Imágenes de páginas
PDF
EPUB

qu'il avoit commencé contre les Acephales , & en composa un autre pour la condamnation des AN. 546. trois chapitres : ou plutôt Theodore de Cappadoce le composa sous le nom de l'Empereur. Il est en forme d'édit ou de lettre adressée à tou- to. 5.60me, te l'Eglife, & porté le titre de confession de 8.683. foi.

En effet l'Empereur y expose d'abord fa créance sur la Trinité, puis sur l’Incarnation , où il s'étend davantage , & explique cette expreffion de faint Cyrille : Une nature incarnée. Il p 690.6. declare ensuite qu'il reçoit les quatre conciles P. 702. D. generaux ; & ajoûte treize anathêmes , dont P.703. les dix premiers ne contiennent que la doctrine catholique sur l'Incarnation : mais les trois derniers portent la condamnation expresse des trois chapitres en ces termes : Si quelqu'un défend p. 7060 Theodore de Mopsueste & ne l'anathematise pas , lui , ses écrits & ses sectateurs , qu'il soit anathême. Si quelqu'un défend les écrits de Theo- P:707. doret faits pour Neftorius contre faint Cyrille & contre fes douze articles : si quelqu'un les louë & ne les anathématise pas , qu'il soit anathême. Si quelqu'un défend la lettre impie , que l'on dit avoir été écrite par Ibas à Maris Persan heretique : fi quelqu'un la défend en tout ou en partie & ne l'anathématise pas , qu'il soit anathême. Er chacun de ses articles sont exprimées les principales erreurs attribuées à Theodore, à Theodoret & à Ibas.

Ensuite l'Empereur répond à quelques obje. Štions. Que le concile de Calcedoine a approuvé la lettre d'Ibas : que l'on peut condamner les er- 8.714. D. reurs de Theodore de Mopfueste fans condamner sa personne : enfin que l'on ne doit point condamner les morts, ce qu'il traite fort au long. La conclufion est , que fi quelqu'un ne se rend pas à cette doctrine , il en rendra compte

[ocr errors]
[ocr errors]

:

[ocr errors]
[ocr errors]

au

au jugement de Dieu : ainsi c'est plûtôt une inAn. 546. ftruction qu'une loi. Elle est fans date , mais on

convient qu'elle fut publiée l'an 546. XXII. On obligea tous les Evêques à y souscrire, &

Souscri: l'Empereur leur écrivit des lettres très.pressanptions des Evêques.,

tes; premierement Mennas Patriarche de C.P. Facund. qui d'abord en fit difficulté, disant

que

c'étoit IV.c.4.2 contrevenir au concile de Calcedoine : toutefois Via. Tun. il fouscrivit. Etienne Diacre & Legat de l'Eglise An. 549.

Romaine à C. P. qui avoit succedé à Pelage, fit des reproches à Mennas d'avoir ainsi varié,

après avoir promis de ne rien faire sans le faint Siege. Mennas lui répondit, qu'il ne s'étoit rendu, que parce qu'on lui avoit promis avec serment , de

lui rendre sa souscription , fi l'Evêque de Rome Facund. ne l'approuvoit pas. Toutefois le Diacre Etienne IV.6.3. se retira de la communion de Mennas; & ne re

çut ceux qui avoient communiqué avec lui, qu'aId. cont. près qu'ils en eurent fait satisfaction. Dacius de Moc.pes75. Milan & plusieurs autres Evêques qui se trou8.171.

voient à C. P. se separerent de la communion de Mennas : & un grand nombre d'autres Catholiques.

Zoïle Patriarche d'Alexandrie souscrivit la condamnation des trois chapitres. Ephrem d'Antioche en aiant reçu l'ordre refusa d'abord d'y obéir : mais après qu'on l'eut menacé de le chalfer , il se rendit. Pierre de Jerusalem déclara avec ferment devant une grande multitude de Moines , qui s'étoient assemblez auprès de lui , que fi quelqu'un consentoit à ce nouveau decret, il faisoit contre le concile de Calcedoine; & toutefois il y consentit comme les autres. Plusieurs Evêques protesterent contre les souscriptions que

Mennas de C. P. les obligeoit de donner, comVid. Tun.

me contraires au concile ; & en donnerent des an. 549.

libelles au Diacre Etienne pour les envoier au PaLib. brev. pe. On recompensoit liberalement les Evêques qui approuvoient la condamnation des trois cha

[ocr errors]

pitres;

in fine.

[ocr errors]

pitres; ceux qui le refusoient étoient déposez , ou envoiez en exil; plusieurs s'enfuirent & se cache- An. 546. rent. Le scandale fut-tel, que Theodore de Cappadoce disoit lui-même depuis : que Pelage & lui meritoient d'être brûlez vifs , pour l'avoir excité. Les deux Patriarches d'Antioche & de Jerufalem moururent peu de tems après : à Ephrem succeda Domnus, & à Pierre Macaire, l'un & l'autre second du nom. Ephrem avoit écrit plusieurs ouvrages pour la défense du concile de Calcedoine, de faint Cyrille, & de faint Leon, dont Phothius nous a conservé des extraits. On Phod. cod.

228. :7746 y trouvoit les actes d'un concile d'Antioche, où

cod. 229. po Syncletique Evêque de Tarse avoit été accusé 789.8.7817 comme suspect d'Heresie, parce qu'il avoit reçu de quelques personnes des libelles qui n'étoient pas orthodoxes. On accusoit aussi le moine Etienne fyncelle de Syncletique; & ils furent tous deux convaincus de l'erreur d'Eutychés. Mais enfin on obligea Synclerique à profeffer la Foi catholique.

Cette même année 546. il y eut differens avis XX111: à C. P. touchant le jour de Pâque. Le peuple Erreur sur

la Pâque. croiant que ce devoit être le premier jour d’A

Tneopha vril, fit le dernier jour gras le Dimanche qua- an. 19. triéme de Février : mais l'Empereur mieux in- p.190, formé ordonna, que l'on vendît encore de la chair toute la semaine jusqu'au dimanche suivant onziénie de Février : parce que Pâque ne devoit être que le huitiéme d'Avril. Les bouchers tuerent & étalerent : mais personne n'acheta ni ne mangea

de la viande. On ne laissa pas de celebrer la Pâque comme l'Empereur l'avoit ordon-, né; & il se trouva que le peuple avoit trop jeû-, né d'une semaine. Les Grecs commencent leur Goar. nori abstinence après le Dimanche que nous nommons in Theopho de la sexagesime, & eux Tes Apócreos : c'est-à- P.594: dire le Dimanche gras. Le lundi suivant & toute la semaine ils ne mangent plus de viande,

mais seule

5

>

prend Ro

me

seulement des laitages & des oeufs : d'où vient An. 546. le nom du Dimanche de la Quinquagesime qu'ils

appellent Tes tyrophágou : c'est-à-dire le Dimanche du fromage. Le lundi suivant ils entrent en carême , & commencent le jeûne & l'entiere abstinence, non seulement des aufs & des laitages, mais du poisson & de l'huile. La raison pourquoi ils commencent plûtôt que nous,

est qu'ils ne jeûnent point les samedis non plus que

les Dimanches, excepté le Samedi faint. XXIV. Cependant le Pape Vigile aiant eu ordre de Torila l'Empereur d'aller à C.P.,

demeura long-tems en Sicile. Il y vit Dacius Evêque de Milan, qui s'éProcop. III. toit retiré à C. P. en 539. après que fa ville eut Goth.c.16. été ruinée par les Goths : & y retourna avec le

Facund, IV. 6.3.

Pape, de qui il apprit ce qui se passoit à C. P. cont. Moc, & le scandale que causoit la condamnation des P. 675. trois chapitres. Zoïle patriarche d'Alexandrie

aiant appris que le Papé venoit, envoia au-devant

de lui en Sicile : se plaignant qu'il avoit été conProcop. III. traint de fouscrire à cette condamnation. PenG. 6,15

dant ce séjour le Pape envoia de Sicile grand nombre de vaisseaux chargez de bled pour

fecourir 6,16.

Rome assiegée par les Goths : mais les vaisseaux furent pris par les ennemis à Porto , & Rome demeura affamée : c'étoit à la fin de l'an 546. önziéme de cette guerre. Alors le Diacre Pelage emploia une grande partie de l'argent qu'il avoit apporté de C. P. à soulager le peuple : ce qui accrut beaucoup fa reputation deja grande. Les Romains pressez de la famine le prierent ďaller trouver Totila , pour obtenir une tréve de quelques jours : promettant de se rendre, fi

dans ce terme il ne leur venoit du secours de 6.20. C.P., mais il n'en put rien obtenir. Enfin Totila

prit Rome par intelligence le feiziéme des calenMarcell.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

des de Janvier, la fixiéme année après le consulat de Basile, indiction dixiéme : c'est-à-dire le dixseptiéme de Decembre 546.

Toti

chr.

[ocr errors]

:

[ocr errors]

BIBLIOTECA

Totila vint faire ses prieres dans l'Eglise de saint Pierre , où plusieurs des principaux Ro- An. 54.6. mains s'étoient refugiez. Le Diacre Pelage y vint, tenant l'Evangile entre ses mains , & dit à Totila : Seigneur, épargnez les vôtres. Totila répondit en lui insultant : Vous venez donc à present en posture de suppliant? C'est, dit Pe. lage, parce que Dieu m'a foůmis à vous : mais, Seigneur, épargnez vos sujets. Totila se rendit à ses prieres, & défendit aux Goths de tuer perfønne & d'insulter aux femmes': mais il permit le pillage. Ainsi les Senateurs & les plus riches citoiens furent reduits à l'aumône : entr'autres Rufticienne veuve de Boëce & fille de Symmaque, qui avoit toûjours été très-liberale envers les pauvres. Les murailles de Rome furent abbatuës, quelques maisons ruinées , & la ville reduite en folitude pendant plus de quarante jours : enforte qu'il n'y demeura que des bêtes. Totila se retira après ce pillage; & Belisaire, qui étoit arrivé en Italie, vint ensuite à Rome, & com- Procopi mença à relever ses murailles.

6.14 Pelage & un autre Diacre de l'Eglise Romai- XXV:

Africains ne nommé Anatolius , aiant appris la condamnation des trois chapitres , & prenant soin de trois chapil'Eglife , comme il étoit de leur devoir en l'ab- tres.

Facundo sence du Pape , écrivirent à Ferrand Diacre de Carthage , de déliberer serieusement sur cette affaire avec son Evêque & les autres , qu'il connoîtroit les plus zelez & les plus inftruits , & demander leur commune resolution. Dans la lettre ils ne dissimuloient pas , que cette condamnation avoit été faite par la suggestion des Acephales contre le concile de Calcedoine & la lettre de saint Leon. Ferrand ne répondit que long- in aper. tems après , & toutefois avant que les Eglises Ferr, edhe d'Afrique se fussent declarées; & dans sa repon

150. se, que nous avons, il dit, que l'on ne peut exa

[ocr errors]

pour les

IV.6.3

[ocr errors]
[ocr errors]

1649. p.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »