Imágenes de páginas
PDF
EPUB

me 218,

solu d'abdiquer généreusement la Couronne , & de réduire le gouvernemenr en pure République sous la régence de deux Magistrats annuels qui seroient élûs dansune

assemblée générale du peuple Ro3d. ibidem. main. Mais un dessein li héroïque

n'eut point d'effet par l'ambition de Tarquin le Superbe, gendre de Servius , qui dans l'impatience de regner fit assassiner son Roi & son

beau-pere. Il prit en même tems An'de Roo poffeffion du Trône sans nulle

forme d'élection, & fans consulter ni le Sénat , ni le Peuple, & comme si cette suprême Dignité eût été un bien héréditaire, ou une conquêre qu'il n'eût dûë qu'à

son courage & à sa valeur. An de Ro- Une action fi inhumaine le fit

regarder avec horreur par tous les gens de bien. Tout le monde détestoit également son ambition & fa cruauté. Parricide & tyran en même tems , il venoit d'ôter la vie à son beau-pere, & la liberté à sa Patrie ; & comme il n'étoit monté sur le Trône que par ce double crime, il ne s'y maintint que par de nouvelles violences. Il ne laissa

me 219.

pas

pas

de fe conduire d'abord dans la cyrannie avec beaucoup d'habileté; il s'assura de l'armée qu'il regardoit comme le plus ferme soutien de la puissance. Fier & cruel dans Rome, & à l'égard des grands qui pouvoient s'opposer à ses desseins; mais doux, humain, & même familier à l'armée & avec

D.H. 1.4. les Soldats, il les recompensoit magnifiquement; plus d'une fois il abandonna des villes ennemies au pllage. Il sembloit qu'il ne fit la guerre que pour les enrichir, foit qu'il en craignît les forces réünies, ou qu'il voulûr les attacher plus étroitement à la personne & à ses intérêts. Il embellit la ville de différens édifices publics; & comme il faisoit travailler aux fonde. mens d'un temple, on trouva bien avant en terre la tête d'un homme

encore en chair, & qui s'étoit conj servée sans corrupcion; ce qui fit

donner le nom de Capitole à ce temple. Les Devins & les Augures

qui tiroient avantage des moindres : événemens , prirent occasion de publier que Rome seroit un jour' Tome 1.

С

la Maîtresse du Monde, & la Ca. pitale de l'Univers.

Tarquin présidoit à ces différens travaux ; mais toujours accompagné d'une troupe de gardes qui lui fervoient en même temps de satellites & d'espions. Ces efclaves du Tyran répandus dans les différens quartiers de la ville, obfervoient avec soin s'il ne se formoit point secretement quelque confpisation contre lui.Lemoindre soup çon étoit puni de la mort, ou du moins de léxil. Plusieurs Sénateurs des prensiers de Rome , périreng par

des ordres secrets fans d'autre crime, que celui d'avoir osé déplorer le malheur de leur Patrie. Il n'épargna pas même Marcus Junius qui avoit épousé une Tarquinie, fille de Tarquin l'ancien: mais qui lui étoit suspe& à cause de ses richesses. Il le fit périr , & fe défio en même temps du fils aîné de cet illustre Romain dont il redoutois le courage & le ressentiment. Lu. cius Junius un autre fils de Marcus, eût couru la même fortune, fi pour échaper à la cruauté du tyran, il n'eût feint d'être hébété, & d'avoir

[merged small][ocr errors]

perdu l'esprit; ce qui lui fit donner
par mépris le nom de Brutus , qu'il Tie. Liv.
rendic depuis si illustre comme Dec, 1. d. l.
nous le dirons dans la suite. Les C. 56.
autres Sénateurs incertains de leur Ovid.i. Fa-
destinée, se tenoienc cachez dan's stor.
leurs maisons : le tyran n'en con-
sultoir aucun ; le Sénat n'étoir plus
convoqué; il ne fe tenoir plus au-
cune assemblée du peuple. Un .
pouvoir despotique & cruel s'étoit
élevé sur les ruines des loix & de la
liberté. Les différens Ordres de
l'Etat également opprimez atten-
doient tous avec impatience quel-
que changement sans l'ofer espe
rer, lorsque l'impudicité de sex-
tus fils de Tarquin, & la mort vio-
lente de la chaste Lucrece firent
éclater certe haine générale que
tous les Romains avoient contre
le Roi,& même contre la Royauté.

Personne n'ignore un événement
fi tragique: nous dirons seulement
pour l'éclaircissement de ce qui
doit suivre, que cette vertueuse
Romaine ne pouvant se résoudre à
furviyre à la violence qu'elle ve.
noit de fouffrir, fit appeller son
pere , fon mari , ses parens & les

[ocr errors][ocr errors]

principaux amis de la maison, aufquels elle en demanda la vengeance. Elle s'enfonça en même tems un poignard dans le coeur, & tomba morte aux pieds de son pere & de son mari, Tous ceux qui se trouverent présens à ce funeste fpe&acle, jetterent de grands cris: mais pendant qu'ils s'abandonnoient à leur douleur, Lucius Junius plus connu par le nom de Brutus qu'on lui avoit donné à cause de cet air stupide qu'il affe&oit, laissanc, pour ainsi dire , tomber le masque, & se montrant à découvert: » Oui, dit»il, en prenant le poignard dont » Lucrece s'étoit frappée, je jure » de venger hautement l'injure qui » lui a été faite ; & je vous prens à

témoins, Dieux tout-puissans, » que j'exposerai ma vie, & que je

répandrai jusqu'à la derniere »goute de mon sang pour empê» cher qu'aucun de cette Maison, » ni même que qui que ce soit , re» goe jamais dans Rome.

'11 fit passer ensuite ce poignard entre les mains de Collatin , de Lucretius, de Valerius, & de tous les assistans, dont il exigea le mê,

« AnteriorContinuar »