Imágenes de páginas
PDF
EPUB

27. Juin 1734. & la bataille de Gastualla sur les Impériaux par l'armée des Alliés en Italie commandée par le Roi de Sardaigne en Chef, & les Maréchaux de Coigny & de Brogle le 19. Septembre 1734. sont les deux derniéres. Il y a eu aussi un nombre considérable de batailles navales, gagnées dans le Nord, le Ponent , & le Midi sur l'Oceani & la Méditerranée par les vaisseaux, & les galeres de France, beaucoup de combats particuliers, comme l'avantage de nos quatre vaisseaux François sur six vaisseaux Anglois le 17. Janvier 1741 , & enfin un grand nombre de places fortes alfiegées, prises,& reprises par les François dans tous les tems de Guerre à la gloire du Roi, de ses Prédeceffeurs, & de la Nation Françoise, qui s'est encore signalée au dernier liege de Philisbourg.

Une armée rangée en bataille, est celle, où les troupes font rangées en bon ordre des deux côtés, sans être enfermées par des retranchemens. On dit livrer , donner, présenter bataille,

BATAILLE, fe dir aussi d'une armée préte à combattre. Le champ de bataille elt le terrein, où l'on combat, le parti qui s'est tendu maître du champ de bataille , & qui a contraint son Ennemi de se retirer a rem. porté la victoire.

BATAILLON, est un corps d'Infanterie de fix cens hommes. Les bataillons font composés d'un nombre de compagnies, & d'hommes, qui varie selon que le Roi le juge à propos, suivant les conjectures. Quand dans les places de guerre il y a

a plusieurs Regimens, & que des compagnies

[ocr errors]
[ocr errors]

>

de ces Regimens l'on forme un bataillon celles du plus ancien corps prennent la droite, celles du second tiennent la gauche, les autres compagnies des Regimens nioins anciens prennent successivement leur rang à droit , & à gauche. Pour les Officiers de ces compagnies , chacun se poste dans le terrein vis-à-vis de sa compagnie, à la re-serve du Commandant, qui sans avoir égard au lieu, où fera sa coinpagnie , aura. toujours le poste d'honneur:

Rompre un bataillon , en terme d'évolu-tion , est remettre un bataillon par compagnie pour le faire defiler:

L'art dont on se sert pour former les bastaillons enfeigne à ranger un corps d'Infanterie avec ordre & précaution, afin qu'il puiffe combatere avantageusement un plus grand corps d'Infanterie, ou de Cavalerie, & même un corps composé de l'un &. de l'autre. Quand l'Infanterie est atta-quée en rase campagne , & qu'elle n'a point pour

fe couvrir contre les attaques des Escadrons , des fossés, des hayes, des hauteurs, ou d'autre terrein favorable, le: grand but est d'empêcher qu'elle ne soit rompie par la Cavalerie.

Autrefois pour qu'un bataillon eut l'avantage, de quarré on le faisoit en togone,

afin de faire feu de tous les côtés, & de présenter les armes par tout. Mais,comme je l'ai déja dit ailleurs, la precipitation des combats & l'embarras de ces mouvemens font rejetter ces précautions , qui demandenr un grand loisir:

On dit serrer un bataillón", former un Bataillón, ouyrir ; percer un bataillon.

Dij,

On fait des bataillons à centre plein, ou à centre vuide; & on leur donne la figure que l'on veut , fuivant le terrein qu'on occupe. Les bataillons à centre plein ont toujours été en usage , & étoient les seuls pratiqués avant le dernier fiécle. Peut-être les negligea-t'on un peu, dès qu'on' eut trouve la manière d'en faire à centre vuide. Cette maniére étoit de grande utilité, lorsqu'on l'a inventée : car les armées n'étoient pasi fi nombreuses, qu'elles le font à présent. On cherchoit un ordre qui les étendît, pour occuper plus de terrein , & s'empêcher d'être enveloppé. Comme et ce tems-là on avoit des piques, le vuide n'étoit pas: un defaut. Cette arme tenoit la Cavalerie éloignée, & en refpect. D'ailleurs ce vuide: fervoit à renfermer quelques piéces d'artillerie , qui marchoient ordinairement avec l’Infanterie. Aujourd'hui ces raisons ceffent. On a très-souvent plus de monde , qu'il n'en faut pour avoir des fronts suffifans : L'artillerie fáir un corps séparé go qui a fa garde particuliére, & les piques: fupprimées donnant plus de facilité, pour approcher, & percer les baraillons, le vuide qu'on y laille, devient souvent dangereux. Le bataillon quarré plein est plus difficile à former, que le bataillon quarré. vuide:

Les bataillons d'autres figures', que les quarrés, soit pleins, soit vuides, ne sont point á mépriser. S'il y en a qui sont moins aisés pour la marché, ils sont meilleurs pour combattre de pied ferme', en attendant du secours, parce qu'ayant les anglesi

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

plus émouffés, ils donnent moins de prise å l'ennemi , & font un feu moins oblique

Le bataillon rond étoit fort usité par les Anciens , & jusqu'au Prince Maurice de Naflau on n'en avoit guéres connu d'autre figure, que le rond, l'ovale , le quarré & le triangle. Quelques-uns disent que ce dernier avoir été inventé par Philippes de Macédoine,pour l'Escadron de la Cavalerie. Il y a encore le bataillon à lozange, qui se forme du bataillon quarré à centre plein : des bataillons triangles , car il y en a deux fortes , qui l'un & l'autre font plus avantageux , que le bataillon quarré: des batailIons octogones: des bataillons en croix. La croix de Lorraine, qui est un bataillon de Fusiliers dans la forme de cette croix : le bataillon en échiquier: le bataillon en double croix pleine & renforcée.

BASTIMENS. Les bâtimens nécessaires à une place de guerre font les magasins à poudre, qui doivent êrre dans un lieu écarté, construits fans charpente de peur du feu, & à l'épreuve de la bombe. On ne doit laisser approcher personne des magazins, & en ôter la connoiffance aux ennemis, car c'est l'endroit où l'on s'attache le plus à mettre le feu.

BATTERIE, est le lieu où l'on place les batteries pour tirer. On met les batteries sur nne platte forme de planches, ou madriers, appellés tabloüïns, pour empêcher que la pesanteur des canons ne fakte entrer les toües dans les terres. Ces planches font élevées par derrière , pour diminuer , ou ema pêcher le récul. Elles sont couvertes par

un parapet , où sont les embrasures, qui font défendües de deux rédoutes sur les ailes, ou de quelques pièces d'armes, pour couvrir les troupes destinées à les defendre. Les canons font éloignés l'un de l'autre à peu près de douze pieds.

à BATTERIE, se prend aufli pour les canons, même mis en batterie , c'est pour cela que l'on dit : la batterie a été bien servie: la batterie a fait beaucoup d'effet.

а Une batterie enterrée,

ou ruinante eft celle dont la platte forme est au-dessous du rezde chauffée, ou du niveau de la campa. gne, qu'on a creusé exprès. On y fait des ouvertures dans la terre pour fervir d'embrasure.

Une batterie croisée est celle qui se fait de deux batteries affez éloignées l'une de l'autre , & qui tire en un même endroit , de maniere que les coups se rencontrent à angles droits, & que le coup de la seconde acheve d'abattre, ce que le coup della premiere a ébranlé.

Une batterie en écharpe est celle qui bat par bricole, de côté, & par un coup oblique.

Une batterie en rouage est celle dont on fe fert pour démonter les piéces de l'ennemi.

Une batterie de revers, ou meurtriere, bat à dos , & voit dans la place, ce qui arrive, quand la batterie est plus éminente que la place.

Une batterie par camarades sont plu. fieurs piéces , qui tirent enfemble, ou au même endroit.

Une batterie d'enfilade tire en ligne droi

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »