Imágenes de páginas
PDF
EPUB

lorsque Don Cléofas Léandro Pérez Zambulo, Ecolier d'Alcala , fortit brufquement par une lucarne d'une maison où le fils indiscret de la Déesse de Cithere l'avoit fait entrer. Il tâchoit de conserver sa vie & fon honneur, en s'efforçant d'échapper à trois ou à quatre

à Spadaílins qui le suivoient de près pour le tuer , ou pour lui faire épouser par force une Dame avec laquelle ils venoient de le surprendre.

Quoique seul contr'eux , il s'étoit défendu vaillamment , & il n'avoit pris la fuite, que parce qu'ils lui avoient enlevé son épée dans le combat. Ils le poursuivirent quelque temps sur les toits ; mais

; il trompa leur poursuite à la faveur de l'obícurité. Il marcha vers une lumiere qu'il apperçut de loin, & qui, toute foible qu'elle étoit , lui servit de fanal dans une conjoncture si périlleuse. Après avoir plus d'une fois couru risque de se rompre le cou ; il arriva près d'un grenier d'où sortoient les rayons de cette lumiere, & il entra dedans par la fenêtre, aussi transporté de joie qu'un Pilote qui voit heureusement surgir au port lon vaisseau menacé de naufrage.

Il regarda d'abord de toutes parts, & fort étonné de ne trouver personne dans

ce

[merged small][ocr errors]

ce galetas , qui lui parut un appartement assez singulier , il se mit à le considérer avec beaucoup d'attention. Il vit une lampe de cuivre attachée au plafond, des livres & des papiers en confusion sur une table , des phioles & des quadrans de l'autre : ce qui lui fit juger qu'il demeuroit au-dessus quelque Afrologue , qui venoit faire les observations dans ce réduit.

Il rêvoit au péril que son bonheur lui avoit fait éviter, & délibéroit en luimême s'il demeureroit-id jusqu'au len demain, ou s'il prendroit un autre pare ti , quand il entendit pousser un long soupir auprès de lui. Il s'imagina d'abord que c'étoit quelque fantôme de son esprit agité, une illusion de la nuit ; c'est pour quoi, fans s'y arrêter, il continua toutes ses réflexions.

Mais ayant oui soupirer pour la se> conde fois, il ne douta plus que ce ne fût une chose réelle ; & bien qu'il ne vît personne dans la chambre

il ne laissa pas de s'écrier : Qui dịable soupire ici ? C'est moi, Seigneur Ecolier , lui répondit aussi.tôt une voix qui avoit quelque chose d'extraordinaire. Je suis depuis six mois, dans une de ces phio. les bouchées. Il loge en cette maison

A 2

ܪ

[ocr errors]
[ocr errors]

و

[ocr errors]
[ocr errors]

:

[ocr errors]
[ocr errors]

un sçavant Aftrologue , qui est Magicien. C'est lui qui par le pouvoir de lon Art , me tient enfermé dans cette étroite prison. Vous êtes donc un esprit , dit Don Cleofas un peu troublé de la nouveauté de l'avanture. Je suis un Démon repartit la voix. Vous venez ici fort à

propos pour me tirer d'esclavage. Je languis dans l'oisiveté ; car je luis le Diable de l'Enfer le plus vif & le plus laborieux.

Ces paroles causerent quelque frayeur au Seigneur Zambulo ; mais comme il étoit naturellement courageux ,

il se raffura , & dit d'un ton ferme à l'Ef

à prit : Seigneur Diable , apprenez-moi, s'il vous plaît , quel rang vous tenez parmi vos Confreres: si vous êtes un mon noble ou roturier. Je suis un Diable d'importance , répondit la voix, & celui de tous qui a le plus de réputation dans l'un & l'autre Monde. Seriez-vous par hazard, repliqua Don Cleofas, le Démon qu'on appelle Lucifer ? Non, rem partit l'Esprit : C'est le Diable des Charlatans. Etes-vous Uriel , reprit l'Ecolier? Fi donc , interrompit brusquement la voix ; c'est le Patron des Marchands , des Tailleurs, des Bouchers , des Boulangers, & des autres voleurs du Tiers-Etat.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

و

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Vous êtes peut-être Belzébut dit Léandro. Vous mocquez-vous, répondit l'Esprit ? c'est le Démon des Duegnes & des Ecuyers. Cela m'étonne , dit Zambulo ; je croyois Belzébut un des plus grands personnages de votre Compagnie. C'est un de ses moindres Sujets, reparțit le Démon. Vous n'avez pas des idées justes de notre Enfer.

Il faut donc reprit Cléofas que vous soyez Léviathan , Belphégor, on Astarot. Oh ! pour ces trois-là, dit la voix , ce sont des Diables du premier ordre. Ce sont des Esprits de Cour. Ils entrent dans les Conseils des Princes, animent les Ministres, forment les ligues , excitent les foulevemensdans les Etats, & allument les flambeaux de la guerre. Ce ne sont pas-là des maroufles comme les premiers que vous avez nommés. Eh ! ditesmoi, je vous prie , repliqua l'Ecolier quelles sont les fonctions de Flagela Il est l'ame de la Chicane , & l'Esprit du Barreau , repartit le Démon. C'est lui qui a composé le Protocolle des Huisliers & des Notaires. Il inspire les Plaideurs, possede les Avocats , & obsede les Juges.

A3

Pour

[ocr errors]

)

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Pour moi j'ai d'autres occupations : je fais des mariages ridicules ; j'unis des Barbons avec des Mineures, des Mai. tres avec leurs Servantes, & des Filles mal dotées avec de tendres Amans qui n'ont point de fortune. C'est moi qui ai introduit dans le monde le luxe , la débauche, les jeux de hazard & la Chimie. Je suis l'inventeur des Carousels, de la Danse, de la Musique , de la Coc médie & de toutes les modes nou. velles de France. En un mot, je m'appelle Asmodée , furnommé le Diable Boiteux.

Hé quoi ! s'écria Don Cleofas, vous seriez ce fameux Asmodée , dont il est fait une fi glorieuse mention dans Agrippa & dans la Clavicule de Salomon Ah ! vraiment , vous ne m'avez pas dit tous vos amusemens. Vous avez oui. blié le meilleur. Je sçai que vous vous divertissez quelquefois à soulager les Amans malheureux. A telles enseignes que l'année passée, un Bachelier de mes amis obtint par votre secours , dans la Ville d'Alcala les bonnes graces de la femme d'un Docteur de l'Université, Cela est vrai , dit l'Esprit. Je vous gardois celui-là pour le dernier. Je suis le Démon de la Luxure , ou pour para

ler

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »