Imágenes de páginas
PDF
EPUB

bombes dans une place , quand on veut ou la detruire, ou en faciliter la prise.

BOMBARDE, est une pièce d'Artillerie dont on se servoit avant l'invention du canon, grosse, courte, & d'une ouver

large. BOMBARDE. Quand on eut trouvé l'usage des armes à feu. On leur donna d'abord le nom de Bombardes. Ce mot vient du mot Grec Búp bos , qui fignifie le bruit que ces armes font en tirant. Il est parlé dans Froissart d'une bombarde, dont les Flamans se servirent au fiége d'Oudenar. de. Elle avoit cinquante pieds de long, & jettoit de très grofles pierres.

Le P. Daniel, dans son histoire de la Milice Françoise, dit qu'il ne peut se persuader que cette bombarde für un canon ou un mortier, car un canon ou un mortier de cinquante pieds, eft , dit-il, une chimere. Il ne doute pas que ce ne fut une Balliste ou une Catapulte! de l'ancienne invention, avec laquelle on lancoit de très grofles pierres. Le bruit qu'elle faisoit en l'ançant ces grosses pierres , & qu'on entendoit de cinq

ou de dix lieues est aussi difficile à croire.

BOMBARDIERS, Louis XIV.en 1684. créa le Regiment des Bombardiers, qu'il composa de dix Compagnies, tirées des Regimens de Piémont, de Navarre, de Champagne, de la Marine, & des Fufiliers , & y en ajouta deux autres; il y fit encore plusieurs augmentations. M. le Comte du Lude en fut le premier Colonel Lieutenant sans Compagnie. Ce Regiment n'est plus. Il a été incorporé

dans le Regi

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ment Roial Artillerie. Le 5. Février 1720.

BOMBARDIER , est aujourd'hui celui qui jette les bombes par le moyen des mortiers. Autrefois c'étoit celui qui servoit les bombardes.

BOMBE, est une grosse grenade , ou un gros boulet de fer aigre, qui est creux & rempli de poudre, laquelle est fermée par une ampoulette de bois percée tout du long.

Les premiéres bombes, selon quelques-uns, furent jettées en 1988. sur la ville de Wachtendońch en Gueldres, selon d'autres, en 1435. à Naples sous Charles VIII. On ne s'en cít fervi en France qu'au fiège de la Motte en 1634.,!

Il y a de nos historiens qui veulent qu'un fiécle plutôt en 1521. au siège de Mezieres , on cn a connû l'usage.

Pour tirer la bombe,on la met sur un mortier monté sur un affuit, & le feu se met à la fusée lente , qui entre dans sa lumiére. Son poids , quand elle tombe , & ses éclats fort de grands désordres dans une ville.

On appelle bombe foudroyante, celle qui tiie , fracaffe, & brise. Bombé Aamboyante , celle qui plaine d'artifice ne sert qu'à éclairer.

Un caisson de bombes, ou fourneau superficiel, est une caisse de bois , où on met trois ou quatre bombes, quelquefois fix, selon l'exécution, qu'on veut faire sous un terrain plus ou moins solide. Quelquefois ce caiffon n'est rempli que de poudre. Quand le terrain des approches se dispute pied à pied, on enterre le caisson sous quel. que travail, dont l'Ennemi se veut empa

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

vient pour

rer, & fi l'on voit qu'il s'en soit rendu maître, on met le feu à une sauciffe, qui ré. pond au caisson, & qui le fait jouer.

Il y a des bombes de toutes sortes de grandeurs. Les moyennes sont de dix à douze pouces de Diamétre. Il y en a audeffus & au-dessous, d'un moindre & d'un plus grand Diamétre. Le morcier avec lequel on tire les bombes est porté sur son affût. Il a une chambre au fond , où l'on met la poudre pour pouffer la bombe , & une lumiére à une extremité de la culasse pour allumer la poudre de la chambre. Cette chambre est fermée par un tampon sur lequel la bombe porte. On donne au mortier sur son affût l'élévation, qui con

faire tomber la bombe, ou on la veut jetter. L'affût est d'une figure differente de celui du canon. Il est monté sur quatre petites roues, faites chacune d'une seule piéce. L'effet de la bombe est de fracasser les toits, & les voutes des édifices par son poids, & d'y mettre le feu en crevant. Non seulement les Affiégeans, mais auffi les Affiégés s'en servent pour jetter dans les Tranchées, pour ruiner des batteries , &c. Il est parlé d'une fameuse bombe d'une construction extraordinaire, qui fut faite en France vers l'an 1688. & destinée contre Alger. On l'a vûe long-tems dans le port de Toulon. Elle contenoit fepr à huit milliers de poudre, delà on doit juger de fa groffeur. Elle avoitla figure d'un cuf. Cette bombe ne fur point mise en œuvre.

Quand une bombe est remplie de poudre on ferme la lumiére avec une cheville

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

de bois , qu'on nomme, comme je l'ai déja dit, Ampoulette.Onl'enfonce dedans à grands coups de maillers. Cette cheville eft

percée tout du long , pour être remplie d'une composition lente, & lorsqu'elle en eft remplie, on la nomme fusée. Cette Ampou. lette est de bois de Tilleul, ou d'Aulne bien seche.

La fusée se fait differemment, suivant le goût des Artificiers. Les uns la font avec une livre de poudre, & deux ou trois onces de charbon, l'un & l'autre bien broyés. D'autres la composent de quatre livres de poudre, deux de salpêtre, & une de fouf. fre.

BONNET A PRESTRE est un dehors, ou une piéce détachée , qui forme à la tête deux angles rentrans & trois faillans, qui ne different de la tenaille double , qu'en ce que ses ailes , ou côtés, au lieu d'être paralleles sont conduits en queue d'y ronde, c'est-à-dire qu'ils ont le terrain étroit vers la gorge, & large du côté de la Campagne.

BONNETTE, est un ouvrage compofé de deux faces, qui forment un angle faillant en forme de petit ravelin, n'ayant qu'un parapet sans avoir de foffé, Ce parapet est haut de trois pieds, bordé d'une palissade, qui en a encore une autre, éloignée de dix à douze pas. La bonnette est construite au-de-là de la contrescarpe,& eft comme un petit corps de Garde avancé.

BORDER LA HAYE, est une certaine maniere de combattre, à laquelle a recours l'Infanterie contre la Cavalerie, pour arrecer le choc des chevaux. Alors elle forme trois rangs, ou trois files, le premier

[ocr errors]
[ocr errors]

rang met un genou en terre, le second se courbe, le troisiéme est droit, & tous les trois tirent ensemble les uns dessus les autres fans s'offenser. Le premier rang cire dans les pieds des chevaux, le second tire à la botte ou au poitrail , & le troisiéme fait feu sur les Cavaliers mêmes.

BOSSE, en terme d'Artillerie est une bouteille de verre fort mince, remplie de quatre à cinq livres de poudre, au cou de laquelle, après qu'on l'a bien bouchée, on met quatre ou cinq mêches , qui pendent en bas. On lui attache une corde longue de deux à trois pieds, qui sert pour la jetter. Quand la bouteille vient à se briser, elle met le feu à tout ce qu'elle rencontre. On se sert de cette machine sur les Vaisseaux pour mettre tout un équipage en désordre.

BOULET, est une große balle de fer, avec laquelle on charge le canon. Un canon de batterie porte depuis 24. jusqu'a 36. & 48. livres de boulet,

Un BOULET rouge , ou un boulet en. flamé, est un boulet ordinaire de canon qu'on fait rougir , & enfâmer dans une forge, qui doit être auprès de la batterie. On prend le boulet rouge avec une grosse cuillier de fer, qu'on appelle lanterne , pour mettre dans le canon; un boulet rouge met le feu dans les lieux où il tombe quand il trouve des mariéres combustibles.

Un BOULET creux est celui, dont le diamêtre est proportionné au canon qui le doit chaffer; la figure est longue , & creuse ; il a une lumiere à une de ses extrêmités , ony met le feu en y passant une meche soufrée, qui s'allume , lorsque le

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »