Imágenes de páginas
PDF
EPUB

entre les Saints: il fit la Basilique de faint Agapet , Vict, Tun. près de celle de saint Laurent. En deux ordina

Chr. tions au mois de Decembre, il ordonna vingt- Martyr.

Lib.Pontif. huit Prêtres & cinq Diacres, & de plus trente R.15. Febr. & un Evêques, & fut enterré dans l'Eglise de faint Paul. Après cinq jours de vacance on elut à sa place Gelase Africain , fils de Valere, qui An. 492. tint le faint Siege quatre ans & huit mois. Euphemius Patriarche de C. P. lui écrivit par un Gelafii Diacre nommé Syncetius, se plaignant qu'il ne

Epift. i.

P.1157. lui eût pas donné part de son ordination luivant

to. 4. conc. la coûtume. Il est vrai, répond le Pape Gelafe, c'étoit l'ancienne regle entre nos Peres , qui étoient unis de communion; mais vous avez préferé une focieté étrangere à celle de faint Pierre. Vous dites que je dois user de condescendance; il est p.1159, B, vrai que l'on doit se pancher pour relever ceux qui font tombez, mais non pas se précipter avec eux. Ainsi nous accordons sans difficulté à ceux qu'Acace a baptisez, ou ordonnez , le remede établi par la tradition de nos Peres. Vous condamnez Eutychez; mais Acace, dites-vous, n'a rien avancé contre la foi : comme si ce n'étoit pas encore pis de connoître la verité, & communiquer avec ses ennemis. Vous demandez quand Acace a été condamné, comme s'il faloit une condamnation particuliere contre un Catholique qui communique à une heresie. Vous dites que vous recevez le concile de Calcedoine , & vous ne tenez pas pour condamnez en general & en particulier ceux qui ont communique avec les fectateurs de ceux qu'il a condamnez.

Prétendez-vous que Pierre , à qui Acace a communiqué ait été justifié ? Donnez-en des preuves : puisqu'il est manifestement convaincu d'avoir été Eutyquien : & ne vous flattez pas la declaration que vous faites de tenir la foi catholique, & d'avoir ôté le nom d'Eutychez. Il p 11610

de

ne

ou

ne suffit pas de le dire, il faut encore le montrer par les effets : en renonçant à la communion des heretiques, & de ceux qui ont communiqué à leurs Successeurs. Mais il y a des gens qui vous contraignent. Permettez-moi de le dire, un Evêque ne doit jamais parler ainfi, quand il s'agit de publier la verité : mais pardonnez aufli à ma crainte, je tremble à la vuë du terrible jugement de Dieu : nous devons comme ministres de J BS U s-Christ donner ' nôtre vie pour

la verité. Vous dites qu'il faut persuader le peuple p.1162. de C. P. & que je dois envoier quelqu'un pour

l'appaiser. N'est-ce pas au Pasteur à conduire le troupeau , plâtôt que de suivre ses égaremens? Vôtre troupeau rendra-t-il compte de

vous, vous de lui? Comment m'écoutera-t-il, moi qui lui suis suspect, s'il méprise les avertissemens de ses Pasteurs ? Nous viendrons , mon frere Euphemius, nous viendrons sans doute à ce redou. table Tribunal de JESUS-CHRIST; où les chicanes & les fuites ne seront point d'usage. On y verra clairement, fi c'est moi qui suis aigre & dur, comme vous dites, ou vous qui refusez le remede salutaire. Quoi que le Pape en cette lettre traite Euphemius de frere, il y declare toutefois que ce n'est pas par une marque de communion, & qu'il lui écrit comme à un étranger.

Vers le même tems le Pape Gelase reçut une lettre de Laurent Evêque de Lignide en Illyrie, portant que dans l'Eglise de Thessalonique, & dans les autres du païs , on avoit lů la lettre du Pape Felix, touchant les excès d'Acace; que tous lui avoient dit anathême , & que personne n'étoit entré dans fa communion. C'est pourquoi Laurent prioit le Pape d'envoyer aux Evêques

d'Illyrie une profession de foi, qui servît d'antiEpiß.2. dote contre l'heresie. Le Pape dans la réponse p.1163. reconnoît que c'est la coûtume que l'Evêque

re

nouvellement établi dans l'Eglise Romaine , envoie aux Eglises le formulaire de fa foi. Il l'infere en effet dans cette lettre , expliquant prin. cipalement le mystere de l'Incarnation contre l'heresie d'Eutychez; & témoigne à la fin de la lettre, esperer, que l'Empereur travaillera efficacement à faire ceffer les disputes temeraires. Nous avions resolu, dit-il, de vous envoier quelques-uns des nôtres, si l'état des affaires nous l'eût permis. Par où il semble marquer les troubles qui agitoient l'Illyric & l'Italie, qui changea alors de maître.

Theodoric Roi des Ostrogoths avoit été don- XXVII. né en Ôtage à l'Empereur Leon, & élevé à C.P. Theodoric

Roi d'Icadès l'âge de huit ans. Dix ans après il en fut

lie. tiré par fon pere

Theodemir , & ensuite il lui fucceda au roiaume; mais l'Empereur Zenon le rappella auprès de lui, l'adopta pour son fils d'ar- An. 492. mes, l'éleva aux plus grandes dignitez, & le fit

Jornando Consul en 484. Les Goths ses sujets habitoient 9.482. cependant l'Illyrie, où ne les trouvant pas à leur Procop. I, aise, il pria l'Empereur Zenon de lui permettre de les mener en Italie. Il vaut mieux, disoit-il, qu'elle m'obéïffe à moi qui suis à vous, qu'à un tyran qui ne vous reconnoît point, parlant d'odoacre; & fi nous fommes vaincus, vous serez déchargé de la dépense que nous vous faisons. Zenon y consentit, & lui recommanda le Senat, & le peuple Romain. Les Goths y consentirent aufli , & Theodoric leur aiant fait traverser la Pannonie, les amena dans le territoire de Venise; ainsi il entra en Italie sous le confulat de Probin & d'Eusebė, en 489. & dès cette année il gagna deux batailles contre Odoacre. Il en gagna une troisiéme l'année suivante 489. sous le consulat de Faustus & de Longin, & obligea Odoacre à fe renfermer dans Ravenne : où l'aiant tedu assiegé trois ans, il le contraignit à se rendre. Tome VII.

C

Ainsi

Goth, c. 1.

du l'apc

var. 2.

Ainsi en 493. fous le consulat d'Olybrius, 'TheoAn. 493. doric entra dans Ravenne , demeura maître de

l'Italie, & prit le titre de Roi. Il avoit donné la vie à Odoacre, mais il le fit mourir, préten

dant qu'il avoit attenté contre la personne. XXVIII. Aussi-tôt Theodoric envoia une Ambassade à Memoire

l'Empereur Anastase avec une lettre très-refpeGelare ctueuse, pour lui demander la paix, qu'il obtint contre les facilement. Les Ambassadeurs furent Fauste. malGrecs.

tre des offices, & Irenée , tous deux portant le titre Cassiod. d'illuftres; & le Pape Gelase aiant appris de Fauste Epif. 4.

les plaintes des Grecs contre l'Eglise Romaine, to.br.cons. lui envoia une instruction pour leur répondre. J'ai P. 0168.

bien compris, dit-il, que les Grecs demeureront dans leur obftination, & qu'ils ne cherchent qu'à renverser la Foi catholique, à l'occasion de l'ambassade du Roi. Mais que veut dire l’Empereur, quand il fe plaint que nous l'avons condamné? puisque mon predecesseur lui a écrit sur son avenement à l'empire, & que je lui ai fait aussi mes complimens par lettre fans en avoir jamais reçû de lui. Et ensuite : Ils disent qu'on doit leur pardonner. Qu'on donne un exemple depuis le commencement du Christianisme, que des Evêques, que les Apôtres , que le Sauveur lui-même ait pardonné, sinon à ceux qui se corrigeoient. Nous lisons que J E S.U S-CHRIs T a ressuscité des morts : mais non pas qu'il ait abfous des gens morts dans l'erreur. Il a donné à faint Pierre le pouvoir de délier; mais seulement ceux qui sont encore sur la terre.

Euphemius dit : qu'Acace n'a pû être condamné par un seul. C'est que les Grecs disoient, quele jugement du Pape seul ne suffisoit pas, & qu'il falloit un concile general pour condamner un Patriarche de C. P. Gelase répond : Ne voit- il pas qu'Acace a été condamné en vertu du concile de Calcedoine, comme on a toûjours usé à

l'egard

l'égard de toutes les heresies ; & que mon pre- po 1169. decesseur n'a fait qu'exécuter un ancien decret, fans rien prononcer de nouveau. Non seulement un Pape, mais tout Evêque le pouvoit faire. Car Acace n'a pas inventé une nouvelle erreur, pour avoir besoin d'un nouveau jugement. Ils nous opposent les canons, & ils y contreviennent, en refusant d'obéïr au premier Siege, qui ne leur demande

que

la raison. Ce sont les canons , qui ont voulu que les appellations de toute l'Eglise fussent portées à ce Siege, & que l'on ne pût en appeller nulle part : en sorte qu'il jugeât de toute l'Eglise fans être jugé de personne, & que ses jugemens demeurassent fans atteinte. En cette même affaire Thimothée d'Alexandrie, Pierre d'Antioche, Pierre, Paul, Jean, & les autres qui se pretendoient Evêques ont été déposez par la seule autorité du Siege Apostolique ; & Acace lui-même en est témoin, puisqu'il a été l'exécuteur de ce jugement. Il a donc aussi été condamné de la même maniere , quand il est retombé dans leur communion.

En vertu de quel concile ont-ils chassé de son Eglise Jean d'Alexandrie, sans qu'il ait été convaincu devant ni après ? En vertu de quels canons a-t-on chassé Calendion, & plusieurs autres Evêques? Quoi l'on a dû challer les Evêques du second & du troisiéme siege , & tant d'autres Evêques innocens ; & l'Evêque de C.P. à qui les canons ne donnent aucun rang, retombant dans la communion des Heretiques, n'a pas dû être déposé? Au reste, c'est une grande impudence de fupposer qu'Acace a demandé pardon , & que c'est nous qui avons été difficiles. Témoin vôtre frere l'illustre Andromaque , à qui nous avons donné d'amples instructions, pour

exhorter Acace à rentrer dans la communion du Siege Apoftolique , & qui nous a assuré

par

ferment qu'il

« AnteriorContinuar »