Imágenes de páginas
PDF
EPUB

7

CHAP. II.

ble : 99

[ocr errors]

Rom. 6.12. O13:

CC

re ou permettre ,

soit
par

des actions, soit
par des négligences dont elle est responsa.

Que le péché ne régne point dans sa votre corps mortel, en lui obéissant pour suivre les désirs déreglés de votre chair ; " & n'abandonnez point au péché les mem- có bres de votre corps, pour lui servir d'ar-ic mes d'iniquité : mais inontrez - vous vi.co vans à l'égard de Dieu, de inorts que vous co étiez auparavant ; & consacrez-lui les ce membres de votre corps , pour lui servir co d'armes de piété, & de justice, c'est-à-dire pour la piété & pour la justice. Neque ex, ibeatis membra vesira arma iniquitatis peccato : fed exhibere vos Deo ,

tanquam ex mortuis viventes ; dos membra vestra arma juftitia Deo.

[ocr errors]
[ocr errors]

CHAP. III.

HERRY*XXXXXX CHAPITRE III.

&

[ocr errors]
[ocr errors]

Où l'on explique ces paroles de saint Coloff.2. 13• 14. Vos cum Paul aux Colossiens : Lorsque mortui efetis in delictis, co

» vous étiez morts par vos péchés præputio car

par

l'incirconcision de votre nisi veltræ

chair , JESUS-CHRIST vous convivificawit cum illo,

fait revivre avec lui, vous pardonans vobis

donnant tous vos péchés, aiant omnia delicta: delens quod

» effacé la cédule (a) écrite de noadversus nos erat chirogra

» tre main , qui nous étoit contraiphum decres

» re par ses (6) décrets, & l'aiant ti , quod e

» entierement abolie , en l'attarium nobis

» chant à la croix. . ipfum iulit

affigens illud $. I. La cédule dont parle ici Saint Paul, cruci.

est la Loi de Moïse. Raisons pour lesquels [a] C'est ce qui signi

les on doit croire que l'Apôtre dit de la fie chirogra

croix, ce que quelques Traducteurs attri. phum dans le

buent à la doctrine de JESUS-CHRIST.

Tat contra

de medio,

grec & dans

[ocr errors]

la in.
[6] Il y a 1.

L est certain que c'est de la Loi donnée dans le grec

par le ministere de Moise qu'il faut endecretis ,

tendre ce que dir saint Paul » de la cédule Tois dórpido écrite de notre main, qui nous étoit

contraire

par.

ses décrets, que J. C. a s effacée & abolie, en l'attachant à la croix, Mais tous les interprétes ne conviennent. pas du sens que j'ai donné à ces paroles:

Delens quod adversus: nos erat chirographum de Mons. decreti, que les auteurs d'une célébre ver

fion on traduit , ainsi : ». Il a effacé par fà

2.

Ce ne peut

doctrine la cédule qui nous étoit contraire. CHAP.IT, Et comme il est d'une extrême conséquence de rendre certain le véritable sens de l'Apôtre, qui doit servir de fondement à ce qui sera dit dans la suite ; je dois nécessaicement entrer dans les preuves qui justifient celui que j'ai donné, & qui montrent que celui qu'on a suivi dans la version dont je viens de parler, ne peut convenir.

{o. On attribue dans cette version à la dictrine de J. C. ce que saint Paul dit de la croix.

être

par la seule doctrine de J. C. qu'une cédule écrite de notre main , & où notre condamnation est souscrite par nous, soit effacée.

30. On ne voit pas comment cette cédule a été clociée à la croix de J. C. & effacée par son sang, fi c'est par la doctrine qu'elle a été effacée.

40. La doctrine de J. C. non seulement n'est pas contraire à celle de la Loi, mais elle

y est entierement conforme. La Loi commande d'aimer Dieu de tout le cæur, de toute la pensée, de toutes les forces, de toute l'ame : & elle défend tous les injustes défirs. L'Evangile tout parfait qu'il est, n'éxige rien de plus.

so. La doctrine de J. C. précisément comme doctrine , est la même chose Loi; c'est l'abondance seule de la grace qui l'en distingue.

60. Plus la doctrine de J. C. est sainte, plus elle nous est contraire, si elle nous laisse dans notre impuissance & dans notre corruption. Elle n'efface donc pas la cédule qui nous est contraire ; & elle n'est capable que d'y ajouter de nouvelles com

[ocr errors]

a

que la

comnie une

a

CHAP. II.

damnations contre nous.

7. Le terme grec qui a été rendu dans le

latin par decreti, ou plutôt par decretis (l'o[a] Il a été mission d'une derniere lettre aiant été fore facile à des aisée ) ne signifie point doctrine, mais copistes de

décret , jugement , sentence. regarder dle

89. Quand il seroit vrai qu'il auroit quel. le regime de quefois dans le grec la inême signification chirograj hum que celui de doctrine, on ne pourroit en & decretis faire l'aplication à celle de J.C; parce qué

: dans le texte de saint Paul, rien ne lie à faute.

J. C. le terme de decreti ; & que la version Françoise, en suppléant fa doctrine , a fait une adition réelle au lieu d'un supplément.

9o. Dans un passage parallele, & tout-àfait semblable, qui est dans l'Epître aux Ephéliens chapitre 2. v. Ij. le terme decretis, n'est point lié avec J. C. mais avec la Loi; & ce n'est que par une addition que le texte n'exige point, que la version Françoise le rapporte à J. C. C'est lui , dit-elle, qui » par fa doctrine a aboli la Loi chargée de us tant de préceptes , afin de former en sois , s même un seul homme nouveau des deux

peuples, en mettant la paix entre-eux. » Le texte déchargé de ces additions porte simplement : Legem mandatorum decretis evacuans, & plus éxactement encore dans le grec, in decretis ; ce qu'Erasme traduit, in cecreti fitam , mais qu'il auroit pu traduire aussi, per decret, comme il a fait dans l'Epître aux Collossiens : Deleto quod adversus nos erat chirogra, ho , quod erat contrarium nobis per decreta.

L'union des deux peuples, du Juif & du Gentil, qui étoient séparés & ennemis tant que la Loi subsistoit, a pu donner l'idée que J. C. les ayoit reconciliés, en abolis.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

(ant certe multitude d'observances & de CHAP. IIT.**
préceptes, dont les Juifs étoient chargés,
& en les réduisant avec les Genrils à la lima
plicité de l'Evangile, qui est la doctrine de
J. C. Mais ce n'est point précisément par
là que J. C. a reconcilié les deux peuples,
comme on pourra le montrer dans un autre
lieu. Il falloit auparavant lever l'obstacle
réel qui condamnoit le Gentil comme pro-
fane, comme impur comme séparé de
l'alliance, & qui condamnoit aufli le Juif
comme prévaricateur , & comme sujet à
l'anathême auquel il s'écoit soumis. Il fal-
loit abolir les décrets prononcés par la Loi
contre les deux peuples : & il n'y avoit que
J. C. qui pîr les abolir , en l'attachant elle.
même à la croix. On doit donc iraduire,
ce me semble, en cette maniere, ce que dit
saint Paul aux Ephesiens: Il a aboli la Loi
qui ne faifoit que commander dos que condam-

Ty duay ner: ou plus simplement : qui consistoit. en

rảy coronar préceptes ögn en décrets : ou enfin : dont les or

i dógmans donnances s'exécutoient par ses décrets. Legem

καθαρήσας. . mandatorum in decretis evacuans.

Ephef.6.1.15

$. !I. Les Ifraelites dans le désert, demana

dent à recevoir les ordres de Dieu , par le
ministere de Moïse : ils promettent d'obéir
og ils ne demandent pas la grace dont ils
ont besoin pour éxécuter leur promesse :
Dis ne leur accorde que ce qu'ils ont de-
mandé : ils connoiffent la Loi, con ils ne
l'observent pas.

1. APRES ces éclaircissemens il faut ef-
faier d'entrer dans l'intelligence des paro-
les qui font la principale inatiere de ce cha.

« AnteriorContinuar »