Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CYAP. IV. ne. H&c vox.capitis Salus est torius corporis.

Hac vox omnes fideles inftruxit , onnes Confeffores Bccendit , ombes Martyres coronavit. Car, dir le même Pere, qui pourroit vainare la haine du monde conjuré contre la vertų qui pourroit résister à l'attrait des tentations.qui se cachent dans les ténébres, & qui pourroit surmonter ce que les persecutions ont de plus terrible, si JESUSCHRIST ne disoit pour tous, & dans tous à son Pere; Que votre volonté soit accomplie? Nam quis mundi odia, quis tentationum tenebras , quis posset persecutorum supegure terrores , nisi Christus in omnibus dos pro omnibus diceret Patri: Fiat voluntas tua?

4. Joignez à l'effet de cette priere de JESUS-CHRIST faite dans le jardin , l'efficace de celle qu'il fit pour nous sur la croix, & qu'il accompagna de fes larmes. Joignez-y le mérite de la patience invincible, de son filence qui ne fur interrompu que par la charité, de son abaissement profond deyant son Pere, dų sacrifice intérieur de son esprit amigé & de fon coeur brisé, de fon obéissance

sans bornes & pour les douleurs &

pour les opprobres, de la mort en baisCant la tête (ous les ordres de son Pere. Joignez-y les plaintes d'un abandon, qu'il détournoit de nous en s'y foumettant. Joignez-y enfin le dépôt de notre persévérance & de notre patience jusqu'à la fin de la vię, confiées entre les mains du Pere, avec l'esprit de fon Fils : & vous aurez alors le riche trésor , & le fonds inépuisable de patiçnce, de courage, d'amour, ou tous les Martys ont puisé, en le laissant néanmoins kout entier à ceux qui les imitent. In eo po mim in quo paffus eft iple ego tentatus , foteņs oft er eis , qui tentantur , auxiliari,

CHAP. IV.

$. III. C'est des foiblesses de JESUS-CHRIST

qu'est venu le courage en la fermeté inviotable des Martyrs. Exemples : Saint Ignace, S. Laurent, Sainte Potamiene.

[ocr errors]

TC

1. Il ne faut plus s'étonner de ce qu'ont fait & souffert les Martyrs, après qu'on a vû de quelle source venoit leur courage & leur force. En s'approchant de la croix, ils y trouvoient JESU'S-CHRIST. C'étoit à lui plutôt qu'à la croix qu'ils étoient attachés. C'étoit à la puissance de la grace & de fa divinité plûtôt qu'à l'infirmité de sa chair qu'ils étoient unis. Car, dit faint Paul,

Quoique JESUS-CHRIST ait été crucifiéis 2.00.13043 selon la foiblesse de la chair, il vit néan- co moins maintenant

par

la vertu de Dieu.cc Etfi crucifixus eft ex 12jirmitate , sed vivi ex virtute Dei. C'est-à-dire, que l'infirmité de la chair , dont nous avons été le motif, s'est convertie en force pour nous par sa ré. Currcction ; & cette force s'est rendue aussi sensible dans les Martyrs, que l'infirmité de notre chair s'étoit rendue sensible en J. C.

2. Ils ont surmonté les plus cruels & les plus longs tourmens avec un courage, que les tourmens mêmes paroisfoient redoubler. Once voir des exemples dans des actes finceres qu'on en a recueilli , qui font nonTeulement au-dessus des forces humaines, mais au-dessus de toute adm:ration. On ne peut lire aujourd'hui fans être faili d'étonnement, ce qu'ont souffert les Martyrs de Eufebe, Hif, Lion & de Vienne Tous Marc Aurele, dont

lib.

S. les Confesseurs témoins de leur persévérance rendent compte aux Eglises d'Afie: ce

nic;

CHAP. IV. qu'Eusebe a écrit des Martyrs de Palestine :

ce que rapporte Sozomene des Martyrs de Id. lib. de

Perse : ce que nous lisons dans les actes parMartyr. Pa- ticuliers, mais originaux, des souffrances left. incroyables & plusieurs fois réïterées des

sosom. lib. saints Martyrs Taraque, Probe & Andro. 1, Hift. Eccl.

dans les actes des saints Martyrs d'AAlt i incera Ruynard

frique, entre lesquels les deux illustres femmes , Perpetue & Felicité, fe distinguerent fi fort par leur humble patience, malgré la foiblesse de leur sexe : ce que Victor de Vite, auteur contemporain & bien informé, noas dit des suplices affreux desCatholiques dans la persecution des Vandales , & de leur invincible fermeté ; sans parler d'une infinité d'autres exemples, qu'on a recueillis avec soin , & qui doivent être précieux à tous ceux qui aiment JESUS-CHRIST, parce qu'ils sont fa gloire & son triomphe.

3. Car c'étoit lui qui combattoir dans ses Martyrs : c'étoit lui qui les animoit : c'étoit lui qui lcur inspiroit non-seulement la patience dans les douleurs, mais le desir meme & l'empreslement de souffrir pour lui. La lettre de saint Ignace aux Roinains est connue de cour le monde. On sçait combicn il craignoit qu'ils n'emploiallent leurs sollicitations pour faire changer son supplice, & pour lui conserver la vie, & avec quelle ardeur il les conjure de ne pas s'opposer au bonheur & à la gloire où il aspire de devenir le pain de JESUS-CHRIST, é. tant moulu par les dents des bêtes. Mais ce qui ine touche le plus dans cette lettre que l'esprit de JESUS-CHRIST a dictée, & ce quia le plus de rapport au sujet que je traite , est l'aveu

que fait ce grand Martyr que c'cft JESUS - CHRIST lui-inême qui

CC

l'exhorte intérieureinent & qui le presse, Chap. IV. & qui comme, un feu brâlant ne lui laiffc aucun repos jusqu'à ce qu'il ait consommé fon facrifice. « C'est celui, dit-il, qui est ce mort pour nous que je cherche ; c'est cec, lui qui est ressuscité pour nous que je“. veux. Laissez-moi la liberté d'imiter les.co fouffrances de mon Dieu. Que celui quis l'a déja dans fon cour, comprenne ce que se je défire, & qu'il ait compassion de moi, " puisqu'il est instruit des liens qui m'atta-chent à ce que j'aime. C'est par le défir ardent que j'ai de mourir que je vous écris, ce Car l'objet unique de inon amour eft cruce cifié: & mon amour pour lui fait aussi que je le fuis. Le feu qui m'aninie & qui,imes ponssc, ne peut souffrir aucun mélange," aucun tempérament qui l'affoibliffe: maisce celui qui vit & qui parle en moi, inc dits continuellement au fond de mon coeur": Hâcez-vous.cke venir à mon Pere: Si quis. illum in feipfo poffidet, intelligat quid volo, do compariatur mihi, ut qui sciat qua me con-, fringant. Scribo vobis amore captus moriendi. Meus amor. crucifixus eft. Et non eft in me igno nis amans ullam aquam ; sed vivens do lom quens in me, intus mihi dicit : Veni ad Pan trem,

4. Il est dit de S. Laurent, que le feu que J. C. allumoit dans son cæur, amortissoit, par son activité le feu.extérieur qui brûloit son corps : Segnior fuit ignis.qui foris ufsit,

S. Leo ferm. quàm qui intus accendit. Et il est dit encore

83.11, 34 de lui , qu'étant saintement enivré du sang de J. C. & qu'étant plein de la force & de la vie qu'il avoit puiséc dans l’Eucharistie, il devint non-seulement invincible dans des tourmens très-cruels & très-longs , mais

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]

CHAP. IV. » mour de Dieu en J. C. notre Seigneur ,

c'est-à-dire , de l'amour que J. C. nous a mérité, dont il est la source , & qu'il nous inspire. Aucune créature, telle qu'elle puisse être, ne peut vaincre cet amour, parce que celui qui l'inspire est le Dieu tout-puisfant. Ce n'est point la créature qui le donde : ce n'est point aussi la créature qui peut le surinonter. Saint Paul de seroit assuré de rien, s'il se fondoit sur l'inconstance de la volonté humaine. Tout feroit capable de l'affoiblir , & tout le mettroit en danger : mais c'est dans la force de J. C. qui est celle de Dieu même , qu'il se fonde : & fa confiance n'est ni vaine, ni présomptueuse, ni exposée au danger d'être vaincue.

2. Comme il paroît plus aisé, selon nos pensées, que Dieu agisse sur la matiere, dont tout le monde convient qu'il est le inaitre absolu, que sur les volontés qui demcurent toujours libres, plusieurs s'imaginent que les Martyrs , & priacipalement ceux dont les tourmens font horreur, sene toient peu ce que les persecuteurs leur faisoient souffrir; & ils croient que J. Co da doucissoit leurs peines en diverses manieres, ou par

des extafés & des ravissemens ou par

des douceurs & des consolations fi sensibles , qu'elles les rendoient indifférens à tout ce qui se passoit au dehors :: ou par des miracles qui arrêtoient l'activité du feu, qui délivroient les Martyrs, qui punissoient les tyrans, & qui tournoient contre les persécuteurs ce qu'ils avoient préparé contre les confesseurs de son nom. C'est sur de semblables préjugés, que des hommes téméraires ont osé feindre de faux ac. tes, ou altérer les actes sinceres des Marm

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »