Imágenes de páginas
PDF
EPUB

BOISSAT.

ne voulut plus le voir pendant tout P. DE le tems qu'elle demeura à Vienne. Quelque tems après l'Academie' d'Avignon le mit au nombre de fes Membres; & Gafpar Lafcaris ViceLegat de cette Ville, le fit Comte" Palatin, qualité qu'il prit toujours depuis.

Il mourut le 28. Mars 1662. âgé de 58. ans.

Cherier, qui dans fa vie lui donne de grandes louanges, aufquelles l'amitié qui les uniffoit paroît avoir eu quelque part, avoue qu'il avoit la foibleffe de croire tout ce qu'on fui difoit des forciers & des revenans, & de ne pouvoir jamais refter feul pendant la nuit dans une

chambre.

Catalogue de fes Ouvrages.

1. Hiftoire Negrepontique, contenant la vie & les amours d'Alexandre' Caftriot, arriere-neveu de Scanderbeg, & d'Olimpe la belle Grecque, de la Maifon des Paleologues; tirée des manufcrits d'Ottavio Finelli, & traduite par Jean Baudouin. Paris 1631. in-8°. Chorier dit que ce fut P. Boiffat qui fit cet Ouvrage à la priere KK iiij

[ocr errors]

P. DE de Jean Baudoin, & qui l'acheva en BOISSAT. vingt jours; & que Baudoin, qui fut chargé de l'impreffion, le publia fous fon nom, fans faire mention de Boiffat, qui ne s'en plaignit point, & qui, quoique l'action lui déplut, la lui pardonna fans peine en faveur du profit qu'il y faifoit, & dont il avoit un grand befoin. M. de la Monnoye dans une note fur les Jugemens des Sçavans de Baillet, dit que Chorier n'en doit point être crû fur ce fait; la chofe eft cependant affez circonftanciée dans cet Auteur, qui avoit été en grande liaifon avec Boiffat, pour ne point rejetter fi facilement fon autorité.

2. Les Fables d'Efope, illuftrées de Difcours Moraux, Philofophiques &Politiques. Par Jean Baudoin. Paris 1633. in-8°. Chorier dit encore de cet Ouvrage la même chofe que du précedent, & affure que Boiffat fit cct Ouvrage en quinze jours, pendant une legere maladie qu'il cut ; & M. de la Monnoye recufe de même fon autorité.

3. Relation des Miracles de NotreDame de l'Ozier. (en Latin & en

.

François) avec des Vers à la loüange P. DE
de la fainte Vierge en cinq Langues BOISSAT.
(Grecque, Latine, Espagnole, Ita-
lienne & Françoise.) Lyon 1659.
in-8°. Voici l'origine de cette de-
votion, telle qu'elle eft rapportée
par Chorier. Un Huguenot, fe met-
tant peu en peine de fêter le jour de
l'Annonciation de la Vierge, s'a-
vifa ce jour-là d'aller tailler un
ofier, qui rendit du fang par tous
les endroits où il avoit été couppé.
Chorier avoue qu'il y en avoit plu-
fieurs qui prétendoient que c'étoit
une chofe qui arrivé ordinairement
à ces fortes d'arbres, lorsqu'on les
taille après l'hyver; non pas que
ce foit du fang, mais feulement une
liqueur rougeâtre. Cependant, dit-il,
les prodiges qui arriverent en ce lieu
firent connoître qu'il y avoit du miracle.
Qu'importe après tout, continuë-t'il,
quelle voye on prenne pour arriver à la
pieté, puifque cette voye, telle qu'elle
foit, conduit toujours au falut? Prin-
cipe des plus faux & des plus con-
traires aux regles de la Religion &
de la Raifon.

4. Morale Chrétienne. Gui Allard,

P. DE dans fa Bibliotheque du Dauphine, BOISSA T. parle de cet Ouvrage comme d'un Livre imprimé. C'est tout ce que j'en peux dire.

5. Ses Compofitions Latines,tant en Profe qu'en Vers, ont été imprimées in-fol. Mais on n'en connoît qu'un exemplaire, qui eft dans la Bibliotheque du College des Jefuites de Lyon, où il n'y a ni frontifpice, ni préface, & où il manque par-ci par-là quelques feuillets, à la place defquels on a mis du papier blanc. M. l'Abbé d'Olivet & M. le Clerc, qui l'ont vû, nous inftruifent de ce qu'il contient, le premier dans fon Hiftoire de l'Academie Françoife, & le fecond dans fa Bibliotheque de Richelet; ainfi je rapporterai ici ce qu'ils en difent. M. d'Olivet foupçonne que» cet exem» plaire étoit originairement celui » de l'Auteur, & que n'ayant pas » voulu s'en priver tout-à-fait, du » moins il prit le parti de le mu>> tiler afin "' fes. Ouvrages » ne lui furvêcuffent pas en leur en» tier. Car on m'a dit, ajoûte-t'il, »que peu de tems avant fa mort ‚a

que

[ocr errors]

l'édition prête à paroître, il la P. DE fupprima par délicateffe de con- BOISSA To >> science , de peur qu'elle ne lui » attirât des louanges. Il paroît, felon M. l'Abbé le Clerc, que l'impreffion en fut commencée en 1649. & qu'elle alla fort lentement, & il conjecture que Boiffat ne fit tirer qu'un petit nombre d'exemplaires.

Au refte le Livre eft divifé en deux parties, dont la premiere contient les Pieces en Profe, & la feconde celles qui font en Vers.

A la premiere partie les huit premieres pages manquent. A la page 9. commencent les Relations des expeditions, où M. de Boiffat s'étoit

[ocr errors]

trouvé.

La premiere eft, Pufinenfis Olfi-dio. Ce fiege du Pouffin, petite Ville du Vivarais, eft apparemment de

l'an 1622.

P. 25. Navigatio Melitenfis. Boiffat ne date rien; il dit feulement qu'il fit ce voyage lorfque le grand galion & les galeres de Malthe vinrent prendre port à Marseille, ce qui arriva, fuivant l'Abbé de Vertot, vers la fin de l'an 1622. Boissat:

« AnteriorContinuar »