à celui d'Hyftaspes.
Iphendiar, fils de Ghufthtasp. Le nom d'Apanda que l'on donne à Af-

tyages, pourroit être une corruption de celui d'Isphendiar, ou Al

phendiar. Kai bahaman , fils d'Isphendiar. Il est surnommé Ardschir dirazdest.

Ardschir répond au mot Artaxerxes, & Dirazdest signifie longue

main ; c'eft l'Artaxerxes longue-main des Ecrivains Grecs.
Homai, fille & femme de Kai-bahaman.
Darab , fils de Kai-bahaman.
Dara , fils de Darab.

Ce Prince est le Darius des Grecs vaincu par Alexandre le Grand. On sera étonné de ne point voir dans cette liste le nom de Cyrus. Tel est l'état de l'ancienne Histoire de Perse chez les Orientaux.

II 1. Ceux qui se sont emparés de la Perse après la mort d’A lexandre le Grand , sont nommés par les Orientaux Aschkaniens. On les appelle encore Noulouk thaouaif , c'est-àdire, les Rois des nations. On les divise en deux classes. 1°. Les Aschkaniens ; 2°. les Afchghaniens. Aschek , qui descendoit de Dara , en est le fondateur. Il étoit aulli nonmé Arschak.

Les ASCHKANIENS,

LA PERSE,
Aschek I.
Aschek II, fils d'Aschek I.
Schah-por.
Bahram.
Balasch.
Hormodz, fils de Balasch.
Narsi, fils de Balasch.
Phirouz , fils d’Hormodz.
Balasch , fils de Phirouz.
Khosrou, cousin de Phirouz.
Balaschan , fils de Balasch.
Ardavan , fils de Balasch.
Ardavan , fils d'Aschkan.
Khosrou, fils d’Aschkan.
Balasch , fils d'Aschkan.
Ghudarz , fils d'Aschkan.

Les AscHGHANIENS;
Aschagh.
Khosrou.
Ghudarz.
Narfi.
Ardei'an.
Ardevan.

Cette liste est peu exa&te , & on ne doit y faire aucune attention. Les Princes, dont il s'agit , sont les mêmes que les Rois Parthes, ou les Arsacides, dont voici la liste donnée

par les Ecrivains Grecs. J'y ajoute les noms Orientaux qui sont toujours défigurés par les Grecs & les Romains.

Avant Vaillant;
J. C. Hift. Part.

Premiere Branche.

Arsaces , ou Arschak. Il prenoit le titre de Roi des Rois, en Per-254

san , Schahan-schah. Arfaces Tiridates , ou Tridat, frere d'Arfaces.

217 Arfaces Artaban, ou Ardavan, fils de Tiridates.

197 Arsaces Phriapatius, fils d’Artaban.

182 Arsaces Phrahates, fils de Phriapatius.

174 Arsaces Mithridates, ou Mirdar , fils de Phriapatius.

137

« AnteriorContinuar »